AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tensions ( Matson #5) (Hot)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Matthias Nikelsen
La moustache égarée !
☞ ÂGE : 38 ans
☞ STATUT : En bordel, amoureux d'un homme qui n'est pas mon fiancé, et déhire le coeur de l'homme qui a partagé seize années de ma vie. L'erreur est humaine mais douloureuse.
☞ PROFESSION : Policier
☞ HABITATION : Dewsbury Moor

☞ BAFOUILLES : 3168 ☞ PSEUDO : Squirowl.
☞ AVATAR : Pedro Pascal
☞ CREDITS : squirowl
☞ MULTI-COMPTES : Andrea, le marié délaissé. Servane, la petite soeur pas si fragile que ça

MessageSujet: Tensions ( Matson #5) (Hot)   Sam 1 Avr - 21:40


   
           

             
Tensions

Il faut savoir aimer à la bonne distance. C'est comme avec un élastique : ni trop serré, c'est étouffant, ni trop distendu, parce qu'on finit par perdre le lien. Il faut trouver la bonne tension. Il est aussi nécessaire de démêler les fils qui nous relient au passé.
    Matson
Travailler avec toi devenait compliqué, tu ne voulais pas lâcher l’affaire sur ta mutation, et, de mon côté, je ne voulais pas que tu quittes ce service. Envisager de travailler avec quelqu’un d’autre que toi était presque inimaginable. Alors je tentais de te faire entendre raison, même si l’ambiance entre nous était plutôt tendue. Plus les jours passés et plus la peur de te perdre gangrénait mon cœur. Je l’avais bien cherché pourtant. Mais je ne pouvais me résoudre à croire que ça se terminait là, pas après tout ce que l’on a enduré. Je passais chaque jour à tenter de te prouver que je suis sérieux, au plus haut point. Tu semblais encore assez sceptique quand à mon implication dans notre relation, pourtant j’étais on ne peut plus séparer de James, même si cela demeurait encore douloureux comme rupture. J’aurais sincèrement préféré que James me déteste cordialement, mais c’était plus compliqué que cela. De cette situation, j’en avais bien du mal à en dormir. Résultat j’avais passé mes nuits d’insomnies à chercher un appartement. Je n’en avais pas encore trouvé, trouvant cela un peu trop frais encore. Je m’obstinais à chercher ton contact, des moments en tête-à-tête, ce que toi tu t’évertuais à fuir obstinément. Mais ce matin, un besoin irrépressible serre mon cœur. J’avais besoin de te voir. Alors j’engloutis rapidement mon café avant de me diriger vers ton appartement. Je prends de quoi grignoter pour toi sur la route, avant de grimper les marches qui m’amène à ton appartement, mais je me fige rapidement alors qu’une silhouette que je connais sort justement de chez toi. Je déglutis difficilement alors que mes yeux ont du mal à croire ce qu’ils voient. Cette silhouette connue, Pryam, sort de chez toi et t’enlace. Il ne m’en faut pas plus pour voir rouge. Un recoin me permet de me cacher de pryam, le temps qu’il ne descende et soit hors de ma vue. Ni une ni deux, c’est la rage et la douleur qui me guide jusqu’à ta porte que je tambourine avec force, faisant un boucan d’enfer. Je tente de contenir ces larmes dans mes yeux, et ce cœur qui saigne. Je te fais face et te repousse avec virulence pour pouvoir entrer, balançant à ton visage le sachet de viennoiseries fraîchement achetées. « T’es vraiment qu’un salaud. » Ma voix est remplis de douleur, je ne peux même pas le cacher. Tu avais tort. Ce n’est pas moi qui ai gâché cette histoire, c’est toi qui est en train de le faire.

   CODES ET AVATARS BY MAY
   


             

_________________


Darkness is your candle.
Nymphadora Tonks ☽ You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.


Dernière édition par Matthias Nikelsen le Jeu 4 Mai - 19:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walklikeyou.forumactif.org/t254-fire-meet-gasoline
avatar
☞ ÂGE : 38 piges, proche de la quarantaine, mais toujours en forme et il compte bien casser les pieds de ses supérieurs encore un peu.
☞ STATUT : divorcé depuis deux ans de sa femme. Célibataire, amoureux de son meilleur ami, mais qui enchaine les relations d'un soir. C'est la vie.
☞ PROFESSION : lieutenant de police. son boulot est de s'assurer de la sécurité de ses concitoyens, mais également de faire en sorte que la justice soit bien rendue, quitte à mettre sa propre chair derrière les barreaux.
☞ BAFOUILLES : 205 ☞ PSEUDO : mary
☞ AVATAR : andrew cooper
☞ CREDITS : iron
☞ MULTI-COMPTES : ciaran o'malley, le crevettlover.

MessageSujet: Re: Tensions ( Matson #5) (Hot)   Jeu 6 Avr - 22:08


   
           

