AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (ireland) contre vents et marées ≈ malie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
☞ ÂGE : 30 ans et toutes tes dents. Mais tes proches te disent souvent, pour te rassurer, que tu as l'air d'en avoir au moins cinq de moins.
☞ STATUT : Tu es célibataire depuis peu, mais ta rupture n'a pas été compliquée du tout, tu en aimes un autre depuis trop longtemps.
☞ PROFESSION : Photographe et reporter. Tu aimes le terrain, et comme tu peux combiner les deux dans le journal où tu travailles, tu ne vas pas te plaindre. Ta spécialité? La découverte de la nature.
☞ HABITATION : #128 thornhill

☞ BAFOUILLES : 136 ☞ PSEUDO : BH.
☞ AVATAR : Lucy Hale
☞ CREDITS : tu dois ta bouille à Cranberry.
☞ MULTI-COMPTES : Un beau brun du nom de Ron Flanigen, et un ténébreux (bah quoi) médecin, William McCoy

MessageSujet: (ireland) contre vents et marées ≈ malie    Mar 18 Avr - 17:44






contre vents et marées


charlie░emma
Vous étiez montées très rapidement dans l'avion. Charlie n'avait pas fait de spéculation sur l'endroit qu'elle devait deviné, mais le sourire complice que vous aviez échangé t'avait rassurée : tu ne faisais pas complètement fausse route. En même temps, quel meilleur endroit que la campagne pour évacuer et se changer les idées? tu n'en connaissais pas vraiment alors même que tu avais fait le tour du monde avec un sac sur le dos et tes rêves emballés dedans. Tu avais vu autant de paysages citadins que ruraux et tu avais rapidement fait ton choix. Tu savais que Charlie et toi étiez similaires bien que par sur tous les points possibles inimaginables mais tu espérais vraiment que cette part là était semblable. Le grand air, c'était ce que tu espérais. Et tu savais qu'il n'y avait clairement pas d'autre remède naturels et efficaces contre la déprime. La liberté. En ça, vous étiez les mêmes et tu savais que ça lui ferait du bien, oui.

Vous ne tardiez pas à poser les pieds au sol. Rien que l'aéroport, par rapport à celui de Londres c'était... dépaysant. Il n'y avait clairement pas d'autres mots. Malgré la structure, tout autour semblait dominé par le vert et le jaune. Il manquait un peu d'eau à ton goût, mais tu n'allais pas te plaindre non plus. Toujours en souriant, tu poussais vos valises jusqu'au taxi. Celui-ci, contrairement à celui que vous veniez de prendre moins d'une heure auparavant à Londres ne fut pas long à arriver à destination. En moins de dix minutes vous étiez arrivés dans une sorte d'hôtel de campagne avec, littéralement, les pieds dans l'eau.

« Tu l'auras sans doute remarqué... nous sommes à Ballintoy. » Tu inspirais profondément. Entre l'air frais et pur qui te calmait et l'angoisse de connaître la réaction de Pumba, tu avais réellement la trouille des secondes à venir. « Alors certes, c'est assez paumé comme lieu, mais au moins, y a personne pour nous prendre la tête ici. » Tout en parlant, tu avançais tes valises et celles de Charlie jusqu'à l'entrée de ce qui était plus une auberge de jeunesse qu'un réel hôtel. « Enfin, à l'exception de miss McDully, la propriétaire des lieux. J'ai parlé au téléphone avec elle et elle a l'air un peu stricte sur les horaires, mais c'est tout. » De toute façon, vous n'étiez pas le genre de personne à être foncièrement en retard. Comme tout le monde, il vous arrivait de l'être, mais pas sans arrêt. Tu adressas un sourire qui ressemblait fort à une grimace à Charlie. « Pas trop déçue? » Car oui, après tout, c'était un peu ta préoccupation principale.  


par humdrum sur ninetofive

_________________


lovesong without the love
Can't feel it ☽ à ceux qui restent enfin, qui s'accordent un repos, comme ceux qui meurent pour rien, si loin sans une rose, je me dis que, soudain, mes peurs ce n'est pas grand chose, non pas grand chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: (ireland) contre vents et marées ≈ malie    Mer 26 Avr - 16:33






