AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Juste la fin du monde (Jamias #6)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar
☞ ÂGE : 38 ans
☞ STATUT : Reloading.
☞ PROFESSION : Policier
☞ HABITATION : Dewsbury Moor

☞ BAFOUILLES : 3233 ☞ PSEUDO : Squirowl.
☞ AVATAR : Pedro Pascal
☞ CREDITS : squirowl
☞ MULTI-COMPTES : aucun

MessageSujet: Re: Juste la fin du monde (Jamias #6)   Ven 3 Mar - 8:24



❝Juste la fin du monde❞
Matthias & James
On finit par engager une vraie conversation, plus personnelle et moins basée sur des banalités. Tu prends de mes nouvelles et j’en fais de même. Je m’inquiète pour toi, et je ne cesserais jamais de le faire. « tu en as pas pris depuis longtemps, en plus, ça ne peut que te faire du bien. » Le fait de savoir que tu es tourmenté à ce point, ce qui est tout à fait normal, me construit une barrière. J’ai du mal à faire sortir les mots de ma bouche. J’ai du mal à dire à voix haute ce qui me semble l’avenir pour notre relation. Je vois dans tes yeux l’espoir que tu mets en moi de revenir vers toi, de reprendre notre relation là où elle s’était arrêtée. Je ne peux pas le faire. Parce que rien ne peut revenir comme avant, pas après le geste que j’ai commis. Tout aurait été plus simple si tu me détestais royalement, si tu m’envoyais bouler en m’insultant de tout les noms d’oiseaux. C’était d’autant plus compliqué que tu semblais être comme un animal blessé, image douloureuse de ma culpabilité. Pourtant j’allais devoir y faire face, assumer mes propres choix, et peut-être que je te donnerais le bâton pour me faire battre mais je l’aurais amplement mérité. Je préfère que tu me détestes, plutôt que l’on devienne deux inconnus, bien trop doué à s’ignorer. « Et bien je n’ai pas envie de le devenir. » Je soupire doucement, pourtant j’étais clair dans ce que je voulais avec toi : et faire comme si on ne se connaissait pas n’était pas dans mes projets. Mais je ne peux m’empêcher de me dire que ma décision amènera inéluctablement à à ça. Alors j’y vais à reculons. J’affronte, pour une fois, depuis le début de notre entrevue, ton regard avant de secouer la tête. « Ce n’est pas ce que je te demande. » Car je ne peux pas oublier mes propres sentiments. Même si je ne suis plus vraiment sur la même longueur d’onde que toi. Je ne pouvais pas oublier ce que j’ai ressenti cette nuit avec Judson, ni mêle l’envie que j’ai de recommencé. Je prends une profonde inspiration avant d’oser avouer. « Mais je ne pense pas que je peux t’offrir ce que tu souhaites. Je… Je ne peux pas revenir » Je baisse le regard, je n’ose même pas affronter la douleur dans tes yeux. Je ne suis vraiment pas fier de ce que je suis devenu.


© Pando
[

_________________


Darkness is your candle.
Nymphadora Tonks ☽ You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walklikeyou.forumactif.org/t254-fire-meet-gasoline
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Juste la fin du monde (Jamias #6)   Ven 10 Mar - 0:05



