AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 déchirures (Matson #4)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar
☞ ÂGE : 38 ans
☞ STATUT : Reloading.
☞ PROFESSION : Policier
☞ HABITATION : Dewsbury Moor

☞ BAFOUILLES : 3233 ☞ PSEUDO : Squirowl.
☞ AVATAR : Pedro Pascal
☞ CREDITS : squirowl
☞ MULTI-COMPTES : aucun

MessageSujet: Re: déchirures (Matson #4)   Mar 28 Mar - 19:12


   
           

             
Déchirures


   Aimer jusqu'à la déchirure Aimer, même trop, même mal, Tenter, sans force et sans armure, D'atteindre l'inaccessible étoile.
    MATSON
Je refuse de te perdre. C’est clair comme de l’eau de roche. Je n’ai pas envoyé bouler une vie d’assurance, de bonheur à des kilomètres, pour te laisser t’échapper. Et je n’allais pas baisser les bras aussi facilement que tu l’espère. Je ne dis pas que ce sera facile, loin de là, mais je suis persuadé que l’on s’en sortira. Enfin, j’allais devoir apparemment patienter avant que tu daigne entendre ce que je veux te dire. Mais tu sembles camper sur tes positions aussi fermement que moi. Je ne peux pas vraiment t’en vouloir, au fond puisque moi-même je refuse de bouger le moindre petit doigt. Mais tu ne sembles même pas le vouloir, faisant la sourde oreille à mes arguments. J’avais l’impression parfois de me confronter à un mur. Ça en devenait presque douloureux. Je commençais même à douter de tes dernières paroles, qui m’avaient pourtant touchées en plein cœur. La proximité de nos deux corps ne me rend que plus fébrile, je n’ai qu’une envie : fondre sur tes lèvres. Pourtant je sais que c’est la dernière chose à faire alors je me retiens. Pourtant je dois prendre sur moi. Les pensées sont de plus en plus confuse. Je n’ai qu’une envie te secouer comme un prunier pour te faire entendre raison. Tu ne peux pas partir, t’éloigner de moi et me plonger dans un état de morosité que je ne pourrais pas supporter. Je soupire doucement, me rapprochant de toi sans même m’en rendre compte. Non seulement j’ai besoin de ton amitié dans ma vie, mais je me rends compte, sans avoir voulu me l’avouer, que tu étais bien plus pour moi. Je n’envisage pas de t’éloigner de ma vie, et je me fais la promesse silencieuse de ne pas te laisser faire, même si pour cela je devais aller chercher à l’autre bout du pays. Et tu peux me dire que je suis confus, pourtant en moi-même je suis persuadé du contraire. Et quand je suis persuadé d’avoir raison, il est difficile de me faire entendre raison. Et quand je prends une décision, tu sais qu’il est rare que je revienne dessus, même si je peux tout à fait concevoir que c’est difficile à croire. Je veux que tu comprennes que ce ne sont pas des paroles en l’air. Je veux te convaincre de ma bonne foi. Je soupire, décidément tu étais au moins aussi têtu que moi si ce n’est plus. « Et moi je pense que c’est le contraire. » J’affronte ton regard avant de secouer la tête. « Et si on passe à côté de quelque chose car on ne veut justement rien tenter ? J’en assume la responsabilité de tout perdre. Si tu me tournes le dos là, j’aurais déjà tout perdu. » Ma gorge se noue rien qu’à cette idée. « Et à ce que je ressens… » Je laisse les mots en suspens avant de fondre sur tes lèvres. Mes sentiments passent mieux ainsi. je n’ose pas te toucher, t’embrassant profondément.


