AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Jadéa + Le passé est important , malheureusement , il ne frappe pas toujours au bon moment.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
☞ ÂGE : 22 ans
☞ STATUT : célibataire , mais attiré par son ex qui est son professeur
☞ PROFESSION : étudiante en droit et en art
☞ HABITATION : dans une colocation

☞ BAFOUILLES : 397 ☞ PSEUDO : spf
☞ AVATAR : belle thorne
☞ CREDITS : viceroy
☞ MULTI-COMPTES : Mattie ( Shay Mitchell) l'aveugle et Cappie ( Rachel Bilson)
La femme en cavale

MessageSujet: Jadéa + Le passé est important , malheureusement , il ne frappe pas toujours au bon moment.    Jeu 17 Nov - 22:30

Jadyn & Mazéa

Regarde ton passé, caresse cet homme qui t’a fait sentir humaine et vivante à la fois. Tu n’étais plus si faible, tu étais solide, puis à la moindre petite peur , tu as baissé maladroitement les bras, comme si tu ne pouvais pas glisser ta main dans la sienne. Puis combattre ensemble.

Tout était une question d’organisation quand on  était mère dans une famille monoparentale. C’était un choix plus qu’une obligation que d’être maman sans aucun papa. Oui, j’aurais bien entendu pu  avoir le père de Jackson avec moi, Jadyn, mais c’était bien trop compliqué quand j’avais vu Kendall. J’avais toujours l’impression d’expliquer ce départ et cette fuite ainsi et que finalement je n’avais peut-être pas forcément assez songé à tout ce que ce simple choix pouvait apporter dans ma vie. Beaucoup de grabuge, si j’osais réellement y songer. Du chagrin et des peut-être incomplets. Si j’étais restée, je ne savais clairement pas ce qui aurait pu se passer avec Jadyn, cela aurait pu partir en cacahuète, me retrouver complétement morte ou sans défense face à Kendall. Ce qui m’énervait le plus ? Que j’arrivais encore à me sentir plus faible que les hommes et donc rien parfois sans eux. D’un sens le célibat me comblait de bonheur rien que pour ça, pour le fait d’être libre de tout choisir et de faire des erreurs sans m’en prendre plein dans la face. Aujourd’hui, je n’avais pas grand-chose à faire. Le samedi était plutôt tranquille, surtout que Jennalyn avait pris mon fils avec elle, pour l’emmener avec elle. Ce qui me laissait la journée pour vaquer tranquillement à mes occupations. Bronzer, dormir, manger et faire la fête. Pardon. Je me suis trompée de liste, ça c’était le rêve de ma journée, la vérité était tout autre. Ménage, linge, repassage et courses. Très glamour.  Ma journée promettait d’être longue et peu captivant. Il était sûr que je finisse sur les rotules à la fin de la journée, mais Jackson me donnera forcément un peu de son en train pour me remotiver et tout ! J’en étais sûre. Je m’étais hâtée à la tâche, le ménage fût bien difficile, parfois je me demandais depuis quand je ne l’avais pas fait à fond, autant que ça. Non, ce n’était pas non plus une porcherie, mais tout de même.  