AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 après la pluie, le beau temps. (ciaran)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Shannen Weaver
La crevette ingénue
☞ ÂGE : 17 ans. (22/04)
☞ STATUT : amoureuse de son pedobear. heureuse. rêveuse.
☞ PROFESSION : lycéenne emplie de rêves et d'espoirs ; baby-sitter d'un petit James.
☞ HABITATION : petit appartement à Thornhill avec sa mère.

☞ BAFOUILLES : 4142 ☞ PSEUDO : demon dance (emeline).
☞ AVATAR : elle fanning.
☞ CREDITS : Lolitaes.
☞ MULTI-COMPTES : aucun.

MessageSujet: après la pluie, le beau temps. (ciaran)   Mar 15 Aoû - 16:36

Cela fait plusieurs semaines que Shannen échappe à la luxure délicieuse avec son homme. Leur dispute récente à ce sujet semble avoir restreint les tentatives du blond, qui s'est assagi. Il ne lui administre que de l'affection par des caresses tendres, non teintées de désir évident, ou des baisers langoureux qui lui donnent des crampes. Ciaran parvient toujours à activer un feu incandescent au bas de son ventre et à faire accélérer son rythme cardiaque. Rien ne semble plus satisfaisant que le retrouver en douceur, lentement, et se sentir aimée au creux de ses bras. Alors l'adolescente savoure ces semaines de bonheur et retrouve un bien-être auprès de lui. Il lui procure ce qu'aucun autre homme ne pourrait lui donner - un amour vorace et profond. Elle le sent lorsqu'il glisse ses mains contre sa taille, dans ses cheveux dorés, ou quand il l'observe avec cette intensité incrustée dans le regard. Quand elle l'écoute jouer de la guitare à cet instant, elle se laisse bercer et emporter par toute la passion qu'elle ressent à son égard. Elle ne veut plus imposer des barrières entre eux, c'est décidé. Elle se sent prête à se donner à lui lorsqu'elle croise son regard de braise, ou quand elle contemple ses grands doigts titiller les cordes. Oui, elle se sent prête lorsqu'elle détaille le moindre de ses gestes, et chaque partie de son corps en mouvement. Elle se redresse alors, s'approche derrière le siège sur lequel il est installé et vient embrasser son oreille. « Je reviens mon amour. » Elle le laisse poursuivre sa mélodie et retourne dans sa chambre pour enfiler le sous-vêtement qu'elle a acheté pour l'occasion. Elle dépose une seule goutte de parfum au creux de sa nuque et revient, la démarche légèrement hésitante. Elle ne sait pas encore adopter le comportement d'une femme fatale, sexy. Elle doit d'abord retrouver une sexualité avant de se déhancher comme telle. Heureusement il ne la perçoit pas encore, la tête baissée pour observer son instrument de musique. Elle attrape alors la guitare de son blond, la dépose à côté du siège et s'assoit à califourchon contre lui, ses pieds frôlant le sol. Sa main caresse sa joue, puis leurs lèvres s'unissent. Maintenant qu'elle s'offre à lui dans une vision érotique, elle sent l'excitation brûler ses reins. « J'en ai envie Ciaran. Tu me rends toute chaude. » Elle murmure à son oreille d'une voix chaude, avant d'attraper l'une de ses mains dans les siennes. Elle embrasse chacun de ses doigts en l'observant avec amour, avant de l'attirer jusqu'à un de ses seins. Elle veut qu'il la touche, et tente de diriger l'étreinte pour le mettre à l'aise et briser peu à peu les limites qu'elle avait imposées.

_________________

Ephémère devienne Eternité ☽ J'aurais aimé t'aimer comme on aime le soleil, te dire que le monde est beau et que c'est beau d'aimer. J'aurais aimé t'écrire le plus beau des poèmes et construire un empire juste pour ton sourire. Devenir le soleil pour sécher tes sanglots et faire battre le ciel pour un futur plus beau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walklikeyou.forumactif.org/t371-ces-ecorchures-au-fond-de-moi-au-gout-d-enterrement-parfois-shannen#8772
avatar
Ciaran O'Malley
Le crevettlover
☞ ÂGE : 39
☞ STATUT : sous le charme d'une femme enfant aux formes juvéniles, mais pourtant exquises, qui se trouve être l'amie proche de sa propre fille et l'enfant de son meilleur ami. Une demoiselle qui devrait lui être interdit, mais qui l'attendri par ses airs solides et fragile à la fois. père célibataire de Summer, 13 ans.
☞ PROFESSION : musicien, interprète, compositeur. Il joue seul, parfois avec des musiciens rencontrés au hasard d'une salle de concert, mais ce n'est pas de la musique qu'il vit. Pour payer ses factures, il enchaine deux postes de serveur, un dans un restaurant assez chic et l'un dans un bar branché, six jours sur sept. Cela permet de vivre correctement sans extravagance.
☞ HABITATION : RAVENTHORPE

☞ BAFOUILLES : 1377 ☞ PSEUDO : mary
☞ AVATAR : boyd holbrook
☞ CREDITS : avengedinchains
☞ MULTI-COMPTES : Judson Sherpherdson, le lieutenant de police, coupable d'aimer son meilleur ami.

