AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tensions ( Matson #5) (Hot)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
avatar
☞ ÂGE : 38 ans
☞ STATUT : Reloading.
☞ PROFESSION : Policier
☞ HABITATION : Dewsbury Moor

☞ BAFOUILLES : 3233 ☞ PSEUDO : Squirowl.
☞ AVATAR : Pedro Pascal
☞ CREDITS : squirowl
☞ MULTI-COMPTES : aucun

MessageSujet: Re: Tensions ( Matson #5) (Hot)   Jeu 20 Avr - 20:18


   
           

             
Tensions

Il faut savoir aimer à la bonne distance. C'est comme avec un élastique : ni trop serré, c'est étouffant, ni trop distendu, parce qu'on finit par perdre le lien. Il faut trouver la bonne tension. Il est aussi nécessaire de démêler les fils qui nous relient au passé.
    Matson
« Je ne fais pas semblant, je veux simplement te l’entendre dire. » Je grogne dans ma barbe. Je veux t’entendre dire que tu regrettes ça, que tu ne l’as fait que par faiblesse, parce que tu es perdu. Je veux juste pas ressentir que ce que j’ai fait était une erreur, que ce choix était une erreur. Je n’y crois pourtant pas une seule seconde. Et tu confirmes cette pensée en m’avouant que c’est le premier depuis que l’on a couché ensemble. « Moi ? » Je devrais donc prendre ça comme un honneur ? pourtant je prends ça plutôt comme un affront venant de ta part. Comme si je ne me sentais pas assez bien pour toi. Pourtant notre étreinte avait été fusionnelle et passionnée et surtout révélatrice. Assez pour m’obséder. Mais ce n’était pas tout à fait ton cas. Ou la jalousie que j’éprouvais en ce moment m’était trop aveuglante. J’espérais, au fond de moi, que c’était que la jalousie qui me faisait m’imaginer de telle chose.  Mais tout était tellement plus compliqué depuis quelque temps. je ne pouvais blâmer qu’une seule personne : moi-même. Mais tu ne me facilitais pas vraiment la tâche. Bien sûr je ne t’en veux pas vraiment. Parce que tu es dans une situation délicate fait par mes soins. Tout explose entre nous, cette vérité qui n’attendait que d’être dite. J’avais besoin que tu comprennes que je suis sincère quand je dis que je veux être avec toi. Mais si tu refuses de l’admettre alors je ne peux plus rien faire et je n’ai plus qu’à me terrer dans mon nouvel appartement. Mais tu ne pourras pas me retenir, car c’est trop douloureux de demeurer près de toi sans recevoir ta tendresse, que tu ressens, qui plus est. Ce serait une situation des plus toxiques. Je ne sais plus quoi faire et autant dans mes paroles que dans mes gestes cela se voit. Je suis presque prêt à baisser les bras. Je t’en fais part, en espérant au fond de moi que cela te fasse réagir, et dans le bon sens. Mais si tu me laisse partir alors je sais que je respecterais ta décision, et je n’insisterais plus. Pourtant rien que cette idée me broie le cœur, les sentiments que je ressent pour toi sont étourdissant. Alors quand tu évoques le fait que je vais te rendre fou, je souris, enfin. Parce que toi, tu m’as déjà rendu fou. Je secoue la tête. « Ce serait de bonne guerre, tu m’as déjà rendu fou. » Je demeure stoïque au milieu de ton salon. Tu te rapproches, faisant battre mon cœur à la chamade. Tu ne laisses aucune place au doute alors que tes lèvres rejoignent les miennes avec assurance. Je me retrouve collé à toi, pour mon plaisir. Je ferme les yeux et savoure le baiser alors que mes bras entoure tes épaules et un gémissement de plaisir se perd dans le baiser. Je n’avais plus aucune raison de douter pour le moment. Tes lèvres chaudes caressent les miennes avec envie. Mes doigts remontent dans tes cheveux que j’ébouriffe. Tout mon corps se réchauffe à ton contact et en demande encore davantage. Ma main gauche glisse le long de ton torse avant d’entourer tes hanches pour les maintenir contre moi. « Satisfait oui. » Je souris doucement avant de prendre de nouveau tes lèvres en otage avec franchise. S’il faut qu’on s’engueule pour en arriver là, je dis pas non. Mais pas tous les jours.

   CODES ET AVATARS BY MAY
   


             

_________________


Darkness is your candle.
Nymphadora Tonks ☽ You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walklikeyou.forumactif.org/t254-fire-meet-gasoline
avatar
☞ ÂGE : 38 piges, proche de la quarantaine, mais toujours en forme et il compte bien casser les pieds de ses supérieurs encore un peu.
☞ STATUT : divorcé depuis deux ans de sa femme. Célibataire, amoureux de son meilleur ami, mais qui enchaine les relations d'un soir. C'est la vie.
☞ PROFESSION : lieutenant de police. son boulot est de s'assurer de la sécurité de ses concitoyens, mais également de faire en sorte que la justice soit bien rendue, quitte à mettre sa propre chair derrière les barreaux.
☞ BAFOUILLES : 207 ☞ PSEUDO : mary
☞ AVATAR : andrew cooper
☞ CREDITS : iron
☞ MULTI-COMPTES : ciaran o'malley, le crevettlover.