Le linge fût laver et plier ainsi que repasser pour ce qui était vraiment dans l’obligation de l’être. C’était passionnant à faire tout autant que ça serait intéressant à lire à vrai dire dans un bouquin ou autre. Mais, j’étais arrivée à bout des choses les plus chiantes de ma liste. Les courses ? Pour moi c’était une partie de plaisir, enfin bien plus quand j’y allais avec mon amie, avec qui on faisait tout et n’importe quoi, comme des enfants ou adolescentes, ça faisait du bien de lâcher la pression de la sorte. Alors, que je prenais ma douche, je finissais par me laisser à chantonner cette chanson qui  passait à la radio, sourire aux lèvres, alors que je n’avais pas reconnu que je chantais une chanson de monsieur bieber. Pas que j’aime forcément ce personnage, mais les chansons étaient parfois plutôt pas mal.  M’époumonant à en perdre la tête et à en crever quelques tympans dans la rue, je finissais par sortir et me sécher. Très rapidement, je fus habillée et maquillée. Donc fin prête à faire les magasins, enfin le supermarché.  Le passage en voiture fût comme dans celui de la douche, sans l’eau. À moins qu’à force de chanter, je finissais par faire tomber la flotte sur notre charmante petite ville ? Possible, mais pour le moment, nous avions un petit soleil parfois caché par les nuages, malgré le petit vent doux nous laissant dans une atmosphère tout sauf chaleureuse, ça allait plutôt pas mal, pour ce qui était de la météo.  Rentrant dans le magasin comme à mon habitude sans aucune liste, j’adorais faire au feeling et fort souvent je me retrouvais à devoir faire des courses dans le courant dans la semaine, car j’avais oublié des choses. Une petite tête digne d’être une Dory. J’arpentais les rayons un à un repassant parfois plusieurs fois dans certains d’entre eux. Tourner en rond, c’était pas fort passionnant. J’avais un peu de tout dans mon caddy, alors que je regardais les fruits proposés dans les étalages, prenant une pastèque, détaillant petit à petit le contenu de mon chariot, je finissais par repérer ce qui pouvait me manquer. Des yaourts. Des bonbons et d’autres choses. Passant pas l’allée des bonbons et des gâteaux, je prenais aux goûts de mon fils, alors que  je prenais certaines choses pour moi. Passant dans le rayon des jouets, je choisissais par plaisir de prendre des playmobils à Jackson, alors que j’étais loin d’avoir fini mes courses. Allant du coup aux yaourts, je prenais certains d’entre eux après avoir laissé mon caddy devant le rayon, pour ne pas bloquer les gens à l’intérieur. Enfin, revenant les bras chargés à ce dernier, je regardais par la même occasion, si je ne voyais ps d’autre chose qu’il me fallait. Puis bam.  Le gros pot de danette se renversa sur le sol après que je sois rentrée dans quelqu’un. À moins que ce soit l’inverse ? Aucune idée.   «  Merde ! » Relevant les yeux, je me retrouvais nez à nez avec Jadyn. «  Sérieusement … » Je haussais les sourcils tout en soufflant. «  Tu me suis ou quoi ? » Je regardais mes pieds pleins de  ce pot de yaourt géant s’étant renversée sur Jadyn et sur moi, enfin sur nos pieds. Je devais le remercier pour ça aussi. «  Tu aurais du rentrer dans ton pays, ça serait jamais arrivé comme ça ! » Mauvaise que j’étais. Sur le coup, je sautais sur l’énervement, pour ne pas penser au fait que dernièrement j’avais pas mal pensé à lui, je l’avais vu au loin à la firme, ne pouvant pas éviter mon travail sans raison pendant des semaines, je n’avais tenu que quelques jours.  J’avais fini par me poser des questions sur le comment aurait pu être les choses si j’étais restée. Mais, forcément ce n’était que des si, donc des pensées presque inutiles. Je n’étais pas restée.

