AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The only thing I want is a taste of your heart | Mattie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
avatar
☞ ÂGE : 25 années (27 Juillet)
☞ STATUT : Célibataire et enceinte de 4 mois, je l'ai apprit quand je suis devenue aveugle.
☞ PROFESSION : Ancienne ambulancière incapable de faire son travail depuis un accident qui m'a laissé atteinte de cécité totale.
☞ HABITATION : Avec Judd le chien guide (a)

☞ BAFOUILLES : 242 ☞ PSEUDO : spf
☞ AVATAR : Shay Hotness Mitchell.
☞ CREDITS : tearsflight
☞ MULTI-COMPTES : la jolie Mazéa ♥ (sarah drew)

MessageSujet: The only thing I want is a taste of your heart | Mattie    Ven 28 Oct - 17:34


   
Mattie Eastwood
NOM + Eastwood c'était le nom de famille de ma mère. J'ai changé de prénom suite à mon histoire avec mon père.  Alors, vers l'âge de seize ans, j'ai quitté le nom de Hawthorne à tout jamais. PRÉNOMS + Mattie. Ma grand mère se prénommée Mathilda et mes parents  on voulu lui rendre homme en me donnant son surnom en prénom. Mon second prénom est Hénorah le prénom de ma seconde grand-mère.  ÂGE + Vingt cinq annnées.LIEU DE NAISSANCE + Johannesburg en Afrique du Sud. NATIONALITÉS & ORIGINES + Je suis Afro-Américaine  de Nationalité et j'ai des orignies Cubaine de part mon grand-père paternel ainsi que des orignies française de part ma grand-mère maternelle.  ORIENTATION SEXUELLE + bisexuelle , j'en suis bien sûre . STATUT SOCIAL + Je suis  célibataire et enceinte de quatre mois à présent ... j'ai découvert ma grossesse lors d'un accident qui m'a couté la vue, je suis depuis enceinte et atteinte de cécité complète. OCCUPATION + Ancienne ambulancière qui ne sait plus quoi faire. Que faire quand on est aveugle ? Elle cherche de quoi s'occuper, mais pense à reprendre des études, dés qu'elle maîtrisera parfaitement le braille. SITUATION FINANCIÈRE + Je me retrouve dans les normes, cependant j'ai pas mal d'aide financière au vu de ma nouvelle situation et des indémnités de part mon accident. AVATAR + SHAY HOTNESS MITCHELL. CRÉDIT + PRIMBIRD.

   
A quelle team appartiens-tu ?

   
Pour remplir le test, il suffit de rajouter "checked" au code de la réponse de votre choix. Par exemple :  INPUT type="checkbox" name="choix1" value="1" checked

   
1. Quel est ton rapport à la bouffe ?

;
   
   
   
   
Tu n’y penses que quand elle est dans ton assiette. Mais une fois que c’est le cas, c’est limite si tu ne lui fais pas l’amour.
Avoir une bonne hygiène de vie est important pour toi, alors tu fais attention à ce que tu manges. Il t’arrive quand même de te faire plaisir.
La bouffe, c’est toute ta vie. Du moment que c’est bon, tu pourrais avaler n’importe quoi.
Il t’arrive parfois de sauter ou d’oublier un repas, ça ne change pas grand-chose à ta vie.
2. Tu es cloué(e) au lit à cause d'une grosse grippe.

;
   
   
   
   
A l’article de la mort, tu crois toujours que ta fin est proche. Alors tu te plains, t’en rajoutes toujours trois caisses sans avoir l’impression de rajouter. De toute façon, personne ne te comprends.
Même malade, on ne t’arrête pas. Ce n’est pas parce que tu es cloué(e) au lit que tu ne peux rien faire. Alors tu t’actives comme tu peux : mots-croisés, lecture, prise de notes…
Enroulé dans ta couette avec juste les yeux qui dépassent, tu profites du temps que tu as pour regarder les feuilletons débiles de l’après-midi.
Tu te laisses dorloter et profites de ces petits moments. Tu partages ta souffrance … et tes microbes avec ta moitié. De toute façon, à deux, tout est mieux.
3. Quel est ta grande qualité ?

;
   
   
   
   
Tu es fidèle aussi bien en amitié qu'en amour.
Tu as un look d’enfer.
Ton sens de la répartie est sans pareil.
Plus gentil(le) et drôle que toi, ça n’existe pas.
4. Quel est ton gros défaut ?

;
   
   
   
   
Tu as une peur maladive des enfants … enfin tous ceux qui ont moins de 18 ans.
Tu reprends toujours les gens sur leurs fautes de français.
Tu te mêles d’absolument tout, que ça te regarde ou pas.
Tu as tendance à changer brutalement de sujet de conversation quand tu ne te sens pas concerné(e) ou à ton avantage.
5.Ton humour est plutôt…

;
   
   
   
   
Cynique. Tes jeux de mots ont tendance à être tellement recherchés que tu es bien souvent le/la seul(e) à les comprendre.
Hystérique. Quand tu te laisses emporter, tu deviens vite incontrôlable, au point que plus personne ne voit où tu veux en venir.
Crétin. Au fond, tu n’as jamais décroché de l’humour pipi-caca, et les blagues débiles sur le sexe t’amusent toujours autant.
Enfantin. Tu es bon public, tu ris d’un rien avec tout le monde.
6. Au bar tu es plutôt…

;
   
   
   
   
Celui ou celle qui boit des trucs assez cher.
Celui ou celle qui boit sa pinte cul-sec pour gagner un concours.
Celui ou celle qui participe à toutes les conversations mais n’en lance jamais aucune.
Celui ou celle qui ne boit pas, eh oui il faut bien un Sam.
7. Quelles sont tes techniques de drague ?

