AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Posés au coin du feu ▬ Mattie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
☞ ÂGE : 31 ans
☞ STATUT : Célibataire
☞ PROFESSION : Policier en année sabbatique, aide à domicile
☞ BAFOUILLES : 69 ☞ PSEUDO : S-P-F
☞ AVATAR : Stephen Amell
☞ CREDITS : tearsflight
☞ MULTI-COMPTES : Jadyn l'avocat des divorces

MessageSujet: Posés au coin du feu ▬ Mattie   Lun 9 Jan - 21:09


Mattie & Judd

Posés au coin du feu
CAlors qu’il soufflait sous l’effort, Judd vit de la buée sortir d’entre ses lèvres. Le jeune policier a vraiment l’impression que la température est tombée d’un seul coup et son corps a du mal à s’y faire. Faut dire en même temps que lui n’a pas cette habitude-là, il passe d’ordinaire ses étés en Corse ou même si la chaleur n’est pas la meilleure de l’année, il ne fait pas aussi froid. Judd glissa donc plus profondément ses mains dans ses poches avec dans l’idée d’aller chercher un peu plus loin des buches de bois qu’il pourra mettre au feu, espérant que ces dernières ne soient pas trop humides pour ne pas que le feu s’éteigne bêtement. La neige a recouvert tous le paysage et si le vacancier qu’il est aurait profité de la vue, là il n’a qu’une envie c’est de rentrer pour retrouver la chaleur du chalet. Autant dire que Judd n’avait pas prévu que les choses se passent de cette façon-là. Il est venu en Angleterre pour avoir des réponses et même s’il n’avait pas prévu le fait de fouiller de fond en comble dès les premières minutes où il arriverait chez Mattie, il ne pensait pas que très vite après avoir emménagé, ils auraient dû partir en vacances ailleurs. Mattie semble avoir accepté sa présence même si elle ignore la raison de sa présence. Peut-être est-ce qu’elle se doute qu’il n’est pas ici en tant que véritable colocataire mais qu’il est embauché pour l’aider dans son quotidien, mais la vraie raison de sa présence loin de chez lui est impossible de découvrir, pas alors que pour le moment il semble faire profil bas. S’ils sont tous les deux partis en vacances, l’idée ne vient de personne. C’est avant tout la cause de ces stupides cafards qui ont décidé d’envahir la maison où il vit le temps de quelques mots et qui est la maison de Mattie avant tout. C’est Judd qui en a découvert quelques-uns alors qu’il était tranquillement en train de faire à manger. Faut dire en même temps que ça aurait été beaucoup plus compliqué pour Mattie de voir les cafards, privée de sa vue. En tout cas Judd n’a pas mis longtemps à réagir et maintenant ils sont mis à la porte le temps que des professionnels viennent s’en occuper surtout qu’ils ne semblent pas être les seuls puisque le problème a été signalé par d’autres voisins. Au lieu d’aller se réfugier dans un hôtel, ils en ont donc profité pour partir à la montagne le temps de quelques jours. Judd aurait bien profité de tout cela pour aller faire du snowboard ou encore du ski mais son travail est de faire gaffe à Mattie malgré tout et malgré qu’elle ne le sache pas. Autant dire qu’il ne peut pas l’entrainer avec elle dans les pistes glissantes. Il ne faut pas oublier qu’outre le fait qu’elle soit aveugle, elle est également enceinte donc il ne doit pas faire n’importe quoi même s’il ne s’y connait pas vraiment ni en cécité, ni en grossesse malgré qu’il ait inventé le contraire quand le cousin de cette dernière lui a parlé du travail. Il a inventé le fait qu’une de ses cousines était aveugle de naissance, qu’il passait beaucoup de temps avec elle. Il n’est sans doute pas le premier ni le dernier à mentir pour obtenir un travail mais bon, malgré ça il a une conscience et ne veut pas prendre son travail à la légère, ce n’est pas rien. En attendant il invente donc des excuses pour ne pas aller s’amuser alors qu’ils n’ont que ça à faire durant ses quelques jours à la montagne. Peut-être qu’à un moment il s’autorisera une heure ou deux pour y aller. Judd fut sorti de ses pensées alors que ses dents commençaient à claquer sous le froid. Il ne perdit pas beaucoup de temps en plus avant de rentrer se mettre au chaud et surtout pour mettre une buche dans le cheminée pour raviver le feu. « On se les gèles dehors ! » Commenta-t-elle-même s’ils n’ont pas beaucoup d’être divin pour le deviner, même en restant à l’intérieur. Restant un moment devant la cheminée, Judd fini par se tourner vers la jeune femme avec qui il a cherché à se rapprocher avant de faire ce qu’il avait à faire en venant fouiner chez elle. « T’as besoin de quelque chose ? » Il a l’air lourd ou peut-être même qu’il parait suspect mais c’est plus fort que lui, il lui pose souvent la question. « Le repas est  bientôt prêt, j’ai vu qu’on avait des guimauves, on va pouvoir en manger au coin du feu ! » Non pas que l’idée veut que ça paraisse romantique, pas de ça entre eux mais quitte à être ici, autant profiter de la cheminée et des petits traditions qu’il y a à la montagne. « Tu veux faire quelque chose ce soir ? » Et c’est reparti pour les questions mais il veut vraiment savoir si elle compte rester seule ou s’il veut essayer de trouver un moyen de la faire bouger un peu et non pas rester toute seule. Ils semblent devenir amis donc autant passer du temps ensemble non ?  