LUCKYRED

_________________

 
 
true love  ...   never waits
Ne me dites pas de ne pas pleurer, de me calmer, d'êtres moins excessive, d'être raisonnable. Je suis une créature émotionnelle, c'est ainsi que la Terre a été créée. Que le vent continue à polliniser. On ne dit pas à l'océan Atlantique de se contrôler. — LUCKYRED.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
☞ ÂGE : 35 ans
☞ STATUT : Célib
☞ PROFESSION : Avocat et prof de droit
☞ HABITATION : .

☞ BAFOUILLES : 152 ☞ PSEUDO : S-P-F
☞ AVATAR : Milo Ventimiglia
☞ CREDITS : breakeven
☞ MULTI-COMPTES : Judd le policier infiltré et Zoélie la patissière sexy
Le mari largué

MessageSujet: Re: Jadéa + Le passé est important , malheureusement , il ne frappe pas toujours au bon moment.    Jeu 24 Nov - 23:52

Jadyn & Mazéa

Regarde ton passé, caresse cet homme qui t’a fait sentir humaine et vivante à la fois. Tu n’étais plus si faible, tu étais solide, puis à la moindre petite peur , tu as baissé maladroitement les bras, comme si tu ne pouvais pas glisser ta main dans la sienne. Puis combattre ensemble.