MessageSujet: Re: après la pluie, le beau temps. (ciaran)   Mer 16 Aoû - 10:57

Toute tension sexuelle s’est effritée au sein de leur couple depuis leur dernière altercation. Bien que frustré, Ciaran ne se laisse plus gagner par ce sentiment d’impatience et s’applique à lui administrer toute l’affection dont elle a besoin. Ils se retrouvent ce soir pour passer une soirée tous les deux. Comme à ses habitudes, Ciaran se laisse emporté par son appétit vorace pour la musique pour attraper son instrument fétiche et laisser ses douces compositions envahir la pièce sous le toucher expert de ses doigts. Il laisse naturellement sa voix accompagner l’ensemble, sentant son être se détendre face au plaisir qu’il ressent de s’adonner à sa passion. Ce sont des sensations dont il ne pourra jamais se priver. Cela lui fait un bien fou et ses traits se détendent, paraissent plus joviaux et charmeurs. Il partage un moment fort en douceur avec l’adolescente qu’il sonde avec affection dans un sourire empli de complicité et d’affection à son égard. Cela lui fait du bien après une longue semaine passée à enchainer ces deux emplois pour assurer son quotidien. Ses doigts grattent les cordes avec délicatesse tandis qu’il laisse son esprit vagabonder au fil des sonorités qui s’en dégage. « Pas de soucis. » Il déclare dans un sourire en la laissant s’éclipser vers il ne sait où. Cela lui permet de se plonger corps et âme dans sa composition, de laisser les notes enivrer ses sens et procurer une saveur délicieuse au sein de son être. Les minutes défilent sans en prendre conscience avant de sentir les doigts frêles de l’adolescent le défaire de l’emprise de son instrument. Surpris par la manœuvre, son regard vient naturellement se perdre sur la silhouette de sa petite amie et le spectacle qu’il y trouve est terriblement alléchant. Il ne peut pas s’empêcher d’en être déstabilisé, nullement préparé à retrouver les formes fines, mais délicieuses de cette demoiselle qui éveille le désir en lui si naturellement. Il la laisse prendre les commandes, n’ose réaliser le moindre mouvement tant il craint d’agir en désaccord avec ce qu’ils ont décidés. Seulement, il profite de cette vision exquise, ressent le besoin naturel de venir caresser et embraser cette chair si naturellement exposée à son ambition cupide. Son cœur bat la chamade, sa bouche savoure la caresse chaude et humide de sa comparse et ses sens savourent le toucher de ses cuisses contre les siennes. Le baiser est lent, savoureux, sensuel et les paroles de l’adolescente le surprennent et l’envoutent par la même occasion sans pour autant agir réellement. « Tu en es sûre ? » Il murmure comme pour s’en assurer, savoir si elle désire réellement qu’il la touche de cette manière. Elle agit de manière suave et érotique. Il la trouve excitante à embrasser chacun de ses doigts avant de diriger cette main contre son sein. Le bout de ses doigts frôle la courbe de sa fine poitrine. Il savoure le toucher du tissu de son soutien-gorge, laisse ses doigts descendre pour retrouver son bouton de chair. D’abord légers, ses doigts poursuivent leur expédition sur ce sein dans l’espoir de sentir leur pointe durcir, rentre la respiration de l’adolescente plus vive tandis que son autre menotte vient naturellement se perdre sur l’une des cuisses de l’adolescente. Il s’envire de ces sensations à la saveur érotique, sent son souffle chaud se mêler au sien avant que son regard clair et brillant retrouve le sien. « Car j’en meurs d’envie et je ne suis pas certain de rester sage. Tu es bien trop désirable dans cet ensemble. » Il admet simplement sans en rougir dans un regard pénétrant et viril. A cet instant, ses intentions sont mauvaises, emplies d’une luxure qu’il a du mal à contenir. Il a trop envie de la faire sienne de nouveau au point de la faire crier de plaisir et atteindre l’orgasme, qu’elle se sente libre comme avant.

_________________
Extasy
The warm breath that is slipping away from you, Gets lost on my neck, all over my body from top to toe, As you are touching me, I'm giving up already, You will feel me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walklikeyou.forumactif.org/t372-ciaran-o-malley-lamour-est-la-plus-puissante-des-passions
avatar
Shannen Weaver
La crevette ingénue
☞ ÂGE : 17 ans. (22/04)
☞ STATUT : amoureuse de son pedobear. heureuse. rêveuse.
☞ PROFESSION : lycéenne emplie de rêves et d'espoirs ; baby-sitter d'un petit James.
☞ HABITATION : petit appartement à Thornhill avec sa mère.

☞ BAFOUILLES : 4142 ☞ PSEUDO : demon dance (emeline).
☞ AVATAR : elle fanning.
☞ CREDITS : Lolitaes.
☞ MULTI-COMPTES : aucun.

MessageSujet: Re: après la pluie, le beau temps. (ciaran)   Sam 19 Aoû - 9:18

Shannen avait jeté un œil sur les ensembles sexys les jours précédents, pour tenter d’insinuer une pointe d’excitation au creux de ses entrailles. En s’imaginant les porter, elle pensait également aux réactions pleines d’envie de Ciaran. Elle sentait ses mains contre son corps, ses doigts en elle, et ses baisers contre sa peau chaude et frémissante. Elle avait alors eu envie de lui, au moins un peu, mais le désir s’est vite anéanti lorsque les pensées sombres l’ont submergée. Alors elle a patienté jusqu’à ce que l’instant lui semble plus propice à une étreinte lascive pour des retrouvailles attendues et passionnées. Elle ne s’est pas foutue de pression, a simplement laissé le temps faire son affaire. Elle s’est laissée baigner par la douceur que Ciaran voulait bien lui procurer, et se sentait mieux au fil des jours. Son envie s’est déclenchée naturellement, lorsque le côté créatif de son amant est ressorti grâce à des mélodies suaves et fortes en intensité. La voix grave qui retentissait à travers la pièce l’a secouée, à tel point qu’une vague de désir s’est imposée au creux de ses entrailles. Peu désireuse de vouloir y échapper, elle s’est simplement envolée pour enfiler la petite tenue qu’elle lui a réservée. Lorsqu’elle revient vers lui et qu’il repère le changement, il semble ébahi. Un mélange de désir vorace et d’amour semble envahir le regard qu’il pose sur elle. Elle apprécie énormément se sentir aussi désirable dans ce sous-vêtement rouge vif.

Elle s’installe à califourchon sur ses cuisses, initie un baiser fougueux pour joindre ses lèvres aux siennes. Sa langue titille sa comparse, tandis que son corps vibre toujours un peu plus au contact du sien. Quand leurs lèvres se détachent, il l’interroge sur sa certitude afin d’être apaisé sur les nombreux doutes qui ont dû l’assaillir à cause de cette distance imposée. Elle se sent toute mouillée, humide, et reluisante de désir. Elle peut affirmer que son corps est prêt, mais ne peut lui assurer que son cerveau sera d’accord. Elle veut toutefois essayer de le retrouver, plonger dans l’extase qu’il lui fera goûter. Alors elle lui fait comprendre la réceptivité de son intimité par une remarque coquine prononcée avec sensualité. « Touche l’intérieur de mes cuisses, tu sentiras que oui. » Elle sourit avec cet air mutin collé au visage. Il ne se détache rarement de ses traits lorsqu’elle se sent enjouée. « Si je panique, je t’arrêterais. » Elle caresse son torse en prononçant ses mots, avant d’attraper sa main, pour embrasser chaque doigt et la poser sur l’un de ses seins. Il semble apprécier la démarche sensuelle qu’elle entreprend, puisqu’une légère pression s’établit. Sa poitrine est titillée par ses doigts fins et délicats, qui la frôlent avec une telle délicatesse que des frissons la parcourent automatiquement. Il l’effleure au-dessus du tissu, pince son téton avec avidité, tout en l’observant avec une intensité particulière. Elle peut sentir que son corps entier la désire à cet instant. Elle sent le bout de ses seins se durcir sous son contact savoureux, tandis qu’une main vient s’aventurer le long de sa cuisse dénudée. C’est fou comme il peut mettre feu à son corps en si peu de temps. Le désir se renforce, augmente au creux de ses reins déjà enflammés. « Il te plaît ? » Elle demande lorsqu’elle entend tous les propos pleins d’envie. Elle est heureuse lorsqu’il la touche. Elle est impatiente qu’il la frôle avec plus de passion encore, mais ses doigts lui procurent tant de bien-être que des gémissements s’échappent déjà de sa bouche.