LUCKYRED
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walklikeyou.forumactif.org/t488-
avatar
☞ ÂGE : 25 années (27 Juillet)
☞ STATUT : Célibataire et enceinte de 4 mois, je l'ai apprit quand je suis devenue aveugle.
☞ PROFESSION : Ancienne ambulancière incapable de faire son travail depuis un accident qui m'a laissé atteinte de cécité totale.
☞ HABITATION : Avec Judd le chien guide (a)

☞ BAFOUILLES : 242 ☞ PSEUDO : spf
☞ AVATAR : Shay Hotness Mitchell.
☞ CREDITS : tearsflight
☞ MULTI-COMPTES : la jolie Mazéa ♥ (sarah drew)

MessageSujet: Re: Posés au coin du feu ▬ Mattie   Sam 21 Jan - 18:04

Judd & Mattie

Comme une petite fille tu es à nouveau coincée dans le noir, tu es loin d’être autant en danger que dans ton enfance. Mais ça t’effraie, pourtant tu souris, tu ris et tu vis. Tu essayes et parfois tu chutes pour toujours mieux te relever. Te sentiras-tu capable un jour de t’élever dans le clan des mères malgré cette cécité qui te tue ?  

C’était long. Trop long. J’étais sur le canapé divaguant dans le noir comme toujours, mais c’était pire que d’habitude. J’avais pris de l’aisance en tant qu’aveugle, pour le sujet d’être maman, il ne fallait pas encore en parler. Dans mon appartement, dans la rue, je me démerdais très bien seule, mais mes petites manies que j’avais, la connaissance du lieu n’était pas la même. J’étais loin d’être chez moi, j’étais dans un petit chalet où tout était très proche et ne pas se prendre un coin était compliqué dans ma situation. Je me sentais grosse sans vraiment l’être, mais je pesais plus lourd et j’étais légèrement arrondis à présent, après tout, je porte deux enfants, ce qui n’était pas des masses à faire.  Ce qui était le plus ennuyeux dans cette situation ? Que je n’avais pas pu prendre mon chien de guide, ni même mon chat. Donc, je me retrouvais toute seule avec mon chien/humain Judd. Il avait finalement qu’il était là pour m’aider et vivre avec moi. J’avais été dure avec durant un long moment, mais j’avais des raisons. Il m’avait menti et depuis je faisais vivre ma rancœur à mon cousin avec joie, enfin un peu de peine dans le fond. Enfin, ce qui était  angoissant, c’était qu’ici je m’ennuyais, je n’avais rien à faire et j’avais l’impression d’être juste un poids mort, qui ne pouvait rien faire pour aider ou même pour vivre par soi-même. On m’avait retiré tous mes repères que je pouvais avoir dans l’espace que ce soit avec la neige, avec le lieu où on résidait, enfin rien n’allait et cela me mettait de mauvaise humeur, je pouvais toujours accuser mes hormones.  Je somnolais, en même temps qu’attendre de plus d’une femme qui s’ennuyait, j’avais pourtant mijotait plus d’une idée dans ma petite tête pour m’amuser, mais tout était tellement compliqué à vivre dans ma situation, que ce soit à cause de ma cécité ou de ma grossesse. Rien n’allait, j’étais coincée dans une petite bulle ou rien ne pouvait me convenir, mais c’était loin me connaître, car j’avais une idée, pas forcément parfaite.  