AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 cigarette daydreams. (pryam)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Shannen Weaver
La crevette ingénue
☞ ÂGE : 17 ans. (22/04)
☞ STATUT : amoureuse de son pedobear. heureuse. rêveuse.
☞ PROFESSION : lycéenne emplie de rêves et d'espoirs ; baby-sitter d'un petit James.
☞ HABITATION : petit appartement à Thornhill avec sa mère.

☞ BAFOUILLES : 4139 ☞ PSEUDO : demon dance (emeline).
☞ AVATAR : elle fanning.
☞ CREDITS : BALACLAVA.
☞ MULTI-COMPTES : aucun.

MessageSujet: cigarette daydreams. (pryam)   Jeu 6 Avr - 20:47


 
« cigarette daydreams »

Pryam & Shannen

L’angoisse la submerge de plein fouet lorsqu’elle entreprend quelques pas en direction de l’arrêt de bus. Elle sent la nervosité lui dévorer les entrailles, agiter son cœur d’un rythme endiablé et virulent, à en heurter sa cage thoracique. Elle l’entend battre dans ses oreilles, elle sent les palpitations voraces à l’intérieur de sa poitrine. Son corps entier s’imprègne de cette émotion vicieuse et dévorante qui l’anime, et affronte la tempête grognant au fond d’elle. L’adolescente est tourmentée par l’épreuve qui l’attend ; elle appréhende ses retrouvailles avec son père. Coincé derrière les barreaux, elle vient de connaître son identité il y a quelques semaines. D’abord dévastée, après des années à rechercher cette vérité que son entourage ne daignait lui dévoiler, elle a fini par accepter et le rencontrer, vivement appuyée par la présence vitale de Ciaran, le meilleur ami de son père. Elle pouvait alors se laisser emporter par leurs échanges sincères, dans lesquels parfois se glisser une taquinerie ; et se taire devant leur complicité éveillée. Elle n’avait pas besoin de s’efforcer à communiquer avec cet inconnu enchaîné au niveau des poignets ; elle n’avait pas envie de feindre une confiance naturelle. Elle n’avait pas non plus envie de faire mine de rien. Alors elle s’était assise poliment, presque sans un mot, pour apprivoiser cet instant effrayant. Elle s’était habituée aux traits de son visage, à ses yeux perçants, son sourire bancal, et sa voix grave qui n’a jamais pu la gronder. Elle s’est sentie oppressée dans ce milieu carcéral, mais a décidé de revenir, seule, pour faire face à ce géniteur qui ne demande qu'à rattraper les erreurs commises et les longues années d’absence. Elle attend ainsi le bus qui l’emmènera jusqu’à Leeds pour retrouver la prison sordide ; et cette image macabre lui procure quelques frissons le long des bras. Elle a besoin de souffler à cet instant, elle sent trop la crainte contrôler son corps. Alors elle observe autour d’elle, dans le but de trouver une distraction. « Bonjour, vous n’auriez pas une cigarette ? » Elle demande poliment à l’individu qui se tient près d’elle, devinant sa capacité à lui en offrir une grâce à la clope coincée entre ses lèvres. Elle n’esquisse aucun sourire à l’inconnu, se contente de le fixer avec ses yeux pleins d’audace. Elle ne manifeste pas la candeur qui la qualifie parfois, ni son air impressionné devant l’adulte qui se tient face à elle. Parce qu’au fond d’elle, elle se sent de plus en plus accomplie et mûre, prête à affronter les vicissitudes de son existence.  


_________________

Ephémère devienne Eternité ☽ J'aurais aimé t'aimer comme on aime le soleil, te dire que le monde est beau et que c'est beau d'aimer. J'aurais aimé t'écrire le plus beau des poèmes et construire un empire juste pour ton sourire. Devenir le soleil pour sécher tes sanglots et faire battre le ciel pour un futur plus beau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walklikeyou.forumactif.org/t371-ces-ecorchures-au-fond-de-moi-au-gout-d-enterrement-parfois-shannen#8772
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: cigarette daydreams. (pryam)   Dim 16 Avr - 11:19



cigarette daydreams
Smoking won't kill you, but memories will.