MessageSujet: Re: Tensions ( Matson #5) (Hot)   Ven 21 Avr - 23:27

Tensions

Il faut savoir aimer à la bonne distance. C'est comme avec un élastique : ni trop serré, c'est étouffant, ni trop distendu, parce qu'on finit par perdre le lien. Il faut trouver la bonne tension. Il est aussi nécessaire de démêler les fils qui nous relient au passé.
    Matson
La confrontation est éprouvante pour Judson. Une lutte coexiste inexorablement entre sa raison et ses sentiments. Ill tâche de se tenir à cette promesse faite à James, mais il lui est de plus en plus difficile de garder les idées claires. Ses sentiments ne font que s’accentuer à l’égard de Matthias. Les souvenirs de cette nuit d’ivresse le hantent sans cesse et rendent ses nuits particulièrement brûlantes. Cela le pousse à adopter une conduite contradictoire. Il s’efforce de repousser Matthias, mais ne peut pas s’empêcher de le retenir. C’est cette lutte incessante qui l’empêche de valider totalement sa demande de mutation qu’il a pourtant déposée. Son cœur lui intime d’arrêter ce jeu perfide, mais son cœur lui rappelle cette promesse faite auprès de James. Seulement Matthias est déterminé à le confronter et une fois de plus, il échoue dans ses projets. Il ne peut pas rester de marbre face à la douleur affichée par cet homme qu’il affectionne plus que de raisons. Alors, il agit en conséquence, détruit cette barrière qu’il avait érigé entre eux. Il l’embrasse, l’enserre fermement au creux de ses bras ferme pour lui voler un baiser plein de fougue. Il retrouve la chaleur exquise de ses lèvres. Il s’abreuve de ce contact qui l’enivre tout particulièrement. Sa bouche dévore sa comparse avec une passion non dissimulée. Tout ceci le rend fou et particulièrement sensible à cet homme. Il lui offre cette passion qu’il dissimule au quotidien et la réaction de Matthias ne vient nullement la faire décroitre. Au contraire le contact de ses bras autour de sa nuque, ce gémissement qui se perd sur ses lèvres brûlantes ne font qu’accroitre l’envie impressive qui le dévore pour cet homme. La réponse de Matthias ne se fait pas attendre et il se laisse embarquer par la force de ses sentiments. Il cueille sa bouche de nouveau, partage un baiser langoureux et exquis avec cet homme alors que ses menottes s’enivrent de ses formes. Il l’embrasse sans pudeur, avec gourmandise, le serre fermement contre lui tout en lui prodiguant des caresses à des points stratégiques. Le plaisir est là, brûlant le creux de ses reins et l’envie de gouter de nouveau à cette fournaise délirante se fait plus ferme. Poussé par son élan, il vient le faire buter contre le dos du canapé. Sa bouche se glisse contre sa nuque, sa mâchoire, son oreille. Il grignote ces points stratégiques. « Tu vois dans l’état que tu me mets ? Tu crois vraiment que je me sens si faible face à un autre ? » Il murmure contre son oreille dans une voix faible. Non, il n’y a que lui qui lui retourne les tripes avec tant de violence. Il est idiot de se laisser berner par tous ces artifices, même si ça devrait l’arranger. Ce combat incessant l’épuise. C’est tellement plus doux de se laisser porter par ce qu’il ressent. Il en meurt d’envie.

   CODES ET AVATARS BY MAY
   


             

_________________
J'ai encore le goût de nos nuits blanches sur mes lèvres
Un canon sur la tempe, j'ai le coeur et l'âme en paix. Ton doigt sur la détente, fais de moi ce qu'il te plait. C'est violent, mais c'est tendre, presque animal, quand la trajectoire de la balle, épouse les formes de tes hanches.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walklikeyou.forumactif.org/t931-judson-tout-amour-durable-commence-par-de-reveuses-meditations
avatar
☞ ÂGE : 38 ans
☞ STATUT : Reloading.
☞ PROFESSION : Policier
☞ HABITATION : Dewsbury Moor

☞ BAFOUILLES : 3233 ☞ PSEUDO : Squirowl.
☞ AVATAR : Pedro Pascal
☞ CREDITS : squirowl
☞ MULTI-COMPTES : aucun

MessageSujet: Re: Tensions ( Matson #5) (Hot)   Dim 23 Avr - 16:40


   
           

             
Tensions

Il faut savoir aimer à la bonne distance. C'est comme avec un élastique : ni trop serré, c'est étouffant, ni trop distendu, parce qu'on finit par perdre le lien. Il faut trouver la bonne tension. Il est aussi nécessaire de démêler les fils qui nous relient au passé.
    Matson
Je n’étais pas une personne très diplomate, je dois bien l’avouer. J’étais très têtu et il était quand même bien compliqué de me faire changer d’idée ou même de me faire entendre raison. Parfois dans le travail ça me servait, beaucoup même, car mes intuitions étaient plutôt bonnes. Mais, parfois, cela nous met dans des positions compliquées, comme celle en ce moment. À y réfléchir, je sais que j’aurais dû te laisser de l’espace, mais c’est plus fort que moi, j’ai besoin d’en savoir plus, d’avoir des réponses. Je te pousse dans tes retranchements, j’en ai bien conscience, mais je me dis que l’on avancerait pas si on ne mettait pas les choses à plat. Tout ce qui tourne autour de nous nous mets dans des émotions contradictoires. Je ressentais une joie à obtenir ce que je souhaitais, et de l’autre une contrariété grandissante envers ta personne car tu me frustrais à un point que tu n’imagines même pas, je suppose. Et c’était de plus en plus douloureux d’imaginer que d’autres pouvaient toucher ce que moi je désirais ardemment. Mais je me promettais enfin que ça allait changer, que je ne baisserais plus les bras. Je me retrouve enfin, dans tes bras. Toutes mes frustrations s’envolent alors que nos lèvres se scellent ensemble. Mes bras t’empêchent de te reculer alors que je dévore ta bouche. Je ne parviens pas à lâcher tes lèvres, si ce n’est que pour reprendre rapidement mon souffle. Je caresse ta peau qui est dénudée, au-dessus de ton haut, juste pour apprécier la douceur de cette peau tant désirée. Je soupire contre tes lèvres, me laissant aller dans ce baiser, et appréciant de retrouver ta chaleur. Je me colle encore plus contre ton corps, voulant mêler nos deux corps. Ce baiser est bien plus fort que n’importe quelles paroles. Une de mes mains se glissent sous son haut, glissant sur tes hanches puis dans ton dos, avant d’aller titiller quelques endroits sensibles pour toi. Je réagis à tes caresses, me collant un peu plus contre toi. Je gémis alors que toute la tension sexuelle entre nous se concentre au sud. L’envie se fait plus impatiente, plus voyante aussi. Je me retrouve coincé entre ton corps brûlant et le canapé. Je souris, sachant que tu as baissé ta garde. Mes deux mains descendent le long de ton dos pour s’arrêter sur tes fesses que j’empoigne avec franchise. Je mordille ma lèvre inférieure tout en relâchant ma tête en arrière. Je soupire avant de resserrer mon emprise. « Je ne l’espère pas. parce que tu me rends fou également. » je laisse mon visage effleurer le tien, frôlant simplement tes lèvres avant de me cacher dans ton cou que je mordille avec envie. Je m’arrête au creux de ton épaule pour aspirer ta peau avec gourmandise tout en en laissant une trace parfaitement visible de mon passage.

