AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 eddie + i want to feel alive

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
☞ ÂGE : ça fait vingt-huit ans que je me balade sur cette terre.
☞ STATUT : célibataire, à ce qu'il parait je n'ai rien d'un don juan.
☞ PROFESSION : si mon père a la tête dans l'eau, moi j'ai la tête dans les étoiles. je suis astrophysicien et accessoirement prof à la fac de leeds aussi.
☞ HABITATION : avec la tribu même si je dois avouer que je commence à ressentir le besoin de retrouver mon indépendance.

☞ BAFOUILLES : 4 ☞ PSEUDO : mel.
☞ AVATAR : jamie bell.
☞ CREDITS : shiya (avatar).

MessageSujet: eddie + i want to feel alive   Mer 19 Avr - 20:38




Edward Flanigen


NOM + ton nom a toi, c'est flanigen. comme ton père et tes frères. comme ta mère de son vivant également. bien que ce ne soient pas tes parents biologiques, tu n'as jamais connu d'autre nom que celui-là. tu n'as jamais cherché à en avoir un autre non plus. PRÉNOM + tu t'appelles edward, l'un des quatre cadeaux que ta mère biologique t'a donnés. le premier étant la vie, le deuxième ta surdité et le troisième les flanigen. tu ne portes pas de deuxième prénom. ÂGE + tu as pris vingt-huit ans le quatre novembre dernier. la trentaine ne te fait pas peur, tu t'en rapproches doucement, sereinement. LIEU DE NAISSANCE + tu as vu le jour en irlande, quelque part près de dublin. tu n'es pas sûr du lieu exact. ta mère biologique a tenu à ce que ça reste entre elle et tes parents adoptifs. surement qu'elle n'habitait pas très loin de là. NATIONALITÉ & ORIGINES + tu es irlandais, ça, c'est une certitude. tu n'as cependant aucune idée de quelles peuvent être tes origines. et honnêtement? tu le vis très bien. ORIENTATION SEXUELLE + d'aussi loin que tu te souviennes, tu as toujours été attiré par les femmes et leurs jolies courbes. STATUT SOCIAL + tu es célibataire depuis trois ans maintenant. depuis que ta mère est partie. depuis que tu es rentré à dewsbury. ça faisait cinq ans que vous étiez ensemble, elle était parfaite, vous étiez heureux. seulement, il a fallu que tu rentres à la maison pour soutenir les tiens et elle a refusé de te suivre, sa carrière étant plus importante que votre relation à ses yeux. et ce fut la fin de ce 'vous' que tu pensais bien plus fort que ça. de ce 'vous' que tu aimais tant. de ce 'vous' que tu finis par oublier sans grands regrets. OCCUPATION + si ton père a toujours été partagé entre avoir la tête dans l'eau ou dans le ciel, toi, depuis toujours, tu as la tête dans les étoiles. tu es passionné d'astronomie. tu es astrophysicien. tu donnes également des cours à l'université. SITUATION FINANCIÈRE + tu as de l'argent, plus qu'il ne t'en faut. il t'arrive régulièrement de verser des dons à des associations que tu juges pertinentes. après tout, à quoi bon tout garder pour toi quand tu sais très bien que tu ne t'en serviras pas? CARACTÈRE + Tu es quelqu’un de calme. Tu l’es peut-être même trop, mais ça, ce n’est qu’en apparence. En réalité, tu débordes de vitalité et de connerie surtout. Tu souris tout le temps et c’est en général contagieux. Tu es passionné par ce que tu fais et tes élèves te le font souvent remarquer. Tu es fier de ce que tu as accompli malgré ta surdité. Tu as acquis une détermination sans faille et tu la dois sans aucun doute à ton père qui t’a toujours poussé dans tes choix. Cependant, tu es loin d’être parfait. Maladroit et légèrement moqueur, tu as tendance à mettre les deux pieds dans le plat et à y rester coincer. Seulement, physiquement parlant, tu es très habile. Si tes oreilles ne fonctionnent pas très bien, tes autres sens sont plus développer que la moyenne. Pourtant, pour lire le langage corporel des gens, tu es une véritable catastrophe. Un mec pourrait être super énervé contre toi et une nana en train de te draguer, tu ne verrais pas la différence… Un comble quand on sait que, quelque part, le langage des signes consiste à étudier le comportement des gens. Tu es quelqu’un de relativement angoissé, tu pourrais commencer une crise de panique parce qu’un chat est coincé dans un arbre. AVATAR + tu as de gros airs de ressemblance avec jamie bell, cet acteur anglais. non, tu ne trouves pas?