;
   
   
   
   
Tu as toute une liste de techniques diverses et variées qui fonctionnent à tous les coups.
Tu subis toujours les plans foireux de ton copilote comme avec le fameux « salut, j’te présente mon/ma pote ? ».
Tu ne sais pas draguer, mais ce sont les gens qui viennent à toi, pas l’inverse.
Tu déballes tous tes atouts tout en abordant différents sujets. Il y en a forcément un qui va accrocher.
8. Quelle relation entretiens-tu avec ton apparence ?

;
   
   
   
   
Tu ne nies pas avoir quelques complexes, mais tu essaies de passer outre.
Tu sais exactement comment te mettre en valeur et tu es tellement obnubilé(e) par ton apparence c’en est devenue une obsession.
Tu sais ce que tu vaux et que tu sois sur ton 31 ou que tu sortes à l’arrache, tu te sens bien dans tes pompes.
Il y a des jours avec et puis des jours sans, c’est comme ça pour tout le monde, mais tu le vis bien. Tu es bien dans ta peau, c’est le principal.

   
   
Cindy aka spf
ÂGE + 25PAYS/RÉGION + sud. COMMENT AS-TU CONNU LE FORUM ? + top site si je me rappelle bien j'ai une petite tête moi . TON PERSONNAGE EST UN INVENTÉ, UN SCÉNARIO OU UN PRÉ-LIEN ?  +inventé FRÉQUENCE DE CONNEXION + 7/7 jours voire 5/7 jrs QUELQUE CHOSE A AJOUTER ?  +

   
Code:
<span class="pris">shay mitchell</span> <span class ="bopseudo">» mattie eastwood</span>

   

_________________
follow your heart and stars
C'est l'histoire d'une fille triste et solitaire, qui n'a jamais trouvé sa place nulle part. Une bombe humaine sur le point d'exploser. Une cocotte-minute constamment sous pression dans laquelle bouillonnent depuis trop longtemps du ressentiment, de l'insatisfaction, une envie d'être ailleurs.  — LUCKYRED.


Dernière édition par Mattie Eastwood le Sam 29 Oct - 17:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
☞ ÂGE : 25 années (27 Juillet)
☞ STATUT : Célibataire et enceinte de 4 mois, je l'ai apprit quand je suis devenue aveugle.
☞ PROFESSION : Ancienne ambulancière incapable de faire son travail depuis un accident qui m'a laissé atteinte de cécité totale.
☞ HABITATION : Avec Judd le chien guide (a)

☞ BAFOUILLES : 242 ☞ PSEUDO : spf
☞ AVATAR : Shay Hotness Mitchell.
☞ CREDITS : tearsflight
☞ MULTI-COMPTES : la jolie Mazéa ♥ (sarah drew)

MessageSujet: Re: The only thing I want is a taste of your heart | Mattie    Ven 28 Oct - 17:35


   
   
Bedtime stories...
» Les hommes portes des cravates pour ne pas porter la laisse

   
♧ Je me souviens de ces moments de bonheur en famille qui continuent de me bercer quand je tremble de peur qu’il  ne revienne pour en finir.

 « Photo de famille ! » Je courais jusqu'au salon du haut de mes six ans après que notre père nous avait appelés. Je tournoyais sur moi-même sous le regard de ma mère et de mon père. Fille unique. J'avais tout ce que je voulais, j'étais une enfant pourrie gâtée, mais j'avais plutôt intérêt à filer droit. Mon père, cet homme de pouvoir et surtout de dieu n'appréciait pas quand je m'éloignais du bon chemin. Un gros mot, une bêtise non avouée, des mauvaises notes tout était bon pour que je devienne  la proie de mon père, il aimait prendre sa famille en exemple dans ses sermons, tous finissaient par savoir les âneries qu'on avait faites. C'était aussi ainsi que j'appris que j'avais un grand frère. Ma mère et mon père se sont mariés dix mois avant de m'avoir pourtant, ils étaient ensemble depuis plus de sept ans. Ma mère était partie voir ailleurs et un jour mon frère âgé de trois ans de plus que moi a débarqué devant chez-moi avec son père. Ouille. La réaction de mon père ne s'était pas fait attendre, il n'avait pas frappé, mais il était bien plus doué que ça. Il utilisait les mots pour détruire les personnes, souvent, je pouvais voir ma mère avancer telle une lavette dans notre maison laissant un sourire s'emparer de ses lèvres quand elle devait se montrer aux yeux de tous. Je regardais mes parents sur la photo que le photographe nous montra, j'étais brune avec une beau bronzé. Mon père, mon héros était un brun très séduisant et combien de ces bonnes femmes venant à notre église avaient envie de se retrouver seule avec lui. J'étais petite, mais j'étais assez précoce pour mon âge, je crois qu'on m'a toujours parlé de la sexualité à vrai dire.