   CODES ET AVATARS BY MAY
   


             

_________________


Darkness is your candle.
Nymphadora Tonks ☽ You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walklikeyou.forumactif.org/t254-fire-meet-gasoline
avatar
☞ ÂGE : 38 piges, proche de la quarantaine, mais toujours en forme et il compte bien casser les pieds de ses supérieurs encore un peu.
☞ STATUT : divorcé depuis deux ans de sa femme. Célibataire, amoureux de son meilleur ami, mais qui enchaine les relations d'un soir. C'est la vie.
☞ PROFESSION : lieutenant de police. son boulot est de s'assurer de la sécurité de ses concitoyens, mais également de faire en sorte que la justice soit bien rendue, quitte à mettre sa propre chair derrière les barreaux.
☞ BAFOUILLES : 207 ☞ PSEUDO : mary
☞ AVATAR : andrew cooper
☞ CREDITS : iron
☞ MULTI-COMPTES : ciaran o'malley, le crevettlover.

MessageSujet: Re: Tensions ( Matson #5) (Hot)   Ven 28 Avr - 10:19

Tensions

Il faut savoir aimer à la bonne distance. C'est comme avec un élastique : ni trop serré, c'est étouffant, ni trop distendu, parce qu'on finit par perdre le lien. Il faut trouver la bonne tension. Il est aussi nécessaire de démêler les fils qui nous relient au passé.
    Matson
Ce baiser se veut lent et langoureux. Il exprime une passion qu’il s’efforce de retenir depuis tant de temps. Seulement, Judson ne peut pas rester de marbre face aux paroles assassines et troublantes de cet homme qu’il affectionne tout particulièrement. Son cœur flanche face à sa raison, qui l’intime depuis des semaines à se tenir éloigné de cet homme au nom d’une loyauté, qui ne semble plus avoir d’importance. Il doit accepter l’évidence : il aime Matthias et le veut pour lui, au plus profond de ses tripes, malgré toute l’affection qu’il a pu avoir pour James. Il doit accepter le fait d’être l’ordure de l’histoire, mais puisque Matthias est déterminé à le vouloir, il ne se sent plus en mesure de lutter contre ce qu’il veut. Il se sent prêt à se lancer dans cette aventure avec lui, mais ses doutes persistent. Il ne sait pas s’il peut être l’homme parfait, l’amant que désire Matthias. Si tout était clair dans leur relation amicale, leur relation plus intime risque d’être légèrement plus complexe à identifier. Seulement, tout ceci lui échappe à cet instant. Il aura tout le temps pour réfléchir à cela plus tard. A cet instant, c’est cette paire de lèvres qui l’enivre, l’obnubile et le rend avide d’une chaleur plus forte. Ses lèvres s’amourachent de ses comparses, sa langue titille celle de cet homme pour lui offrir un baiser plein de hargne, qui semble le chavirer tout autant que lui. Il aime cette sensation qui grignote son ventre, cette sensation de pouvoir sur l’esprit, le cœur et le corps de cet homme. Le gémissement de Matthias l’envoute, il crée un besoin d’en entendre plus et cela le rend dingue, accentue sa passion, qui les font buter conter contre le dos du canapé du salon. Matthias ne l’aide pas à garder les idées claires. Ses caresses accentuent sa fébrilité, rend ses touchers plus brûlants et explorateurs sur la chair offerte de son ami. Un érotisme s’immisce entre eux et aucun ne semble disposé à s’en dégager. Au contraire, les actions de Matthias se font plus gourmandes, plus enjôleuses. Il le trouve magnifique, désirable à souhait et s’applique pour lui retirer son haut sans faire preuve de timidité. Il a envie de lui, qu’importe s’il y a deux minutes, ils se disputaient. Il veut s’enflammer à ses côtés, savoure la vision de ce corps qui rend les battements de son cœur plus saccadés. Matthias ne semble pas contre cette idée puisque ses actions se trouvent plus ambitieuses à son égard. L’aveu qu’il lui fait le trouble inexorablement, crée une sorte d’euphorie dans sa poitrine mêlée à un léger malaise inévitable. Ce qu’il ressent par rapport à toute cette situation est si complexe. Son cœur s’abreuve de ses paroles et les touchers subtils qu’il dispose sur sa chair rendent sa fébrilité plus accrue. Il a chaud, vient de lui-même retirer son T-shirt pour se retrouver face à lui, s’offrir à son regard. Ses prunelles l’observent avec intensité, son souffle est court alors que ses lèvres viennent murmurer au creux de son oreille. « J’ai envie de toi. » Un aveu soufflé avec douceur dans une voix tourmentée par le désir. Il ne peut le masquer. Sa virilité est légèrement tendue contre le tissu de son jean. C’est l’effet grisant qu’il a sur son corps et il n’a pas envie d’y résister. Il en est incapable, sauf si Matthias le désire, mais il en doute tant il le sent tout aussi envouté qu’il ne l’est à cet instant.  