TUn samedi comme un autre pour Jadyn. Ou du moins comme il en avait l’habitude autrefois lorsqu’il vivait encore sur le continent américain. Aujourd’hui il a prévu de ne rien faire de sa matinée pour au final passer faire deux trois courses, rien de bien fatigant avant de rentrer chez lui où des amis vont le rejoindre pour regarder un match de foot sur sa grande télévision avant de peut-être sortir après le dernier coup de sifflet soufflé. Si le reste de la soirée n’est pas encore programmé et qu’ils verront bien ce qu’ils feront au feeling, le repas du soir devant le match dans le genre clichés, c’est déjà tout prévu. Bière, chips, les s elles, arriveront lorsqu’ils auront commandés. Tout un programme cliché mais qui sont l’annonce pourtant d’une excellente soirée. Les soirées entre potes, c’est tellement excellent et Jadyn n’en a pas eu depuis une éternité. Avant il en faisait souvent, au grand drame de sa femme qui était à l’époque sa fausse femme et aujourd’hui sa future ex-femme, dans le genre compliqué on ne fait pas mieux. En tout cas depuis qu’il est arrivé en Angleterre, il n’a pas vraiment eu l’occasion de se faire ce genre de soirée alors il avait sauté sur l’occasion en proposant à quelques amis qu’il vient de se faire et ça a l’air d’avoir plus puisqu’ils ont tous répondu positivement. Il fallait donc qu’il se bouge le cul pour aller acheter tout cela et en profiter pour faire quelques courses en plus puisqu’il n’a pas forcément le temps d’y aller en semaine à cause de ses heures supplémentaires. Faut dire que lorsqu’il finit de bosser la plupart du temps les magasins sont déjà fermés alors il en a marre de manger à commander ou encore à emporter en passant vite fait en rentrant. S’il peut acheter quelques trucs et se faire une petite réserve, il ne dit pas non. Surtout que bon, il a tout le temps qu’il veut puisque ses potes ne viennent pas avant plusieurs heures. Seulement voilà, Jadyn a horreur de faire les courses, ça a toujours été le cas et il ne sait pas si ça changera un jour. Il trouve que c’est une énorme perte de temps. Il aurait pu commander sur internet et venir chercher ses achats en voiture mais là encore c’est une perte de temps il trouve car ne sachant pas trop quoi il va s’acheter, il a l’impression de passer plus de temps devant son écran d’ordinateur plutôt que dans les rayons de supermarchés. De toute façon on ne peut pas vraiment dire qu’il ait le choix puisqu’il vit seul. A moins de se laisser mourir de faim et de piquer des affaires style papiers toilettes au travail, il doit faire avec. C’est donc en prenant tout son temps qu’il s’est rendu au magasin. Au lieu d’y aller une bonne fois pour toute en quatrième vitesses pour avoir plus rapidement terminé, il y va en râlant et prend tout son temps donc ce n’est pas bien malin. Passant dans tous les rayons, une fois, deux fois peut-être même plus, rien ne le tente. C’est le désavantage d’aller faire les courses le ventre plein, on a envie de rien acheter et le contraire existe. Enfin, il va devoir faire avec. Son caddie était pratiquement plein mais il ne pense pas que tout y est. En même temps c’est surtout des trucs pour ce soir, à savoir des bières et des paquets de chips à toutes les saveurs inimaginables, par contre pour son stock pour la semaine, on repassera. Faut qu’il fasse des efforts puisque demain, il se connait, il n’aura pas le courage de se lever tôt dans le seul but d’aller faire des courses. Autant qu’il profite d’être présent. Pourtant, il faut croire que l’envie de ne pas être là se fait ressentir car il n’est pas très attentif. La preuve en est puisqu’il fonça dans quelqu’un, même s’il est persuadé de ne pas être en tort et il se retrouva avec un yaourt sur ses chaussures toutes neuves, génial, elles vont devoir faire la connaissance de son pressing. Autant dire que l’envie se barrer de là était présente, encore plus lorsqu’il vit la personne fautive : Mazéa. C’est une blague au juste ? « T’as décidé de venir encore une fois pourrir ma vie ou comment ça se passe ? » Ces mots sont peut-être durs mais quand on considère le fait qu’elle se soit barrée sans même un au revoir ni même d’excuses la dernière fois, on ne peut pas s’attendre à autre chose de la part du marié abandonné. « Bien sûr, j’ai que ça à faire de te suivre, venir voir quelle marque de café tu achetés ! » Il lève les yeux au ciel. S’il l’avait suivi la dernière fois, remontant les marches pour lui faire face, il avait une raison, il voulait lui faire face après son départ. Là il n’aurait aucune raison de le faire. Elle est sérieuse à lui dire de rentrer dans son pays ? Non mais il a l’impression d’halluciner. Rassurez-le, dites-lui que c’est une blague il en a besoin. « T’es sérieuse ? » Il veut au moins en avoir le cœur net. Il ne va pas faire demi-tour, fuir, il n’est pas comme elle-même si là l’envie est bien présente tellement ça plus le fait de faire les magasins lui prend vraiment la tête. « La prochaine fois regardes devant toi avant d’agresser les gens ! » Il ne lui a pas parlé de la sorte depuis le début de leur mariage, quand ils ne pouvaient pas se voir en peinture mais qui restaient mariés pour leurs propres raisons. Depuis, ils se sont entendus, peut-être même trop et ça donne ça au final, des rancunes non oubliés et présentes parce que le jeune avocat spécialisé en divorce n’arrive pas à aller de l’avant. Cette femme l’a rendu fou et malheureusement il aurait préféré qu’elle l’énerve juste, ça serait beaucoup plus évident, or là c’est n’est pas vraiment le choix. Elle l’énerve certes, mais pas que.