 « Maman ? » Je m'approchais de la table à manger où s'était installée ma mère, elle s'essuyait le cou d'où coulaient des gouttes de sueur, le temps était magnifique et lourd comme à chaque été en Afrique. « Ma puce ? » Je regardais mes pieds me laissant bercer de droite à gauche n'osant pas parler de mes peurs à ma mère. Elle tira la chaise en la désignant du regard pour m'inviter à m'installer. Je la regardais dans les yeux en souriant puis je m'installais. « J'ai peur de dormir la nuit… » J’étais traumatisée par tout ce que j'entendais sur cet homme qui tuait des petites filles de mon âge  étrangement, la petite fille à qui nous avions retrouvé le corps sans vie comme l’indiquait les journaux était très semblables à ma personne.  Je pris la main de ma mère dans la mienne sans rien rajouter quand j'entendis mon père entrer dans la maison. J'avais interdiction de parler de ça et encore moins d'y penser. Je secouais la tête me levant pour l'accueillir comme toujours. Je me plongeais dans ses bras embrassant sa joue avant de prendre sa mallette et de la poser dans l'entrée comme je le faisais depuis que j'étais en âge de marcher. Je revenais vers mes parents, me posant sur les genoux de mon papa qui lisait le journal, mes yeux se posaient sur la page principale de ce morceau de papier. « Le tueur en série a encore frappé cette nuit. » Je restais ébahit par ce que je venais de lire continuant de lire le paragraphe déposant mon regard sur la dernière phrase de cette page. « Les autorités demandent aux parents de surveiller  leurs enfants et ne jamais les laisser seule. » Mon père remarqua ce que je lisais et me déposait sur le sol en me lançant un regard noir, j'allais finir par atterrir dans son prochain sermon qu'il fera à l'église. Le bain, le repas et le coucher. Je redoutais ce moment, il frappait la nuit et j'étais peu rassurée. Je ne pouvais pas accourir dans le lit de mes parents qui n'aimaient pas cette intrusion dans leur intimité. Je ne dormais toujours pas, je regardais l'heure tourner, quand j'entendis du bruit. Six heures du matin, mon père rentrait dans le jardin, mais que faisait-il ? Je tremblais et son regard s'était posé sur moi, je m'étais baissée n'attendant pas de savoir s'il m'avait réellement vu.

♧ Je me souviens de sa peau, de ses yeux , de ses cheveux et cette façon qu’elle avait de me ressembler, j’aurais dû finir dans la tombe avant elle.
« Je n'aime pas l'avion maman. » Je regardais ma mère descendant de cet appareil d'où je venais de passer pas mal d'heures. Cambridge. Je ne connaissais que ma ville de Johannesburg, mais mes parents avaient décidé de quitter toute notre vie pour cette ville, je n'avais pas obtenu de raison qui me plaisait réellement. Douze ans, j'étais loin d'être bête, j'avais déjà sauté une classe et je n'étais pas en accord avec le choix de mes parents pour refaire notre vie Angleterre. J'avais plus l'impression d'avoir fui notre ancienne vie, la police était venue interroger mon père qui n'avait pas apprécié cela. Je regardais les rues de cette ville défiler devant moi sentant la main de mon père prendre la mienne. Il me glissa un anneau au doigt. Cette ville lui faisait peur ? Pourquoi me forçait-il si vite à porter mon anneau de pureté ? Je souriais déposant ma main droite sur ma main gauche portant l'anneau. Je n'étais pas sûre d'en vouloir de cette chose à mon doigt. Le taxi s'arrêta devant une maison d'où l'on pouvait apercevoir l'église où allait officier mon père. J'aidais à défaire nos cartons tout en jetant les cartons vides, quand je croisais son regard. Je restais un long moment à la fixer avant d'entendre le son de sa voix heurter mon ouïe, un sourire sur mes lèvres, je me présentais à elle. Noémie, elle me ressemblait énormément, elle était magnifique, je n'irais pas jusqu'à dire que je pouvais me représenter avec le mot magnifique, mais nous avions les mêmes caractéristiques. Je pouvais cependant être heureuse à présent, il ne risquait plus d'avoir de quelconques problèmes avec ce tueur, je pouvais enfin dormir tranquille.


«  Je vais te tuer, ma jolie métisse »
Je venais de sursauter sous les mots de ma meilleure amie qui venait de se prendre une gifle, j'étais paniquée, il était de retour depuis un an. Me suivait-il ? « Désolée, tu m'as fait peur. Tu me pardonnes ? » Je souriais appliquant mon regard de cocker triste sur la jolie brune qui s'approchait de moi posant sa lampe torche qui l'avait aidé à me faire peur. « Embrasse-moi et tu seras pardonnée » Je secouais la tête m'avançant vers elle je sentais l'envie de l'embrasser s'emparer de moi. Je pris sa main dans la mienne caressant sa hanche laissant remonter ma main jusqu'à son visage pour le caresser. Mes lèvres se plaquèrent rapidement sur les siennes, je sentais ses mains parcourir mon corps, tandis que notre baiser se faisait de plus en plus sensuel. Nos lèvres se quittèrent la laissant me renverser sur mon propre lit, je sentais ses mains sur mon corps pendant que je laissais les miennes se glisser sous son chandail. Tout s'arrêta lorsqu'on entendu la porte du rez-de-chaussée se claquer bruyamment. « Tu devrais l'enlever ! » Je soupirais aux mots de Noémie, enlever ma bague de pureté ? Passer pour une traînée pour mon père, c'était comme devenir personne et je redoutais cela. « Non, je ne peux pas faire ça. On a couché ensemble, mais ce n'était rien. »  Je me levais, me recoiffant rapidement. « J'oubliais qui n'y a que ce Stephan pour toi, même si tu es pire qu'invisible pour lui. » J'ouvrais la porte de ma chambre et sans un mot, je réussis à me faire comprendre de Noémie qui quitta ma maison.