_________________

Ephémère devienne Eternité ☽ J'aurais aimé t'aimer comme on aime le soleil, te dire que le monde est beau et que c'est beau d'aimer. J'aurais aimé t'écrire le plus beau des poèmes et construire un empire juste pour ton sourire. Devenir le soleil pour sécher tes sanglots et faire battre le ciel pour un futur plus beau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walklikeyou.forumactif.org/t371-ces-ecorchures-au-fond-de-moi-au-gout-d-enterrement-parfois-shannen#8772
avatar
Ciaran O'Malley
Le crevettlover
☞ ÂGE : 39
☞ STATUT : sous le charme d'une femme enfant aux formes juvéniles, mais pourtant exquises, qui se trouve être l'amie proche de sa propre fille et l'enfant de son meilleur ami. Une demoiselle qui devrait lui être interdit, mais qui l'attendri par ses airs solides et fragile à la fois. père célibataire de Summer, 13 ans.
☞ PROFESSION : musicien, interprète, compositeur. Il joue seul, parfois avec des musiciens rencontrés au hasard d'une salle de concert, mais ce n'est pas de la musique qu'il vit. Pour payer ses factures, il enchaine deux postes de serveur, un dans un restaurant assez chic et l'un dans un bar branché, six jours sur sept. Cela permet de vivre correctement sans extravagance.
☞ HABITATION : RAVENTHORPE

☞ BAFOUILLES : 1377 ☞ PSEUDO : mary
☞ AVATAR : boyd holbrook
☞ CREDITS : avengedinchains
☞ MULTI-COMPTES : Judson Sherpherdson, le lieutenant de police, coupable d'aimer son meilleur ami.

MessageSujet: Re: après la pluie, le beau temps. (ciaran)   Sam 19 Aoû - 9:19

L'aisance avec laquelle elle éveille ses sens est indécente. Le simple fait de la voir, de sentir sa chair accessible provoque un véritable embrasement au creux de ses reins. La tentation est réelle et profonde. Il est hypnotisé par le regard pénétrant de cette femme aux formes juvéniles. Il a la sensation de retrouver une part de la jeune adolescente qui lui a manqué cruellement au cours de ses derniers mois. La femme qui s'assume, la femme qui désire être touchée et dévorer, mais surtout celle qui a envie qu'il lui prodigue tout l'amour qu'il contient à son égard, sans retenue. Cette femme est somptueuse. Elle est aussi désirable que la femme enfant, celle qui réclame ces bisous et ses câlins, celle qui s'offusque lorsqu'il se montre trop gourmand, celle qui a le rire facile et enfantin quand ils se taquinent avec expertise. Il la trouve parfaite, cruellement diabolique. Elle est celle qui lui retourne les tripes comme la mère de Summer, mais d'une manière unique. Une femme qui s'est refusée à lui, mais qui semble lui redonner ce droit et il a la sensation d'être comme un jeune adolescent. Il hésite à laisser ce désir grimper en flèche au sein de son être, de prendre les commandes alors que tout son corps désire retrouver sa chair ardente. Elle ne calme en rien ses ambitions voraces. Au contraire, elle les intensifie par ses mots, ses baisers, ses caresses et ses regards. Elle l'envoute, le rend d'autant plus impatient et envieux. Elle l'invite à le toucher et il l'a frôle d'abord légèrement pour savourer le spectacle. Il se délecte du désir qui s'immisce. "Beaucoup. Il te va très bien. Il met bien en valeur tes fines courbes que j'adore." Il commente dans un regard pénétrant en venant laisser ses doigts glisser plus amplement sur son sein. Il sent sa pointe tendue, appuie légèrement sur elle a travers le tissu, tandis que son autre menotte retrouve le creux de sa cuisse, frôle son aine et le tissu de sa culotte. Son souffle se mêle au sien avant de venir s'éteindre dans sa nuque qu'il vient baiser avec sensualité. Si ces actions se font encore inoncentes, il cherche à enflammer sa chair et est enchanté d'entendre ses gémissements tant attendus. Il goute sa peau avec délice, laisse le bout de sa langue titiller sa chair. Sa main vient enrober son sein, s'immisce sous la bretelle pour la faire glisser sur l'épaule et découvrir cette partie légèrement bombée, mais ferme face à l'excitation. Sa bouche ne se fait pas prier pour la retrouver. Il prend de grandes inspirations, dépose des baisers gourmands sur cette peau désirée. Son autre menotte glisse naturellement sur sa hanche pour rejoindre ses fesses, la serrer plus fermement contre son bassin. Il est excité, souffle de plaisir de retrouver cette chair qui l'excite cruellement. Il la prendrait immédiatement s'il le pouvait, mais apprend à apprivoiser ses formes en venant dévorer son sein avec sensualité et appétit, pour le titiller avec sa langue. Il est vraiment délicieux de la retrouver qu'il se laisse embraser sans aucune restriction tandis que sa main libre glisse dans sa culotte humide. La moiteur qu'il y retrouve, le fait doucement sourire contre ce sein alors que ses doigts viennent titiller ce bouton de chair intime. "C'est délicieux de te sentir de cette manière." Il avoue en remontant sa bouche contre son oreille qu'il embrasse avec douceur. "J'aime quand tu es si brulante de désir." Il avoue en laissant ses doigts s'immiscer délicatement au creux de ses cuisses alors que sa bouche s'amourache de sa comparse. Oui il désire lui faire atteindre les étoiles de nouveau de toutes les manières possibles. L'homme désireux est bien trop éveillé pour qu'il en soit autrement. Il la désire à un point qu'elle ne l'imagine pas.

_________________
Extasy
The warm breath that is slipping away from you, Gets lost on my neck, all over my body from top to toe, As you are touching me, I'm giving up already, You will feel me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walklikeyou.forumactif.org/t372-ciaran-o-malley-lamour-est-la-plus-puissante-des-passions
avatar
Shannen Weaver
La crevette ingénue
☞ ÂGE : 17 ans. (22/04)
☞ STATUT : amoureuse de son pedobear. heureuse. rêveuse.
☞ PROFESSION : lycéenne emplie de rêves et d'espoirs ; baby-sitter d'un petit James.
☞ HABITATION : petit appartement à Thornhill avec sa mère.

☞ BAFOUILLES : 4142 ☞ PSEUDO : demon dance (emeline).
☞ AVATAR : elle fanning.
☞ CREDITS : Lolitaes.
☞ MULTI-COMPTES : aucun.