❝Juste la fin du monde❞
Matthias & James
Les banalités s'échangent, mon état psychique défaillant est abordé. Je n'ai pourtant pas l'envie de l'évoquer en profondeur, mais tu me conseilles de m'accorder une semaine de repos. Si seulement tu comprenais que me retrouver n'est pas l'alternative idéale à mes yeux. J'aurais ce goût de solitude en bouche et le coeur plus décimé encore que me plonger la tête dans le boulot. Je ne saurais pas quoi faire pour savourer cette pause méritée, pour détendre mes nerfs bien rongés. Il n'y a qu'à remarquer ma détresse durant ces derniers jours pour imaginer le degré de ma douleur. Pourtant, j'ai besoin de ce congé, parce que ma vie ne tourne pas rond en ce moment. Sans toi à mes côtés, je perds cette dose de souffle qui envahissait mes poumons et me donnait la sensation plaisante d'être vivant. En ce moment chaque action entreprise est un coup de poignard supplémentaire contre mon cœur, qui accentue cette douleur lancinante. Mais mettre de côté mon métier devient désormais une évidence, même si j'ai lutté pour m'y raccrocher. Je suis incapable de rendre une illustration sans que les défauts ne transparaissent. Mon manque d'imagination est flagrant, les clients ne sont pas dupes et sont peu enclins à dépenser de l'argent pour des dessins fade, sans fantaisie. Il faut que je l'admette et me repose l'esprit, et le cœur, pour retrouver cette étincelle qui m'a quitté. Peut-être pourras-tu m'apporter cette aide essentielle par ta présence, en décidant de revenir près de moi ? Seulement je remarque rapidement que les espoirs qui se figeaient dans mon esprit amoureux seront brisés à coups de vérités tranchantes. Tu tardes à m'avouer ce que tu contiens au creux du cœur, tu tardes surtout à t'exprimer réellement sur ce qui s'obstine à rester bloqué. Tu ne parviens pas à glisser ton choix hors de ta bouche, et je devine dans cette nervosité insistante que l'annonce présume un événement désastreux pour moi. J'ai le cœur qui se serre, la gorge comprimée tant je sens la mauvaise nouvelle arriver. Et elle tombe enfin, massacrant ma poitrine au passage. Tu m'affirmes que tu ne peux pas revenir auprès de moi, car tu ne penses pas pouvoir m'offrir ce que je veux. Et qu'est-ce que je veux au juste ? Je l'ignore moi-même. J'étais même prêt à effacer le mariage et les enfants de ma tête si tel était ton souhait. Alors je me retrouve avec ce désespoir incrusté dans les yeux et les entrailles, me procurant des crampes à l'estomac. Rien que l'idée de vivre sans toi me terrorise, me donne envie de pleurer. « Matt... » Je prononce ton prénom dans une supplique pour que tu relèves la tête vers moi et oses croiser ce regard étincelant de tristesse. « Je veux pas qu'on se quitte... » Je lâche simplement pour te faire part de mes désirs que tu connais déjà. « Dis-moi ce que je dois faire, mais reste. » Je te conjure de ne pas le choisir, je crois que je m'en remettrai jamais.

© Pando
Revenir en haut Aller en bas
avatar
☞ ÂGE : 38 ans
☞ STATUT : Reloading.
☞ PROFESSION : Policier
☞ HABITATION : Dewsbury Moor

☞ BAFOUILLES : 3233 ☞ PSEUDO : Squirowl.
☞ AVATAR : Pedro Pascal
☞ CREDITS : squirowl
☞ MULTI-COMPTES : aucun

MessageSujet: Re: Juste la fin du monde (Jamias #6)   Mar 14 Mar - 18:56



❝Juste la fin du monde❞
Matthias & James
Je m’enquiers de ton état, mais je n’ose pour autant pas entrer dans les détails. Je ne pense pas que je sois la bonne personne en ce moment pour te procurer du bienfait. Ni même celui à qui tu dois te confier. Cela n’empêche cependant pas que je m’inquiète. Je n’ai pas envie que tu fasses une connerie, même si ça me semble pas trop probable. Je voulais juste que tu ne te laisses pas dépérir. Je voulais simplement m’en assurer. De mon côté j’allais tant bien que mal, mais le fait d’avoir pris une pause m’avait pas mal revigoré. Le retour au travail n’avait pas été évident, mais j’en avais marre de tourner en rond dans ma chambre d’hôtel, surtout que ça ne résoudrait vraiment rien. Cependant on finit par arriver au cœur du sujet de cette rencontre. Il fallait bien à un moment donné que j’assume mes décisions. Tu me pousses à le faire, et je finis (enfin) par comprendre que ma propre indécision ne te dessert pas. ce n’est pas pour autant que c’est facile pour moi. Parce que je sais que la souffrance est inéluctable. Je demeurais attaché à toi, tu as été l’homme qui a partagé ma vie, et je ne v-souhaite pas l’oublier. Mais je dois regarder la vérité en face : cette idée de mariage a réveillé une peur en moi qui a tout détruit entre nous car j’ai été incapable de l’assumé avant qu’il ne soit trop tard. J’aurais aimé que ce soit autrement, mais on ne peut pas revenir en arrière. Et judson n’a été que le révélateur de tout cela. Je baisse la tête après cette révélation. Je n’en étais pas vraiment fier. Tout le monde avait probablement raison, j’allais faire la connerie de ma vie, mais je ne peux pas faire autrement. Et peut-être que ça marchera avec lui. Je ne sais pas de quoi l’avenir sera fait, mais je ne peux plus reculer. Je relève la tête avec résignation, je devais affronter ton émotion, ta tristesse, ce que j’avais fais. Je ne peux plus être lâche. Mon cœur se serre en entendant tes derniers mots. « Je ne sais pas si cela est possible, James. » Je secoue la tête, au bord des larmes. Je déteste les ruptures, si je pouvais, je vous aimerais tous les deux, mais ce serait une situation que l’on ne pourra pas tous supporter et surtout toi, je te connaissais. « Je ne sais pas si tu peux faire quelque chose James. » Je mordille ma lèvre inférieure. Ca me détruit de te faire ça, et d’en plus voir que tu ne me hais pas, ce que tu devrais faire.