Malgré mon assoupissement, j’entendais encore les choses arriver à l’intérieur, je pouvais donc entendre la poignée de porte tourner et cette dernière s’ouvrir. Judd venait donc de revenir, ce dernier était parti dehors pour couper du bois. Entendant le bois commençant à frémir dans la cheminée j’eus un petit sourire, c’était plaisant certains de ces petits bruits que je pouvais entendre malgré d’autre s’annonçant au même moment. Le petit plaid couvrant mes jambes, remonta doucement jusqu’à mes bras, la porte ouverte avait laissé l’air froid, glacial à vrai dire pénétrer dans le chalet. «   Je te crois sur parole ! »      Que je lui lançais en souriant un peu, tout en laissant mes jambes se plier pour me relever légèrement du canapé. Je me demandais comment annonçait mes envies à Judd, car il n’allait pas avoir le choix. Après tout, il n’était plus simplement un colocataire, mais bel et bien une aide, alors il fallait assumer qu’il était payé pour ça, tant pis pour lui. Il n’était pas tombé sur la fille voulant rester au chaud malgré le froid. «   Oui, je voudrais bien que tu m’amènes m’a combinaison de ski, elle est dans ma valise je pense. »      Que je disais en souriant, alors que je glissais mes mains de part et autre de mon crâne pour rassembler mes cheveux en une queue assez haute et loin d’être parfaite à en croire les petites bosses que je sentais en y repassant mes mains. Mais cela était parfait comme ça à mon goût.   «   On pourrait manger plus tard aussi ? »      Que je continuais après qu’il me parle justement du repas. La faim était présente, mais vu qu’il venait de parler de shamallow autant dire que ça suffisait pour calmer les petites comme les grosses faim. Je me le demandais, sentait il le piège tomber sur lui ? Ne le voyait il pas venir ? Aucune idée, mais cela me faisait sourire, surtout que je ne savais pas du tout comment j’allais le convaincre, même si dans le fond, il était vraiment obligé de le faire. Après tout, je n’allais pas encore passé une soirée à parler avec lui dans les méandres de ma vie si pitoyable. Oui, en ce moment ma vie était pitoyable, le froid, la neige et le verglas m’empêchait d’être libre, j’en avais horreur.   «   Oui, mais pas ce soir … »      Que je disais tout en me levant et en tentant ne pas me prendre le pied dans la table basse qui était presque collé au canapé. «   Faire de la luge là maintenant ! »      Que je disais sourire aux lèvres pinçant ces dernières.   «   Non je rigole … mais du traineau … je risque rien … pitié … »      Pourquoi j’étais prête à le supplier ? Aucune idée, mais peu importe, je voulais bouger, je n’allais pas voir les paysages et tout, mais je pourrais profiter des sensations que ce glissage sur neige allait m’offrir grâce à ces chiens.