contre vents et marées


charlie░emma
Mes yeux se posent sur tout ce qui m'entoure. Cet hôtel. Prenant une rafale d'air frais. Et putain que ça fait du bien. Oui je le dis, je le place ce mot est proportionnel à la situation. Timon fait encore résistance et attrape ma valise avant que je l'attrape. Petite et efficace, voir pas chère. C'est timon qui gère, envers et contre tout. Le trajet fut rapide, on a parlé de tout et surtout de rien. Ouais de rien. Discutant musique, article, boulot, truc futile. Je n'ai pas encore abordé le sujet. Elle n'a pas insisté, ce n'est pas que je ne sois pas prête, mais .. le lieu ne s'y prêtait pas. Sa petite bouille m'apparaît ? « Absolument pas ! Allez viens, on va rencontrer cette McDully » ou que sais-je. Et puis elle peut nous reprendre sur les horaires. On a vu pire. Des folies Em et moi on en a fait. Des pires comme des normal. Et puis ça n'a jamais été notre style d'être en retard, bon peut-être pour les permissions nocturnes mais là … on était jeunes. À l'époque, on testait nos limites. Comme n'importe quels jeunes. On ne pensait pas à mal. Ce n'était jamais bien méchant. Dans le fond, on a dû faire une ou deux fois le mur, juste pour se retrouver toutes les deux. Les soirées tout ça, ça n'a jamais été notre truc. Non, nous on préférait partir en exploration. Découvrir le monde qui nous entoure. Ce qui nous a valu une nuit au poste une fois. Un souvenir assez… marrant, quand on y repense. Bon je doute que nos familles aient trouvé ça drôle. Nous oui et le pire c'est que nous étions pas bourrés, contrairement à ce qu'on pourrait croire. Non, on était juste parti en exploration. Et de fil en aiguille on s'est retrouvé à la piscine. Et il paraît que c'est mal vu d'aller se baigner quand on y est pas autorisé… trois fois rien. On aurait pu se faire prendre tellement de fois, surtout lors de nos escapades en forêt. Là-bas on en a vu des gens… franchement pas nets.

Je laisse Timon s'occuper de tout. M'émerveillant devant l'endroit. J'ai beau avoir voyagé, je suis toujours subjugué partout où je vais. Le petit charme rural me renvoie à … mes derniers moments avec Bastian. Lorsque nous étions encore en couple. Lorsque nous étions réunis à mi chemin. La distance. On l'a tenté. Se fut dur, mais on avait réussi. Il m'avait même emmené en week-end. Juste lui. Moi. Nous. Et une auberge. Une chambre des plus … ringarde. Ouais c'est le mot qu'on a employé. Dans le genre kitsch on ne pouvait pas faire mieux, ça nous a fait rire. Avant d'en savourer l'endroit. Parce qu'il pouvait m'emmener où il voulait. Dans ses bras j'étais bien… je les ai toujours été… je me laisse guider vers une petite chambre, vraiment petite. Apparemment on échappe à la chambre à plusieurs. Bon bien sûr, les sanitaires et tout seront commun, mais au moins ici.. y a juste nous deux… je m'écroule sur le lit, une fois que la vieille dame nous abandonne. Relevant ma tête quand Timon me sort de mes rêveries. « J'veux pas savoir comment tu as trouvé, mais il va rentrer dans notre top ten des endroits les plus ... » Elle me rejoint « kitsch ! » On se regarde et on éclate de rire. Elle ne tarde pas à me rejoindre sur le lit. Je plonge mon regard dans le sien, avant de regarder le plafond. Charlie, passion plafond. « Merci ... » Il faudrait que j'arrête de la remercier, mais… c'est plus que moi. C'est mon Timon. Presque trente ans d'amitié. Va falloir qu'on fête ça un jour. Bon c'est sûr qu'on prendra un coup de vieux, mais tellement de souvenirs … et pour la plupart que des bons. Toujours en sa compagnie.

Je tourne la tête. « Il avait obtenu sa mutation à Londres… » je lâche ça comme ça… Me raclant la gorge en repensant à notre « discussion » à ce qu'il m'a balancé une fois ivre et puis à ce qu'on s'est dit après… tout se flot de parole qui se bouscule dans ma tête. « Il … » J'arrive même pas à dire ce que je ressens. J'ai juste envie d'éclater à nouveau. « ça fait mal Em … » J'pensais pas que j'aurais autant mal en venant ici. Je venais le chercher lui.. je ne sais pas à quoi je m'attendais.. pas à souffrir autant… pas à être autant perdue… je ne comprends plus rien… mais pourtant… cette fois.. cette fois je ne baisse pas les bras. Je lui ai dit que j'allais me battre, qu'importe la claque qui m'attend …  


par humdrum sur ninetofive
Revenir en haut Aller en bas
avatar
☞ ÂGE : 30 ans et toutes tes dents. Mais tes proches te disent souvent, pour te rassurer, que tu as l'air d'en avoir au moins cinq de moins.
☞ STATUT : Tu es célibataire depuis peu, mais ta rupture n'a pas été compliquée du tout, tu en aimes un autre depuis trop longtemps.
☞ PROFESSION : Photographe et reporter. Tu aimes le terrain, et comme tu peux combiner les deux dans le journal où tu travailles, tu ne vas pas te plaindre. Ta spécialité? La découverte de la nature.
☞ HABITATION : #128 thornhill

☞ BAFOUILLES : 136 ☞ PSEUDO : BH.
☞ AVATAR : Lucy Hale
☞ CREDITS : tu dois ta bouille à Cranberry.
☞ MULTI-COMPTES : Un beau brun du nom de Ron Flanigen, et un ténébreux (bah quoi) médecin, William McCoy

MessageSujet: Re: (ireland) contre vents et marées ≈ malie    Mar 30 Mai - 13:09






contre vents et marées


charlie░emma
Miss McDully, dont le nom te faisait sérieusement penser à la petite chèvre Dolly, première âme vivante à se faire cloner, avait l'air très paradoxale au téléphone, lorsque tu l'avais contactée. À la fois douce et... terriblement spéciale et accro aux horaires. Ca ouais, et ça te faisait assez flipper, toi qui te souvenait ta grand mère qui te passait de sacrés savons quand tu faisais un peu trop la folle avec Pumba à la sortie de la classe de danse, quand tu arrivais avec cinq petites minutes de retard, alors que vous étiez toujours à l'heure en général, te faisant sermonner parce que "l'école est presque sur le trottoir d'en face". Cependant, tu ne pouvais pas t'empêcher de sourire en remarquant que Charlie n'avait pas l'air plus effrayée que ça. En fait, toi non plus, ta grand mère avait toujours été une exception et, depuis, tu avais grandi, tout simplement.