MessageSujet: Re: après la pluie, le beau temps. (ciaran)   Sam 19 Aoû - 9:23

Il complimente son ensemble de charme avec autant de passion qu’elle le désirait. Il affirme qu’il la met en valeur et ajoute une touche magnifique à ses courbes qu’il adore déjà. Si auparavant elle pouvait douter de son désir concernant sa fine poitrine, elle a désormais confiance en son corps. Elle sait qu’il apprécie ses atouts, et même ce qui peut paraître moins attrayant aux yeux d’un homme. Il a apprivoisé ses petits seins et les titille avec autant d’envie que les autres parties. Il ne semble pas frustré ni dégoûté de leur taille, alors Shannen assume finalement ce qui la caractérise. Elle se sent sublime et désirable lorsqu’il frôle sa peau ou qu’il la sonde de ses yeux pénétrants, et c’est l’essentiel pour elle. Elle n’a pas besoin de paraître belle pour chacun des garçons qu’elle croisera ; elle veut juste briller dans ses yeux et dans son miroir. Elle possède une meilleure image d’elle maintenant qu’elle est en relation avec Ciaran. C’est pourtant qu’une phrase typique pour faire fondre une fille, surtout une adolescente ; mais elle sent la sincérité de ses propos au plus profond de ses tripes. Elle aime entendre ces mots et être couverte d’autant d’attentions.

L’étreinte qu’ils s’accordent devient plus sensuelle et endiablée au fil des secondes qui s’écoulent. Leur désir se renforce et cela se ressent rien que dans leur baiser, qui devient plus fiévreux, laissant leurs langues se retrouver. Les gestes de son homme aussi se précisent et dévoilent toute l’envie qu’il possède et qu’il a camouflée sans relâche. Il exerce une pression plus ferme contre son sein, continue de titiller son téton pour provoquer d’autres gémissements de ses lèvres devenues sèches. Son autre main s’occupe de l’intérieur de ses cuisses, frôle ses aines de manière délicate, et effleure le tissu de sa culotte au niveau de son clitoris. Même si son doigt ne se glisse pas encore directement contre sa peau, une crampe s’engouffre au creux de son bas-ventre, et sa cavité devient plus suintante d’excitation. Elle est tellement transportée et bouillonnante que le baiser qu’ils s’échangent devient plus vorace et fougueux. Ses lèvres viennent finalement se loger dans son cou, elle sent son souffle chaud et la douceur de sa bouche. Son corps ne peut que vibrer, trembler, et être victime de multiples frissons le long de sa peau. Elle ne fait que sentir un flot de désir l’envahir tant Ciaran sait s’y prendre avec son corps en demande. Il finit par délivrer son sein du tissu, en faisant glisser la bretelle de son soutien-gorge contre son épaule. Elle se dénude devant ses yeux et n’en éprouve plus la moindre gêne. Elle s’était enlaidie ces dernières semaines à cause de son crime, mais retrouve sa beauté entre ses doigts habiles. Sa grande main ferme entoure son sein libéré, le presse, avant que sa langue ne soit attirée à son tour. Elle suce la pointe pour la durcir davantage, et s’aventure contre sa peau pour provoquer une dose d’excitation supplémentaire. Toujours soutenu par le bonnet, son sein est à sa merci et est disposé à recevoir toutes les caresses humides qu’il a envie de lui offrir. Elle savoure chacun de ses effleurements, sans contenir son plaisir ou ses soupirs voilés de désir. Ils s’intensifient lorsque ses doigts se frayent un chemin sous sa culotte pour frôler son clitoris, avant de se fondre en elle. Un long cri aigu et sensuel s’échappe immanquablement de sa bouche, tandis qu’elle s’accroche d’une main à son bras qui s’agite pour la titiller, et que l’autre est suspendu en l’air pour se retenir à la nuque de Ciaran. Elle freine surtout son rythme, au risque d’atteindre l’orgasme s’il accélère le mouvement de ses doigts.

Son corps est complètement fiévreux et enflammé avec les initiatives expertes et délicieuses de son amant, si bien que son dos se cambre légèrement, retenu par la main qu’il a glissée autour de sa taille. Ses paupières deviennent lourdes, se ferment pour profiter de cette extase qui la transcende complètement. Ciaran la fait planer avec une intensité palpable. L’excitation est si imposante qu’elle déverse un liquide de plaisir contre ses phalanges gourmandes. Elle se sent déjà trempée et en sueur, elle ne tarde pas à l’en informer par un murmure sensuel contre son oreille : « Aussitôt mise, aussitôt salie… » Ses lèvres viennent finalement s’accaparer les siennes pour un baiser passionné qui lui permet de se décharger de l’excitation trop intense qui la submerge. Elle mordille légèrement la lèvre inférieure de son copain, avant de la suçoter avec érotisme. Elle lui redonne finalement sa liberté, et la possibilité de dévorer de nouveau ses seins. Il prolonge le supplice en attaquant l’autre du bout de sa langue, laissant même sa langue mordiller sa pointe. Sa tête se renverse tant le plaisir est cruel. « Ciaran, bon sang… » Elle murmure, soupire d’extase au contact de ses lèvres gourmandes et ses doigts ambitieux. Elle le laisse dévorer sa poitrine, pendant qu’elle déboutonne sa chemise pour caresser son torse finement musclé. Elle défait aussi le bouton de son jean, avant de se redresser légèrement pour lui donner l’espace suffisant à la manœuvre. « Enlève ton pantalon. » Il s’applique, le fait glisser avec le boxer au sol, sans perdre son insistance contre sa féminité. Il s’occupe ensuite de sa petite culotte qu’il fait descendre délicatement, avec ce regard pénétrant qui la trouble chaque fois. Ses pieds décalent d’un cran pour l’abandonner par terre. Elle est désormais nue devant ses yeux qui contemplent avec admiration, seulement recouverte d’un soutien-gorge qui maintient ses seins sans les dissimuler. Elle se mordille la lèvre d’un air sensuel, en venant plonger son regard intense dans l’océan pénétrant qui lui sert d’yeux. Elle reste debout à le scruter avec passion, lui offrant ainsi une vue sublime et libérée de son corps. Elle instaure un véritable jeu de regards entre eux, pour rendre la tension sexuelle que plus imposante et érotique. Finalement elle s’installe de nouveau contre ses cuisses, puis attrape son long sexe entre ses doigts pour entreprendre quelques mouvements en longueur. Son regard ne cesse de l’observer avec envie, sans laisser la nervosité la commander. Une teinte rouge est toutefois remarquable contre ses joues. « Tu es tellement dur… » Elle prononce sans le lâcher des yeux. C’est simplement une constatation qui provoque son excitation. « Un autre. » Elle réclame un troisième doigt au creux de sa cavité humidifiée par le plaisir. Elle succombe totalement.

_________________

Ephémère devienne Eternité ☽ J'aurais aimé t'aimer comme on aime le soleil, te dire que le monde est beau et que c'est beau d'aimer. J'aurais aimé t'écrire le plus beau des poèmes et construire un empire juste pour ton sourire. Devenir le soleil pour sécher tes sanglots et faire battre le ciel pour un futur plus beau.