Day off. Le soleil brille haut et agresse ta peau, déjà bien abîmée par les baisers de l’incendie de la veille. Tu déambules dans les rues. Aujourd’hui, tu ne travailles pas, tu ne vois personne et tu as volontairement oublié ton smartphone au loft. Tu n’as emporté que le stricte nécessaire. Tu veux être coupé du monde, ne serait-ce que quelques heures. Tu ressens le besoin de prendre l’air. T’étouffes dans cette ville, dans cette vie. Elle a pris le pas sur toi, sur ton esprit fatigué. Les souvenirs sont venus t’agresser dès ton réveil, ce matin. La figure paternelle, fière de toi, alors que tu promettais d’emmener ton ex-fiancée sur les marches de l’autel. Ce même visage scintillant de bonheur alors que tu as intégré les rangs des soldats du feu. Tu lâches un soupir malgré toi. Tu as menti pour pouvoir lui offrir une fin de vie heureuse. Vous étiez conscient tous les deux qu’il ne vous restait plus énormément de temps à passer ensemble. Trois-cent soixante-cinq jours, pas un de plus. Plus les jours s’écoulaient, plus son état se dégradait. Tu voulais simplement lui donner l’illusion que son fils ferait quelque chose de bien de sa vie, que son fils abandonnerait sa vie faite de vices, de péchés, de tabac, de sexe à outrance. Tu secoues la tête afin de te libérer de ces pensées douloureuses et t’assieds sur le banc d’un abri-bus. Tu passes tes mains sur ton visage et te frottes les yeux. Penser t’épuise. Tes doigts viennent quérir le paquet de clopes duquel tu ne te sépares jamais, et en extirpent un tube de nicotine que tu coinces entre tes lèvres. La flamme lèche le papier, et tes poumons aspirent ce fin fil de fumée grisâtre avant de le recracher vulgairement. Des bruits de pas attirent ton attention. Une adolescente. Tu l’observes s’asseoir près de toi, avant de tourner les yeux vers l’horizon. Tu joues avec les cendres de ta cigarette, les gardant au bout de cette dernière, ou au contraire, les faisant tomber sur le béton du trottoir. T’aimes sentir le poison, ce venin, se diluer dans ton corps. Tu arques un sourcil lorsque tu entends la demande de la petite blonde. Tu la jauges du regard un instant, avant de lui en tendre une. Elle ne doit pas avoir plus de seize ans, mais t’es pas son père. T’as pas à lui dire ce qui est bon pour elle, ou non. Tu lui offres également ton feu. « Tu as quel âge? » Simple question. Tu ne sais pas pourquoi tu lui poses. Peut-être l’envie de rencontrer du monde. Du monde que tu ne pourras pas emmener dans ton lit, quoiqu’il arrive.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Shannen Weaver
La crevette ingénue
☞ ÂGE : 17 ans. (22/04)
☞ STATUT : amoureuse de son pedobear. heureuse. rêveuse.
☞ PROFESSION : lycéenne emplie de rêves et d'espoirs ; baby-sitter d'un petit James.
☞ HABITATION : petit appartement à Thornhill avec sa mère.

☞ BAFOUILLES : 4139 ☞ PSEUDO : demon dance (emeline).
☞ AVATAR : elle fanning.
☞ CREDITS : BALACLAVA.
☞ MULTI-COMPTES : aucun.

MessageSujet: Re: cigarette daydreams. (pryam)   Mar 25 Avr - 0:11


 
« cigarette daydreams »

