AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Vie agitée (Jadrea #3)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
☞ ÂGE : 37 ans
☞ STATUT : Célibataire, mais encore marié, son mari s'est enfui du jour au lendemain
☞ PROFESSION : Professeur de droit à l'université de Liverpool, et occasionnellement à Leeds, il est également maître de conférence.
☞ BAFOUILLES : 72 ☞ PSEUDO : Squirowl.
☞ AVATAR : James McAvoy
☞ CREDITS : wiise
☞ MULTI-COMPTES : Matthias, le connard fini. Servane, la pas si fragile que ça.

MessageSujet: Vie agitée (Jadrea #3)   Jeu 20 Avr - 21:47


   
vie agitée
Valise tout juste bouclée pour le week-end prolongé prévu depuis un bon moment. J’avais une conférence sur l’importance des lois dans notre société, conférence que j’avais préparé depuis des mois. Ça serait tout le vendredi et le lundi et je passerais le reste du temps à visiter Douvres, avec James normalement. Sur un coup de tête je lui avais proposé de m’accompagner pour ce week-end. Une idée prise sur un coup de tête alors que l’on s’était retrouvé il y a quelques jours pour un de nos diners habituels. Je voulais te changer les idées, essayer de te faire sortir de ta morosité qui ne semblait pas te quitter. Peut-être que sortir de Dewsbury te ferait du bien, ou peut-être pas. Mais j’appréciais ta compagnie, même si elle se complaisait dans nos douleurs respectives. La tienne était la plus vive, la plus fraîche également. Moi, j’avais simplement appris à vivre avec cette douleur lancinante qui ne me quittait pas. La blessure de l’abandon ne me quitterait peut-être jamais, je commençais à me faire une raison. Mais néanmoins je commençais à réapprendre à vivre et à accepter la présence des autres dans mon entourage. Et j’appréciais sincèrement ta compagnie. D’habitude je partais seul pour les conférences, aimant être libre de mon temps et surtout de faire ce dont j’ai envie. Mais pour une fois j’avais mis ma propre fierté de côté, pour ton bien-être. Je ne sais pas si tu étais vraiment partant, mais tu avais accepté et donc je devais te retrouver dans une heure à la gare pour prendre le train en direction de Douvres. Une fois le tour de l’appartement fait et que tout est en ordre pour le week-end. Je ferme l’appartement avant de rejoindre le taxi que j’avais appelé pour m’amener à la gare. Un bon quart d’heure de route plus tard, je sors et me dirige directement vers le café où l’on avait convenu de se retrouver. J’aperçois ta silhouette assise au fond du bar. Je te rejoins rapidement, contournant les tables. « Salut… » Je m’assieds face à toi. « Prêt pour ce week-end ? » Je te demande, curieux de connaître ton état d’esprit.

Le voyage s’était bien passé, mais il m’avait littéralement épuisé. Je ne ressentais plus aucune énergie. Il était à peine 22h quand je décide de gagner l’unique lit, 2 places, de la chambre d’hôtel. Le gérant s’était trompé dans la chambre, malgré mes précisions, et on était donc obligé de faire lit commun. Ça ne me dérangeait pas vraiment, mais ce n’était pas non plus une situation des plus claires. Mais on allait bien devoir s’adapter, qu’on le veuille ou non. Je m’étais changé avant d’aller m’allonger pour laisser la nuit me happer. Je ne tarde pas à tomber dans les affres d’un sommeil lourd. Pendant plusieurs heures je dors, sans même me rendre compte que toi et moi on se retrouve étroitement enlacé. L’habitude de dormir seul n’avait pas fait disparaître ce besoin de chaleur humaine. Mais je me réveille sous trop de chaleur. C’est à ce moment que je me rends compte de notre position plus qu’ambiguë. Je ne peux pas dire qui de nous deux a fait le premier pas. Mais c’est comme ça. Et tu es tout autant réveillé que moi. Décidément la gêne s’immisçait entre nous, toujours. Et, je ne sais pas si c’est le pire, mais notre proximité ne me dérangeait pas, pas du tout même. Je finis cependant par me décaler quand je sens ta tension grandir. « Désolé. »

.
   
AVENGEDINCHAINS
   

_________________

   
WHAT'S UP

   
And so I cry sometimes
When I'm lying in bed
Just to get it all out
What's in my head
And I, I am feeling... a little peculiar. © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
☞ ÂGE : 41 ans. (02/02)
☞ STATUT : les désillusions bousillent désormais sa vie, dévastant son coeur au passage avec cette morosité trop profonde. (séparé de l'homme avec qui il a vécu 16 ans, délaissé pour un autre)
☞ PROFESSION : Illustrateur, notamment de jeux vidéos, formant l’ambiance et les personnages pour inspirer les graphistes, mais il est amené aussi à entreprendre des couvertures de livres de poche ou dessins de presse pour une agence qui apprécie son boulot. James est toutefois un touche-à-tout, un ambitieux, qui rêve d’expositions de peintures ou photographies qu’il a confectionnées durant des années.
☞ HABITATION : chez sa soeur ou dans un hôtel, incapable de vivre dans cette trop grande maison.