© Pando

_________________


Darkness is your candle.
Nymphadora Tonks ☽ You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walklikeyou.forumactif.org/t254-fire-meet-gasoline
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Juste la fin du monde (Jamias #6)   Sam 25 Mar - 15:51



❝Juste la fin du monde❞
Matthias & James
Lorsque tu m'as incité à te retrouver dans ce bar, je ne songeais pas à la douleur dont tu pourrais envelopper mon cœur. Je n'imaginais pas non plus que l'annonce d'une rupture serait prononcée, ni même que cette envie te taraudait. Je ne pensais pas que tu voulais me quitter pour rejoindre les bras de ton meilleur ami. Je débordais d'innocence, de naïveté quand j'ai traversé la pièce pour m'asseoir devant toi. J'avais en tête une réconciliation, ou même une simple coupure pour que tu remettes tes idées en place avant que l'on ne se retrouve. Tu as fracassé toutes mes convictions lentement mais sûrement, avant de me faire comprendre délicatement que notre relation sentimentale devait cesser. J'ai le cœur broyé par la souffrance, le souffle coupé tant j'ignore comment me sortir de ce pétrin. L'idée de vivre sans toi m'angoisse, me blase d'avance. Je ne peux pas te laisser faire, ni même partir. « Bien sûr que si ! C'est ça un couple, trouver des solutions et les appliquer pour tenter de satisfaire tout le monde ! » Je commente avec ferveur pour te dévoiler ma capacité à changer, à combler tes attentes et désirs. Tu choisis la voie de la facilité seulement parce qu'on était en désaccord. Je peux oublier le mariage si c'est ce qui te dérange. « Tu peux pas partir juste parce qu'on a une vision différente de la vie pour une fois. » Je commente, le coeur lourd. Je tente de freiner les larmes qui commencent à monter, en respirant un bon coup pour débloquer le poids bloqué dans mes poumons. Mon corps tout entier refuse de te quitter et de vivre sans toi. Je ne peux pas, c'est comme ça. « Ça ne marche pas comme ça. On doit se battre. » Je souffle une dernière fois, mes yeux cherchant les tiens. A moins que la raison profonde que tu n'oses m'avouer c'est que tes sentiments pour Judson sont plus conséquents que pour moi. Alors dans ce cas, je n'aurais plus qu'à m'incliner et à laisser ma place bien gentiment. Tu as pas le droit de le laisser flinguer notre belle histoire. Tu as pas le droit de me laisser flancher dans les abîmes de la souffrance alors que ton bonheur est assuré des deux côtés. Et moi, comment suis-je censé retomber sur mes pattes ? Je ne suis pas un chat. Ni agile ni très courageux, je m'effondrerai sans toi.

© Pando
Revenir en haut Aller en bas
avatar
☞ ÂGE : 38 ans
☞ STATUT : Reloading.
☞ PROFESSION : Policier
☞ HABITATION : Dewsbury Moor

☞ BAFOUILLES : 3233 ☞ PSEUDO : Squirowl.
☞ AVATAR : Pedro Pascal
☞ CREDITS : squirowl
☞ MULTI-COMPTES : aucun