Pryam & Shannen

Shannen est sur les nerfs à cet instant, elle sent une perte d'énergie et la nervosité l'envahir. Sa démarche n'est pas ordinaire, moins souple, plus lente, comme si elle cherchait à freiner ses pas pour manquer le bus qui l'amènera à Leeds. Les tremblements s'emparent de son corps aussi, puisqu'ils l'agitent légèrement. Elle ne se sent pas en état de traverser la ville mais s'efforce à continuer de marcher. L'angoisse la submerge davantage lorsqu'elle gagne l'abri de bus. Le moment redouté se rapproche davantage, et elle sera contrainte de l'affronter malgré les doutes qui encombrent son crâne. Elle n'est pas certaine de vouloir se confronter à ce géniteur qu'elle n'a jamais connu, et qui est resté coincé derrière les barreaux depuis sa première année. Sa mère s'entêtait de lui camoufler la vérité pour ne pas brusquer son esprit qu'elle jugeait trop candide ; tandis qu'elle la recherchait sans cesse, même auprès de personnes qu'elle méconnaissait, mais leurs intentions étaient chaque fois remises en doute. Alors quand elle a appris la nouvelle, que son père se trouvait dans ce lieu macabre, pour avoir agi comme la pire espèce humaine et cupide, Shannen a voulu le rencontrer en finalité d'un temps de réflexion. Ciaran l'avait accompagnée, puisqu'il est un ami proche de son géniteur. Ils n'ont pas évoqué leurs vies, leurs rancœurs, leurs passions, ou même toutes les questions qui ont un jour frôlé l'esprit de l'adolescente. Elle l'a seulement contemplé d'un oeil curieux pour détailler chaque expression de son visage, chaque petite parcelle de lui, pour les apprivoiser. Cet échange avait pourtant réussi à chambouler son âme d'une force incomparable. Alors elle s'interroge sur celui qu'ils entretiendrons dans une heure et demie à peine, alors qu'ils seront confrontés l'un à l'autre, sans personne pour les aiguiller. Elle ne sait pas quoi lui dire, à ce type, ce qu'elle peut bien lui raconter. Rien ne semble naturel. Et c'est donc comme concrétiser l'événement qui l'attend lorsqu'elle s'assoit sur le banc près d'un jeune homme. Il devient plus vif dans son esprit, plus inquiétant. Elle tente de chasser cette peur pour se concentrer sur autre chose, notamment l'homme coincé à ses côtés. Elle lui demande une cigarette ; et s'il la toise avec attention quelques secondes, il finit par lui tendre avant d'allumer son briquet. Elle retient la clope entre ses lèvres puis se penche vers lui pour l'embraser. Il s'intéresse à son âge, alors elle sourit de toutes ses dents. Ce comportement l'amuse. « Le savoir te donnerait mauvaise conscience ? » Elle rétorque dans un premier temps, avant de lui confier : « J'ai 17 ans aujourd'hui. » 22 Avril, son anniversaire, et il faut qu'elle aille se promener dans les couloirs glauques d'une prison. Quelle idée elle a pu avoir ! Certainement son inconscience qui dévoile une envie profonde, un espoir fondé, sur la capacité de son géniteur à se souvenir de sa date d'anniversaire. Elle lui offre un moyen de lui prouver avec exactitude qu'il était là, quelque part, à attendre un signe de vie de sa part. « Considérons que c'est ton cadeau d'anniversaire. Merci, c'est très généreux. » Elle rit un instant, avant de recracher le brouillard nocif de ses lèvres. Elle se sent déjà un peu mieux, confiante... l'effet de la clope, ou d'un minimum de sociabilité, en relâchant la pression par la parole ?


_________________

Ephémère devienne Eternité ☽ J'aurais aimé t'aimer comme on aime le soleil, te dire que le monde est beau et que c'est beau d'aimer. J'aurais aimé t'écrire le plus beau des poèmes et construire un empire juste pour ton sourire. Devenir le soleil pour sécher tes sanglots et faire battre le ciel pour un futur plus beau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walklikeyou.forumactif.org/t371-ces-ecorchures-au-fond-de-moi-au-gout-d-enterrement-parfois-shannen#8772
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: cigarette daydreams. (pryam)   Ven 19 Mai - 11:42



cigarette daydreams
Smoking won't kill you, but memories will.