LUCKYRED
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
☞ ÂGE : 22 ans
☞ STATUT : célibataire , mais attiré par son ex qui est son professeur
☞ PROFESSION : étudiante en droit et en art
☞ HABITATION : dans une colocation

☞ BAFOUILLES : 397 ☞ PSEUDO : spf
☞ AVATAR : belle thorne
☞ CREDITS : viceroy
☞ MULTI-COMPTES : Mattie ( Shay Mitchell) l'aveugle et Cappie ( Rachel Bilson)
La femme en cavale

MessageSujet: Re: Jadéa + Le passé est important , malheureusement , il ne frappe pas toujours au bon moment.    Sam 14 Jan - 18:24

Jadyn & Mazéa

Regarde ton passé, caresse cet homme qui t’a fait sentir humaine et vivante à la fois. Tu n’étais plus si faible, tu étais solide, puis à la moindre petite peur , tu as baissé maladroitement les bras, comme si tu ne pouvais pas glisser ta main dans la sienne. Puis combattre ensemble.

Des courses un Samedi. Rien d’étonnant quand on est une femme d’affaire doublé de mère élevant seule son enfant. Un choix, une fuite. C’était un tout le fait que je sois seule. Les si et les peut-être avait longuement parcourut mon esprit, finissant par me rendre compte que les oublier étaient le mieux pour moi. J’allais finir avec une dépression nerveuse à force d’y penser. Ces deux mots cités plus haut n’allaient clairement pas m’aider à modifier ma vie, cette dernière était plutôt pas mal, j’avais agi dans la peur, mais parfois faire autrement était une chose tout bonnement impossible. J’avais perdu énormément par rapport, à cause de Kendall. Surtout ma famille et je ne pouvais pas risquer les choses avec une grossesse. Ce jour-là, ce jour où j’avais finalement décidé de fuir en une petite minute, avait finalement fait que j’avais rayé le père de Jackson de ma vie, sans même un mot et donc explication. Après tout, ce n’était que très complexe entre Jadyn et moi, alors c’était peut-être pour le mieux. Encore des peut-être, ces derniers seront toujours présent, mais je tentais de ne pas y penser. Et au vu de l’endroit où je me trouvais, autant dire qu’y penser n’était clairement le lieu et le moment de le faire. Les courses, je devais remplir mes placards et mon frigo pour mon fils et moi, autant dire pas mal de nourriture, ce petit dévorait pas mal, ce qui était assez normal à son âge, il était en pleine croissance et cela n’allait pas s’arrêter avant ses vingt-et-un ans, donc j’avais de quoi faire. Comme toujours j’étais toujours un peu perdue dans les rayons prenant parfois des choses parfaitement inutile pour moi, mais j’aimais bien acheter à croire, sans avoir non plus la folie des grandeurs ou la fureur d’acheter. Mais cela n’en était pas loin. Je jonchais toujours approximativement les choses de mon caddie et ce qui pouvait en manquer. Autant dire que je cherchais et parfois j’avais du mal à m’y retrouver, puis par la suite dans le courant de la semaine j’allais devoir courir, car j’avais oublié des choses. C’était habituel et cela n’avait pas l’air de me déranger. Chose fausse, vu que ça me faisait courir un peu plus vite dans le courant de la semaine pour pouvoir m’arrêter dans un magasin prendre les choses manquantes. Alors autant bien visé et ne pas devoir me presser dans un autre magasin dans le courant