Assise sur le banc de ce tribunal, mon regard ne quittait pas celui de l'accusé. J'essayais de me dire que tout cela n'était qu'un simple mal entendu, ce n'était pas lui, qui avait fait tout ça depuis toutes ses années. Je tremblais tellement qu'on pouvait avoir l'impression que mon BlackBerry vibrait sous les messages haineux des personnes sachant qui j'étais. Je ne sais pas, mais j'étais la fille d'un monstre, ce tueur qui sévissait depuis tant d'années sans jamais être condamné. Sans doute que l'uniforme qu'il portait l'avait souvent aidé à s'en sortir, jamais il n'avait cru être dénoncé par sa propre fille. Il n'avait eu que ça à me dire, il n'avait pas pu le supporter, moi s'était ses paroles, ses mots, son regard que je n'avais pas pu supporter. Il avait tué ma meilleure amie en apprennent d'une lettre anonyme qu'on avait couché ensemble, il ne voulait pas la tuer, mais mettre fin à mes jours. J'étais horrible et je n'étais plus rien pour lui, si seulement cela pouvait être vrai, je n'aurais pas à porter tous les jugements sur moi. Je ne savais pas comment faire pour rester forte face à la haine de ces familles ayant perdu pendant toutes ses années leurs filles, des enfants qui me ressemblaient, mais qui n'étaient pas moi ?  Je n'avais pas un père, mais un cinglé comme géniteur.



♧ Je me souviens de cette nouvelle famille, de l'amour qu'on m'avait apporté sans se soucier de mon passé.

 « Mattie, il est l'heure de se lever. »  Je grimaçais, je n'avais pas assez dormi, en même temps, je continuais de faire des cauchemars comme si mon père me poursuivait. Enfin, mon père adoptif, car après le procès, j'avais découvert un tas de nouvelles choses sur moi. Je n'étais pas vraiment la fille de mon père, non, j'étais bel et bien celle de ma mère. C'était compliqué et pour le moment, je n'avais pas envie de me poser des questions, même si c'était plus facile à dire qu'à faire. Du coup quand j'allais mal, j'allais voir Mason ou je lui envoyais un message. Cela faisait maintenant six mois que je vivais dans la famille de mon père biologique. Carlson était ma cousine, elle avait un an de plus que moi et elle était très importante pour moi.  Mason n'était pas toujours chez ses parents, il passait du temps avec sa copine, ils étaient ensemble depuis deux ans. J'appréciais assez Johanna que j'avais vite adopté tout comme elle l'avait fait, elle connaissait mon passé, il n'y avait pas de secret entres elle et mon cousin. Enfin, je me sentais bien ici.  « Mattie ? » Je secouais la tête, j'avais presque oublié que je devais aller passer mes examens de fin d'étude. « Oui, désolée. » Ma tante venait embrasser ma joue.  « Tu es sûre que ça va ? » Je secouais la tête positivement, je n'étais pas du style à me plaindre, je n'allais pas forcément bien, mais je souriais laissant croire à tous que rien ne me rongeait de l'intérieur. Mason savait tout, mes cauchemars, mes questions et tout le reste, il était compliqué pour moi de tout gérer. J’en parlais moins facilement avec ma cousine, je la sentais un peu plus touché que moi par tout cela. Mason lui était plus fort. Il était présent, je le considérais depuis quelques mois comme un frère, j'avais eu peur de me retrouver dans cette vie, dans cette nouvelle ville, peur que l'on découvre la vérité sur moi et ma famille de dingue ! Certes, cet homme n'était pas mon père, mais ce que je ressentais avant pour lui revenait à dire le contraire. Je me levais m'habillant pour rejoindre le lycée.

Je marchais malgré le froid que décembre nous offrait, Carlson était avec moi, alors que nous parlions de l’arrivée de notre nièce. Oui, j’étais considérais comme une sœur pour Mason tout comme pour Carlson. Nous allions rejoindre Johanna que je considérais à présent comme ma sœur, bon, je n'étais qu'une future cousine par alliance, si Mason faisait sa demande, mais pour le moment, Johanna était sur le point d'accoucher bien d'une petite fille qui allait s'appeler Laura. J'avais hâte de rejoindre la jolie brune, cette nuit, elle était toute seule, alors que Mason bossait de nuit. Je frappais à la porte, alors qu'elle me disait d'entrer avec mes clefs. J'avais toujours l'habitude de frapper, même si j'avais les clefs. « Coucou toi ! » Je souriais un peu en allant sur le canapé avec Carlson et Johanna alors que je venais embrasser par la suite la joue de cette dernière.  « Vous allez bien ? » Demandais-je en caressant son ventre avant de regarder la télévision et donc le programme que guettait la jeune femme. Des dessins animés, elle devait déjà se mettre dans le bain.   « Oui et vous ? Sinon Carlson et moi nous t’avons vu en bonne compagnie la dernière fois dans la rue , alors ?  » Je levais les yeux au ciel, si elles le savaient, Mason devrait le savoir, à moins que pour le coup, elles ne lui aient pas dit que je sortais avec un mec plus âgé que moi. Ma tante m'avait croisé avec et ne m'avait rien dit jusqu'à ce que je rentre à la maison me demandant surtout de faire attention à moi. J'étais couvée et aucun secret ne régnait dans cette famille à défaut de celle que ma mère m'avait offerte.

