AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I’ll be drunk again [Pryam]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: I’ll be drunk again [Pryam]   Mar 4 Avr - 19:59


I wanna be drunk when I wake up. On the right side of the wrong bed. And every excuse I made up. Tell you the truth I hate. What didn't kill me. It never made me stronger at all.


Sa voix résonne dans la maison. Sa colère se dresse sur les murs. Tu sais que tu es responsable des mots qui sortent de sa bouche. Tu ne te sens pas fautif pour autant. Contemplant ton plafond dans l'attente d'une réponse. Tes mains derrière la tête, méditant sur ta soirée. T'as pas envie qu'il en soit ainsi. Tu pars bientôt et t'as bien envie d'en profiter. T'as envie de t'extirper de cette prison, où rien ne te retient. Surtout pas lui et ses mots. Sa rage envers toi, celle qui t'a longtemps effrayé. Tes boucliers sont en place à présent, il ne peut plus rien. Il le sait tout autant que toi. Tu n'es plus ce gamin qui pissait dans son pantalon rien qu'au son de sa voix. Dure. Froide. Avide d'amertume. Non tu n'es plus ce gamin. T'as écouté ses précieux conseils, tu t'es forgé une carapace. T'as mis ce manque au fond de toi. Il est rangé dans une boîte au fond de ton subconscient. Tu la laisseras pas s'immiscer à nouveau dans ta vie. Tu n'es plus ce gamin. Tu lui as prouvé. Et tu lui prouveras encore. Il a fait la plus belle connerie de sa vie. Ça prendra le temps que ça prendra, mais tu t'en fous. Tu n'attends plus rien de sa part. Absolument rien. Ça sonne à côté de toi. Te relevant, tu attrapes le combiner. Il n'y a que lui qui connaît ce numéro. « Alors tu viens ? » dis-tu simplement, à  peine a-t-il dit un mot. « C'est notre dernière soirée dans le coin. Et tu sais bien que les fêtes de Stan sont les meilleurs ! » Il semble hésitant et c'est bien une première. Depuis quand décline-t-il une invitation ? Surtout à une soirée ? Pire encore à une soirée avec toi. Fronçant les sourcils à son excuse du moment … serrant tes poings. Tu sais ce qu'est sa vraie excuse. Il ne le dira pas. « Allez viens .. » ça t'arracherais la gueule de dire « j'veux pas y aller sans toi » Tu l'as jamais supplié, pas besoin de ça. Vous vous suivez envers et contre tout. Il sait bien que tu veux qu'il vienne. Que tu n'iras probablement pas sans lui.. Sauf que t'as pas envie de rester cloîtrer dans cette chambre. Ce repas, ses mots résonnent encore dans ta tête. « Bien, si tu changes d'avis, tu me trouveras là-bas. » Sur ces quelques mots, tu raccroches, lui laissant pas le temps de s'expliquer. Ravalant ta déception. Tu rages de ce « non », du fait qu'il ne sera pas à tes côtés. Ça t'agace qu'il puisse se mettre à l'abri… tu lui en veux et t'as pas envie de rester dans ton coin. Ce soir t'as envie de leur montrer que t'es pas un gamin. Que tu peux bouger sans lui.. même si dans le fond t'as la trouille. Tu le tairas. Ce n'est pas quelque chose qu'on dit. Les gens tu les connais, vaguement, mais tu connais les bases. Personne ne peut le remplacer, il est ton fidèle acolyte depuis ta tendre enfance. Tu ne sors jamais sans lui et pourtant… pourtant là tu t'apprêtes à sortir sans lui. Sans ton Chuck. L'idée même est terrifiante, déstabilisante, mais tu n'y songes pas. Tu préfères mettre ça de côté. Attrapant ta veste, tes clefs et ce qu'il te faut. Tu ne tardes pas à te retrouver derrière cette rambarde. Ta sortie de secours, ton balcon. Ton endroit pour prendre la fuite. Pour fuir cette maison, sans qu'il le voit, même s'il finit toujours par te retrouver … dans un piteux état. Tu t'en fous. Ce soir tu vas encore braver les interdits. Tu vas lui prouver que t'es pas un gamin. Que tu lui ressembles en rien. Qu'il aurait mieux fait de te tuer lorsqu'il en avait l'occasion. Ce soir, la haine t'habite et elle n'a pas l'air de vouloir partir…