MessageSujet: Re: Juste la fin du monde (Jamias #6)   Mer 5 Avr - 23:37



❝Juste la fin du monde❞
Matthias & James
J’aurais vraiment préféré que tu me haïsses, que tu me traites de toutes les noms d’oiseaux possible, c’est tout ce que je mérite pour ce que je suis en train de te faire endurer. Tu étais un homme génial, incroyablement bon. Et moi, tout ce que je trouve à faire, c’est te faire du mal encore et encore. Piétiner ton cœur. La culpabilité me rongeait, mais je ne méritais pas que tu essayes de l’amoindrir. Je sais que je t’avais donné probablement trop d’espoir, mais il m’était difficile de briser ton cœur, quoiqu’on puisse en penser. J’aurais aimé pouvoir te redonner cet espoir auquel tu sembles tenir vivement. Mais je ne le peux plus. Je ne peux plus faire semblant alors que je sens le fossé se creuser entre nous, et je ne suis pas certain que l’on puisse surmonter cela, même si tu le clâmes haut et fort. Pourtant malgré ce fossé je veux être là pour toi, même d’une manière différente, plus comme un couple, je ne pourrais plus me regarder en face et te donner de l’amour qui n’est pas celui que tu mérites. Alors je tente d’arrondir les angles, ce qui est peut-être une erreur fatale, mais ma nature lâche me pousse à agir ainsi. « Parfois il n’y a pas de solutions James, ou elles ne sont que temporaires, pour se voiler la face. » Je garde mon calme, non pas pour t’énerver davantage, mais pour ne pas envenimer la situation, justement. « James. » ce n’est qu’un souffle alors que tu me supplies de rester. Je n’aime pas te voir comme ça, pourtant je suis le seul coupable. « Je sais que je recommencerais… » Je ne peux pas te cacher que cette nuit a tout bouleversé, tout changé, au point que je sais que je retournerais inévitablement vers lui. Je ne peux pas t’imposer ça, ce n’est pas juste. D’autant plus que, ni toi ni moi, sommes capable d’envisager une sorte de cohabitation. « Doit-on se battre quand on sait que c’est voué à l’échec James ? » On s’est trop enlisé dans nos disputes, moi dans mes secrets pour que l’on puisse revenir en arrière. Je dois affronter ce que je veux, et surtout assumer la conséquence de mes actes. Pourtant je ne te laisserais pas tomber, même si je sais que tu vas refuser de me voir dans un premier temps, c’est totalement logique. Je reste attaché à toi.


© Pando

_________________


Darkness is your candle.
Nymphadora Tonks ☽ You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walklikeyou.forumactif.org/t254-fire-meet-gasoline
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Juste la fin du monde (Jamias #6)   Ven 14 Avr - 18:38



❝Juste la fin du monde❞
Matthias & James
L'alternative que tu décides de prendre apparaît plus nettement au fil des minutes qui s'écoulent. La douleur au fond de mon cœur n'est plus capable d'être épongée maintenant que tu prends l'initiative de me quitter, de me délaisser pour un homme méprisable. Tu ne l'annonces jamais clairement, tu es bouffé par les remords et l'angoisse de le souffler à haute voix. Tu voudrais que je l'épargne, mais mon âme est déjà prête à exécrer Judson, cet homme feignant l'amitié parfaite. Oh ça oui, pour mentir tous les deux, vous avez été les rois. On pourrait vous accorder un prix de l'excellence, tant votre comédie a été réalisée avec brio. Ta manière de me plonger dans l'inconscience par pure lâcheté me semble grotesque, inexcusable. Pourtant je suis incapable de vivre sans toi et c'est une réalité que tu devrais comprendre un jour ou l'autre. « Y'en a toujours une Matt. Toujours. » Je prononce avec franchise, l'esprit direct, pour te faire comprendre que tu te trompes. « Avec un peu de communication et d'amour, on peut réussir à tout faire. » Je suis optimiste sur notre évolution, sur la possibilité qu'on avance tous les deux. En y mettant les moyens, on pourrait se reconstruire et former une véritable solidité entre nous. Si seulement tu cessais de mettre Judson entre nous deux, car il est non seulement un frein, mais aussi un danger évident pour notre couple. Tu me le fais d'ailleurs remarquer avec expertise, m'avouant que tu n'auras pas le pouvoir d'arrêter vos ébats sexuels. Prends-toi ça dans la gueule, James. « Pas si tu arrêtes de le voir. » Si tu fais des efforts de ton côté, on peut s'en remettre. Je suis prêt à te pardonner si tu m'accordes un peu de temps pour digérer. « C'est pas voué à l'échec. Tu pars défaitiste. » J'y crois et je peux y croire pour deux. Ton cœur peut regagner en engouement, en passion aussi, et on parviendra à trouver la force de se reconstruire. Donne-moi une seule chance et évince ton meilleur ami de l'équation, et les choses tourneront dans le bon sens. Vous deux, ce n'est qu'une amourette peu durable vu le mode de vie de Judson ; alors que nous... On le sait tous les deux, nous deux, c'était quelque de fort. D'unique. De fusionnel. Alors comment tu peux me demander de me décrocher de toi alors que je me retiens à toi à chaque instant de mon existence ? « Je veux pas... Tu comprends ça ? Je peux pas. » J'ai les larmes qui me montent aux yeux à la simple idée de te voir disparaître de ma vie. Ma voix est une supplique, un supplice. C'est cruel de te sentir glisser entre mes doigts, de te perdre avec autant de violence, surtout que c'est toi qui as commis les erreurs. Moi j'ai fait que t'aimer, sans relâche, sans frein à ces sentiments passionnés qui me pourrissent désormais la vie et me dévastent le cœur.