LUCKYRED

_________________
follow your heart and stars
C'est l'histoire d'une fille triste et solitaire, qui n'a jamais trouvé sa place nulle part. Une bombe humaine sur le point d'exploser. Une cocotte-minute constamment sous pression dans laquelle bouillonnent depuis trop longtemps du ressentiment, de l'insatisfaction, une envie d'être ailleurs.  — LUCKYRED.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
☞ ÂGE : 31 ans
☞ STATUT : Célibataire
☞ PROFESSION : Policier en année sabbatique, aide à domicile
☞ BAFOUILLES : 69 ☞ PSEUDO : S-P-F
☞ AVATAR : Stephen Amell
☞ CREDITS : tearsflight
☞ MULTI-COMPTES : Jadyn l'avocat des divorces

MessageSujet: Re: Posés au coin du feu ▬ Mattie   Dim 29 Jan - 11:51


Mattie & Judd

Posés au coin du feu
Judd a été pris de court quand on lui a dit qu’ils allaient, lui et Mattie, devoir trouver un nouvel endroit où dormir le temps de quelques jours, le temps que des spécialistes viennent exterminer ces putains de cafards. Si au début ça n’avait pas arrangé les affaires de Judd qui est quand même ici pour essayer de découvrir certaines choses à travers les affaires personnelles de Mattie, finalement ça lui va. Il fait froid c’est vrai mais bon, au moins ça change et ça leur fait voir autre chose que l’appartement de Mattie… Voir autre chose… C’est sans doute des mots très mal utilisés pour parler de la situation étant donné l’handicap de la jeune femme et c’est dans des moments comme cela que Judd remercie l’univers de ne pas avoir donné des pouvoirs de lire dans les pensées des autres car pas si sûr que Mattie le prenne bien. Quoi que, elle pourrait lire de son lapsus involontaire, ça va quand même un minimum mieux désormais. Depuis qu’elle sait très clairement pourquoi il est ici – du moins la partie officielle – elle n’a pas l’air de lui en vouloir à lui mais plus à son cousin qui l’a embauché. Il ne veut pas que leur relation se dégrade mais au moins ce n’est pas lui qui ramasse la colère de la jeune femme. Autant dire qu’il ne va pas se plaindre loin de là. Il commence à la connaitre, il sait qu’elle n’a pas un caractère très facile, il n’y a qu’à voir la manière dont elle l’a accueilli le premier jour, elle a mis un moment à finir par lui ouvrir la porte, c’était loin d’être gagné. En tout cas là il est bloqué dans ses plans mais bon, au moins ils se trouvent dans un cadre assez idéal. Ce n’est pas en Corse qu’il peut se trouver dans un endroit comme celui-là, quoi que. Le froid n’est pourtant pas facile à supporter mais heureusement, le feu de la cheminée réchauffe très rapidement et il est agréable de rester devant. Ici il doit aider Mattie, le cadre ne change pas il est toujours son employé, mais il a quand même l’impression d’être en légères vacances. Rentrant dans le chalet avec le bois nécessaire, il a l’impression d’être congelé mais il ne peut s’en prendre qu’à lui étant donné qu’il n’a mis qu’un gros pull avant de sortir. Allant mettre quelques buches dans le feu pour l’alimenter, il se tourna vers Mattie pour l’écouter parler de ses envies. Fronçant les sourcils, il ne sait vraiment pas ce qu’elle a dans la tête, elle est parfois imprévisible et ce n’est parfois pas de tout repos. « D’accord, je fini de m’occuper du feu et je monte la chercher ! » Vu qu’il fait bon dans le chalet, cela annonce qu’ils vont devoir sortir. Il ferait mieux d’en profiter pour prendre la sienne, ça sera mieux. « Plus tard ? C’est-à-dire ? » C’est quand même une large fourchette, s’ils mangent dans une heure ce n’est pas pareil que quatre heures. Judd n’a pas forcément faim mais il ne faudrait pas non plus sauter un repas. En tout cas, même s’il avait fini le feu et qu’il devrait aller chercher ce qu’elle lui a demandé, il attendait ce qu’elle avait en tête parce que là tout de suite, ça ne lui dit rien, on ne sait jamais. Judd écarquilla ses yeux en l’entendant, luge ? Mais elle ‘nest pas bien, entre sa grossesse et le fait qu’elle ne puisse compter que sur Judd pour la guider, ça ne le rassure pas des masse. C’est lui qui est responsable et il ne sait pas si c’est bien pour une femme enceinte. Il n’a pas à juger mais il ne veut pas non plus prendre de telles responsabilités. « C’est quand même risqué, enfin je ne voudrais pas qu’il arrive quelque chose… enfin… » Il ne sait pas. Il n’a jamais fait de chiens de traineau, il ne sait donc pas si c’est dangereux. Mais est-ce qu’il a le choix ? Il est payé, hébergé et ça lui laisse l’occasion de faire ce pour quoi il a quitté la France le temps de quelques mois alors ce n’est pas vraiment à lui de décider. « Enfin faudrait que j’appelle pour voir si c’est possible dans ton état… » Il parle avant tout de sa grossesse, il ne faudrait quand même pas qu’elle pense qu’il parle de sa cécité « Et s’ils me disent que tu ne risques rien, on ira ! » Il est protecteur c’est vrai mais il ne voudrait pas qu’il lui arrive quelque chose. Il ne dit pas cela parce qu’elle est en quelque sorte sous sa responsabilité mais parce qu’il ne veut tout simplement pas qu’il lui arrive quelque chose, il commence à tenir à elle malgré tout. Mais bon, si elle veut vraiment le faire alors il ne peut pas dire grand-chose de plus « Enfin si tu insistes… » Il prend des risques d’habitude, il a difficilement peur alors peut-être que ça serait l’occasion de redevenir celui qu’il était auparavant.  