de la semaine. Sillonnant toujours les rayons, je m’étais retrouvée dans celui des yaourts, prenant toujours selon mes envies et les goûts de mon fils. Tout se passait bien dans ma journée, la routine d’une maman, loin d’une petite jeunette prévoyant pas grand-chose. Il allait même peut être me rester quelques heures pour une bonne petite sieste avant que ma cousine ne me ramène mon petit monstre. Ce dernier me manquait déjà, mais faire les courses sans lui était toujours plus pratique qu’avec. Il était tout le temps en train de demander et pleurer, comme tout enfant normalement constitué et vivant, je préférais cela remarque à un enfant ne sachant pas s’exprimer et restant silencieux sans jamais rien avoir à dire. Enfin, tout était bien, jusqu’à ce pot de danette ne s’écrase au sol violemment recouvrant mes pieds ainsi que ceux de la personne venant d’être bousculé ou m’ayant bousculé, je ne saurais vraiment le dire. Après tout on était deux, donc tous deux coupables ? Sans doute. Mais alerte … c’était Jadyn. Forcément les mots sortaient plus vite qu’un missile de guerre pour assommer le jeune homme et autant dire que ce dernier aussi ce voulait violent et piquant. « Désolée de te décevoir, mais celui qui cette fois est venue gâcher la vie de l’autre c’est toi … après tout, je suis partie sans doute pas pour te revoir dans ma firme ou même dans un magasin !» Je pouvais aussi me vouloir piquante et bien plus. J’en oubliais presque le principal …cette maudite danette sur mes pieds. « Expresso si c’était tout ce que tu voulais savoir …» Que je continuais de répondre sur un ton qui passait du neutre à l’agacement. « Oui très … pourquoi t’es encore là ?» Que je lui disais, après tout, il aurait pu fuir et aller voir ailleurs que dans ma vie ? Ma vie serait plus simple, même si je tentais de faire abstraction de sa présence autant dire que c’était compliqué, car j’avais honnêtement pensée à lui dernièrement à lui. Il ne m’avait jamais fait mal, ce qui m’avait fait fuir à vrai dire c’était mes vieux démons répondant au nom de kendall et non au prénom de Jadyn. Je le regardais haussant les épaules et secouant un peu la tête négativement tout en lâchant un petit rire mesquin. « Oui, si toi aussi tu songes à faire attention … car après tout, faut être deux pour se rentrer dedans !» Lui lançant un petit clin d’œil. Pour le coup, je n’avais pas forcément tort, fallait être deux, je ne faisais pas attention, mais lui non plus ! Bref, secouant à nouveau la tête, j’avançais avec mes yaourts encore dans mes mains pour aller poser dans mon caddie, alors qu’en faisant deux petits pas, je finissais par chuter dans les bras de Jadyn tout en faisant tomber le reste. Merci le sol qui glisse.

LUCKYRED

_________________

 
 
true love  ...   never waits
Ne me dites pas de ne pas pleurer, de me calmer, d'êtres moins excessive, d'être raisonnable. Je suis une créature émotionnelle, c'est ainsi que la Terre a été créée. Que le vent continue à polliniser. On ne dit pas à l'océan Atlantique de se contrôler. — LUCKYRED.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
☞ ÂGE : 35 ans
☞ STATUT : Célib
☞ PROFESSION : Avocat et prof de droit
☞ HABITATION : .