   CODES ET AVATARS BY MAY
   


             

_________________
J'ai encore le goût de nos nuits blanches sur mes lèvres
Un canon sur la tempe, j'ai le coeur et l'âme en paix. Ton doigt sur la détente, fais de moi ce qu'il te plait. C'est violent, mais c'est tendre, presque animal, quand la trajectoire de la balle, épouse les formes de tes hanches.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walklikeyou.forumactif.org/t931-judson-tout-amour-durable-commence-par-de-reveuses-meditations
avatar
☞ ÂGE : 38 ans
☞ STATUT : Reloading.
☞ PROFESSION : Policier
☞ HABITATION : Dewsbury Moor

☞ BAFOUILLES : 3233 ☞ PSEUDO : Squirowl.
☞ AVATAR : Pedro Pascal
☞ CREDITS : squirowl
☞ MULTI-COMPTES : aucun

MessageSujet: Re: Tensions ( Matson #5) (Hot)   Jeu 4 Mai - 19:28


   
           

             
Tensions

Il faut savoir aimer à la bonne distance. C'est comme avec un élastique : ni trop serré, c'est étouffant, ni trop distendu, parce qu'on finit par perdre le lien. Il faut trouver la bonne tension. Il est aussi nécessaire de démêler les fils qui nous relient au passé.
    Matson
Je me perds entre tes lèvres. Je savoure ce contact brûlant, incapable de relâcher ce contact salvateur, de m’éloigner de toi, de ce corps terriblement tentant. Je veux te faire comprendre que je ne te laisserais pas tomber, que je veux vraiment donner une chance à notre histoire. Tu ne me facilites pas la tâche bien au contraire, tu sembles même vouloir me la compliquer davantage. C’est certainement moi l’idiot de l’histoire, à m’entêter pour peut-être qu’un écran de fumée. Mais si je m’heurte à un mur je l’aurais bien cherché après tout. C’est moi qui a foutu le bazar dans la vie de James et dans la tienne. Au fond c’est moi le salaud de l’histoire. Quoiqu’on en dise, j’assume cet état, parce que je l’ai bien mérité. Pourtant, je me bats encore pour nous, parce que si je te perds, je perds tout. Et tu es la dernière chose, si je ne compte pas ma petite sœur adorée, qui me maintient en vie. Je veux que l’on fasse des erreurs ensemble, que l’on construise quelque chose, même si je sais que ça peut se révéler compliqué, mais la vie n’est pas facile. Tout ces questionnements ne sont pour le moment pas d’actualité, je préfère les repousser. Je veux simplement goûter de nouveau à cette luxure entre nous. Je veux plonger corps et âmes dans ce moment. Je ne détache pas mes lèvres alors que la sensualité nous entoure. Tu t’imposes de nouveau à moi, faisant chavirer mon esprit et mon corps. Je me laisse totalement submerger par le plaisir que je ressens contre toi. Je ne cache pas ni ne tais mon désir pour toi. Tu m’envoûte à un point que je n’aurais jamais imaginé. Je suis coincé entre ton corps puissamment musclé et le canapé, aucune échappatoire pour me soustraire à ton emprise entêtante. Je ne me lasse pas de toucher ton corps, de découvrir les formes de ton corps, la douceur de ta peau. Je veux abuser de ton corps encore et encore. Je ne veux qu’une chose c’est t’aimer. Mes gestes se font plus sûrs, plus entreprenant également. Tout s’enchaîne rapidement et je me retrouve sans haut. Je m’applique à glisser mes mains sous le tien. Je veux t’admirer et te toucher, il n’y a pas de raison qu’il n’y ai que toi qui puisse le faire. Mes mains, après avoir jeté ton haut à terre, retrouve la fermeté de ton corps. si tu avais encore le moindre doute quand à mes sentiments sincères, chacun de mes gestes étaient empreint d’une passion dévorante pour ton corps. j’étais plus confiant que l’autre fois, parce que je sais cette fois réellement ce que je fais et que je n’ai plus l’excuse de l’alcool pour douter de chacun de mes gestes. Bien sûr je sais que rien n’est réglé entre nus, mais on commence à avancer. Tu retires, pour mon plus grand plaisir, ton haut. Je ne me lasse pas de cette vue que tu mets sous mes yeux. Je me stoppe pendant de longues secondes, mes mains toujours contre tes fesses, je te dévore du regard. Je sens la tension sexuelle grimper au maximum dans cette pièce. Et tu portes cette tension à son summum en me glissant des mots sulfureux au creux de mon oreille, me faisant réagir au quart de tour. Je grogne contre ton cou, resserrant mon emprise tout autour de toi. Mes dents grignotent ton cou avant que je n’inverse les rôles, te coinçant à ton tour contre le canapé. Glissant devant, je déboutonne ton pantalon avant de le laisser glisser le long de tes hanches. Je fais rejoindre le boxer à tes chevilles avant de glisser à genoux devant toi. Je relève mon regard pour croiser le tien avant de t’offrir un plaisir charnel que j’espère être à la hauteur.

   CODES ET AVATARS BY MAY
   


             

_________________


Darkness is your candle.
Nymphadora Tonks ☽ You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walklikeyou.forumactif.org/t254-fire-meet-gasoline
avatar
☞ ÂGE : 38 piges, proche de la quarantaine, mais toujours en forme et il compte bien casser les pieds de ses supérieurs encore un peu.
☞ STATUT : divorcé depuis deux ans de sa femme. Célibataire, amoureux de son meilleur ami, mais qui enchaine les relations d'un soir. C'est la vie.
☞ PROFESSION : lieutenant de police. son boulot est de s'assurer de la sécurité de ses concitoyens, mais également de faire en sorte que la justice soit bien rendue, quitte à mettre sa propre chair derrière les barreaux.
☞ BAFOUILLES : 207 ☞ PSEUDO : mary
☞ AVATAR : andrew cooper
☞ CREDITS : iron
☞ MULTI-COMPTES : ciaran o'malley, le crevettlover.