LUCKYRED

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walklikeyou.forumactif.org/t488-
avatar
☞ ÂGE : 25 années (27 Juillet)
☞ STATUT : Célibataire et enceinte de 4 mois, je l'ai apprit quand je suis devenue aveugle.
☞ PROFESSION : Ancienne ambulancière incapable de faire son travail depuis un accident qui m'a laissé atteinte de cécité totale.
☞ HABITATION : Avec Judd le chien guide (a)

☞ BAFOUILLES : 242 ☞ PSEUDO : spf
☞ AVATAR : Shay Hotness Mitchell.
☞ CREDITS : tearsflight
☞ MULTI-COMPTES : la jolie Mazéa ♥ (sarah drew)

MessageSujet: Re: Posés au coin du feu ▬ Mattie   Jeu 9 Fév - 22:31

Judd & Mattie

Comme une petite fille tu es à nouveau coincée dans le noir, tu es loin d’être autant en danger que dans ton enfance. Mais ça t’effraie, pourtant tu souris, tu ris et tu vis. Tu essayes et parfois tu chutes pour toujours mieux te relever. Te sentiras-tu capable un jour de t’élever dans le clan des mères malgré cette cécité qui te tue ?  

Ras-le bol. J’en avais marre d’être enfermée de n’être libre de ne rien faire comme je le voudrais. Il faudrait sans doute que je réalise la dure réalité qui était que c’était fini la belle vie pour le moment. Je n’étais même pas sûre qu’après la grossesse ça irait mieux, `que ça serait plus simple. Alors, installée sur le canapé je tentais de trouver une idée, quelques choses à faire, histoire de vivre des émotions fortes, j’avais besoin de ce style de sensation, ça me manquait. Mais mon ventre arrondis prévenait bien que les sensations dont j’étais désireuse était impossible pour mon corps que ce soit pour le bien des bébés ou encore le mien. La chaleur se dégageant de la cheminée venait d’augmenter légèrement et au fur et à mesure ce dernier s’amplifier un peu plus. Sans doute grâce aux buches qui crépitaient dans cette dernière. Je souriais alors que l’idée qui avait germée un peu plus tôt dans ma tête ne cessait de me ronger. Je n’allais pas hésiter pour emmerder Judd pour qu’il cède et m’y emmène ! Ce n’était pas possible d’être à la neige sans même pouvoir en profiter un minimum malgré ma grossesse ou mon tout récent handicap. « Merci ! » Que je finissais par lui dire alors qu’il me disait qu’il allait monter me chercher ma combinaison de ski. Je n’avais pas besoin de lui faire un dessin, du moins je l’espérais avec ce que je venais de lui demander, il devait forcément avoir cerné qu’il allait devoir retourner dehors. « T’as vraiment besoin d’un planning et d’une heure précise pour manger ? » Que je lui demandais bougonnant un peu. Moi mauvais poil ? Peut-être. « Fait comme moi, devient aveugle et tu ne verras clairement pas l’heure qu’il est … puis tu mangeras seulement quand ton estomac criera famine ! » Finissais-je par lui dire, histoire qu’il ne commence sans doute pas à me dire qu’il voulait manger à x ou y heure, il n’allait pas non plus abuser en m’imposant cela. Finalement, je me retrouvais seule dans le salon entendant du bruit à l’étage, attendant tout bonnement et bien sagement qu’il revienne, pour