TICS & MANIES + Tu as un chien nommé Pamplemousse par ton plus jeune frère : une vengeance pour avoir fait croire à Ron quand vous étiez gosses qu’Albus était un chien et non pas un bébé. Pourquoi est-ce une vengeance ? Car ‘pamplemousse’ est surement l’un des seuls mots de la langue anglaise que tu n’es pas capable de prononcer. + Depuis que tu es rentré à l’université - c’est-à-dire depuis une bonne dizaine d’années - tu te déplaces partout où tu vas en roller. Tu n’aimes pas vraiment prendre la voiture ou les transports en commun, donc quand tu peux les éviter, tu le fais. + Tu ne sais absolument rien sur tes parents biologiques et il arrive que parfois ça te travaille un peu, seulement ça ne dure jamais longtemps. + Tu as très mal vécu la mort de ta mère seulement tu as tout fait pour te montrer fort et être d’un réel soutien pour ta famille. Tu es rentré à Dewsbury et tu y vis toujours avec ton père et tes frères même si tu commences légèrement à saturer. Tu les adores, mais tu as besoin de reprendre ton indépendance. Seulement si tu déménages, ce ne sera pas bien loin. Tu ne te sens pas prêt à quitter ta famille. Tu as beau les savoir en bonne santé, tu ne peux t’empêcher de penser que tout peut arriver et que tu ne veux surtout pas perdre du temps avec eux. + Tu as appris le langage des signes quand tu avais huit ans et, un peu sans le vouloir, tu as converti tes proches. Pour ta famille, c’était volontaire mais pour tes petits camarades à l’école, c’était accidentel. + Tu as horreur quand les gens confondent l’astronomie avec l’astrologie, ça a le don de te mettre hors de toi. Tu ne comprends même pas comment certaines personnes peuvent considérer l’astrologie comme une science. Pour toi, ce n’est juste qu’un gros tas de conneries. + Tu joues beaucoup trop aux jeux vidéo et te débrouilles comme un chef. Tu adores d’ailleurs défier Albus. Tu te prends souvent une branlée, mais tu arrives toujours un peu à le faire rager même s’il finit toujours pas reprendre le dessus à la dernière minute. + Tu manges beaucoup trop. Pire qu’un ventre sur pattes. Heureusement, tu ne prends jamais un gramme alors tu n’as aucune raison de te priver. Par contre, si tu aimes la nourriture, tu ne sais absolument pas cuisiner. Tu arriver toujours à cramer tes plats ou à leur donner un arrière-goût étrange. + Tu es allergique à l’ananas. C’est une allergie bizarre et qui ne sort de nulle part, cependant c’est toujours bon à savoir. + Lorsque tu te mets à stresser ou paniquer, tu as tendance à sautiller d’un pied sur l’autre. Tu as souvent l’air d’un débile mental, mais c’est plus fort que toi, tu es incapable de te contrôler.


1. Adolescent, tu étais plutôt...
en manque total de confiance en toi
J’avais beau recevoir du soutien de tous les côtés : de mes parents, de mes frères, de mes amis - de Len surtout - je n’avais absolument pas confiance en moi. Ma surdité n’a surement pas aidé. Je me sentais souvent à l’écart, je manquais souvent les trois-quarts des conversations et me retrouvais à demander ou dire ce que quelqu’un d’autre avait déjà expliqué avant moi. Je n’étais pas bien dans ma peau, j’avais beaucoup de mal à me faire à mes différences : Eddie, sourd et adopté. Pour certains, je n’étais que ça et il est certain que ça n’aidait pas. Je me sentais insignifiant. Heureusement, ça a changé avec le temps et j’ai appris à avoir confiance en moi et mes convictions. Merci papa.

2. Si ta moitié te trompe...
ton monde s’écroule
Je ne pense pas être quelqu’un de fondamentalement jaloux ou d’extrêmement romantique, seulement je m’attache assez facilement aux autres et plus ça va, plus ce sentiment va en grandissant. Alors je vous laisse imaginer ce qu’il en est quand il s’agit d’amour… Je ne supporterais pas que ma copine me trompe. Si elle en a marre, si elle s’ennuie, si elle trouve que je ne m’occupe pas assez d’elle, qu’elle me quitte avant d’aller voir ailleurs. Ça fera mal, certes, mais au moins il n’y aura pas la douleur de la trahison qui va avec.

3. A choisir, tu préfères...
les films de science-fiction
J’aime la science-fiction et le fantastique. J’aime quand les films arrivent à me faire douter sur ce qui est possible et ce qui ne l’est pas. La ligne entre le réel et l’imaginaire est parfois si fine qu’on en flippe sur place et je trouve ça absolument génial. Et puis bon, beaucoup de ces films se passent dans l’espace alors autant dire que je pourrais passer mes journées devant la télé… seulement faut bosser de temps en temps.

4. Tu as un rencard avec une personne qui fait des strip-teases pour gagner sa vie...
ça t’importe peu
Ce ne serait certainement pas mon premier choix, cependant c’est un métier comme un autre. Je ne vois pas pourquoi ça devrait me déranger du moment que la frontière entre travail et personnel est bien délimitée. Après tout une strip-teaseuse n’est pas une prostituée… Parce que oui, là, par contre, ça me poserait surement problème.

5. Si tu devais faire ta demande, tu la ferais…
à ton image tout simplement
Pour dire vrai, je n’en sais trop rien. Je ne me suis jamais posé la question. Je n’ai jamais vraiment envisagé de me marier. Ce n’est pas quelque chose qui m’attire particulièrement. Avec Maryse, la question ne s’est jamais posée puisqu’elle ne voulait pas se marier non plus. Mais j’imagine que si je venais à me marier, ce serait avant tout pour le bonheur de l’autre… Du coup, je la ferais surement à mon image : simplement, entre nous, tranquillement posé à la maison. J’imagine… Je n’en sais vraiment rien.


Derrière son écran...