Ton corps est bien enfoui dans ce canapé. Le verre se porte à tes lèvres. Tu scrutes l'assemblé. Des gens qui s'amusent, parlent, s'embrassent, rigolent. Toi t'es là dans ton coin. Tu regardes. Restant passif, ça ne te dérange pas. Tu préfères observer avant d'attaquer. Analyser pour mieux foncer. Le liquide s'infiltre en toi, ça te fait un petit quelque chose … l'alcool ce n'est pas nouveau pour toi. Ton première cuite, tu l'as prise y a pas si longtemps avec Chuck… le fait d'y repenser ça t'agace. Tu sais qu'il devrait être là. Ça a d'ailleurs surpris Stan de te voir « seul », à croire que vous n'allez pas l'un sans l'autre… T'as rien dit, tu t'es contenté de sourire et de prendre la direction du bar. Lui et ses potes plus vieux. Lui qui organise toujours des soirées démentiels. Si tu es là, c'est juste pour oublié. T'oublier un instant. La rage mêlée à la haine n'est pas décidée à t'abandonner. Elle a fait de ta peau un manteau. Sortant ton paquet, tu extirpes une cigarette. T'as nouvelle « passion », vous avez essayé cette « drogue » il n'y a pas si longtemps. Juste pour tester. Puis tu t'es rendu compte que t'aimais ça. T'aimais la sentir glisser entre tes doigts. La voir se consumer quand tu prends trop de temps… Cette petite chose s'est infiltrée dans ta vie et ça ne te déplaît guère. Le clap te ton briquet retentit, t'en profites pour poser ton verre. La fumée s'évapore au dessus de ta tête. Jouant même avec, tu t'amuses à faire des ronds. Parce que dans le fond, t'es encore qu'un gamin et un rien t'amuse. Avant de redescendre ton regard sur le groupe… un frisson te parcourt lorsque tu poses ton regard sur lui. Tu ne l'avais pas encore vu. Tu ne sais pas d'où il sort. A croire qu'il est apparu là comme ça… te redressant, tu vois qu'il te regarde aussi… qui de vous deux rompra ce « lien » invisible mais présent. Tu te redresses, bien décidé à en savoir plus. Tes pas te mènent vers Stan et non vers cet inconnu … ta clope entre les lèvres, ton verre à la main. Tu hésites à un instant, poser cette question, ce n'est tellement pas toi… pourtant t'as envie de savoir qui il est … et tu n'en feras rien. Tu te contentes d'avancer, sans trop savoir vers où… une pièce au hasard dans cette maison. Cette cuisine qui se vide. Tu finis par poser ton cul sur le plan de travail, savourant cette nicotine. Te maudissant de ne pas avoir posé la question, d'avoir fui … tu ne sais pas pourquoi. C'est bien la première fois que tu baisses les bras devant une énigme. La trouille de savoir que ce n'était pas toi ? Qu'il ne te regardait pas … pourtant tu l'as bien senti, son regard… ce frisson qui t'a parcouru…