qu’il me donne presque son accord à mon envie, à mon idée. Mais, pourquoi devrais-je le laisser choisir cela ? Il était payé peut-être pas par mes soins, mais par mon cousin, alors ça revenait à la même chose. Le retour de Judd. Je levais les yeux aux mots de ce dernier, si j’avais ma vue il n’aurait pas manqué de se prendre un bon coup en pleine face. « Non, mais s’il m’arrive quelque chose ça me regarde, je me débrouillerais … tu ne penses pas que j’ai assez des personnes voulant me protéger ? » Que je râlais, alors que je bafouillais quelques mots en plus tout en pinçant mes lèvres entres elles. « C’est quoi le but de la manœuvre avec Mason ? » Que je reprenais en hurlant, je devais certainement paraître dingue à cet instant précis. « M’enfermer dans un cocon pour être sûre que rien ne m’arrive ? » Que j’osais demandais tout en claquant mes mains sur mes hanches. Dieu que je venais de taper fort ces dernières. « Bin figures toi que tu peux rappeler à mon cousin … que tous ce que je pourrais vivre ne sera jamais pire que mon enfance ! » Ajoutais en soufflant tout en me cognant le pied dans la table, m’énerver dans un lieu que je ne connaissais pas n’aidait pas. « Maintenant, je veux y aller et sans toi … » Mes mots venaient d’être jeté et j’en avais plus rien à faire de leur discourt basé sur l’envie de me protéger ou que sais-je. Je prenais ma combinaison sans même un merci cette fois-ci, pourtant cette dernière était encore dans ses mains, mais il l’avait lâché en me voyant sans doute la lui prendre. Bref, j’enfilais cette dernière me cognant à plusieurs reprises, mais je tentais de ne pas montrer que cela faisait mal, rien que pour pas que l’autre finisse par s’inquiéter pour moi. Galérant bien à la fermer cette combinaison avec mon ventre assez rond, je finissais par souffler, comme pour me résigner à lui demander de l’aide. Ça me désespérait de ne pas savoir me démerder par moi-même. « Attache-moi ! » M’écriais-je sur lui, sans même savoir où il était exactement. « S’il te plaît » Malgré moi, j’étais comme obligée de le dire, mais ce n’était pas pour autant que cela n’était pas dit sur un ton barbare.

LUCKYRED

_________________
follow your heart and stars
C'est l'histoire d'une fille triste et solitaire, qui n'a jamais trouvé sa place nulle part. Une bombe humaine sur le point d'exploser. Une cocotte-minute constamment sous pression dans laquelle bouillonnent depuis trop longtemps du ressentiment, de l'insatisfaction, une envie d'être ailleurs.  — LUCKYRED.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Posés au coin du feu ▬ Mattie   

Revenir en haut Aller en bas
 

Posés au coin du feu ▬ Mattie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le bon coin
» Colline de coin de table
» MC : nombre de "coin" selon le nombre de joueur
» [RP][Petit Coin des Artisans] Les charpentiers.
» Soirée au coin du feu {PV Cassy} [Autres pouffy en PNJ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WALK LIKE YOU :: BAD CRAZY :: LES RPS ARCHIVES-