Dernière édition par Shannen Weaver le Sam 19 Aoû - 15:47, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walklikeyou.forumactif.org/t371-ces-ecorchures-au-fond-de-moi-au-gout-d-enterrement-parfois-shannen#8772
avatar
Ciaran O'Malley
Le crevettlover
☞ ÂGE : 39
☞ STATUT : sous le charme d'une femme enfant aux formes juvéniles, mais pourtant exquises, qui se trouve être l'amie proche de sa propre fille et l'enfant de son meilleur ami. Une demoiselle qui devrait lui être interdit, mais qui l'attendri par ses airs solides et fragile à la fois. père célibataire de Summer, 13 ans.
☞ PROFESSION : musicien, interprète, compositeur. Il joue seul, parfois avec des musiciens rencontrés au hasard d'une salle de concert, mais ce n'est pas de la musique qu'il vit. Pour payer ses factures, il enchaine deux postes de serveur, un dans un restaurant assez chic et l'un dans un bar branché, six jours sur sept. Cela permet de vivre correctement sans extravagance.
☞ HABITATION : RAVENTHORPE

☞ BAFOUILLES : 1377 ☞ PSEUDO : mary
☞ AVATAR : boyd holbrook
☞ CREDITS : avengedinchains
☞ MULTI-COMPTES : Judson Sherpherdson, le lieutenant de police, coupable d'aimer son meilleur ami.

MessageSujet: Re: après la pluie, le beau temps. (ciaran)   Sam 19 Aoû - 9:24

L’excitation bat son plein. Ciaran apprivoise de nouveau ses formes qui s’étaient jusqu’alors dérobés de son emprise. Le toucher de sa chair ardente est tout aussi plaisant que dans ses souvenirs et la sentir se soumettre de nouveaux à ses initiatives lui procure une sensation exquise. Il se laisse habiter par ce désir contenu, dépose mil et une attentions sur cette peau chaude et déjà suintante du plaisir qu’il lui procure. Elle se donne de nouveau et le spectacle est aphrodisiaque, érotique, excitant et sa gourmandise augmente inexorablement au creux de ses reins. Elle doit sentir à quel point l’ambition guide ses actions et baisers au fil que les secondes s’égrènent. Il ne lésine pas sur ses efforts. Il caresse, dévore ses points sensibles du bout de ses doigts, de ses lèvres. Elle a un gout succulent dont il ne se lasse pas. Cette adolescente qui devient femme telle une fleur qui éclore au printemps. Une fleur dont il s’enivre des effluves de son parfum, mais également de son nectar avec un appétit non restreint. « Elle est faite pour ça. » Il murmure contre sa bouche en rendant la pression de ses doigts plus intime. Cette humidité intime le rend cruellement désireux de pousser le jeu plus loin, lui donne un pouvoir dont il ne lasse pas. Il aime la rendre si brûlante de plaisir et ne cache pas la fierté qui l’inonde à cet instant. Sa respiration est forte tant il se sent cruellement à l’étroit dans ses vêtements. L’excitation le rend brûlant et rien ne semble pouvoir atténuer cette réaction naturelle au contact d’une femme désirable, celle qu’il adore dévoré avec cet appétit vorace dont il est si friand avec elle. Sa sensualité explose et il la frôle avec un érotisme qui enflamme l’adolescente comme jamais. Il se délecte de sa bouche, de ce sein qu’il vient prendre prisonnier et leur danse se fait d’autant plus lascive. Elle dégage une odeur qui l’enivre, accentue ce besoin impressif d’enflammer ses formes. Elle jure de plaisir et cela le rend encore plus glorieux, plus insistant. Il torture le plaisir de l’adolescente et il adore cette sensation divine qui l’habite et leur étreinte prend un nouveau chemin. Elle redevient cette femme ambitieuse, lui retire sa chemise et l’oblige à retirer son pantalon. Ce qu’il fait sans se faire prier, sans la quitter du regard en soulevant légèrement son bassin pour faire glisser ses vêtements d’une main. Il expose sa nudité à son amante, laisse sa protubérance se libérer de cette prison de tissu. Cela lui fait un bien fou et elle s’offre à la vue de la demoiselle sans aucune pudeur. Oui, il est excité, sa virilité ferme et désireuse d’une joute plus intime, mais il ne désire pas être le seul à être nu. Il laisse sa main libre retrouver le tissu de sa fine culotte, il la fait glissé sans arrêter la torture de ses doigts au sein de sa féminité. Ils se regardent avec appétit, tout aussi désireux l’un que l’autre. La tension sexuelle est profonde, presque insupportable. Il savoure ce moment, laisse ses pensées cupides envahir son esprit. Il aimerait lui faire tout un tas de bêtises, mais une seule joute charnelle ne suffira pas à calmer cet appétit profond qu’il a pour ce corps svelte, mais délicat. Elle finit par venir frôler sa virilité après l’avoir tant boudé au fil des derniers mois. Il savoure ce toucher qui se fait plus imposant et gémit naturellement face à ses caresses. Il sourit, sent l’admiration de son amante face à l’excitation qu’elle-même instaure au creux de ses reins, mais aussi sa gêne perceptible, car chamboulée par cet effet qui bouleverse leurs sens. « Tu aimes ? » Il questionne juste pour la titiller tandis qu’il laisse une autre phalange s’immiscer entre ses cuisses à sa demande. Il se pince la lèvre, transporté par le plaisir que tout cela insuffle en lui. « Oui, tu aimes. » Il continue de taquiner dans un sourire mutin et complice en venant se redresser pour titiller son sein de sa bouche, frôlant sa peau de sa barbe naissante. Sa bouche se fait humide sur sa peau brûlante. Ses caresses se précisent et ses gémissements se font plus féroces contre la pointe de ce sein qu’il dévore sa relâche comme cette nuque ou cette oreille. Ses actions se rythment à celles de l’adolescente et il crève d’envie de posséder de nouveau ses cuisses, d’investir de nouveau cette antre où l’extase sera au rendez-vous, mais avant ça, il est prêt à la faire jouir, juste avec ses doigts, avec l’expertise qui a toujours fais chavirer le cœur de l’adolescente. Il veut jouer avec son désir, le sien également, pour retrouver cette complicité qui a toujours rendu leurs étreintes si singulière. Il la laisse par la même occasion décider de ce qu’elle désire : jusqu’où elle veut pousser ce vice si tentateur. Tout lui convient bien qu’il aimerait la faire jouir entre ses doigts, en faire de même avant d’éveiller leurs corps brûlants pour une joute encore plus intime et puissante. Comme ils ont pu le faire par le passé. C’était si exquis.

_________________
Extasy
The warm breath that is slipping away from you, Gets lost on my neck, all over my body from top to toe, As you are touching me, I'm giving up already, You will feel me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walklikeyou.forumactif.org/t372-ciaran-o-malley-lamour-est-la-plus-puissante-des-passions
avatar
Shannen Weaver
La crevette ingénue
☞ ÂGE : 17 ans. (22/04)
☞ STATUT : amoureuse de son pedobear. heureuse. rêveuse.
☞ PROFESSION : lycéenne emplie de rêves et d'espoirs ; baby-sitter d'un petit James.
☞ HABITATION : petit appartement à Thornhill avec sa mère.