Je cognais à la porte de Mason et Johanna sauf que l'une d'elle manquait à l'appel. Johanna était parti et mon cousin restait fort, je le voyais bien. On avait tous été touché par la perte de Laura. Quarante minutes après sa naissance cette dernière était morte. Elle était née avec une malformation grava au cœur. Mais je connaissais par cœur mon cousin Mason, j'étais peut-être une petite chieuse depuis mon arrivée dans sa vie une fois que j'avais pris mes marques et comprit qu'avec lui, Carlson et ses parents, rien ne pourrait jamais m'arriver. Je voulais être présente pour Mason, je ne voulais pas le laisser, mais que pouvais-je faire de plus ? Pas grand-chose à vrai dire. Surtout que Carlson n’était pas là, elle avait été obligée de prendre un vol, avec son travail d’hôtesse, elle n’avait pas le choix. Enfin, je glissais ma main dans mes cheveux alors que je rentrais avec mes clefs, c'était bien la première fois que je faisais ça alors qu'il était là.   « Tu ne m'as pas entendu ? » Je souriais venant l’embrasser. Je savais qu'il avait déjà été rongé par la mort de sa petite, alors je comprenais que ce départ précipité d'Johanna lui fasse si mal. J'avais tenté d'avoir des nouvelles de cette dernière, mais sa ligne de mobile avait été coupée.
Je me tenais devant la porte de Mason  qui ne devrait plus tarder. Il était parti au poste de police pour voir ce qui se passait pour lui et son mauvais comportement suite à des violences infligé à un type ayant tabassé son gamin. Il n’avait pas su ce contenir et je pouvais parfaitement concevoir cette réaction.  La boule au ventre. Je voulais lui annoncer que je partais moi aussi, deux ans, après Johanna, je devais aller rejoindre mon demi-frère qui avait retrouvé ma trace tout comme mon père  adoptif qui n'était qu'un dingue qui avait tenté de me tuer. Je me sentais mal, je ne savais pas comment il allait le prendre. Après tout, j'avais mon diplôme d'infirmière et j'allais partir en Irak pour tenter de comprendre la vie de ma mère. Ses choix, je ne comprenais pas tout et j'avais ce besoin de tout savoir. Le taxi s'impatientait de m'attendre. Alors, je glissais une lettre sous la porte de Mason qui lui expliquait tout et le moyen de me joindre. J’avais fait presque la même chose pour ma cousine, elle ce n’était même pas la peine de tenter de la voir, elle n’était forcément pas à Dewsburry pour le coup.



♧Je me souviens encore de cette façon qu'il avait de me regarder, de m'apprécier comme une fille, je finis par en douter, j'étais une proie bien trop sage.

«  Debout ! » Je me réveillais en sursaut depuis quelques mois. Le frère de ma mère me réveillait ainsi. Il ne me supportait pas, il ne se cachait pas pour me le faire comprendre, je lui rappelais chacune des erreurs que ma mère avait commise. J'avais changé avec ce que j'avais vécu et je n'hésitais pas à répondre. J'étais du style sympathique, mais j'en voulais à mon frère, car il ne m'avait jamais dit que je devrais subir les lubies de mon oncle. Lavée, habillée, chambre faîte, petite déjeuné engloutit sans y prendre de plaisir : bienvenue dans ma nouvelle vie. L'armée. J'étais ici pour mon frère, mais je n'avais pas trouvé d'autre moyen pour être réellement proche de lui que de m'engager pour un an. Ce n'était pas beaucoup, je ne savais juste pas que mon oncle ferait partie du décor. Irak. Pays nouveau et inconnu, les autorités ici ne menait pas une guerre contre mon père, mais contre un ensemble de personnes et de groupe. Je me fis rapidement à cette nouvelle vie, en réalité, j'étais devenue un passe-temps pour certains hommes travaillant sous les ordres de mon oncle. Je voulais profiter de ma jeunesse et oublier ses histoires que l'on m'avait comptées sur le grand amour. Avouons-le cela n'existe pas, ce n'est qu'une chimère qu'on enfonce à chaque personne qui sont assez naïve et peu intelligente pour y croire, moi qui avais sauté deux classes avec les années, j'avais réussi à me faire berner, comme une enfant. J'en étais une, mais j'aurai dû le voir, le découvrir.

jo’ < là ?
Mat’< oui, ça va ?
Jo’ < oui, alors quoi de neuf ?
Mat’ < Rien, tu as repris contact avec mason ?
Jo’ < Mattie .. Je t'ai dit quand on s'est croisé à Denver que je n'y retournerais pas. Je ne peux pas.
Jo’ < Je ne comprends toujours pas ce choix de partir après la mort de …  
Jo’ < Mat’ …
Mat’ s'est déconnectée.

Je me retrouvais au sol, sans même avoir été prévenue. Je regardai mon oncle dans les yeux me levant prête à hurler de rage, il était quatre heures du matin, j'allais répliquer ne comprenant pas pourquoi il venait de retourner le matelas où je me trouvais pour que je finisse ma route sur le sol. Une claque. Première de ma vie. Vingt-trois ans, je venais de me prendre la première claque de ma vie, c'était vexant de devenir une enfant alors que j'avais la majorité depuis presque trois ans. Je ne comprenais pas, je prenais le temps de reprendre mes esprits passant l'une de mes mains sur mon visage. « Pourquoi tu as fait ça ? » Je le voyais s'approcher de moi laissant un regard noir me dévisager avec rage. Instinctivement, je reculais au fur et à mesure que ses pas le rapprochaient de moi. La peur me fit prendre la batte de baseball que j'avais dans ma chambre pour écraser les insectes qui osaient s'aventurer dans ma chambre. « Tu es comme ta mère, une fille à problèmes, une petite traînée, il aurait dû te tuer quand il en a eu le temps, il n'était même pas capable de tenir ma sœur. » Je me rapprochais de lui, comment pouvait-il descendre ma mère, elle avait toujours été terrorisée et je commençais à comprendre pourquoi elle ne disait jamais rien, sans doute qu'avant mon père s'était déjà ainsi avec sa famille. J'essayais de comprendre, pour que cela se fasse, il faudrait que je puisse poser  la main sur le journal de ma mère pour voir ce qu'elle pouvait y raconter. «  Tu ne sais rien et tu ne seras rien ! » Je secouais la tête. Je ne comprenais plus rien, j'étais dans une famille qui était tout sauf ça, la famille de mon père biologique me manquait. J’allais finir par craquer.