PSEUDO/PRENOM + mel aka potatoe pour vous servir. ÂGE + j'ai vingt-deux ans et j'vous assure que j'ai toutes mes dents. vous m'croyez, hein, dites? PAYS/RÉGION + je suis parisienne... Rolling Eyes ouais, j'sais, faut pas s'en vanter. mais vous savez c'qu'elle vous dit la parisienne?!  nan, en vrai, elle vous aime, faut pas l'écouter... elle est folle en plus. Rolling Eyes ça tourne pas très rond là-dedans. COMMENT AS-TU CONNU LE FORUM ? + je lui ai fait la causette sur bazzart, il m'a dit "ouais, viens, tu verras, ils sont pas nets - comme toi - tu devrais t'y sentir comme à la maison." bah v'ui, l'avait raison. TON PERSONNAGE EST UN INVENTÉ, UN SCÉNARIO OU UN PRÉ-LIEN ? + à la base, c'était un scénario m'dame! celui du vieux là-bas. oui, oui, sirius flanigen, c'est bien ça. FRÉQUENCE DE CONNEXION + je serai là touuuuuus les jours - pour votre plus grande horreur.  ma fréquence en rps sera un peu moins régulière par contre...   QUELQUE CHOSE A AJOUTER ? + viens par ici papy!!   sinon, j'aime les liens et j'ai une boîte magique pour recevoir des messages alors si jamais ça vous dit, moi j'dis jamais non.      
Code:
<span class="pris">jamie bell</span> <span class ="bopseudo">» eddie flanigen</span>

   


Dernière édition par Eddie Flanigen le Jeu 27 Avr - 20:11, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
☞ ÂGE : ça fait vingt-huit ans que je me balade sur cette terre.
☞ STATUT : célibataire, à ce qu'il parait je n'ai rien d'un don juan.
☞ PROFESSION : si mon père a la tête dans l'eau, moi j'ai la tête dans les étoiles. je suis astrophysicien et accessoirement prof à la fac de leeds aussi.
☞ HABITATION : avec la tribu même si je dois avouer que je commence à ressentir le besoin de retrouver mon indépendance.

☞ BAFOUILLES : 4 ☞ PSEUDO : mel.
☞ AVATAR : jamie bell.
☞ CREDITS : shiya (avatar).

MessageSujet: Re: eddie + i want to feel alive   Mer 19 Avr - 20:38



« Ma pensée, invisible, demeure inexplorée. J'ai des phrases banales pour répondre aux interrogations de chaque jour, et un sourire qui dit oui, quand je ne veux même pas prendre la peine de parler. » - maupassant

huit ans
L’angoisse. Ton angoisse. Perdu entre toutes ces lignes. Ces lignes qui grossissent, ondules, s’écartent, se rapprochent. Tu tombes dans le néant. Tu t’y raccroches à ces lignes. Tu les touches sans vraiment les saisir. Tu chutes. En continu. Sans jamais en voir la fin. Dans le fond du fond, il n’y a pas de fond. Alors tu tombes encore et encore. Tu attends le choc, mais il ne vient pas. Tu ouvres subitement les yeux. Tu te redresses et il te faut quelques secondes pour réaliser que tu n’es pas en chute libre, mais bien assis sur ton lit. Ce n’était qu’un cauchemar. Ton cauchemar. Celui qui tu fais tout le temps. Tu grelottes. Il ne fait pas bien chaud dans ta chambre et pourtant, tu es trempé. Tu t’agrippes à ta couette, la resserre quelque peu contre ta poitrine, puis tu te mets à pleurer. C’est plus fort que toi. Tu as été incapable de retenir tes larmes. Alors tu pleures, bruyamment. Tu ne te rends même pas compte du bruit que tu peux faire. Toi, tu veux juste ton papa. La lumière s’allume dans le couloir et rapidement, la porte de ta chambre s’ouvre. Les yeux remplis de larmes, tu ne vois rien. Tu n’entends pas non-plus la voix rassurante de ta mère qui vient s’assoir sur le bord de ton lit. « P… pa… ap… pa. » sanglotes-tu alors que tu sens des bras t’entourer. « Je… je v… veux… pa… pa. » Tu n’as pas besoin de voir ou d’entendre pour reconnaitre les bras de ta mère. Tu blottis ta tête dans son cou alors qu’elle te berce doucement. Tu renifles bruyamment et elle s’écarte de toi pour allumer ta lampe de chevet et te donner un mouchoir. Elle en profite pour sécher tes larmes. Une main vient se poser sur ton genou. Ron te regarde avec ses petits yeux, tout endormi. Tu peux lire sur ses lèvres qu’il demande pourquoi tu pleures. Les lèvres et les mimiques de Ron, tu les connais par cœur. De toute la famille, c’est bien le seul que tu comprends tout le temps. Mais tu te dis que bientôt ce sera plus facile parce que vous parlerez tous le langage des signes. Tu sens les mains chaudes de ta mère glisser tes appareils auditifs dans tes oreilles. Elle attrape ensuite ton visage de ses doigts fins pour être sûr que tu la regardes bien. « Tout va bien maintenant. » Elle t’embrasse sur le front et sourit. Tu renifles encore un peu, laissant tes derniers sanglots s’atténuer petit à petit. « On va aller changer ton pyjama, d’accord mon grand ? » Tu hoches la tête. Tu voudrais vraiment voir ton papa, mais tu sais qu’il n’est pas là. Qu’il est très loin en mer. Il te manque ton papa. Beaucoup trop. Alors que Lily part te chercher de quoi te changer dans ta commode, Ron grimpe sur ton lit avec son doudou et sert fort ta main dans la sienne.