☞ BAFOUILLES : 4142 ☞ PSEUDO : demon dance (emeline).
☞ AVATAR : elle fanning.
☞ CREDITS : Lolitaes.
☞ MULTI-COMPTES : aucun.

MessageSujet: Re: après la pluie, le beau temps. (ciaran)   Sam 19 Aoû - 16:23

Le sexe en sa compagnie est un délice particulier que l'adolescente apprécie retrouver. Elle l'avait mis de côté dans un besoin de se ressourcer, mais savoure désormais cette étreinte endiablée. Chaque toucher ou baiser exquis est une caresse délicate contre sa peau. Ciaran prend soin d'elle et de son corps, parvient à accentuer la passion avec lenteur et délicatesse. La blonde ne pouvait trouver meilleur amant, il est tellement habile, doué et désirable qu'elle plonge automatiquement dans la luxure qu'il propose. Elle se laisse faire et emporter par le désir qui l'envahit de plein fouet. Elle lui donne la liberté d'investir son corps comme bon lui semble, et il ne tarde pas à la faire sienne avec une intensité palpable. Il l'hypnotise, et perturbe tous ses sens, en fondant ses doigts en elle et en dévorant ses seins avec fougue. Il met feu à son corps et embrase chaque parcelle de sa peau. Shannen pousse sans cesse des gémissements incontrôlables, pour répondre à toutes ces actions qu'il accomplit avec expertise. Elle se joue même coquine et ambitieuse en empoignant son sexe bien durci. Il est ferme et droit entre ses doigts, et elle ne cesse de le provoquer pour lui procurer autant d'excitation. Elle réclame ensuite un autre doigt en elle, qu'elle reçoit avec une satisfaction non camouflée. Son visage est tiré par un rictus de plaisir tandis qu'elle s'accroche à son épaule pour se retenir. Elle a l'impression de vaciller, de perdre son équilibre tant l'envie est profonde et insistante. Les émotions vives envahissent ses tripes. Un fluide visqueux s'échappe et se répand contre les phalanges de son blond. Transportée par l'extase, elle jouit contre ses doigts et se mord la lèvre de plaisir. Elle s'essouffle sous une respiration précipitée, et vient poser sa tête contre son épaule lorsqu'elle n'en peut plus et qu'il a laissé s'échapper la preuve de sa jouissance à son tour. Elle sent son liquide dégouliner contre sa main qui s'agitait contre sa verge, et se contente de s'essuyer contre le seul tissu qui leur reste - la chemise de Ciaran. Elle sourit avec complicité avant de reprendre son souffle au creux de ses bras. Elle profite d'un moment de repos et de tendresse avec lui, durant plusieurs minutes. Lorsqu'elle a récupéré un peu d'énergie, elle se redresse pour embrasser ses lèvres amoureusement. Elle songe ensuite à le gonfler encore de plaisir et à titiller son désir pour pouvoir recevoir ses coups de reins intenses. C'est pourquoi elle l'observe d'un regard pénétrant et s’aide de la force de ses cuisses pour se soutenir au-dessus de lui, et pouvoir onduler son bassin contre sa verge plus molle. Ses lèvres s'entrouvrent légèrement contre son sexe, tandis qu'elle laisse son corps rythmer ce préliminaire qu'il affectionne. Elle laisse sa féminité guider cette étreinte sensuelle et s'humidifier déjà de plaisir. Elle ne cesse d'observer son homme, avec un mélange d'amour et de passion.

_________________

Ephémère devienne Eternité ☽ J'aurais aimé t'aimer comme on aime le soleil, te dire que le monde est beau et que c'est beau d'aimer. J'aurais aimé t'écrire le plus beau des poèmes et construire un empire juste pour ton sourire. Devenir le soleil pour sécher tes sanglots et faire battre le ciel pour un futur plus beau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walklikeyou.forumactif.org/t371-ces-ecorchures-au-fond-de-moi-au-gout-d-enterrement-parfois-shannen#8772
avatar
Ciaran O'Malley
Le crevettlover
☞ ÂGE : 39
☞ STATUT : sous le charme d'une femme enfant aux formes juvéniles, mais pourtant exquises, qui se trouve être l'amie proche de sa propre fille et l'enfant de son meilleur ami. Une demoiselle qui devrait lui être interdit, mais qui l'attendri par ses airs solides et fragile à la fois. père célibataire de Summer, 13 ans.
☞ PROFESSION : musicien, interprète, compositeur. Il joue seul, parfois avec des musiciens rencontrés au hasard d'une salle de concert, mais ce n'est pas de la musique qu'il vit. Pour payer ses factures, il enchaine deux postes de serveur, un dans un restaurant assez chic et l'un dans un bar branché, six jours sur sept. Cela permet de vivre correctement sans extravagance.
☞ HABITATION : RAVENTHORPE

☞ BAFOUILLES : 1377 ☞ PSEUDO : mary
☞ AVATAR : boyd holbrook
☞ CREDITS : avengedinchains
☞ MULTI-COMPTES : Judson Sherpherdson, le lieutenant de police, coupable d'aimer son meilleur ami.