Laissant tomber tes mégots dans le bol qui se trouve à ta gauche. Tu relèves les yeux. Il est là. Ce n'est pas un mirage. Il est bien là. Face à toi. S'approchant de toi. Portant ton verre à tes lèvres. Tu hésites un instant, mais gardes ta position. Cette fois tu ne flancheras pas. Tu affronteras cet énigme. Tu ne baisses pas le regard, l'invitant à venir vers toi. Plus que quelques mètres … tu peux sentir son odeur. Elle t'électrise, t’envoûterait presque. Tu cherches quoi dire. Les mots ne te viennent pas. Ce n'est pas ton délire de parler aux gens. C'est toujours Chuck qui fait la conversation, pas que tu n'aies rien à dire. Juste que tu n'utilises pas ta salive pour rien. Et tu ne sens que ce n'est pas rien. « Tu t'fais chier ? » dis-tu simplement … engageant la conversation comme tu peux. Ce n'est pas ton fort, mais ce soir t'es prêt à faire des efforts. T'as envie de savoir… savoir qui est cet inconnu qui te captive déjà … Cet inconnu qui dégage un truc.. dont tu ne sauras dire quoi … mais dont ça te plaît.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: I’ll be drunk again [Pryam]   Dim 16 Avr - 0:16



i'll be drunk again
I'll be drunk again to feel a little love.


Allongé sur ton lit, tu repenses à ce mot que t’as reçu en plein cours d’histoire. Une soirée a été organisée. Tu n’en loupes jamais une, d’habitude. T’es toujours partant pour refaire le monde, le repenser, autour d’une bière, d’une clope, d’un peu d’herbe. T’es surtout partant pour te faire remarquer par le plus grand nombre. Pourtant, tu sais que ton père ne te laissera pas sortir. Pas après toute cette histoire. Pas après qu’il t’es retrouvé avec l’œil au beurre noir. Cette ecchymose est restée figé sur ton visage des semaines, avant que la teinte bleuâtre-violine ne décide de virer au vert d’eau, puis au jaune, presque chair. Tu as encore les souvenirs de cet incident. Incident duquel toi et ton père ne parlaient jamais. À quoi bon, de toute manière ? Il sait qui tu es, ce que tu es, maintenant. Pourtant, le moindre mot à ce propos n’a jamais été prononcé. Tu ne sais pas ce qu’il en pense. Tu n’as pas envie de le savoir. Car dans le fond, tu ne peux t’empêcher de ressentir ces envies, ces pulsions qui t’habitent en présence d’un individu du même sexe. Tu n’as pas pu les retenir face à ce garçon de ta classe. T’avais envie de tenter l’expérience, de savoir ce que goûter ses lèvres, sa bouche, pouvait te faire. T’as pas pu résister à la tentation de plaquer ton corps contre le sien, plus jeune, plus juvénile encore que tu ne l’étais à cette époque. L’école, ce lieu propice à la découverte de soi et de l’autre, a été témoin de ton acte, alors crime jusqu’à présent. Vous étiez des gosses. T’avais envie de nouvelles sensations, t’avais envie de goûter des choses nouvelles. Alors tu as embrassé ses lèvres, glissant ta main dans ses cheveux. Il ne t’a pas repoussé. Il a aimé ça. Les autres, en revanche, n’étaient pas de cet avis. À l’instant où le premier camarade de classe s’est pointé, il t’a poussé au sol, pour te rouer de coups. T’étais tellement sur le cul, que tu n’as pas réagi. T’as pas riposté. Tu t’es contenté d’appeler ton père, afin qu’il vienne te récupérer. Tu lui as tout raconté, mais il n’a rien dit. Alors, ce soir, tu es là. Dans ton lit. Il ne t’en tient pas rigueur. Mais il ne veut pas que tu sortes. Il ne veut pas que tu te fasses agresser encore une fois. Il ne veut pas te perdre, toi aussi. Voir ta mère se barrer avec un autre a été suffisant dur pour lui, pour qu’il ne te perdre à ton tour. Tu lâches un soupir et secoues la tête. Tu ne peux pas laisser une occasion pareille te passer sous le nez. Il faut que tu ailles à cette soirée. Tu t’attireras certainement les foudres du paternel, mais peu importe. Il faut que tu retentes ta chance. Il faut que tu le fasses. T’as besoin de ressentir cette sensation grisante d’embrasser un autre garçon, d’aimer ça sans complexe. Tu te lèves d’un bon de ton lit et te glisses sous la douche. Il est déjà tard. Ton père est déjà endormi depuis une bonne heure, il ne t’entendra certainement pas partir. Alors tu t’habilles, discrètement, prends soin de toi. Un dernier coup d’œil dans le miroir. Ton jean slim met tes jambes en valeur, ton t-shirt un peu trop large et ta veste s’ajustent à la perfection. Un peu de gel dans les cheveux, un dernier coup de fond de teint pour cacher les dernières traces de ton hématome et te voilà prêt. Tu attrapes tes clés et sors de l’appartement en silence.