Tu fais un peu la cheftaine, t'efforçant de soulager Charlie un maximum. Tu n'as aucune envie de te retrouver en ânesse de compét', prête à tout porter, mais c'était ton idée, et tu sais très bien que si tu ne prends pas ses affaires tu es bien capable de lui faire porter les tiennes. Cet endroit, c'est un peu ton âme de photographe qui l'a choisi. Tu as toujours été énormément fan de tout ce qui est paysages britanniques, mais l'Irlande, c'est quelque chose pour toi, vraiment. C'est sauvage, différent... parfait. Et tu es certaine que ta meilleure amie partage ton avis. Tu ne l'aurais pas amenée là sinon, tu aurais choisi un endroit plus approprié pour elle. Sous les conseils de McDully, qui semblait en fait être une toute petite dame, plus encore que toi, très sympathique, malgré ses traits sévères et son chignon trop parfait pour être réalisé par ses soins, vous montiez dans la chambre qu'elle vous avait indiqué et de laquelle tu avais la clé en mains. Tu regardais, du coup de l'oeil, Charlie s'affaler sur le lit, pendant que tu posais vos affaires un peu partout, mais le plus près possible de la commode, histoire de faciliter la tâche "tout foutre dedans". Après avoir bien reluqué votre chambre, tu la rejoignais. « J'veux pas savoir comment tu as trouvé, mais il va rentrer dans notre top ten des endroits les plus ... » Tu souris, tu sais déjà ce qu'elle va dire, du moins, si elle pense comme toi. « Kitch? » Chez toi, la question se fait ressentir, même si ta conviction n'en paraît pas moins, alors que chez elle, c'est une véritable affirmation. Vos éclats de rire ne tardèrent pas à se faire entendre. Il fallait l'avouer, oui, c'était un peu too much niveau décoration, mais ça ne te déplaisait pas vraiment non plus, au contraire, tu trouvais ça... original. Enfin, non, mais pour vous qui n'aviez pas l'habitude, oui. Alors qu'elle te remercie, tu lui prends la main. Tu sais que tu as fait le bon choix en l'amenant là, puisqu'il fallait juste qu'elle se change les idées, sinon quoi elle ne serait pas restée dans sa chambre comme elle l'a fait durant tous ces jours.

Sans un mot, tu regardais Charlie. Tu ne savais pas quoi lui dire. Toi, tu n'en avais eu aucune idée, tu ne savais pas. Mais ce que tu savais c'est que ça lui faisait du mal, que ce soit simplement y penser, ou simplement le dire à voix haute. Ca te fait mal aussi de l'entendre, comme ça. Tu passais sa main sur son visage, pour la réconforter, simplement. « Je comprends... » Ca paraissait fou que tu puisses dire ça, tu avais jeté un trait toi-même sur ton grand amour, simplement parce que tu avais pris peur et que tu avais choisi l'aventure à la place. Mais tu comprenais, parce que tous les jours depuis un peu moins de huit ans, tu te demandais ce qu'aurait pu être ta vie avec lui, si tu n'étais pas partie, et tu pensais à ta famille, te demandant simplement si tu aurais fait les choses autrement, ainsi... Tu passais ton poignet sous ta tête, que tu soulevais légèrement, te mettant sur le côté. « Mais ça finira par aller... » C'était aussi fou de dire ça. Mais tu savais qu'elle comprendrait : soit elle finirait par s'y faire, soit les choses s'arrangeraient, auquel cas, elle n'aurait plus de raison d'être triste comme elle l'était. Et puis, qui savait, peut-être que ça pourrait être ton cas un jour aussi, non?  


par humdrum sur ninetofive

_________________


lovesong without the love
Can't feel it ☽ à ceux qui restent enfin, qui s'accordent un repos, comme ceux qui meurent pour rien, si loin sans une rose, je me dis que, soudain, mes peurs ce n'est pas grand chose, non pas grand chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

(ireland) contre vents et marées ≈ malie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Par vents et marées [P.V alibaba / Eris]
» Un étrange marécage : Qu'allons nous y découvrir ?[FlashBack Berenice, Tatsou, Phoebe Bellamind, MS]
» Tactique gobelins contre nains
» Lutte contre le deboisement: Une victime de plus des anti-nationaux
» ET LA VERITE SORT DU PUIT/SOU MENSONGE DANS GNB CONTRE ATTILA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WALK LIKE YOU :: BAD CRAZY :: LES RPS ARCHIVES-