Je revenais chez mon oncle. Au loin, j’aperçus mes valises sur le pas de la porte. Je rigolais doucement, cela avait déjà fait le tour de la caserne. J'avais prolongé mon contrat de quelques mois et la veille je m’étais fait prendre en train de coucher avec un homme dans la tente de l’infirmerie. Ce n’était pas la première fois avec Hélias, je m’étais attachée à lui, sans l’être c’était compliqué, surtout que lui était marié. Je ne savais quoi faire et maintenant, je me retrouvais à la rue sans savoir où j'allais pouvoir aller. Je marchais avec beaucoup de difficulté avec ma grosse valise à roulette que je parvenais à me faire rouler sur les talons, malgré mes baskets  toutes les deux minutes. Je fus éblouie par des phares de voiture. Je regardai l'intérieur de la voiture, souriant en voyant mon frère, enfin, demi-frère, en réalité notre famille était si misérable que je ne savais plus qui était qui pour moi. « Monte ! » Je m'exécutais le laissant mettre ma valise dans son quatre-quatre. Je fermais les yeux étant en confiance avec lui. Je finis ma nuit dans son lit et lui sur le canapé. Je n'avais pas réellement dormi, mais plus pensé à ce que je devais faire.


♧ Je me souviens de cette ville, je l'aime, tout comme la famille présente à Siloam Springs. Je n'aime juste pas ce qui vient de me tomber dessus, annoncer une nouvelle qu'on apprécie qu'à moitié ne facilite pas la tâche.

Je m'étais levée avec le besoin de partir le plus vite possible de cet endroit. Je ne voulais pas vexer mon frère, mais il fallait que je découvre un tas de choses sur moi, ma famille ou devais-je dire notre famille ? Je ne savais pas tout était embrouillée dans ma tête. Je partais sans un bruit, mais la porte se claqua toute seule et s'ouvrit quand je montais dans le taxi que j'avais appelé. Je ne l'avais pas remarqué jusqu'à ce que l'homme du taxi, me dise qu'il n'y avait pas moyen de partir avec cet homme qui pointait son arme sur lui. Je le regardais laissant un regard ébahit le fixant tout en rigolant. J'ouvrais ma fenêtre pour le laisser me parler. « N'y vas pas » Je le regardais en secouant la tête agrippant sa main. « On ne se connaît pas, j'ai besoin de savoir ce qui en est de ma vie, qui je suis ... Imagine ce que ça fait d'être la fille d'un monstre pour la plupart des personnes, alors que toute cette enfance n'était qu'un mensonge ? Je suis bien trop loin de la famille de mon père... Je trouverais mes réponses de là-bas. » Je le regardais baissant ma tête sur le mot monstre. J'étais pareille à ma manière, j'étais ridicule, j'avais pensé à m'en fuir de tous les endroits où on finirait par me donner une importance quelconque. Coucher avec tous les militaires ne me gênait pas, je n'étais pas obligée de m'attacher en sachant qu'ils allaient finir par partir, je commençais à m'attacher à mon frère et j'en avais horreur, à présent. J’avais l’impression d’être un euphémisme à moi seule.   «  Mattie, donne-toi une chance ! » Je secouais la tête donnant l'ordre au taxi de reprendre sa route, je ne sais pas pourquoi, mais voir mon frère rétrécir au fur et à mesure que le taxi avançait eu pour effet de faire serrer mon cœur.

Dewsburry depuis deux semaines maintenant. J'étais de retour dans la ville de mon père biologique, que je n’aurais jamais la chance de connaître. Rien n'allait pour le coup, j’aurais pu retourner ailleurs, mais cela était trop compliqué pour ma part.  Je ferais mes recherches d'ici. Je veux savoir exactement ce qu'était la vie de ma mère, le seul journal que j'avais retrouvé pour le moment parlait de mon père biologique l'oncle de Mason. Elle en parlait comme d'un prince, elle allait lui annoncé pour moi quand il a eu son accident qui lui prit sa vie. Ils avaient un tas de projet tous les deux comme récupéré le premier enfant de ma mère, enfin, je n'avais pas encore assez d'information. J'étais heureuse de retrouver Mason et Carlson. Je n’avais pas avoué à mon cousin que j’avais croisé Johanna, je l’avais fait auprès de ma cousine, et elle aussi l’avait croisé, mais ailleurs qu’à Denver. Je me demandais ce qui lui arrivait depuis la mort de sa fille. Enfin, je voulais des choses différentes dernièrement alors, j’avais décidé de prendre ce boulot d’ambulancière qu’on m’avait proposé. Je m’étais retrouvée avec Azélia comme coéquipière et autant dire que j’appréciais bien le temps passé avec cette dernière.