MessageSujet: Re: après la pluie, le beau temps. (ciaran)   Dim 20 Aoû - 22:25

Leurs corps s’enflamment dans une symbiose parfaite. Ils s’appliquent des caresses qui ne pourront qu’accroitre ce plaisir cupide au sein de leurs entrailles. Leurs gestes se précisent, se font plus conquérants sur la chair ardente de leur partenaire. Ciaran s’embrase, laisse cette extase tant désirée sans aucune pudeur. Elle rend sa virilité que plus ferme, rend la caresse de ses doigts et de sa langue plus gourmande. Il cherche à faire jouir sa petite amie et l’apothéose de la demoiselle est si exquise qu’il ne peut contenir le plaisir que cette vision lui procure. Il grogne contre son sein en venant relâcher la pression de son bassin, résolument enchanté de retrouver cette intimité si délicieuse en sa compagnie. Il rit faiblement en sentant la tête de la demoiselle se reposer contre son épaule, transporté par cette délicieuse sensation d’extase qui envahit ses membres. Il aime sentir cette moiteur entre ses doigts et ne se gêne pas pour continuer de caresser subtilement l’intimité de sa belle avant de trouver l’une de ses cuisses. « C’était délicieux. » Il murmure contre sa chevelure d’or en s’enivrant de l’odeur envoutante de sa peau délicate. Il aime son odeur lorsque l’extase l’a prise en otage et laisse son cœur reprendre un rythme plus calme. Ce qui est résolument difficile, car l’ambition qu’il a envers ses formes qu’il effleure du bout de ses doigts, s’avive face à leur douce étreinte sans pour autant qu’il cherche à l’approfondir. Il baigne de baisers sa chevelure, son oreille. « J’aime ton odeur après que tu ais jouis. Tu es si belle, petit cœur. » Il murmure contre son oreille alors que sa main encore moite glisse le long de sa cuisse et que son autre menotte se glisse sur son épaule, sa nuque. Un sourire orne ses lèvres avant d’avoir le plaisir de sentir la demoiselle se dégager de son emprise pour mettre en place une gâterie dont il est si friand. Il se mord la lèvre en répondant à son baiser quand il sent la moiteur de son intimité retrouver la chaleur de sa virilité. Ce contact l’électrise, titille ses sens et vient créer une étincelle au creux de ses reins. A peine éteint, le brasier se rallume pour son plus grand bonheur tandis qu’il ne se gêne pas pour l’observer avec un appétit non camouflé. Il observe cette fleur révéler sa féminité, user de ses charmes sur son attribut masculin. Il se délecte de cette vision, laisse ses doigts glisser contre ses cuisses alors qu’elle oscille son bassin contre son soldat qui s’humidifie face à son nectar aphrodisiaque. Il savoure cette sensation grisante, qui rend son regard plus pénétrant tandis qu’il se pince la lèvre. Sa respiration se fait plus forte tandis que son excitation revient prendre en otage sa chair. « T’es magnifique… » Il complimente en venant glisser ses mains sur ses hanches, remontant les fines courbes de son corps pour retrouver la chaleur de ses seins qu’il vient frôler avec la même sensualité dont elle fait prendre contre son membre en demande de sa fleur humide. Il sent son intimité se gonfler sous la pression de ce bassin contre le sien. Il ne se montre pas impatient, souffle juste dès lors que le plaisir provoqué se fait plus fort au sein de ses reins. Leur danse se fait lente et lascive alors qu’il se penche vers elle pour embrasser ses lèvres délicates. « Tu veux prendre les commandes, petit cœur ? » Il demande pour entrevoir si elle veut le soumettre à ses désirs. Il veut retrouver cette complicité qui semble refleurir de nouveau et c’est merveilleux. Cela le rend cruellement heureux et il le lui montre dans la sensualité dont il fait preuve pour l’embrasser, dévorer sa peau de ses lèvres avides, mais douces. « Je t’aime. » Il murmure contre sa bouche en venant plonger ses prunelles claires dans les siennes. Il le pense cruellement à cet instant et aucun doute n’est possible tant il lui est dévoué.

_________________
Extasy
The warm breath that is slipping away from you, Gets lost on my neck, all over my body from top to toe, As you are touching me, I'm giving up already, You will feel me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walklikeyou.forumactif.org/t372-ciaran-o-malley-lamour-est-la-plus-puissante-des-passions
avatar
Shannen Weaver
La crevette ingénue
☞ ÂGE : 17 ans. (22/04)
☞ STATUT : amoureuse de son pedobear. heureuse. rêveuse.
☞ PROFESSION : lycéenne emplie de rêves et d'espoirs ; baby-sitter d'un petit James.
☞ HABITATION : petit appartement à Thornhill avec sa mère.

☞ BAFOUILLES : 4142 ☞ PSEUDO : demon dance (emeline).
☞ AVATAR : elle fanning.
☞ CREDITS : Lolitaes.
☞ MULTI-COMPTES : aucun.

MessageSujet: Re: après la pluie, le beau temps. (ciaran)   Lun 21 Aoû - 18:21

L’étreinte sensuelle est un délice très satisfaisant qui lui permet de savourer leurs retrouvailles. Leurs baisers passionnés et caresses endiablées finissent à la combler d’extase. Chaque geste est empreint d’érotisme pour rendre la luxure que plus majestueuse. Shannen plane complètement, libérée de toutes contraintes psychiques. Elle chasse les sources de contrariété pour se concentrer sur le plaisir qui enflamme ses reins et la transcende pleinement. Elle est emportée par l’extase, plus d’une fois, tant l’expertise de son homme est maîtrisée. Il est le meilleur amant qu’elle aurait pu croiser : il est à l’écoute de ses désirs, de son corps. Il est prévenant et attentif dans le seul but de rendre le sexe plaisant pour eux deux. Il ne pense pas qu’à son excitation, il prend aussi la sienne en compte, et elle le sent, chaque fois qu’il détaille ses réactions ou la frôle avec une délicatesse évidente. Il lui accorde même une série de compliments pour décrire cet acte qu’il considère agréable et jouissif. Il entreprend même des commentaires sur son odeur nouvelle après leur effleurement lascif, et sur sa beauté suite à un plaisir aussi imposant. Elle ne sait quoi répondre à ces gentillesses multiples, et se contente de sourire amoureusement à chacune des remarques prononcées. Elle décide de jouer la carte de l’humour pour rendre l’ambiance plus chaleureuse, et accentuer l’esprit de taquinerie qui s’immisce entre eux. « Ça te plaît vraiment cette sucrerie, tu pourrais dire tous les compliments au monde pour que je poursuive. Manipulateur ! » Elle affiche un sourire satisfait sur les lèvres, avant de continuer ses ondulations de bassin contre le sien. Sa féminité moite titille sa verge qui se durcit davantage à chaque mouvement. Elle le sent plus ferme contre son orifice humide et s’amuse à l’exciter, par les regards pénétrants et les caresses sensuelles qu’elle lui offre. Elle le veut pleinement, mais rend la tension sexuelle plus palpable. Elle irrite leurs nerfs, et rend la passion que plus vorace. « Je te fais confiance, je sais que tu auras le rythme idéal. » Elle lui affirme en appréciant ses lèvres contre les siennes. Elle se penche légèrement pour pouvoir répondre à la fougue du baiser et le faire perdurer. Elle savoure sa bouche gourmande, avant de le laisser retrouver son sein qu’il cajole avec envie. Elle continue le préliminaire, mouillant toujours un peu plus contre son sexe imposant. Elle gémit doucement, tandis qu’il titille la pointe de son sein. « On a qu’à le faire ensemble. » Elle propose finalement, avant d’entendre sa déclaration d’amour. Elle provoque une augmentation de son rythme cardiaque. « Je t’aime aussi mon amour. » Elle glisse une main dans sa nuque pour caresser ses cheveux blonds, tandis que son bassin poursuit ses glissements contre sa virilité tendue. Elle embrasse ses lèvres passionnément, avec tout l’amour qu’elle éprouve à son égard. Elle s’arrête lorsqu’elle sent que Ciaran exerce une emprise contre son sexe pour le soutenir. Elle bascule finalement vers le bas pour le fondre en elle. Il donne des coups avec son bassin, tandis qu’elle alterne les mouvements de relèvement et d’abaissent pour rythmer ses gestes sensuels. L’extase l’anime à cet instant, lui fait relâcher toute la pression. En même temps d’accomplir cette manœuvre répétitive, ses lèvres embrassent les siennes, les savourent pour ne pas gémir trop fort. « Tu m’as manqué. » Elle murmure doucement. Il était toujours près d’elle, à la soutenir et l’aimer, mais son corps n’avait pas été frôlé avec autant d’envie et elle admet enfin qu’elle en est réellement devenue dépendante.