MessageSujet: Re: Tensions ( Matson #5) (Hot)   Lun 15 Mai - 23:06

Tensions

Il faut savoir aimer à la bonne distance. C'est comme avec un élastique : ni trop serré, c'est étouffant, ni trop distendu, parce qu'on finit par perdre le lien. Il faut trouver la bonne tension. Il est aussi nécessaire de démêler les fils qui nous relient au passé.
    Matson
Judson devient impatient, gourmand, avide de sensations plus luxuriantes. Une fois de plus, sa raison a perdu la bataille contre son cœur, qui passionné, désire ardemment cet homme. Il s’enlise dans cette ivresse délicieuse sans se poser de questions, en mettant de côté toute la culpabilité qu’il éprouve encore pour celui qu’il considérait comme un frère de cœur. Il ne réfléchit plus, agit, se laisse envouter par cette exquise chaleur dont il est si dépendant. La luxure a une saveur si singulière aux côtés de Matthias. Tout prend un sens nouveau et il ne peut plus s’en passer. Il désire s’enflammer de nouveau à ses côtés. Il cherche à tenter Matthias, à rendre son désir plus conséquent au point qu’il ne pourra pas lui résister. L’homme en lui se relève, use d’entreprises pour devenir l’objet de convoitise de celui dont il est épris. Il déguste avec délice la manière dont il a d’observer ses formes. Sans pudeur, il le laisse détailler chaque parcelle de son torse. Il sent le désir s’immiscer dans les prunelles de son partenaire qu’il n’hésite pas à titiller d’un aveu non équivoque. Il le désire, lui prouve par la fermeté grandissante de sa virilité contre le tissu de son jean. Il prend plaisir à l’entendre grogner de plaisir, se coller plus fermement à lui, à son bassin pour dévorer sa nuque de morsures délicieuses. Les sensations que cela lui procure accroit l’excitation dans laquelle il se trouve. Il se laisse basculer contre le canapé à son tour, sent Matthias user de ses talents pour le défaire de ses vêtements. Une nouvelle fois, il se retrouve nu sous son regard, ce qui l’excite sans gêne. Sa protubérance s’affiche sous le regard gourmand de cet homme. Elle est fière et tendue, impatiente d’entrevoir le sort qu’il lui est réservé. Il bande d’autant plus de le voir à ses pieds, le regard pénétrant et avide d’accroitre cette fournaise qui le consomme. Judson admire cette vision, se pince la lèvre lorsqu’il le sent taquiner sa virilité de son souffle, du bout de sa langue, de ses lèvres. « Putain… » Il jure, car ces sensations lui retournent les tripes avec force. Il adore ça, le voir à ses pieds. Des fantasmes qui se concrétisent et sont encore plus intenses dans la réalité. Il adore ces touchers, soupire, grogne ce bien être qui dévore ses entrailles. Il prend appui sur le haut de son canapé, glisse sa main libre dans les cheveux de son amant qui lui offre désormais une gâterie exquise. Ses paupières se ferment, sa main se crispe dans ses cheveux alors que la caresse chaude et humide de cette bouche lui procure des sensations extraordinaires. Son cœur bat fougueusement dans sa poitrine alors que son bassin vient chercher sa bouche de manière incontrôlée. « Tu me rends dingues. » C’est une vérité qu’il ne peut nier. Il lui donne cruellement chaud, le rend affamé de cette luxure et extase qui lui retourne violemment les tripes. Il se donne, l’invite à se montrer plus gourmand. « C’est trop bon. » Il grogne dans un mouvement de lèvre brûlant et salvateur. Sa virilité se gonfle, son désir devient brûlant et il plane sans retenu. A cet instant, il a juste envie de sombrer en enfer avec cet homme, pourvu que cette extase demeure réelle et présente. Et ce n’est que le début. A lui de définir s’il achève ou rend l’étreinte encore plus torride à le frustrant. Il le laisse choisir sans réellement entrevoir une autre issue que celle qui se niche dans son esprit étriqué par la luxure.  

   CODES ET AVATARS BY MAY
   


             

_________________
J'ai encore le goût de nos nuits blanches sur mes lèvres
Un canon sur la tempe, j'ai le coeur et l'âme en paix. Ton doigt sur la détente, fais de moi ce qu'il te plait. C'est violent, mais c'est tendre, presque animal, quand la trajectoire de la balle, épouse les formes de tes hanches.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walklikeyou.forumactif.org/t931-judson-tout-amour-durable-commence-par-de-reveuses-meditations
avatar
☞ ÂGE : 38 ans
☞ STATUT : Reloading.
☞ PROFESSION : Policier
☞ HABITATION : Dewsbury Moor

☞ BAFOUILLES : 3233 ☞ PSEUDO : Squirowl.
☞ AVATAR : Pedro Pascal
☞ CREDITS : squirowl
☞ MULTI-COMPTES : aucun

MessageSujet: Re: Tensions ( Matson #5) (Hot)   Mar 23 Mai - 20:18


   
           