© Pando
Revenir en haut Aller en bas
avatar
☞ ÂGE : 38 ans
☞ STATUT : Reloading.
☞ PROFESSION : Policier
☞ HABITATION : Dewsbury Moor

☞ BAFOUILLES : 3233 ☞ PSEUDO : Squirowl.
☞ AVATAR : Pedro Pascal
☞ CREDITS : squirowl
☞ MULTI-COMPTES : aucun

MessageSujet: Re: Juste la fin du monde (Jamias #6)   Jeu 20 Avr - 17:22



❝Juste la fin du monde❞
Matthias & James
Je dois bien finir par t’avouer cette vérité, c’est bien pour éclaircir tout cela que l’on se rencontre dans un lieu neutre, là où on n’a pas de souvenirs en communs pour nous plonger dans une ambiance nostalgique. Ce n’est pas facile, même si je tente de te montrer, plutôt difficilement, un certain calme. Mais tu me connais que trop bien et je sais que tu vas forcément percevoir mon angoisse de te briser le cœur, parce que c’est ce que je vais faire bien malgré moi. Et je ne peux plus changer le cours des choses, plus maintenant. Je suis allé bien trop loin pour que tout redevienne comme avant, même si le désires plus que tout, je le vois dans ce regard implorant que tu me lances. Je te pousse même à me détester, ce que tu sembles ne pas vouloir faire. Pourtant je méritais qu’une seule chose c’est que tu me piétines le cœur. Je secoue la tête de droite à gauche. « Peut-être, mais elle n’est bonne pour aucun de nous. » Je suis tout aussi buté que toi quand je le décide. Tu continues sur ta lancée. « Justement il n’y a plus de communication depuis un moment. » C’est juste un constat. Depuis un certain temps on file comme des anguilles dès qu’un sujet épineux se présentait face à nous. De plus tu me demandais une chose qui demeurait impossible pour moi. Mettre hors de ma vie Judson était bien au-delà de mes forces. Même si je t’aurais choisi, il demeure une personne importante dans ma vie. Tout comme je n’accepterais pas que Judson me demande de te sortir de ma vie. « C’est impossible. » Je souffle, ma voix reste posée, je ne veux pas une énième dispute entre nous. Pourtant je ne suis pas du même avis que toi. Je pars plutôt réaliste, pour une fois. « Il y a peu de chance que l’on reconstruise quelque chose, même si tu y crois James. Il y aura toujours ça entre nous. Qu’on le veuille, ou non, il y aura toujours cette ombre. » Je me tais, je sais que je piétine la moindre once d’espoir pour toi. Tu me supplies de rester car tu ne peux pas faire autrement. J’ai le cœur qui se serre face à cette déclaration, pourtant je sais que je ne peux rien changer. Le mal est fait. Je me déteste que davantage pour t’infliger ça. Ma douleur n’a même pas le droit d’exister. Je laisse le silence planer entre nous, la douleur est telle qu’on n’a plus rien à se dire. « Je pense que je devrais y aller. » Je te souris maigrement avant de prendre ma veste. « Fais attention à toi James. » Ultime conseil avant de sortir de cet endroit.

© Pando
[/quote]

_________________


Darkness is your candle.
Nymphadora Tonks ☽ You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walklikeyou.forumactif.org/t254-fire-meet-gasoline
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Juste la fin du monde (Jamias #6)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Juste la fin du monde (Jamias #6)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» come back + charlie&sarah
» Un Monde Parfait
» Juste avant la Bibliothéque, et vous êtes arrivés
» Le monde du jeu 2010, 10-11-12 septembre
» Inauguration de la plus puissante turbine à gaz au monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WALK LIKE YOU :: BAD CRAZY :: LES RPS ARCHIVES-