onze ans
Assis sur ta chaise, tu fixes les fruits dans la corbeille. Tu es à la limite de bondir par-dessus la table pour l’arracher des mains de ton frère qui te regarde avec un air malicieux. Tu veux quoi Eddie ? Une banane ? Une pomme ? Une clémentine ? signe-t-il grossièrement d’une main. Tu fulmines. Tu sais très bien ce que tu veux, et lui aussi, mais tu es incapable de le dire. Alors tu tentes d’utiliser tes mains. Tu sers tes deux poings, les cognes l’un contre l’autre, l’un au-dessus de l’autre, puis tu montes ta main droite vers ta bouche comme si tu tenais le fameux fruit entre tes doigts. Ron te regarde t’agiter, un petit sourire en coin. « Il a dit pamplemousse ! » s’exclame le petit Albus en tirant sur le tee-shirt de son grand-frère, seulement Ron sait déjà très bien ce que tu as dit. Il veut te l’entendre dire avec ta bouche. Allez, dis-le et j’te le donne. Tu soupires. Ce mot, c’est ta bête noire. Tu es capable de prononcer des mots super compliqués, mais pamplemousse… Tu n’arrives pas à dire pamplemousse. T’es vraiment nul. Il monte et descend ses sourcils. C’est qu’il est fier de lui, le p’tit Ron. Mais tu te vengeras. Oh ça oui ! Tu le regardes presque méchamment et entrouvres tes lèvres : « paimplumusse ». Satisfait, il te balance ton pamplemousse que tu attrapes habilement à la volée. Une belle grimace vient s’afficher sur ton visage. Ta vengeance sera terrible. « T’as pas d’autres bêtises à montrer à ton petit frère ? » demande votre mère à Ron qui hausse les épaules avant de se sauver en courant.

treize ans
« Eddie, ta mère est là, » annonce le père de Len alors qu’elle te traduit ces quelques mots en signes. Tu acquiesces d’un hochement de la tête et embrasses Len sur la joue. À lundi. Tu rassembles rapidement tes affaires et te sauves. Lily est devant la maison et tu t’installes à côté d’elle dans la voiture. Merci d’être venue me chercher.  Elle esquisse un sourire et t’ébouriffe les cheveux. C’était bien ? Tu hoches vivement la tête. Tes soirées pyjama avec Len sont toujours top. Vous finissez toujours par vous goinfrer devant un feuilleton débile en imaginant les répliques des personnages. C’est votre petit rituel. Et ce depuis des années. Tu l’as invitée au bal de Noël ? Tu ouvres de grands yeux. Maman !  Elle rigole avant de démarrer la voiture et prendre la route de la maison. Elle est persuadée, comme tout le monde d’ailleurs, que Len et toi finirez ensemble un jour. Pour toi, cette idée est totalement folle. Pourtant, tu l’aimes beaucoup Len, mais ça, tu ne le réalises pas vraiment. C’est ta meilleure amie et puis c’est tout. C’est ce que tu te répètes et ce que tu te répèteras pendant des années jusqu’au jour où ton subconscient prendra le dessus…

vingt-deux ans
Tu as toujours été vu comme un mec bizarre par la plupart des gens. Plus précisément par la partie qui ne te connait pas vraiment. Alors bien sûr, tu as fini par en jouer. Parce que cette impression étrange que tu dégages, tu en es fier. Ta surdité et tes bizarreries, elles font parties de toi, de qui tu es et tu t’assumes entièrement. Y en a à qui ça plait et d’autres moins, mais tu t’en contrefiches. Ça a toujours été le cas. Alors comment dire que ce n’est pas très surprenant de te voir arpenter les couloirs de l’université sur tes rollers. C’était déconcertant au début, mais les gens ont fini par s’y faire. Ca a même fini par devenir ta marque de fabrique. Tu n’es plus Eddie Flanigen, le sourd, mais Eddie Flanigen, le gars en rollers. Et ça, ça te plait bien. Tu entres dans l’amphi, pile à l’heure comme à chaque fois et pars t’installer au premier rang. Les cours en amphi, tu n’aimes pas ça. Le prof est toujours plus ou moins loin de toi, il ne te fait jamais vraiment face et tu n’arrives pas toujours à capter ce qu’il raconte. Alors oui, tes appareils auditifs te sont d’une grande aide, mais ils ne font pas tout. Tu n’entends pas comme tes frères entendent. Tu entends des sons, des voix... seulement, il y a entendre et comprendre, et cette distinction-là, tu ne la fais que trop bien. Une main se pose sur ton épaule et tu esquisses un sourire en tournant la tête. Bradley s’installe à côté de toi et commence déjà à sortir ses affaires. « Ce prof est toujours à la bourre. » commence-t-il déjà à râler. Bradley, c’est surement l’un de tes meilleurs amis. Tu le connais depuis un peu plus de quatre ans, vous êtes clairement comme cul et chemise tous les deux. Vous vous comprenez tellement bien que, parfois, c’en est presque flippant. A croire que vous partagez le même cerveau. C’est aussi le premier ami que tu t’es fait à l’université. Le seul à t’avoir aidé lors de ton premier jour, toi, le nouvel étudiant totalement pommé. « Ça te dirait de sortir ce soir ? » Il se tourne vers toi et affiche son plus ‘beau’ sourire, celui qu’il utilise pour draguer, celui qui n’a jamais l’effet escompté. Tu laisses échapper un léger rire. Au même moment le prof entre dans l’amphi et prend sa place.