             
Tensions

Il faut savoir aimer à la bonne distance. C'est comme avec un élastique : ni trop serré, c'est étouffant, ni trop distendu, parce qu'on finit par perdre le lien. Il faut trouver la bonne tension. Il est aussi nécessaire de démêler les fils qui nous relient au passé.
    Matson
je te dévore du regard et de mes lèvres. Je veux te rendre fou autant que toi tu le fais. Je veux que tu ne penses qu’à moi. Les dernières barrières que l’on se met pour se protéger commencent à tomber. Je ne veux plus me battre contre toi, contre notre relation. Je veux simplement profiter de ce que la vie est capable de nous offrir. Peut-être que cela ne durera pas éternellement, mais je regretterais si jamais je ne saisis pas cette chance. Je veux laisser éclore mes sentiments, je veux t’abreuver de ce que je ressens pour toi. Je veux que l’on arrête de nier également l’attirance qui nous pousse sans cesse l’un vers l’autre, que l’on arrête de se mentir. Tu sembles, enfin, accepter ce qui nous arrive, du moins pour ce soir. Je ne peux qu’admirer ta beauté, et plonger dans la luxure et surtout dans tes bras. Je ne me fais pas prier et prend un certain plaisir à t’observer avec convoitise. Mon regard s’assombrit, signe évident d’un désir latent pour toi. Tu rajoutes de l’huile sur le feu, tu m’allumes ouvertement, laissant enfin les tensions derrière nous. Je savoure nos corps qui s’imbriquent l’un dans l’autre. Nous sommes encore à moitié habillé, pourtant nos corps brûlent de ce feu qui nous consument littéralement. Mes mains s’activent sur ton corps, tes formes alors que je te dévore de mes lèvres et de mes dents, te laissant des traces de mon passage. Je passe à l’étape supérieure en échangeant nos places et surtout pour enlever les derniers morceaux de tissus qui recouvrent ton corps parfait. Je ne me lasse pas de cette vue paradisiaque. Mes mains glissent le long de ton torse et de tes formes fermes et musclées. Je finis par glisser mes mains un peu plus au sud. Et à descendre à genoux face à toi. Il n’y a pas de raison qu’il n’y ait que moi qui profite de ce genre de plaisir. Je pose mes mains sur tes cuisses, avant d’admirer la vue avec gourmandise. Je profite de ces instants pendant quelques secondes avant de commencer à te procurer ce plaisir qui me hante depuis un bon moment déjà. J’appréciais de te voir te détendre sous mes assauts. Je m’applique avec une passion dévorante, je veux que tu ne penses qu’à ma bouche autour de toi, en train de te procurer du plaisir. Tes gémissements me prouvent que je ne suis pas si mauvais que cela. Je gémis alors que je sens ta main s’enfouir dans mes cheveux. Je m’accorde à ton rythme alors que tu t’appliques à me caresser les cheveux, me rendant tout aussi fou de toi. Mes mains se crispent sur tes cuisses alors que j’augmente le rythme. Je te rend dingue et je suis totalement fier de ça. J’accentue la pression de mes lèvres autour de toi alors que tu laisses exploser ton désir en ne contrôlant plus les mouvements de ton bassin. Je gémis, admirant le plaisir qui envahit chacun de tes traits. Tu es beau, tellement beau que ça me rend encore plus gourmand de toi. Je glisse mes mains sur tes fesses pour aller encore plus profondément. Je laisse le plaisir s’immiscer entre nous, ma virilité n’attend qu’une seule chose : qu’on s’occupe d’elle également. Mais je ne veux être tourné que vers ton plaisir, égoiste à ma manière. Mais alors que je te sens au bord de l’extase je me recule, mordillant l’intérieur de ta cuisse avant de remonter avec une lenteur exagérée pour retrouver tes lèvres. Je parsème ton torse de baisers brûlants alors que mon corps vient de nouveau se coller au tien. Je frôle tes lèvres avant d’aller laisser une trace dans ton cou, et ne laissant aucun espace au doute. « Rend-moi encore plus fou. »


   CODES ET AVATARS BY MAY
   


             

_________________


Darkness is your candle.
Nymphadora Tonks ☽ You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walklikeyou.forumactif.org/t254-fire-meet-gasoline
avatar
☞ ÂGE : 38 piges, proche de la quarantaine, mais toujours en forme et il compte bien casser les pieds de ses supérieurs encore un peu.
☞ STATUT : divorcé depuis deux ans de sa femme. Célibataire, amoureux de son meilleur ami, mais qui enchaine les relations d'un soir. C'est la vie.
☞ PROFESSION : lieutenant de police. son boulot est de s'assurer de la sécurité de ses concitoyens, mais également de faire en sorte que la justice soit bien rendue, quitte à mettre sa propre chair derrière les barreaux.
☞ BAFOUILLES : 207 ☞ PSEUDO : mary
☞ AVATAR : andrew cooper
☞ CREDITS : iron
☞ MULTI-COMPTES : ciaran o'malley, le crevettlover.