L’ombre et la fraîcheur qu’offrent l’abri-bus est non-négligeable, au vue de la température extérieure. Le soleil, déjà haut dans le ciel, réchauffe le bitume, le réconforte des dernières pluies qui se sont abattues sur la ville. Tu passes une main sur ton visage, comme si cela suffisait à ôter toutes ces pensées tirées du passé de ton esprit. Toutes les erreurs que tu as pu commettre, alors que ton géniteur était encore en vie, te reviennent en pleine tête. Mentir pour le voir sourire, certains diront que tu as bien agi, que tu lui as offert de beaux jours avant l’inéluctable. Tu pousses un long soupir. Des regrets, tu en as. Tu as construit une vie sur un mensonge, qui t’a mené loin de tes terres natales, loin de sa tombe, pour fuir ce que tu n’aimais pas, fuir cette vie qui ne lui ressemblait pas. Chaque jour qui découle sur le calendrier est un remord de plus. Ton père aurait peut-être compris que tu te complaisais dans la vie que tu menais, et que tu fuyais la stabilité comme la peste. Stabilité que tu fuis toujours, d’ailleurs. Tu lèves la tête vers la jeune fille qui s’installe près de toi, lui offres cette cigarette et ce feu. Sa remarque te fait rire. Tu secoues la tête, ricanant. L’envie de lui répondre « mauvaise conscience ? Et si tu savais... », mais, certainement pas de t’étaler sur ta vie devant une gamine. Alors tu te contentes de lui souhaiter un joyeux anniversaire, songeant que cela fait bien longtemps, que tu n’as pas fêté le tien. Tu n’en as jamais ressenti le manque, dans le fond. Tu n’as jamais eu d’amis à convier pour cette journée, non plus. Tu hausses les épaules, réagissant à cette petite voix dans ta tête. Tu concentres ton attention vers elle, à nouveau, bien que tu sois distrait, aujourd’hui. Le tube de nicotine glissée entre les lèvres, tu en aspires le poison, avant de le recracher dans une épaisse fumée. Tu humidifies tes lèvres, asséchées par les braises au bout de ta clope et par son papier sec. La cendre s’envole avec une brise de vent passagère. Doucement, tu atteints le filtre, alors tu la jettes sur le trottoir et l’écrases avec le bout de ta chaussure. « Où est-ce que tu vas comme ça ? » demandes-tu, trouvant cela étrange qu’une jeune fille de son âge se retrouve seul le jour de son anniversaire. «  Tu ne fêtes pas ce jour avec tes amis ou ta famille ? » enchéris-tu. Peut-être qu’elle est aussi seule que toi et qu’elle ressent cet irrépressible besoin de prendre le large, ne serait-ce que pour une seule journée. Tu te redresses, t’étires tel un félin et te lèves finalement. T’es assis là depuis une dizaine de minutes, et le banc est loin d’offrir le meilleur des conforts. Tu t’impatientes, aussi. Tu lui tournes le dos pour observer les horaires, placardés sur la paroi transparente. Tu grognes. « J’crois qu’il n’y a pas de bus aujourd’hui. » tu désignes l’affiche de l’index. Tu fais un pas sur le côté pour lui laisser la place. « J’pourrais peut-être te déposer ? » Tu arques un sourcil dans sa direction. Si elle accepte, c’est une irresponsable. Si elle refuse, tu auras perdu une chance de te changer les idées.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Shannen Weaver
La crevette ingénue
☞ ÂGE : 17 ans. (22/04)
☞ STATUT : amoureuse de son pedobear. heureuse. rêveuse.
☞ PROFESSION : lycéenne emplie de rêves et d'espoirs ; baby-sitter d'un petit James.
☞ HABITATION : petit appartement à Thornhill avec sa mère.

☞ BAFOUILLES : 4139 ☞ PSEUDO : demon dance (emeline).
☞ AVATAR : elle fanning.
☞ CREDITS : BALACLAVA.
☞ MULTI-COMPTES : aucun.

MessageSujet: Re: cigarette daydreams. (pryam)   Sam 10 Juin - 0:27


 
« cigarette daydreams »