☞ BAFOUILLES : 152 ☞ PSEUDO : S-P-F
☞ AVATAR : Milo Ventimiglia
☞ CREDITS : breakeven
☞ MULTI-COMPTES : Judd le policier infiltré et Zoélie la patissière sexy
Le mari largué

MessageSujet: Re: Jadéa + Le passé est important , malheureusement , il ne frappe pas toujours au bon moment.    Sam 21 Jan - 17:47

Jadyn & Mazéa

Regarde ton passé, caresse cet homme qui t’a fait sentir humaine et vivante à la fois. Tu n’étais plus si faible, tu étais solide, puis à la moindre petite peur , tu as baissé maladroitement les bras, comme si tu ne pouvais pas glisser ta main dans la sienne. Puis combattre ensemble.

Si avant qu’un mariage ne se mette entre eux, le caractère de la belle Mazéa avait tendance à exciter Jadyn, là ça a plus tendance à l’énerver que l’inverse. Bon, le fait de l’excitation de l’avocat pour sa femme, ça ne se compte bien et il est tellement en colère contre la rousse qu’il y fait abstraction à chaque fois que leurs routes se croisent même si, fort heureusement, ce n’est pas souvent. Depuis qu’ils se sont croisés dans le plus grand des hasards dans un ascenseur là où il travaille, ils ne se sont pas recroisés. Sans doute est-ce dû au fait que tous les deux ne voulaient pas refaire ce genre de retrouvaille loin d’être appréciable ou bien il faut remercier la chance. La chance ne leur souris pas aujourd’hui apparemment. Déjà qu’il n’aime pas les courses mais en prime il faut qu’il tombe sur Mazéa. Génial. Jadyn ne se laisse tout du moins pas démonter. Il préfère faire le mec qui n’en a que faire même s’il pense que la rousse le connait suffisamment pour savoir qu’il ne prend ni cela avec le sourire, ni sur un ton neutre. Non, il est juste blasé des circonstances. Mais comme la dernière fois qu’ils se sont vus, Jadyn aurait très bien pu s’essuyer les pieds puis partir mener sa petite vie loin d’elle mais non, il faut qu’ils se prennent le chignon encore et toujours. Depuis qu’ils se connaissent ils passent leur temps à se prendre la tête mais là c’est bien loin d’être pour la même raison qu’autrefois. Auparavant c’était la compétition au niveau du travail, aujourd’hui c’est un homme qui s’est fait briser le cœur qui parle. « Crois-moi, si j’avais su avant de venir que tu étais ici j’aurai réfléchi à un autre pays mais maintenant c’est chose faite alors on ferait mieux de s’ignorer ! » Il parle il parle mais il ne sait pas vraiment comment il aurait réagi s’il avait su qu’elle était là au préalable. Là il parle face à sa femme, sous la colère mais à tête reposée, il penserait plus au fait qu’il aurait quand même été tenté de venir quand même, de voir de ses propres yeux qu’elle était en vie. Mais bon, maintenant ils n’ont qu’à s’éviter ou s’ignorer, ils n’ont pas trop le choix, il ne compte pas repartir aussitôt. Le problème c’est qu’ils travaillent ensemble mais bon il faut quand même se sentir heureux, ils auraient pu comme autrefois travailler dans la même branche et devoir se voir à longueur de journée. Là au moins c’est quand même différent. Ils ne sont pas obligés de s’adresser la parole mais malgré cette réflexion, il ne sait pas s’il peut rester loin, la preuve, il est encore là. « Je ne suis pas un lâcheur qui met les voiles aussi facilement que d’autre ! » C’est peut-être dur mais c’était plus fort que lui. La rancœur parle pour lui et ce n’est pas facile. Il ne va pas s’excuser, c’est la réalité. Lui ne va pas se barrer, pas pour si peu en tout cas sinon il va considérer que c’est elle qui a gagné. Jadyn se mit à lever les yeux au ciel. Toujours remettre la faute sur l’autre, c’est typiquement le genre d’attitude qu’ils ont lorsqu’ils font preuve de mauvaise foi. « Qu’est-ce qu’il ne faut pas entendre ! » Dit-il dans un soufflement. Qui pourrait imaginer qu’il est encore amoureux de sa femme quand il agit de la sorte, se montre inflexible. Mais bon, il est tellement en colère contre elle, il n’arrive pas à comprendre son comportement malgré le semblant d’explication qu’elle lui avait fourni la dernière fois. Alors qu’ils allaient repartir chacun dans leur petit quotidien, sans que Jadyn ne comprenne quoi que ce soit, Mazéa chuta et Jadyn la rattrapa de justesse. Son premier réflexe fut de dire « Ca va tu n’as rien ? » Puis il se reprit après l’avoir aidé à se redresser, se refermant dans sa petite carapace qu’il s’est construite après le départ de Mazéa de sa vie « T’as de nouveau 10 ans ou quoi ? » c’est tout lui ça, quand il ne se sent pas au top, il ne peut pas rester gentil bien longtemps, il faut qu’il sort les réflexions et c’est la première chose qu’il a dit en voyant son caddie et les choses tombées au sol. Caddie qui l’a bien étonné étant donné qu’il y a pleins de choses qu’elle ne consomme pas, il le sait mais l’idée d’un enfant ne pouvait pas se mettre dans sa tête. C’est tout simplement impossible pour lui de penser à ce genre de chose en rapport avec Mazéa même s’ils auraient plus tendance à la penser maman de l’enfant d’un autre que d’imaginer qu’un mini lui existe bel et bien. Il a montré en tout cas sa gentillesse en s’en faisant pour elle, tout comme c’était le cas lorsqu’elle est partie sans le moindre mot ni preuve qu’elle allait bien mais ça, il est hors de question qu’elle le décèle chez lui. C’est pour cela qu’il a une carapace tout autour de lui désormais.