MessageSujet: Re: Tensions ( Matson #5) (Hot)   Sam 1 Juil - 18:44

Tensions

Il faut savoir aimer à la bonne distance. C'est comme avec un élastique : ni trop serré, c'est étouffant, ni trop distendu, parce qu'on finit par perdre le lien. Il faut trouver la bonne tension. Il est aussi nécessaire de démêler les fils qui nous relient au passé.
    Matson
La gâterie est succulente. Elle happe son être avec une violence éhontée. Il savoure les caresses que Matthias réalise sur sa chair en demande. Il se laisse ronger par cette extase dont il est si avide. Il ne se retient pas, a abandonné toute raison pour se laisser plonger dans cette étreinte enivrante. La frustration, le désir inassouvi rend les sensations plus puissantes, plus dévastatrices encore. C’est merveilleux. Ces gémissements et grognements sont là pour le prouver et Matthias joue du pouvoir qu’il a sur son corps. Il le dompte, le dévore, le frustre avec une expertise qui ne fait qu’accroitre l’ambition qu’il a à son égard. « Putain. » Il jure lorsqu’il sent cette bouche abandonné sa virilité, mordiller sa cuisse pour lui apporter des sensations nouvelles. Il sourit, complice, emballé par ce petit jeu coquin mis en place. Son regard sombre et exalté se plonge dans les prunelles étincelantes de son amant, ami, mais également celui qui rend son organe vital si fou. Il se délecte des frisons que ses lèvres disposent contre ses aines, son ventre, son sternum, son cou, tout comme ce bassin qui se colle au sien. Il en profite pour étreindre sa taille, laisse son autre main se glisser contre la protubérance de Matthias pour en jauger sa fermeté. Cela l’excite cruellement, d’autant plus lorsqu’il entend cet ordre s’exprimer de ses lèvres dont il vient s’amouracher de nouveau. Le baiser est brûlant, chaud, érotique. Il s’applique a le défaire totalement de ses affaires sans quitter ses lèvres tout en le dirigeant dans sa chambre. L’étreinte qu’il lui offre se fait lente et lascive. Il lui retourne les tripes par des baisers et caresses bien placées avant de se fondre de nouveau en lui. Leurs corps se mêlent en harmonie dans un érotisme qui leur retourne inévitablement les tripes et l’extase est assurée, somptueuse, merveilleuse, les laissant à bout de souffle, inertes sur les draps devenus humides face à tant de chaleur. Il s’effondre sur ses draps dans un dernier rauque de plaisir. Il a des étoiles dans les yeux, la peau plus brûlante et fébrile que jamais. Il a conscience qu’il ne pourra plus renier ce que Matthias lui fait vivre comme sensation, encore moins ce qu’il ressent à son égard. Il glisse ses doigts dans sa chevelure trempe, attrape son paquet de cigarette pour s’en griller une. Une mauvaise manie dont il ne peut pas se passer. Son bras frôle celui de Matthias, qui tout comme lui se remet de ses émotions. « Tu es vraiment sûr que c’est ce que tu veux, Matt ? » Il questionne en venant tourner son visage vers le sien. Il ne luttera plus si c’est vraiment ce qu’il désire, mais tout ceci le chamboule, car il n’avait nullement envisagé que cela puisse se réaliser. Il lui faudra un peu de temps pour en prendre conscience. 

   CODES ET AVATARS BY MAY
   


             

_________________
J'ai encore le goût de nos nuits blanches sur mes lèvres
Un canon sur la tempe, j'ai le coeur et l'âme en paix. Ton doigt sur la détente, fais de moi ce qu'il te plait. C'est violent, mais c'est tendre, presque animal, quand la trajectoire de la balle, épouse les formes de tes hanches.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walklikeyou.forumactif.org/t931-judson-tout-amour-durable-commence-par-de-reveuses-meditations
avatar
☞ ÂGE : 38 ans
☞ STATUT : Reloading.
☞ PROFESSION : Policier
☞ HABITATION : Dewsbury Moor

☞ BAFOUILLES : 3233 ☞ PSEUDO : Squirowl.
☞ AVATAR : Pedro Pascal
☞ CREDITS : squirowl
☞ MULTI-COMPTES : aucun

MessageSujet: Re: Tensions ( Matson #5) (Hot)   Mar 18 Juil - 21:09


   
           

             
Tensions

Il faut savoir aimer à la bonne distance. C'est comme avec un élastique : ni trop serré, c'est étouffant, ni trop distendu, parce qu'on finit par perdre le lien. Il faut trouver la bonne tension. Il est aussi nécessaire de démêler les fils qui nous relient au passé.
    Matson
Je savoure ce moment avec délice. Je savoure tes réactions appréciables. Je ne me consacre qu’à toi et à ton plaisir. Mes mains flattent ton corps avec un plaisir évident. Je m’applique à te rendre fou. Je veux te faire comprendre par ce moment que tout ce que je ressens est véridique et que tu n’as plus besoin de douter. Mais je voulais également assouvir un désir qui ne cessais de croître. J’appréciais entendre le son de ta voix étouffé par le plaisir, je m’enhardis et laisse glisser mes mains le long de tes cuisses. Mes lèvres taquinent chaque millimètres de ta peau. Je savoure avec envie le fait de dominer ton corps de mes lèvres. Je lève mes yeux pour observer tes traits tirés par le désir. La vue est absolument exquise. Je dévore avec délice ta peau, me délecte des frissons qui parcourt ta peau. Je suis absolument conquis par ton corps, par ce moment. C’est irréel, et complètement magique. je plonge dans tes yeux, sombrant dans le désir charnel. Je me retrouve collé contre ton corps tentant. Ma virilité s’affermit contre ton aine. Je laisse échapper une plainte de plaisir en sentant ta main s’enrouler autour de moi. Tu sais comment me rendre fou. Je caresse tes lèvres avec envie, pressant mon corps contre le tien. Je suis brûlant, tout autant que toi. Je veux me perdre dans tes bras, dans ton corps. Je flatte ton corps avant de t’aider à retirer les derniers tissus qui entravent notre ébat. Mes mains se perdent sur le rebondis de tes fesses. On parvient dans la chambre où tu reprends le dessus. Je te laisse le total pouvoir. Je m’offre à toi avec délectation, je me donne entièrement à toi et sans retenue. Je laisse le plaisir venir comme un ouragan et me foudroyer sur place. L’étreinte est charnelle et passionnelle. On atteint l’extase comme rarement. Je retombe ensuite sur le matelas, trempé, les cheveux collant de sueur. Je passe une main sur mon visage, effaçant la sueur qui coule sur mon visage. Nos corps se frôlent, se cherchent encore. Ma peau est encore sensible, réagit dès que l’on se frôle, créant une décharge électrique. Je tourne la tête sur le côté, laissant mes lèvres et ma moustache caresser ton épaule. Je te regarde allumer ta cigarette, ma main glissant sur ton ventre, dessinant tes muscles de mes doigts. Tu me poses une question, comme si tu doutais encore de ce que je veux. Je finis par me tourner vers toi, ne sachant plus vraiment comment exprimer mon envie, tu semblais refuser de l’entendre. « Bordel Jud, dans quelle langue il faut que je te le dise ? » Je soupire laissant poindre une pointe d’agacement. Je ferme les yeux pour me calmer. Je vais lier nos doigts. « J’en suis sûr. Je veux t’aimer et m’engueuler avec toi aussi. » Je plante mes yeux dans les tiens pour t’assurer de mon sérieux. « Je veux que l’on profite de ce que l’on a » Peut-être que ça ne marchera pas, mais on ne peut pas encore le savoir.