☞ BAFOUILLES : 277 ☞ PSEUDO : demon dance (emeline).
☞ AVATAR : oscar isaac.
☞ CREDITS : morsmordre.
☞ MULTI-COMPTES : shannen, le bout de femme en devenir ; henry, le bourgeois homophobe et refoulé.

MessageSujet: Re: Vie agitée (Jadrea #3)   Mar 25 Avr - 0:18


   
vie agitée
Tu m'avais proposé de t'accompagner à Douvres pour une de tes conférences universitaires. Tu semblais vraiment apprécier l'idée et vouloir que je te tienne compagnie. Devant ton sourire conquis et ton insistance, j'ai rapidement cédé. Je me suis affirmé plus d'une fois que ce serait une bonne idée, pour m'oxygéner et me glisser hors de cette villa glaciale et obscure. L'occasion ne pouvait être manquée, alors qu'elle a certainement le pouvoir de me changer les idées. J'ai simplement accepté pour te faire plaisir, mais aussi car ça ne peut que m'apporter un peu de joie. Je te rejoins ainsi à la gare, me posant dans le bar indiqué comme convenu pour t'attendre sagement. Je tente de lire un bouquin pour me faire une idée de l'histoire et de m'appliquer dans le graphisme que je dois effectuer sur la page de couverture. Je le range rapidement car tu ne tardes pas à arriver. Ton sourire est un délice, ta présence une bénédiction. « Prêt ! » Je lance avant de me relever pour me déplacer à tes côtés jusqu'au train, tirant la valise derrière moi.

Je me suis endormi sous le poids de la fatigue, lors du voyage en train, alors que je ne suis pas habitué à trouver le sommeil dans les transports. C'est dans ces instants que je réalise combien je peux être éreinté par la vie qui me pèse. Alors on ne profite pas réellement pour communiquer, mais on se rattrape durant un repas dans un restaurant appréciable. On arrive ensuite à l'hôtel, mais le monsieur nous indique qu'il y a un problème dans notre réservation. Au lieu d'avoir droit à deux chambres, nous n'en aurons qu'une, comprenant un lit deux places. L'idée ne m'enchante pas réellement, mais je n'ai pas le choix de contourner ma déception et d'accepter cette contrainte. On ne tarde donc pas à gagner le lit, personnellement habillé d'un pantalon de jogging gris et d'un haut large. Rien de séduisant, car je ne cherche absolument pas à te charmer. On s'endort donc, moi plus difficilement. Je mets quelques heures mais je me repose quand même suffisamment, avant d'ouvrir les yeux lorsque je sens le soleil me réchauffer le crâne. On a oublié de fermer les volets. Je réalise petit à petit qu'un contact s'impose dans mon dos, et contre ma hanche. Je sens ta main collée à mon corps et ça m'irrite. J'ai peur de tes motivations, de ta séduction. « Mh. » Je ne sais pas quoi dire quand tu t'excuses. Je n'ai jamais désiré ce contact, et cela me déconcerte que tu aies pu ne serait-ce que l'oser. « Désolé Andrea mais... je suis pas sûr qu'on soit... » Je me redresse, repousse toute tentative pour me mettre debout. Je prends panique. « Enfin désolé si je n'ai pas été clair avec toi... » Je tente de t'expliquer que je ne suis pas sensible à ton charme naturel et que tes intentions n'ont jamais traversé mon esprit. « C'est pas ce que je recherche... » Je souffle, sans te regarder, voulant fuir tes yeux et cette pièce qui m'oppresse.
   
AVENGEDINCHAINS
   

_________________

   
Usé par la vie, par les hurlements. Usé par le silence, usé par le vent, usé par l'oubli. On oublie pourtant qu'un jour on s'est aimé, qu'un jour on a vécu. Que la vie est passée, que le passé n'est plus. Qu'un jour on s'est aimé, que ce jour n'est plus qu'une postérité noyée dans l'inconnu. © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walklikeyou.forumactif.org/t962-you-know-whats-more-destructive-than-a-nuclear-bomb-words-james#29039
avatar
☞ ÂGE : 37 ans
☞ STATUT : Célibataire, mais encore marié, son mari s'est enfui du jour au lendemain
☞ PROFESSION : Professeur de droit à l'université de Liverpool, et occasionnellement à Leeds, il est également maître de conférence.
☞ BAFOUILLES : 72 ☞ PSEUDO : Squirowl.
☞ AVATAR : James McAvoy
☞ CREDITS : wiise
☞ MULTI-COMPTES : Matthias, le connard fini. Servane, la pas si fragile que ça.