   CODES ET AVATARS BY MAY
   


             

_________________


Darkness is your candle.
Nymphadora Tonks ☽ You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walklikeyou.forumactif.org/t254-fire-meet-gasoline
avatar
☞ ÂGE : 38 piges, proche de la quarantaine, mais toujours en forme et il compte bien casser les pieds de ses supérieurs encore un peu.
☞ STATUT : divorcé depuis deux ans de sa femme. Célibataire, amoureux de son meilleur ami, mais qui enchaine les relations d'un soir. C'est la vie.
☞ PROFESSION : lieutenant de police. son boulot est de s'assurer de la sécurité de ses concitoyens, mais également de faire en sorte que la justice soit bien rendue, quitte à mettre sa propre chair derrière les barreaux.
☞ BAFOUILLES : 207 ☞ PSEUDO : mary
☞ AVATAR : andrew cooper
☞ CREDITS : iron
☞ MULTI-COMPTES : ciaran o'malley, le crevettlover.

MessageSujet: Re: déchirures (Matson #4)   Ven 31 Mar - 22:44

Déchirures


   Aimer jusqu'à la déchirure Aimer, même trop, même mal, Tenter, sans force et sans armure, D'atteindre l'inaccessible étoile.
    MATSON
L’entêtement de Matthias le chamboule, lui fait perdre ses moyens à tel point qu’il ne sait plus quoi répondre. La proximité entre eux, créée un véritable raz-de-marée au sein de son être. Sa fébrilité éclate, son cœur bat la chamade, mais ses pensées sont confuses. Matthias ne l’aide pas à se défaire de ces sensations. Au contraire, il rend cela plus troublant en adoptant une posture franche et déterminée, qui lui donne un petit air irrésistible. Les convictions de son ami éclatent les siennes, rendent leur destin plus troublant et inquiétant. Il a peur de ce qu’il pourrait se produire. Le fait de l’entendre évoquer la possibilité qu’il lui tourne le dos lui comprime le cœur et retourne ses tripes avec violence. Cela lui est impossible, invraisemblable, car Judson lui est bien trop fidèle. Même loin de lui, il conserverait cette place de choix qu’il lui a donné depuis tant d’années. Personne ne pourra remplacer l’ami qu’il est, mais il a conscience des tensions que toute cette situation provoque et ce n’est pas facile à gérer. « Il faut parfois prendre des décisions. » Il murmure en écho à ses propos, comme pour tenter de se donner bonne conscience, demeurer maitre de la situation, mais il ne maitrise plus rien à cet instant. D’autant plus lorsque les lèvres de Matthias viennent prendre prisonnière. Un frison de plaisir traverse toute son échine tandis qu’il savoure l’étreinte imposée. Sa bouche s’amourache de la sienne, de manière incontrôlée, car ce contact est enivrant. Il lui fait perdre pied, trouble tout son être avec tant de violence qu’il se retrouve essoufflé et plus perdu que jamais à la fin du baiser. Son regard explose cette fébrilité qui lui taraude les tripes. Il se pince la lèvre, est à court de mots. Il inspire profondément pour tenter de se redonner contenance. « C’est voué à l’échec. Je le sens, Matthias. » Il lâche avec moins de conviction que quelques minutes auparavant. Du bout de sa main, il le repousse avec un peu plus de force avant de déclarer. « Accepte-le, c’est tout. » Il lâche avant de prendre la poudre d’escampette. Il n’est pas prêt psychologiquement à accepter qu’il a détruit le couple d’un ami auquel il tient. Il ne peut pas l’oublier et il mérite de s’infliger ce maux en tentant de réparer les conséquences de ses actes.  

   CODES ET AVATARS BY MAY
   


             

_________________
J'ai encore le goût de nos nuits blanches sur mes lèvres
Un canon sur la tempe, j'ai le coeur et l'âme en paix. Ton doigt sur la détente, fais de moi ce qu'il te plait. C'est violent, mais c'est tendre, presque animal, quand la trajectoire de la balle, épouse les formes de tes hanches.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walklikeyou.forumactif.org/t931-judson-tout-amour-durable-commence-par-de-reveuses-meditations
 

déchirures (Matson #4)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WALK LIKE YOU :: BAD CRAZY :: LES RPS ARCHIVES-