LUCKYRED
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
☞ ÂGE : 22 ans
☞ STATUT : célibataire , mais attiré par son ex qui est son professeur
☞ PROFESSION : étudiante en droit et en art
☞ HABITATION : dans une colocation

☞ BAFOUILLES : 397 ☞ PSEUDO : spf
☞ AVATAR : belle thorne
☞ CREDITS : viceroy
☞ MULTI-COMPTES : Mattie ( Shay Mitchell) l'aveugle et Cappie ( Rachel Bilson)
La femme en cavale

MessageSujet: Re: Jadéa + Le passé est important , malheureusement , il ne frappe pas toujours au bon moment.    Dim 5 Fév - 15:47

Jadyn & Mazéa

Regarde ton passé, caresse cet homme qui t’a fait sentir humaine et vivante à la fois. Tu n’étais plus si faible, tu étais solide, puis à la moindre petite peur , tu as baissé maladroitement les bras, comme si tu ne pouvais pas glisser ta main dans la sienne. Puis combattre ensemble.

C’était à se demander si j’attirais les problèmes actuellement ! Qu’avais-je fait pour me retrouver encore et encore en face à face à mon passé ? Si Logan ou encore Jadyn était capable de tomber sur moi sans le vouloir, alors une personne le désirant comme Kendall pourrait arriver sans même crier garde. Je ne savais même pas qui je préférais affronter, sans doute Logan, vu que lui était un ami et non un ancien amant à qui je n’avais jamais dit qu’un petit gars était né de notre relation. Deux rencontres et deux prises de tête. Comme dans le temps, en espérant que ça ne finisse pas comme dans le passé, sinon j’étais sûre que j’allais demander à nouveau une péridurale pour sortir la tête mon enfant. Enfin, regardant Jadyn, levant les yeux à chaque mot débité par ce dernier, je me sentais déjà agacé de ce début de conversation. Comme si sa voix m’hérissait le poil, me donnait quelques frissons. « Tu sais, je peux te payer ton billet de retour … je ne pense pas que tu es grand-chose toi qui puisse te retenir par ici … alors pourquoi ne pas nous éviter à vie ! » Que je venais de rétorquer. J’étais prête à lui payer le billet, réellement, car le voir me rappeler à quel point je m’étais peut être fourvoyée en m’enfuyant à nouveau en laissant le semblant de famille que j’avais à ses côtés, comme quand j’étais partie loin de mon père et de River ainsi Danaé. Je ne pourrais pas oublier les remords que je peux avoir suite à ma fuite loin de lui, mais j’espérais réellement le faire un jour, cependant l’avoir dans les parages n’allait clairement pas aider. « Oui justement ! Je suis celle qui a fui … et toi tu es celui qui me poursuit … je ne savais pas que tu te donnais dans le harcèlement ! » Mon regard fût tout aussi agressif que mon ton, après tout, j’étais partie pour une raison qui pour lui était inconnu à l’équation, alors pourquoi en me voyant n’était-il pas parti, tout bonnement ? Enfin, il avait sans doute des milliers de raison de partir tout pour très peu de raison de rester. Je ne voulais pas comprendre son choix de vivre ici en sachant que j’y étais à moins que ces mots et son cinéma de ne pas vouloir signer les papiers du divorce n’était que du vent. Lui avoir rentré dedans ? Je n’avais jamais compris les personnes désireuses d’excuse quand on se bousculait, après tout fallait être deux pour s’entrechoquer ? Je n’étais pas folle ! Alors si moi j’allais m’abaisser pour dire pardon, chose que j’aurais forcément fait en vrai si ce n’était pas Jadyn, mais là c’était lui, donc c’était totalement différent. « Quoi tu as du mal à entendre la vérité ! » Bon clairement je n’attends pas de réponse, je veux juste partir loin de lui et reprendre mon petit train-train en espérant ne plus devoir le revoir nul-part et qu’il s’en aille. C’est très beau d’espérer, parfois ça se réalise. Marcher d’un pas assuré pour partir loin de Jadyn, mais finalement se retrouver dans ses bras cela en était presque désolant. J’avais les mains libres à présent, pour tenter de me relever de ses bras, je m’agrippais à son tee-shirt et étrangement comme une folle, j’avais humé son odeur qui avait fini par me retourner le cœur, me laissant avec des souvenirs endiablés venant martyrisé mon esprit. Ce fût la voix de Jadyn, qui avait finalement capté mon intention. « Oui … oui ! » Le ton agressif-passif n’était plus là, ma voix était posée presque mal à l’aise et j’avais des tonnes raisons de l’être. La boule au ventre, c’était désagréable cette sensation. « Désolée ! » Pourquoi je m’excusais ? Je ne saurais clairement pas le dire, mais ça avait besoin de sortir, comme si ce simple mot allait guérir tout le reste. Puis Jadyn déposa son regard sur mon caddie, haussant les épaules à sa remarque, je tentais de rester naturelle et surtout de ne rien faire comprendre avec une expression ou un regard. Je ne savais quoi dire, cet abruti venait de me faire fermer mon clapet sans même sans rendre compte. Secouant la tête, je lui offrais un sourire devenant petit à petit ironique. « Ouai … c’est cool d’avoir dix ans … au moins on n’est pas obligé de supporter des pauvres types ! » La guerre était de nouveau devant nos portes ! « Sinon excuse-moi d’avoir une vie avec des amis qui ont des enfants ! » Révéler l’existence de mon fils, celui de Jadyn ? Non. C’était pas possible, je ne me voyais pas faire cette annonce, pourtant je savais qu’un jour ça me tomberait sans doute sur le coin du nez. « Si tu as fini de visualiser mon caddie, j’ai autre chose à faire ! » abandonnant mes courses tombées au sol, je me mettais à la barre de mon caddie commençant à avancer.

LUCKYRED

_________________

 
 
true love  ...   never waits
Ne me dites pas de ne pas pleurer, de me calmer, d'êtres moins excessive, d'être raisonnable. Je suis une créature émotionnelle, c'est ainsi que la Terre a été créée. Que le vent continue à polliniser. On ne dit pas à l'océan Atlantique de se contrôler. — LUCKYRED.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Jadéa + Le passé est important , malheureusement , il ne frappe pas toujours au bon moment.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad
» Le reflet du passé [Terminé]
» Une invitation que,malheureusement je ne peux refuser(PV HC)
» Pour l'histoire , que s'est-il passé en 1994 entre le Dr Theodore et Lavalas
» Quelques interventions de Nickie dans un passé ...recent.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WALK LIKE YOU :: LANDMARKS :: LEEDS-