MessageSujet: Re: Vie agitée (Jadrea #3)   Jeu 4 Mai - 20:11


   
vie agitée
J’avais eu cette idée d’un coup de folie, ou quelque chose dans le genre. Je ne regrettais pas cette idée, loin de là même. Mais tu devais me trouver étrange. Finalement on ne se connaissait qu’au travers les commandes que je te demandais, on avait jamais réellement échangé sur nos vies respectives, sauf depuis mon arrivée à Dewsbury, où les choses semblaient s’enchainer à une vitesse impressionnante. À vrai dire cela fait un moment que je n’ai plus aucun contrôle sur ma vie. Mais, bizarrement, tu étais celui qui me reliait à une vie quelque peu sociable. Alors peut-être que ce week-end serait une bonne idée après tout en tout cas pour ne pas faire que bosser après tout. Ce serait dommage que l’on passe tout le week-end chacun de notre côté, ce n’était pas le but de ma proposition. Je te retrouve à la gare comme convenu. J’étais sincèrement heureux de te voir ici, prêt pour un week-end que j’espérais sympathique. En tout cas il démarrait sur les chapeaux de roues.

Le voyage a été éprouvant, même si on n’a pas été franchement très bavard. On était tous les deux dans notre monde, pourtant j’avais largement apprécié cette journée. Le restaurant avait clôturé cette journée positivement. On avait ensuite gagné l’hôtel où une surprise de taille nous attendait. Nous n’avions pas nos deux chambres comme c’était pourtant convenu lors de la réservation. Le réceptionniste s’était confondu en excuse devant ma remontrance. Il faut dire que je détestais les erreurs ou les choses pas faites correctement. Pourtant je m’apaise assez rapidement, pour ne pas te faire subir ma frustration qui n’est absolument pas tourné contre toi. On doit s’adapter à cette situation impromptue. Notre épuisement est conséquent, et donc on ne tarde pas à trouver le lit pour sombrer dans le sommeil pour ma part. Le sommeil avait retrouvé sa place dans ma vie, alors que, depuis la rupture j’avais eu comme belle compagnie l’insomnie. N’ayant plus l’habitude de dormir en compagnie de quelqu’un, j’ai tendance à m’étaler dans le lit. Je ne me rends pas compte que, dans mon sommeil, je me suis collé à toi. C’est seulement quand le réveil pointe le bout de son nez, que je me rends compte que nos deux corps se sont collés pendant la nuit. L’ambiance est presque glaciale entre nous. La gêne était plus que palpable. Je m’écarte, mets une distance raisonnable entre nous. Je secoue la tête. « Ce n’est pas ce que je recherche non plus. » Mon ton est légèrement plus froid que normalement, mais je ne pouvais pas te laisser le doute sur le fait que je puisse encore plaire à quelqu’un. Ce n’est vraiment pas dans mes intentions, j’ai encore trop d’espoir de retrouver mon ex. Et tu m’as parfaitement fait comprendre que toi non plus tu n’es pas du tout prêt à imaginer quoique ce soit. « Je vais voir s’il est possible de trouver une autre solution, je pense que c’est la meilleure chose à faire. » Ma voix est un peu plus posée, le trouble s’évapore doucement.


.
   
AVENGEDINCHAINS
   

_________________

   
WHAT'S UP

   
And so I cry sometimes
When I'm lying in bed
Just to get it all out
What's in my head
And I, I am feeling... a little peculiar. © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
☞ ÂGE : 41 ans. (02/02)
☞ STATUT : les désillusions bousillent désormais sa vie, dévastant son coeur au passage avec cette morosité trop profonde. (séparé de l'homme avec qui il a vécu 16 ans, délaissé pour un autre)
☞ PROFESSION : Illustrateur, notamment de jeux vidéos, formant l’ambiance et les personnages pour inspirer les graphistes, mais il est amené aussi à entreprendre des couvertures de livres de poche ou dessins de presse pour une agence qui apprécie son boulot. James est toutefois un touche-à-tout, un ambitieux, qui rêve d’expositions de peintures ou photographies qu’il a confectionnées durant des années.
☞ HABITATION : chez sa soeur ou dans un hôtel, incapable de vivre dans cette trop grande maison.