Tu n’as jamais eu de talent avec les filles, mais ce soir, ta chance semble avoir tournée. Maryse, cette fille que tu observes du coin de l’œil tous les jours à la bibliothèque semble te porter de l’intérêt. Tout du moins, c’est ce que tu te dis maintenant que ça fait plus d’une heure que vous discutez, rien que tous les deux. Faut dire que Brad a jeté son dévolu sur une jolie blonde de l’autre côté du bar et qu’il ne semble pas très intéressé à l’idée de venir vous tenir compagnie. « Ça te dirait pas d’aller dans un endroit plus calme ? » lui demandes-tu sans aucune arrière-pensée. Cette question semble la décontenancer car elle a immédiatement un léger mouvement de recul. Tu secoues activement la tête, puis pointes ton oreille du doigt. « C’est juste qu’il commence vraiment à y avoir du monde et je n’arrive pas bien à saisir tout ce que tu dis. » Au moment où ses yeux se posent sur ton appareil, son expression se radoucit tout de suite, et elle finit par hausser les épaules en guise de pourquoi pas. Alors vous sortez du bar. En passant, tu captes l’attention de Bradley pour lui signer que tu t’en vas. Il n’a pas du tout l’air de se sentir abandonné, ça te fait sourire. Ce que tu ne sais pas encore c’est que cette soirée va marquer le début d’une belle et longue histoire. Ta seule vraie histoire d’amour d’ailleurs. Maryse et toi, ça durera trois ans. Trois belles années. Avec une fin des plus tristes.

vingt-cinq ans
Le regard dans le vide, ton visage n’expresse absolument rien. Ton expression est tellement figée, tellement sans vie qu’on pourrait presque croire que tu n’es qu’un pantin. Que si quelqu’un te pousse du bout du doigt, tu t’effondras sur le sol, telle une marionnette en bois. Tu n’as pas pleuré. Pas encore. Tu n’y arrives pas. Tu ne peux pas dire que les événements ne t’atteignent pas, ce serait mentir. Tu te sens brisé de l’intérieur. Presque mort. Tu as l’impression que ton cœur ne bat quasiment plus. Que si ton père et tes frères n’étaient pas là, tu serais, toi aussi, au fond d’une tombe quelque part. Bradley frappe à la porte de ta chambre sans vraiment réfléchir, et bien évidemment, tu ne l’entends pas entrer. Il s’accroupi devant toi, il cherche a capté ton regard, seulement tu es loin, bien trop loin pour te rendre compte que tu n’es plus tout seul. Ses mains se posent sur les tiennes, ce contact te ramène peu à peu à la réalité. Tu baisses les yeux sur vos mains jointes. Seulement, la seule chose que tu vois, c’est la lettre. Cette lettre. Ce dernier souvenir de ta mère. Bradley finit néanmoins par capter ton attention. Maryse n’est pas venue avec toi ? Tu secoues la tête. « Maryse et moi, c’est fini. » Tu prononces chaque syllabe distinctement. Tu préfères le dire à haute voix que de le signer, ça te parait moins réel. Tu n’arrives pas à croire qu’en l’espace d’une semaine tu aies pu perdre ta mère et ta copine. D’un autre côté, tu la comprends Maryse. Sa vie est là-bas, alors que la tienne est ici. A Dewsbury. Auprès des tiens. Seulement, ce n’est pas parce que tu comprends sa décision que tu l’acceptes avec le sourire. Oh ça non.

Ta mère te manque. Tu te souviens quand, enfant, tu passais ton temps à réclamer ton père. Aujourd’hui, si tu avais huit ans à nouveau, c’est Lily que tu réclamerais encore et encore. Tu donnerais n’importe quoi pour la revoir une dernière fois. Dans le fond, tu t’en veux énormément de ne pas avoir été là dans ses derniers moments. Tu savais qu’elle était malade. Elle est tombée malade à peu près au moment où tu as commencé à fréquenter Maryse. Seulement, ça allait mieux. Ou alors, c’était ce que tu t’efforçais à penser ? Tu n’en sais trop rien. Tout ce que tu sais, c’est que tu regrettes de ne pas avoir pu passer plus de temps avec elle et qu’elle te manque terriblement. Cette lettre. La fameuse lettre. Tu la relies encore et encore. Tu ne t’en lasses pas. Dans cette lettre, tu la retrouves un peu, cette mère aimante et dévouée qui te connaissait mieux que personne. Cette lettre, c’est ta possession la plus précieuse. Veille sur eux, Eddie, ils vont avoir besoin de toi. Cette dernière phrase résonne dans ta tête à l’infini. Sa dernière requête. Ses derniers mots. Il ne t’en aura pas fallu plus pour rapatrier tes affaires à Dewsbury et récupérer ta chambre.