   CODES ET AVATARS BY MAY
   


             

_________________


Darkness is your candle.
Nymphadora Tonks ☽ You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walklikeyou.forumactif.org/t254-fire-meet-gasoline
avatar
☞ ÂGE : 38 piges, proche de la quarantaine, mais toujours en forme et il compte bien casser les pieds de ses supérieurs encore un peu.
☞ STATUT : divorcé depuis deux ans de sa femme. Célibataire, amoureux de son meilleur ami, mais qui enchaine les relations d'un soir. C'est la vie.
☞ PROFESSION : lieutenant de police. son boulot est de s'assurer de la sécurité de ses concitoyens, mais également de faire en sorte que la justice soit bien rendue, quitte à mettre sa propre chair derrière les barreaux.
☞ BAFOUILLES : 207 ☞ PSEUDO : mary
☞ AVATAR : andrew cooper
☞ CREDITS : iron
☞ MULTI-COMPTES : ciaran o'malley, le crevettlover.

MessageSujet: Re: Tensions ( Matson #5) (Hot)   Sam 5 Aoû - 20:44

Tensions

Il faut savoir aimer à la bonne distance. C'est comme avec un élastique : ni trop serré, c'est étouffant, ni trop distendu, parce qu'on finit par perdre le lien. Il faut trouver la bonne tension. Il est aussi nécessaire de démêler les fils qui nous relient au passé.
    Matson
L’extase a été si forte qu’il a du mal à s’en remettre. Son cœur bat à tout rompre dans sa poitrine, envouté par cette sensation exquise, qui se répand dans chaque parcelle de son être. Sa chair demeure brulante de ce plaisir à peine distillé dans ses veines. Seulement en dépit de ces sensations exquises qui happe son être, il ne peut laisser la réalité effleurer son être. Il prend conscience que leur relation est en train de prendre une direction qu’il n’avait jamais cru possible. Alors, il le questionne pour s’assurer que c’est bien ce qu’il désire, qu’il ne reviendra pas en arrière au sujet de ce qu’il se passe entre eux. Il a encore du mal à concevoir que Matthias prenne ce risque sans regretter sa relation avec James. Cela est bien trop étrange à son sens. Pourtant, par la manière qu’à les lèvres de Matthias de déposer un baiser contre son épaule et ses doigts de frôler les muscles de son ventre dans une étreinte lente et emplie de tendresse lui permettent d’entrevoir que la réalité est différente à celle qu’il avait voulu croire. D’ailleurs, il ne manque pas de lui souligner dans une voix agacée et ferme. Judson ne sait pas quoi répondre. Sans doute qu’il est têtu aux yeux de Matthias, mais Judson a conscience que beaucoup de choses vont être remises en question et qu’il sera difficile, voire impossible de revenir en arrière. Alors, oui, il a besoin qu’on lui assure qu’il s’agit bien d’une décision murement réfléchie et qu’ls ne vont pas droit dans le mur. Quand bien même, Matthias s’est efforcé de lui montrer au cours de ces dernières semaines. Alors, il ne dit mot à sa remarque, le laisse poursuivre sur sa lancée. Ces révélations l’ébranlent, mais il demeure silencieux durant un temps, inspire la fumée cancérigène de sa cigarette pour tenter de garder contenance. « OK alors. » Il finit par lâcher en venant rejeter la fumée de sa bouche. « Si tu en es certain et ne regretteras pas. » Il ajoute en venant plonger ses iris claires dans ceux de son nouvel amant, mais très vieux ami. « On est bien parti pour s’engueuler souvent. » Il lâche avec cynisme avant de venir écraser sa cigarette dans son cendrier, à part si on préfère laisser notre complicité reprendre le contrôle de nos échanges. Il déclare avec un petit sourire amusé sur les lèvres. Si Matthias veut vraiment essayer et malgré la culpabilité qui le ronge encore pour James, il désire également essayer, alors il finit par rejoindre ses lèvres pour l’embrasser de manière lente et sensuelle tout en venant coller son corps au sien. Ses mains se font baladeuses avant de venir frôler ses flancs pour réaliser quelques chatouilles qui attiseront les rires de son ami, histoire d’apporter une note légère à leur échange. Il compte faire de son mieux pour y parvenir. 

   CODES ET AVATARS BY MAY
   


             [/quote]

_________________
J'ai encore le goût de nos nuits blanches sur mes lèvres
Un canon sur la tempe, j'ai le coeur et l'âme en paix. Ton doigt sur la détente, fais de moi ce qu'il te plait. C'est violent, mais c'est tendre, presque animal, quand la trajectoire de la balle, épouse les formes de tes hanches.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walklikeyou.forumactif.org/t931-judson-tout-amour-durable-commence-par-de-reveuses-meditations
 

Tensions ( Matson #5) (Hot)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Le sucre calme les tensions ... enfin il parait [PV]
» L'entraide peut parfois engendrer des tensions.
» systèmes de tensions qui vrille
» Les tensions sèment leurs graines [Pv Yoshi][TERMINÉ]
» Tensions entre Josh Mathews et Jeremy Borash?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WALK LIKE YOU :: DEWSBURY :: RAVENTHORPE :: YOUR HOME-