☞ BAFOUILLES : 277 ☞ PSEUDO : demon dance (emeline).
☞ AVATAR : oscar isaac.
☞ CREDITS : morsmordre.
☞ MULTI-COMPTES : shannen, le bout de femme en devenir ; henry, le bourgeois homophobe et refoulé.

MessageSujet: Re: Vie agitée (Jadrea #3)   Ven 9 Juin - 22:50


   
vie agitée
L'idée de ce week-end est sans doute venue d'un coup de tête de ta part. Je t'imagine bien t'avoir dit dans le crâne que ce serait plaisant d'être accompagné pour une fois, et je me sens chanceux que tu m'aies choisi en tant que compagnon de voyage. Je me sens honoré de pouvoir partager ces quelques jours avec toi, mais surtout d'avoir la chance d'en connaître davantage sur toi. On commence à s'ouvrir ces derniers jours, à échanger plus en profondeur sur nos vies, mais il reste un blocage qu'il faut encore briser pour que la complicité soit réelle entre nous. Je crois qu'investir un bout de ta vie, et connaître ton métier ainsi que tes projets peuvent contribuer à former une véritable confiance. J'ai envie d'apprendre à te connaître, et je suis intrigué par les conférences que tu dois tenir au cœur des universités. Alors je te suis sans difficulté. On s'est posés dans un train qui nous a amenés jusqu'à la ville, puis on a fini dans un restaurant et un hôtel. Nous devons partager le lit puisqu'il y a eu une erreur lors de la réservation. Je n'ai pas fait la mauvaise mine, même si une pointe de dérangement parsemait mon coeur. Dormir avec un autre homme que Matthias n'est pas une chose ordinaire, mais je vais devoir affronter cette réalité sans rechigner. Il est bien trop tard pour trouver un autre hôtel. Et de toute façon, je n'ai aucune envie de te présenter mon côté nerveux qui s'est activé, je voudrais seulement que tu me perçoives comme une personne simple.

Alors on s'endort rapidement l'un à côté de l'autre, pour savourer une bonne nuit de sommeil avant d'attaquer une journée exténuante pour toi. Je ne suis pas aussi perturbé que je le croyais lors de cette nuit, je ne m'agite même pas. Je ne me réveille pas non plus en sueur. Peut-être que ta présence m'apaise sans que je ne le réalise réellement. Il est vrai qu'en ta présence, j'ai tendance à délaisser ma peine et à me conduire plutôt vers l'enthousiasme. Tu m'aides à oublier ma morosité pour me concentrer sur des choses plus optimistes. Pourtant, tu es également celui qui provoque un élan de panique au creux de mon ventre, lorsque je sens ton bras étreindre ma taille. Je flippe totalement à l'hypothèse que tu puisses être intéressé par moi, mon corps, pour une relation sentimentale ou plus charnelle. Alors que je me remets à peine de ma douleur d'avoir été séparé de mon conjoint, alors que je ne suis absolument pas prêt à m'ouvrir. Le week-end en ta compagnie aurait dû être bénéfique mais je me retrouve avec une boule au creux du ventre. Ainsi je me redresse et me mets debout pour échapper à ton contact. Je t'accuse sans tarder pour t'expliquer que mes intentions ne sont pas identiques. « Alors pourquoi tu as fait ça ? Je ne pensais pas que notre amitié prenait une valeur plus particulière pour toi. » Je demande pour comprendre ce qui t'est passé par la tête. Je suis tellement déçu de ce comportement inattendu. J'ai accepté ta proposition, car je pensais sincèrement que notre lien était satisfaisant pour toi. « Non, écoute, je m'en vais, ce sera plus simple. Contente-toi de passer un bon week-end. » Je conclus seulement notre échange en me guidant vers ma valise pour la fermer. Je reste en jogging, avec la ferme intention de prendre le prochain train en direction de Dewsbury.
   
AVENGEDINCHAINS
   

_________________

   
Usé par la vie, par les hurlements. Usé par le silence, usé par le vent, usé par l'oubli. On oublie pourtant qu'un jour on s'est aimé, qu'un jour on a vécu. Que la vie est passée, que le passé n'est plus. Qu'un jour on s'est aimé, que ce jour n'est plus qu'une postérité noyée dans l'inconnu. © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walklikeyou.forumactif.org/t962-you-know-whats-more-destructive-than-a-nuclear-bomb-words-james#29039
 

Vie agitée (Jadrea #3)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Nuit agitée
» Tortue trop agitée
» bombina orientalis trés agitée
» Nuit agitée
» Ma chienne est agitée et tourne en rond

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WALK LIKE YOU :: DEWSBURY :: THORNHILL :: RAILWAY STATION-