_________________

Ephémère devienne Eternité ☽ J'aurais aimé t'aimer comme on aime le soleil, te dire que le monde est beau et que c'est beau d'aimer. J'aurais aimé t'écrire le plus beau des poèmes et construire un empire juste pour ton sourire. Devenir le soleil pour sécher tes sanglots et faire battre le ciel pour un futur plus beau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walklikeyou.forumactif.org/t371-ces-ecorchures-au-fond-de-moi-au-gout-d-enterrement-parfois-shannen#8772
avatar
Ciaran O'Malley
Le crevettlover
☞ ÂGE : 39
☞ STATUT : sous le charme d'une femme enfant aux formes juvéniles, mais pourtant exquises, qui se trouve être l'amie proche de sa propre fille et l'enfant de son meilleur ami. Une demoiselle qui devrait lui être interdit, mais qui l'attendri par ses airs solides et fragile à la fois. père célibataire de Summer, 13 ans.
☞ PROFESSION : musicien, interprète, compositeur. Il joue seul, parfois avec des musiciens rencontrés au hasard d'une salle de concert, mais ce n'est pas de la musique qu'il vit. Pour payer ses factures, il enchaine deux postes de serveur, un dans un restaurant assez chic et l'un dans un bar branché, six jours sur sept. Cela permet de vivre correctement sans extravagance.
☞ HABITATION : RAVENTHORPE

☞ BAFOUILLES : 1377 ☞ PSEUDO : mary
☞ AVATAR : boyd holbrook
☞ CREDITS : avengedinchains
☞ MULTI-COMPTES : Judson Sherpherdson, le lieutenant de police, coupable d'aimer son meilleur ami.

MessageSujet: Re: après la pluie, le beau temps. (ciaran)   Mer 30 Aoû - 23:17

Il lui est impossible de rester insensible face au spectacle que la demoiselle lui offre tant il la trouve magnifique. Il savoure ces courbes de son regard, de ses doigts, mais aussi de sa virilité prise en otage par ce corps désirable. Il a une affection tout particulière pour cette sucrerie. Il ne peut le nier tant il est résolument excité lorsqu’elle l’honore de cette façon. Il trouve la danse qu’opère la fleur de l’adolescente face à son dard enivrante et exquise. Il aime sentir le contact de son nectar, de ce liquide contre la peau brûlante de son intimité et il ne manque pas de rendre l’étreinte plus lascive et sensuelle. La demoiselle le sait, n’hésite pas à le taquiner de sa voix mutine et enfantine qui provoque naturellement son rire. Un sourire amoureux vient se loger sur ses lèvres. « Je plaide coupable. » Il déclare avec espièglerie à son tour dans un soupir de plaisir. Il en carrément accro et le manque ne fait que rendre ces sensations plus exquises que par le passé. Il rompt la distance entre leurs lèvres. Il l’embrasse avec sensualité, savoure la douceur de sa bouche tout en lui offrant l’opportunité de mener la danse entre leurs deux chairs avides de l’autre. La tension sensuelle entre eux est profonde, difficile à supporter tant le manque a rendu cette ambition que plus profonde. Il ne dit mot à sa remarque, laisse leurs corps s’apprivoiser de nouveau, bien que l’envie de la faire sienne le taraude violemment. Tant et si bien qu’il lui faut que quelques mouvements de bassin pour exercer cette pression non équivoque que l’adolescente comprend et lui concède. Elle propose qu’ils mènent la danse à deux, comme ils l’ont tant fait par le passé et il n’en faut pas plus à Ciaran pour se sentir heureux. Il l’embrasse avec douceur, mais passion, savoure la douceur de cette peau qu’il continue de frôler du bout de ses doigts. L’amour qu’il a pour elle éclate dans un murmure sincère, qui révèle toute l’affection qu’il lui porte. Elle y répond favorablement et rien ne pourrait le rendre plus heureux, si ce n’est ce contact enivrant de sentir leurs corps se mêler à l’unisson. Le plaisir est profond, s’exprime par un gémissement à peine retenu contre ses lèvres. Ses mains glissent contre ses cuisses, ses hanches, ses cotes. Il suit le mouvement du bassin de son amante tout en dévorant cette bouche délicieuse. Leurs corps s’emboitent dans un accord parfait, provoquant au creux de leurs reins cette flamme incandescente du plaisir de la chair. Elle se donne, il se donne à elle et le manque éprouvé durant tous ses mois se nourrit de ces sensations exquises. « Toi aussi. » Elle ne sait pas à quel point il se sent vivant à cet instant tandis que la pression exercée au sein de son corps s’accentue et devient brûlante, torride, aliénante. Leurs lèvres se dévorent sans cesse, se séparent juste pour laisser échapper des sons érotiques pour titiller les sens de l’autre au point qu’il leur est de plus en plus difficile de contenir cette extase qui frôle leurs êtres avec tant de malice. Leurs mouvements se font plus lents et profonds, tantôt plus prompts et avides dans un rythme parfait, suffisant pour leur apporter la dose nécessaire pour s’envoler au septième ciel. L’extase est au rendez-vous. Elle s’exprime dans un râle profond et rauque tandis que tout son être se donne à elle. Le souffle court, le cœur au bord des lèvres, il laisse juste sa tête se perdre au sein de la poitrine. Il embrasse son sternum, s’enivre de son odeur érotique alors que leurs corps s’offrent les derniers mouvements pour savourer cette extase jusqu’au bout. Ses doigts parcourent les formes de Shannen avec douceur, mais intérêt. Il est si bon de la retrouver qu’il pourrait lui faire l’amour toute la nuit. « C’était parfait. » Il murmure contre la peau de son sein qu’il vient mordiller du bout de ses lèvres. « Mais ce n’est que le commencement, car je compte bien te dévorer toute entière maintenant. » Il lui offre son plus beau sourire alors qu’il vient mordiller chaque parcelle de sa peau accessible. Il a le cœur fou dans sa poitrine et il se sent léger de nouveau. Cette sensation lui avait cruellement manqué. Il est si bon de la retrouver. Cela n’a pas de prix.

_________________
Extasy
The warm breath that is slipping away from you, Gets lost on my neck, all over my body from top to toe, As you are touching me, I'm giving up already, You will feel me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walklikeyou.forumactif.org/t372-ciaran-o-malley-lamour-est-la-plus-puissante-des-passions
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: après la pluie, le beau temps. (ciaran)   

Revenir en haut Aller en bas
 

après la pluie, le beau temps. (ciaran)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Après la pluie, le beau temps.
» après la pluie le beau temps • Indiana Miller
» Après la pluie vient toujours le beau temps [PV]
» Profite du beau temps ( Libre )
» Le beau temps après la pluie... [PV Maxime]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WALK LIKE YOU :: DEWSBURY :: THORNHILL :: YOUR HOME-