T’arrives rapidement à la soirée. Tu humectes tes lèvres, avec un petit sourire en coin. L’ambiance s’est déjà installée avant ton entrée en scène. On te laisse entrer sans que te poser de question. Tu goûtes la température en balayant le salon du regard. Des couples d’un soir s’embrassent, pendant que d’autres boivent, fument, dansent. Tu retires ta veste et la pose sur le dossier d’une des chaises de la cuisine. Tu te sers un verre avant de retourner dans ce grand fumoir qu’est devenue la pièce principale. Tu discutes avec plusieurs gars, tous plus âgés. Ça ne te gêne pas. Tu ne te laisses pas impressionner pour autant. Ton regard observe encore la grande pièce, pour se poser sur un garçon, enfoncé dans le sofa. Sans de réelles raisons, tu le regardes avec insistance. Quelque chose t’intrigue chez lui. Quelque chose que t’a déjà ressenti avant. Tu te racles la gorge et tentes de reporter ton attention sur la conversation sans intérêt dans laquelle tu t’es inséré en arrivant. Tu bois une gorgée de cet élixir alcoolisé dont tu ignores le mélange. Mais. Tu tournes à nouveau la tête vers lui. Il te regarde aussi. Tu passes ta langue sur tes lèvres, geste instinctif. Le brun se lève. Va-t-il venir vers toi ? Tu détournes le regard, déçu par la direction qu’il emprunte. Pourtant, tu ne parviens pas à le quitter des yeux. Tu le dévores littéralement. Une mission s’impose à ton esprit, déjà bien malsain. Tu n’écoutes plus les jérémiades du groupe. La musique change. C’est le moment ou jamais. Tu termines le contenu de ton gobelet et le suis dans la cuisine. Tu le regardes s’installer sur son perchoir avant de le rejoindre. T’as pas l’intention de le laisser filer entre tes doigts. Tu te mords la lèvre, puis te postes devant lui, avec nonchalance. Tu t’avances et viens t’appuyer contre l’îlot central, face à lui. Tu restes debout. Tu laisses un rire s’échapper de tes lèvres, avant d’acquiescer. « J’espère que tu pourras y remédier. » Tu remarques le relief de sa poche de veste. Tu arques un sourcil et t’avances vers lui. Tu fouilles dans sa poche sans lui demander son avis et en sors une clope que tu coinces entre tes doigts. Tu lui souris, en embrasant le tabac et sa feuille avec son briquet. La petite flamme illumine ton visage un instant avant de s’éteindre à nouveau. La fumée noie tes poumons, les encrasse. Tu la recraches rapidement. « Pryam. Toi? » tu demandes, sans reculer. Tu n’es qu’à quelques centimètres de lui. Tu le détailles lentement.

Revenir en haut Aller en bas
 

I’ll be drunk again [Pryam]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Cause everybody's drunk, loud and pissed off {Feat. June
» Drunk on love (2)
» Let's get drunk and tell eachother everything we're too afraid to say sober [Feat. Alejandro] ~Le Marais~
» Got me feeling drunk and high. So high. (Mag)
» moi priam

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WALK LIKE YOU :: BAD CRAZY :: LES RPS ARCHIVES-