vingt-six ans
Assis sur un banc en face de l’université de Leeds, tu profites des quelques rayons de soleil qui viennent percer les nuages. Il ne fait pas très chaud, mais tu adores ce temps. Tu as toujours aimé ce temps. Bradley et Len arrivent bras dessus bras dessous et tu esquisses à sourire en les apercevant. Si en retournant habiter avec ton père et tes frères, tu as eu l’impression de faire un immense pas en arrière, tu es quand bien content de retrouver ta famille et tes meilleurs amis. Malgré la distance, ta relation avec Bradley est restée la même. Vous vous appeliez tous les jours… Vous étiez pire qu’un couple de petits vieux. À tel point que parfois même Maryse se retrouvait à jalouser votre relation. Pourtant, si avec Bradley rien n’a jamais changé, il n’en a pas été de même avec Len. Elle n’aimait pas Maryse et au moment même où tu as quitté Dewsbury pour aller t’installer avec elle sur la côte, plus rien n’a été pareil. Tu n’as pas compris pourquoi. Len était, après tout, ta plus vieille amie. Ta meilleure amie depuis le primaire. Et tu avais beaucoup de mal à imaginer ta vie sans elle. Un an après ton retour en ville, votre relation commence enfin à ressembler à celle que vous aviez. Il faut dire que le fait qu’elle soit la colocataire de Bradley aide beaucoup vu que tu passes les trois quarts de ton temps là-bas. Mais tu as bien conscience que quelque chose bloque, que quelque chose ne redeviendra jamais comme avant.

vingt-huit ans
Tu ouvres péniblement les yeux, éblouie par la lumière du jour. À plat ventre sur le lit, la tête à moitié dans le vide, tu peux voir tes habits éparpillés sur le sol avec ceux de quelqu’un d’autre. D’une femme, si tu en juges par le soutien-gorge qui trône sur ton tee-shirt. La soirée de la veille est floue, très floue, mais au moins, tu n’as pas changé de sexualité. Tu souris à ta connerie. Tu reprends une position un peu plus normale sur le lit en grimaçant. Tu as l’impression d’être passé sous un rouleau compresseur. Tu as mal partout, surtout au crâne, et le moins qu’on puisse dire c’est que tu ne te sens pas très bien. Tu te tournes pour découvrir Len, nue, endormie à côté de toi. Si tu commences d’abord par sourire devant cette vue plus que plaisante, tu le perds bien rapidement. Tu as couché avec Len. Len ! Dans un mouvement de recul étrange, tu tombes du lit et te manges le rebord de la table de chevet. Aoutch. Une main sur ton arcade sourcilière qui commence déjà à saigner, tu récupères rapidement tes vêtements et te sauves. Tu croises Bradley dans le salon, une tasse de café à la main. Il se marre en voyant ta tête. Tu devrais peut-être t’habiller avant de sortir… enfin, c’est juste une idée, signe-t-il avec un sourire au coin des lèvres. Tu considères son conseil et décides qu’en effet, ça serait plus sage. Tu enfiles rapidement tes fringues et t’apprêtes à quitter l’appartement quand Bradley arrive, une tasse de café dans une main et une trousse à pharmacie dans l’autre. Il te pousse sur le canapé et te tend la tasse. Tu l’acceptes à contre-cœur et le laisses soigner ton arcade. J’ai couché avec Len. Tu ne le regardes pas, tes yeux sont rivés sur le liquide fumant. J’ai entendu, te répond-t-il avec un sourire après avoir réussi à capter ton attention. Tu passes ta main libre sur ton visage étalant ton sang par la même occasion. Arrête de bouger ! Tu soupires, mais tu t’exécutes. Tu as couché avec Len. Tu n’en reviens pas. Tu ne sais pas quoi en penser non plus. Voilà. Ton regard passe rapidement sur Bradley qui ramasse sa trousse. Tu portes la tasse à tes lèvres et bois quelques gorgées de café. Ça te fait du bien. Tu sais, c’est pas si grave que ça… Tu arques un sourcil, pas sûr de le suivre. Que t’aies couché avec Len. Tu ouvres de grands yeux. Tu plaisantes ?!  Il hausse les épaules et se lève. Aller viens, j’te ramène. Tu acquiesces d’un signe de tête et le suis dehors jusqu’à sa voiture.

Tu passes la journée adossé au mur des toilettes, pas trop loin de la cuvette que tu as renommée Francis. Pourquoi Francis, tu n’en sais trop rien. Tu n’as visiblement pas totalement décuvé… sans vilain jeu de mots. Pamplemousse ronfle à tes côtés comme le fidèle animal qu’il est. Tu laisses échapper un long soupire. Ça doit bien faire deux heures que tu te sens mieux, pourtant tu ne bouges pas. Tu restes assis là par terre à tenter de te souvenir de ta dernière soirée. Len. Tu as couché avec Len. Si votre relation n’était déjà plus la même qu’avant, tu n’oses même pas imaginer ce qu’il va en advenir maintenant que vous avez … Puis ça te frappe. Tu es parti avant qu’elle se réveille, elle ne se souvient peut-être pas plus de sa soirée que toi. Tu as l’impression d’apercevoir une lueur d’espoir au bout du tunnel. Tu cherches ton téléphone. Tu dois prévenir Brad de se taire. Quand tu mets finalement la main dessus, tu réalises à quel point tu es con… ‘SMS de Len : Tu as oublié tes appareils en partant ce matin…’  Raté. C’était pourtant bien pensé.


   


Dernière édition par Eddie Flanigen le Sam 22 Avr - 15:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Bastian Le Gall
L'cul entre deux bombes
☞ ÂGE : j'ai trente-et-un ans, déjà.
☞ STATUT : en transition d'une chaise à l'autre...
☞ PROFESSION : instituteur d'une classe de maternelle et traducteur littéraire pour une grande maison d'édition française.
☞ HABITATION : sur le canapé de ma couille droite.