♧ Je me souviens de ma vie d'avant, de cette possibilité de voir chaque mimique du visage de mes proches.
On me l’avait souvent dit qu’il ne fallait pas être trop heureuse, car c’était comme s’exposé à une bombe. Un engin explosif qui exploserait au pire moment te laissant en morceau et à terre. J’étais à terre, j’étais démunie. Je n’étais plus la même et cela en une fraction de seconde.  L’ambulance avait été frappée par un camion en pleine route alors que nous avions la sirène pour un blessé grave poignardé.  Je n’avais aucune idée de ce qui pouvait m’arriver.  Jusqu’à ouvrir les yeux.  Ce moment-là, ce moment prévis avait brisé ma vie à tout jamais m’apprenant deux chose qui avait fini par me laisser sur le cul. Je venais de me réveiller, sentant cette douleur immense empoigner mon être et quand j’eus l’audace d’ouvrir les yeux, je ne vis rien.  Un tas de question et je continuais sans cesse à fermer et ouvrir mes paupières du moins j’en avais l’impression, mais ce n’était pas le cas, car je ne voyais rien. Je palpais de ma main mon visage et mes paupières se refermaient lorsque la paume de ma main entrait en contact avec ces derniers. «  Mademoiselle calmez-vous !  » Que j’entendais, je secouais la tête hurlant tout en tentant de me lever, continuant encore et encore à ouvrir mes yeux.  «  Calme toi Mattie, s’il te plaît !  » Cette voix je ne pouvais pas la louper, c’était celle de Carlson. Je tentais de la voir, de faire quoi que ce soit.  «  Carlson je ne vois rien !  » Je sentais mes nerfs lâcher et  des perles d’eau salée couler le long de mes joues.  «  Je sais … je sais..  » Je l’entendais dans sa voix qu’elle était en train de pleurer, ce qui me donnait tout autant envie de verser mes larmes. Je ne comprenais rien et là le médecin commençait à m’expliquer et moi je secouais la tête négativement. Y avait erreur.  J’étais aveugle ? «  Ce n’est pas tout, nous avons découvert que vous étiez enceinte, vous le saviez ?  » Je restais taciturne, je ne savais quoi dire. Non, non je n’étais pas enceinte. Enfin, je sentais une main entrer en contact avec mon épaule, je ne savais pas c’était qui, mais la chaleur humide de cette dernière me fit trembler légèrement. J’avais fini par lâcher un petit : non ce n’est pas possible. Puis la voix de la personne, du médecin sans doute s’éleva à nouveau. «  Vous l’êtes de trois semaines.  »  Une semaine que j’étais rentrée d’Irak et voilà que tout basculé. J’aurais dû rester avec mon frère.

Des projets j’en avais plein, mais je pouvais tirer un trait sur la plupart. Suite à mon accident, j’étais restée à l’hôpital durant un mois pour ne pas me fatiguer et garder mes enfants en sureté. Je n’étais pas enceinte d’un petit embryon, mais de deux. J’attendais des jumeaux et autant dire que je balisais énormément pour le coup. La cécité était sans doute la chose la facile à supporter par rapport à ma grossesse. Moi un enfant ? Pas possible. Alors deux, c’était une catastrophe. J’avais tellement de chose à gérer et à découvrir. Je ne savais pas comment faire. Cela faisait donc  un peu plus de trois mois que j’étais aveugle, trois mois où je n’avais cessé de me prendre les pieds dans les meubles. Plus rien n’était pareille pour les autres, moi je voulais continuer, avancer vivre. Mais, je ne voulais pas le faire au dépend d’une autre personne, ce qui ne plaisait pas forcément à Carlson et Mason. Ces deux-là c’étaient mis d’accord pour engager une personne qui allait m’aider. Tout ça, car une fois j’avais laissé une casserole brûler. Cette personne allait vivre avec moi, ils avaient tenté de faire passer cela pour une colocation, mais il me prenait vraiment pour plus bête que je n’étais.  En tout cas je l’attendais de pied ferme cette personne. Je n’avais aucune idée de qui il s’agissait, mais j’en démordais pas, j’allais lui faire vivre une vie infernale.



   

_________________
follow your heart and stars
C'est l'histoire d'une fille triste et solitaire, qui n'a jamais trouvé sa place nulle part. Une bombe humaine sur le point d'exploser. Une cocotte-minute constamment sous pression dans laquelle bouillonnent depuis trop longtemps du ressentiment, de l'insatisfaction, une envie d'être ailleurs.  — LUCKYRED.


Dernière édition par Mattie Eastwood le Lun 31 Oct - 0:17, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: The only thing I want is a taste of your heart | Mattie    Ven 28 Oct - 17:37

T'enchaînes les belles filles toi. rebienvenue à la maison, avec cet excellent choix de célébrité, elle est tellement belle. puis j'adore le pseudo. tu m'réserves un petit lien au chaud.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
☞ ÂGE : 25 années (27 Juillet)
☞ STATUT : Célibataire et enceinte de 4 mois, je l'ai apprit quand je suis devenue aveugle.
☞ PROFESSION : Ancienne ambulancière incapable de faire son travail depuis un accident qui m'a laissé atteinte de cécité totale.
☞ HABITATION : Avec Judd le chien guide (a)

☞ BAFOUILLES : 242 ☞ PSEUDO : spf
☞ AVATAR : Shay Hotness Mitchell.
☞ CREDITS : tearsflight
☞ MULTI-COMPTES : la jolie Mazéa ♥ (sarah drew)

MessageSujet: Re: The only thing I want is a taste of your heart | Mattie    Ven 28 Oct - 17:40