Pryam & Shannen

Shannen tente de se détendre par tous les moyens possibles : marcher, envoyer des messages à Ciaran, penser à autre chose, jouer avec ses cheveux, ses pieds, ses doigts, écouter de la musique et faire bouger sa tête, ses membres. Rien ne semble pouvoir parvenir à lui faire atteindre un semblant de plénitude, tandis que l'angoisse s'accentue davantage au creux de ses entrailles. Elle est incapable de le réduire toute seule, alors elle s'adresse à un jeune homme posé sur un banc. Elle s'assoit près de lui avant de lui réclamer une cigarette, qu'elle embrase grâce au briquet retenu entre ses doigts. Elle tente alors de chasser cette trace de nervosité pour se conduire plutôt vers l'engouement de cette conversation. L'ambiance chaleureuse se forme promptement autour d'eux, et elle ne tarde pas à lui avouer que cette date précise est son anniversaire. Il lui souhaite qu'il soit joyeux. « Merci. » Elle se la joue polie, tout en dévoilant la part joviale de son être. Elle semble l'amuser puisqu'il s'intéresse à elle, malgré le fait qu'elle ne soit qu'une gamine à ses yeux. La curiosité le pousse à l'interroger sur ses intentions futures. « A la prison de Leeds. Et toi ? » Elle lui porte de l'intérêt à son tour, pour savoir où il voulait se rendre quant à lui. C'est le genre de fille à s'être toujours posé ce type de questions aux arrêts de bus, lorsqu'elle toise les individus qui attendent auprès d'elle. Où va ce monsieur avec le chapeau ? Et la dame avec sa canne ? Des questions sans réponses, mais pour une fois, elle peut satisfaire sa curiosité auprès d'un de ces inconnus, comme il s'y applique d'ailleurs avec elle. « Techniquement, si, avec mon père. Mais je vais le fêter plus simplement avec mon copain ce soir, et ma mère demain. » Elle explique sans réserve, pour éclaircir ces points sombres. Elle ne précise pas que c'est bel et bien son géniteur qui se trouve en prison, car il s'agit d'une histoire longue et complexe. Cela ne la gêne plus de l'aborder, maintenant qu'elle connaît cette vérité cruelle : il est derrière les barreaux. Enfermé depuis qu'elle a un an, elle ne l'a donc jamais connu. Finalement elle aperçoit le type écraser sa clope, se lever du banc, puis détailler le panneau horaires retenu sur la vitre. Il lui déclare que les bus ne semblent pas passer aujourd'hui. « Sérieusement ? » Elle se redresse et se positionne à côté de lui pour observer à son tour et vérifier ses informations. Elle aspire une bouffée de sa cigarette, avant de la recracher en même temps de dire : « Ce n'est pas la première fois qu'ils font le coup. » Elle soupire avant d'entendre sa proposition. Elle le scrute dans les yeux avec un sourire amusé, pour s'assurer de sa franchise, puis répond. « Ma mère m'a assez répété de ne jamais monter avec un inconnu. » Elle exprime sa nécessité de rester sur ses gardes. L'inconnu a beau être mignon et charmant, il n'en reste pas moins une menace pour le brin de naïveté qui lui reste. « On peut toujours emprunter des vélos. Je ne risque rien en vélo avec un inconnu, j'irai toujours plus vite que lui. » Elle sourit en le regardant avec taquinerie, comme pour lui lancer un défi de course. Elle pratique le vélo régulièrement, dès que les bus ne pointent pas le bout de leurs nez d'ailleurs. « Tu as des sous ? » Elle l'interroge, pour savoir si l'idée est réalisable, car elle ne possède rien sur elle.


_________________

Ephémère devienne Eternité ☽ J'aurais aimé t'aimer comme on aime le soleil, te dire que le monde est beau et que c'est beau d'aimer. J'aurais aimé t'écrire le plus beau des poèmes et construire un empire juste pour ton sourire. Devenir le soleil pour sécher tes sanglots et faire battre le ciel pour un futur plus beau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walklikeyou.forumactif.org/t371-ces-ecorchures-au-fond-de-moi-au-gout-d-enterrement-parfois-shannen#8772
 

cigarette daydreams. (pryam)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Cigarette Daydreams - Graham & Ashley, Barts Hospital
» J'aime pas l'odeur d'la cigarette.. [Le Taré A La Cigarette]
» Stefan Jake Williams ► « J'aimerais être une cigarette pour naître au creux de tes mains, vivre sur tes lèvres et mourir à tes pieds. »
» Une erreur part souvient d'un rien... [Sohan]
» Vers la règlementation du commerce du tabac

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WALK LIKE YOU :: BAD CRAZY :: LES RPS ARCHIVES-