☞ BAFOUILLES : 272 ☞ PSEUDO : edoxe (marine).
☞ AVATAR : daniel sharman.
☞ CREDITS : mitchellmccormack (avatar).
☞ MULTI-COMPTES : charles, l'avocat brisé & jasper, le schizo amoureux.

MessageSujet: Re: eddie + i want to feel alive   Mer 19 Avr - 21:03

un revenant? (RE)BIENVENUE parmi nous la miss. bon courage pour ta fiche.

ps: jamie...

_________________
when you're young you always take what you can get, even bicycles and sprinklers get you wet. now i know that there's a different way to die. my body breathes. heart still beats. but i am not alive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walklikeyou.forumactif.org/t299-bastian-i-saw-your-face-stuck-in-a-crowd-silently-screaming-out-loud
avatar
Jona Graham
L'ombre qui s'effrite.
☞ ÂGE : 37 ANS ;
☞ STATUT : DIVORCÉ ;
☞ PROFESSION : ANCIEN PSYCHOLOGUE, AUJOURD'HUI CHAUFFEUR DE TAXI ;
☞ HABITATION : UN PETIT APPARTEMENT A RAVENTHORPE ASSEZ RIDICULE ;

☞ BAFOUILLES : 149 ☞ PSEUDO : ELOW ;
☞ AVATAR : HUGH DANCY ;
☞ CREDITS : ELOW ;
☞ MULTI-COMPTES : AUCUN ;

MessageSujet: Re: eddie + i want to feel alive   Jeu 20 Avr - 11:31

Oh Jamie ! :D J'approuve !
Bienvenue à toi

_________________


    — The fear of death follows from the fear of life. A man who lives fully is prepared to die at any time. ■

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walklikeyou.forumactif.org/t732-jona-i-ll-never-smile-again
avatar
Ben Woodroof
Le fils du diable
☞ ÂGE : ça fait 29 ans que j'erre sur cette planète.
☞ STATUT : partisan de la liberté physique et rien n'a foutre de toutes ces conneries. Pourtant attaché corps et âme à une seule personne depuis trop d'année... l'incompréhension totale
☞ PROFESSION : glandeur professionnel, j'ai le luxe de me permettre de flaner toute la journée.
☞ HABITATION : dans la demeure familiale, y a d'la place, mais sinon j'aime bien être dans son lit.

☞ BAFOUILLES : 386 ☞ PSEUDO : TAZ.
☞ AVATAR : Dane Dehaan
☞ CREDITS : (c) avengedinchain & tumblr.
☞ MULTI-COMPTES : Un nounours frustré (Caleb, la propriété de Jasper), la baroudeuse (Charlie, l'obsédée amoureuse) puis un vieux gâteux (Sirius, l'idéal de Willy)

MessageSujet: Re: eddie + i want to feel alive   Jeu 20 Avr - 18:57

Il était temps que tu reviennes ... mon bébé me manquait. Ouais en Benou j'suis crédible au maximum m'en fous Dane il est trop beau en papa enfin bref tu sais déjà ce que je pense de ce retour à la maison, de ton choix et de tout merci de revenir avec ce perso que j'aime tant Il va vraiment nous falloir un Albie à présent.

_________________
    I bet my life on you ◇ C'est vrai qu'il n'en savait foutrement rien et qu'en réalité il s'en foutait royalement car ce n'était qu'un môme éperdument amoureux de la débauche mais aussi de son égoïsme innocent qui lui collait l'âme comme la peste. ©endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walklikeyou.forumactif.org/t58-ben-i-walk-a-lonely-road
avatar
☞ ÂGE : 26 ans. Passé le quart de siècle, mais la trentaine reste encore lointaine!
☞ STATUT : Généralement, quand on est célibataire, ce n'est jamais simple, surtout quand on s'appelle Ronald Flanigen et qu'on s'amuse de plaire.
☞ PROFESSION : Etudiant pour l'instant puisque Ron a repris ses études après avoir plaqué l'armée.
☞ BAFOUILLES : 190 ☞ PSEUDO : B.H
☞ AVATAR : J.H
☞ CREDITS : ALLES (av.)

MessageSujet: Re: eddie + i want to feel alive   Jeu 20 Avr - 21:14

Je ne suis pas encore passée par là mais.... OUIIII !!!! LE BIGBRO QUI REVIENT, MAIS QUE DEMANDE LE PEUPLE ?! et pis Jamie est carrément un choix fabuleux même si je t'aimais beaucoup en Colin aussi :ihih;

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
☞ ÂGE : 25 années (27 Juillet)
☞ STATUT : Célibataire et enceinte de 4 mois, je l'ai apprit quand je suis devenue aveugle.
☞ PROFESSION : Ancienne ambulancière incapable de faire son travail depuis un accident qui m'a laissé atteinte de cécité totale.
☞ HABITATION : Avec Judd le chien guide (a)

☞ BAFOUILLES : 188 ☞ PSEUDO : spf
☞ AVATAR : Shay Hotness Mitchell.
☞ CREDITS : tearsflight
☞ MULTI-COMPTES : la jolie Mazéa ♥ (sarah drew)

MessageSujet: Re: eddie + i want to feel alive   Ven 21 Avr - 18:42

Jamie belle on se marie ?