@Lucas Callaghan

Oh merci toi  Je réserve avec plaisir un petit lien dommage elle pourra pas mater ses fesses avec sa cécité

_________________
follow your heart and stars
C'est l'histoire d'une fille triste et solitaire, qui n'a jamais trouvé sa place nulle part. Une bombe humaine sur le point d'exploser. Une cocotte-minute constamment sous pression dans laquelle bouillonnent depuis trop longtemps du ressentiment, de l'insatisfaction, une envie d'être ailleurs.  — LUCKYRED.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: The only thing I want is a taste of your heart | Mattie    Ven 28 Oct - 17:46

Shayyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyy
Si il ne devait rester qu'une femme sur terre, je voudrais que ce soit elle, je suis folle amoureuse de cette fille, tu as tellement bien choisis (en même temps je te déteste puisque je voulais la prendre pour un éventuel DC)


REBIENVENUE
Bon courage pour cette fiche.
On ne te fait pas visiter, tu connais
Du coup je réclame un lien du tonnerre !!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: The only thing I want is a taste of your heart | Mattie    Ven 28 Oct - 17:49

SHAAAAAY

J'étais sure tu craquerais Logan



(Re)BIENVENUE PARMI NOUS BABE

HAAAAA là c'est bien Mazéa, je l'avais senti en fait, je me suis juste trompée de personnage Bon courage pour ta fiche j'ai hate de lire son histoire, comment elle est devenue aveugle tout ca tout ca et puis tu connais la maison
Revenir en haut Aller en bas
avatar
☞ ÂGE : 25 années (27 Juillet)
☞ STATUT : Célibataire et enceinte de 4 mois, je l'ai apprit quand je suis devenue aveugle.
☞ PROFESSION : Ancienne ambulancière incapable de faire son travail depuis un accident qui m'a laissé atteinte de cécité totale.
☞ HABITATION : Avec Judd le chien guide (a)

☞ BAFOUILLES : 242 ☞ PSEUDO : spf
☞ AVATAR : Shay Hotness Mitchell.
☞ CREDITS : tearsflight
☞ MULTI-COMPTES : la jolie Mazéa ♥ (sarah drew)

MessageSujet: Re: The only thing I want is a taste of your heart | Mattie    Ven 28 Oct - 17:49

@Logan Gibbins  Ooops désolée je visais de base Phoebe Tonkin ou Shay, mais Phoephoe étant prise


Je t'accorderais le droit de me faire un enfant pour le coup, pour me faire pardonner

Merci en tout cas Logan


Edit: @Ezra Carter Tu me sentais arriver j'ai vu ça et j'ai fallu mettre rebienvenue moi en te suivant en plus j'aurais l'air d'une boulette

merci en tout cas  Ezra

_________________
follow your heart and stars
C'est l'histoire d'une fille triste et solitaire, qui n'a jamais trouvé sa place nulle part. Une bombe humaine sur le point d'exploser. Une cocotte-minute constamment sous pression dans laquelle bouillonnent depuis trop longtemps du ressentiment, de l'insatisfaction, une envie d'être ailleurs.  — LUCKYRED.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: The only thing I want is a taste of your heart | Mattie    Ven 28 Oct - 17:53

Mattie Eastwood a écrit:
@Logan Gibbins  Ooops désolée je visais de base Phoebe Tonkin ou Shay, mais Phoephoe étant prise


Je t'accorderais le droit de me faire un enfant pour le coup, pour me faire pardonner

Merci en tout cas Logan


Bon ça va parce que c'est toi et que je sais que tu seras active et que je pourrais admirer shay

JE PRENDS CE DEAAAAL


Bref, j'arrête de flooder
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: The only thing I want is a taste of your heart | Mattie    Ven 28 Oct - 17:56

Mattie Eastwood a écrit:

Edit: @Ezra Carter Tu me sentais arriver j'ai vu ça et j'ai fallu mettre rebienvenue moi en te suivant en plus j'aurais l'air d'une boulette

merci en tout cas  Ezra

DONC t'as préféré me laisser me ridiculiser solo
Je veux un lien aussi pour dédommagement
Revenir en haut Aller en bas
avatar
☞ ÂGE : 38 ans
☞ STATUT : Reloading.
☞ PROFESSION : Policier
☞ HABITATION : Dewsbury Moor

☞ BAFOUILLES : 3233 ☞ PSEUDO : Squirowl.
☞ AVATAR : Pedro Pascal
☞ CREDITS : squirowl
☞ MULTI-COMPTES : aucun

MessageSujet: Re: The only thing I want is a taste of your heart | Mattie    Ven 28 Oct - 17:56

Rebienvenue avec cette jolie fille et ce personnage qui a l'air vraiment vraiment intéressant J'ai hâte d'en savoir plus

_________________


Darkness is your candle.
Nymphadora Tonks ☽ You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walklikeyou.forumactif.org/t254-fire-meet-gasoline
 

The only thing I want is a taste of your heart | Mattie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» hederian ▲ only one thing matters, we’re still here.
» I LIKE THE WAY YOU TASTE WITH A SMILE (25.02 – 01:25)
» The funny thing about a strong woman is that she doesn't need you... She wants you. And if you start slacking she'll be content without you. ~ Kanon.
» [RP Privé] i see thing that nobody else see
» So many thing to tell you ★ Calypso & Mathis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WALK LIKE YOU :: DO I KNOW YOU ? :: HAVE YOU MET TED ? :: THE PERFECT COCKTAIL-