Re-bienvenue parmi nous la belle   bon courage pour cette fiche

_________________
follow your heart and stars
C'est l'histoire d'une fille triste et solitaire, qui n'a jamais trouvé sa place nulle part. Une bombe humaine sur le point d'exploser. Une cocotte-minute constamment sous pression dans laquelle bouillonnent depuis trop longtemps du ressentiment, de l'insatisfaction, une envie d'être ailleurs.  — LUCKYRED.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Shannen Weaver
La crevette ingénue
☞ ÂGE : 17 ans. (22/04)
☞ STATUT : amoureuse de son pedobear. heureuse. rêveuse.
☞ PROFESSION : lycéenne emplie de rêves et d'espoirs ; baby-sitter d'un petit James.
☞ HABITATION : petit appartement à Thornhill avec sa mère.

☞ BAFOUILLES : 4126 ☞ PSEUDO : demon dance (emeline).
☞ AVATAR : elle fanning.
☞ CREDITS : nemesis & l'batman international (cha). ♥
☞ MULTI-COMPTES : aucun.

MessageSujet: Re: eddie + i want to feel alive   Sam 22 Avr - 12:40

Je te souhaite bienvenue parmi nous et bon courage pour ta fiche.

Sinon quels choix ! J'adore déjà ce que tu as écrit dans ton profil, je pense que je vais aimer ton personnage. puis l'avatar... Billy Elliot quoi souvenirs de mon enfance. Bref bon jeu ici !

_________________

Ephémère devienne Eternité ☽ J'aurais aimé t'aimer comme on aime le soleil, te dire que le monde est beau et que c'est beau d'aimer. J'aurais aimé t'écrire le plus beau des poèmes et construire un empire juste pour ton sourire. Devenir le soleil pour sécher tes sanglots et faire battre le ciel pour un futur plus beau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walklikeyou.forumactif.org/t371-ces-ecorchures-au-fond-de-moi-au-gout-d-enterrement-parfois-shannen#8772
avatar
☞ ÂGE : ça fait vingt-huit ans que je me balade sur cette terre.
☞ STATUT : célibataire, à ce qu'il parait je n'ai rien d'un don juan.
☞ PROFESSION : si mon père a la tête dans l'eau, moi j'ai la tête dans les étoiles. je suis astrophysicien et accessoirement prof à la fac de leeds aussi.
☞ HABITATION : avec la tribu même si je dois avouer que je commence à ressentir le besoin de retrouver mon indépendance.

☞ BAFOUILLES : 4 ☞ PSEUDO : mel.
☞ AVATAR : jamie bell.
☞ CREDITS : shiya (avatar).

MessageSujet: Re: eddie + i want to feel alive   Sam 22 Avr - 15:05

@Ben Woodroof + nan c'est sûr, t'es pas crédible ne benou. j'suis contente d'être de retour aussi! et t'en fais pas, on va partir à la chasse au albie!

@Ron Flanigen + le bébé bro.

merci à tous, vous êtes des amours. je suis ravie de voir que jamie vous plait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Jules Barnes
Le cupidon d'la drogue
☞ ÂGE : maintenant il en a 31, ça fait de plus en plus mal
☞ STATUT : une boule au ventre, il se demande si c'est parce qu'il a peur de se poser ou parce qu'il n'a pas pris son petit déjeuner
☞ PROFESSION : il bosse chez mc-law firm, tabasser des gars contre une signature
☞ HABITATION : 202 sur Thornhill hanté par un certains caleb

☞ BAFOUILLES : 1639 ☞ PSEUDO : blurpblurp
☞ AVATAR : jack sexy o'connel
☞ CREDITS : ava (wolfgang) signa (exordium)
☞ MULTI-COMPTES : willy wonka ; déesse du vin et des colorations

MessageSujet: Re: eddie + i want to feel alive   Dim 23 Avr - 16:02

je devrais sortir willy, but flemme Arrow
BIENVENUEEEEEEEEEEEEE par ici, miss parisienne (les parisiens, savent pas conduire Rolling Eyes ) je connais pas ton ava, mais il est supra mignon ! Genre, une petite bouille que t'as envie de serrer dans tes petites mains et martyriser ses joues c'était pas du tout bizarre @Sirius Flanigen il est nul, du coup t'aurais jamais du prendre son scénario c'est trop un boulet ce mec Rolling Eyes puis, les Flanigen ça pue Je vois que t'as déjà avancé ta bio au max, je like mais dépêche de la finir pour que les Flanigen soient au complet pour mon plus grand malheuuuuuur

Bon courage pour la fin de ta fiche mon coco et certainement rdv en enfer avec les Bennet

_________________
I’m a liar and a cheat and a coward, but I will never, ever, let a friend down. Unless of course not letting them down requires honesty, fair play, or bravery
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walklikeyou.forumactif.org/t121-le-prend-pas-mal-mais-j-te-deteste-j-u-les
 

eddie + i want to feel alive

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Everything that kills me, makes me feel alive. [Morgan]
» we are who we are when we’re with the people that make us feel the most alive |Kyra|
» everything that kills me makes me feel alive ✤ (madge)
» Everything that kills me make me feel alive • Jody
» Maël | Everything that kills me makes me feel alive

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WALK LIKE YOU :: DO I KNOW YOU ? :: HAVE YOU MET TED ? :: THE PERFECT COCKTAIL-