             
Tensions

Il faut savoir aimer à la bonne distance. C'est comme avec un élastique : ni trop serré, c'est étouffant, ni trop distendu, parce qu'on finit par perdre le lien. Il faut trouver la bonne tension. Il est aussi nécessaire de démêler les fils qui nous relient au passé.
    Matson
Emporté par les tourments que lui inflige sa situation avec Matthias, Judson s’adonne à une addiction qu’il répugne, mais lui est essentielle en ce moment : l’alcool. Il consomme plus qu’il ne le devrait, tente de noyer la sensation déroutante qui lui comprime la poitrine. Il se sent démuni, tiraillé entre deux désirs bien distincts : la promesse faite à un ami et son amour pour Matthias. Les paroles de l’homme qu’il aime tourne en boucle dans son esprit et cela le chamboule profondément, tant et si bien qu’il ne sait plus trop quoi dire ou quoi faire. Tout est si confus et clair à la fois. Son cœur lui dit de foncer, d’arrêter de les tourmenter de cette manière, mais la douleur profonde et sans doute réelle de James l’empêche d’écouter ce que ses sentiments lui soufflent. Il ne peut accepter l’évidence qu’il a brisé le cœur et le bonheur de cet ami, qu’il considérait comme un frère. Cela le tiraille avec violence et rend son malaise plus profond qu’avant. Il trouve dans l’alcool, un moyen de se décharger de toute cette culpabilité. Il ne pense plus à rien, boit jusqu’à s’endormir avant d’attaquer une nouvelle journée. Une journée qui le force à rester auprès de cet homme avec qui sa relation est plus tendue que jamais. Il devient fou, retrouve du réconfort en se livrant à une joute charnelle avec cet ami, qui a le don de le détendre, d’oublier tout ce merdier dans lequel il se trouve. Pourtant, tous ces bienfaits sont effacés au réveil. La réalité frappe son esprit et un nouveau poids s’impose dans sa poitrine. Il enchaine les conneries, mais ne peut faire faire contre cela. Il se sent con, laisse son ami filer après une accolade et se retrouve seul. Il lui faut trouver une solution, arrêter de se sentir si mal dans sa peau, car cela ne lui ressemble pas. Simplement vêtu d’un bas de jogging, il s’apprête à prendre une douche pour remettre ses idées en ordre lorsque des coups violents sont donnés contre sa porte. Sa surprise est conséquente, ne s’attend à la visite de personne, qui pourrait provoquer une telle hargne. Il ne pense pas un instant y découvrir Matthias et sa stupéfaction est totale lorsqu’il se retrouve à ouvrir la porte. Son cœur rate un battement, tout son être se retrouve chamboulé par sa présence et sa colère agit comme un douloureux poison au sein de sa poitrine. Il se retrouve décontenancé, incapable de parler pendant de longues minutes tant il est figé par l’expression glaciale et profondément blessée de Matthias. « Oui, je le suis. » Il finit par lâcher, car c’est ce qu’il pense de lui au fond de ses tripes. Oui, il est un salaud de l’avoir embrassé, de lui avoir fait l’amour, d’avoir brisé son couple et de brisé ses espoirs à cet instant. Sa voix est faible. « Maintenant, tu le sais et y croit. C’est déjà ça. » Il lâche avec morosité en venant récupérer le sachet à terre, le visage blême. Son malaise est profond et son cœur est plus comprimé que jamais dans sa poitrine. Il compte laisser Matthias se décharger de sa colère et encaisser les mots.

   CODES ET AVATARS BY MAY
   


             

_________________
J'ai encore le goût de nos nuits blanches sur mes lèvres
Un canon sur la tempe, j'ai le coeur et l'âme en paix. Ton doigt sur la détente, fais de moi ce qu'il te plait. C'est violent, mais c'est tendre, presque animal, quand la trajectoire de la balle, épouse les formes de tes hanches.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walklikeyou.forumactif.org/t931-judson-tout-amour-durable-commence-par-de-reveuses-meditations
avatar
Matthias Nikelsen
La moustache égarée !
☞ ÂGE : 38 ans
☞ STATUT : En bordel, amoureux d'un homme qui n'est pas mon fiancé, et déhire le coeur de l'homme qui a partagé seize années de ma vie. L'erreur est humaine mais douloureuse.
☞ PROFESSION : Policier
☞ HABITATION : Dewsbury Moor

☞ BAFOUILLES : 3168 ☞ PSEUDO : Squirowl.
☞ AVATAR : Pedro Pascal
☞ CREDITS : squirowl
☞ MULTI-COMPTES : Andrea, le marié délaissé. Servane, la petite soeur pas si fragile que ça

MessageSujet: Re: Tensions ( Matson #5) (Hot)   Sam 8 Avr - 10:56


   
           

             
Tensions

Il faut savoir aimer à la bonne distance. C'est comme avec un élastique : ni trop serré, c'est étouffant, ni trop distendu, parce qu'on finit par perdre le lien. Il faut trouver la bonne tension. Il est aussi nécessaire de démêler les fils qui nous relient au passé.
    Matson
Je savais que notre situation était délicate, mais pas à ce point-là. Pas à ce point de découvrir une scène qui taraude violemment mon cœur. Je ne voulais pas croire à ce que je voyais. Pourtant cette image refusait de s’effacer de ma rétine. Je t’avais prouvé maintes et maintes fois que je voulais être avec toi mais tu t’obstinais à refuser cette évidence. Je ne savais plus quoi faire pour te convaincre de ce que je ressentais réellement. Peut-être que tu avais raison, que je devais finir par laisser tomber. Pourtant je ne voulais pas, et je ne le ferais pas sauf si je finis par péter un câble. Je me débattais contre ma propre culpabilité, alors me demander de gérer en plus la tienne ça en devenait totalement ingérable. Je plongeais jour après jour dans les affres de la souffrance. Pourtant je ne regrettais pas mon choix, celui de tenter avec toi. Tu portais ce poids de culpabilité, dans un certain sens oui, mais tu n’as pas vraiment orienté mon choix final, je l’ai pris en pleine conscience des conséquences de mes actes. Mais toi, tu sombrais dans l’alcool, travailler avec toi devenait de plus en plus compliqué, même si les éclats de voix ont disparu entre nous, la tension est encore palpable entre nous. Pourtant mon attirance se renforce de jour en jour, et je sais que je tombe un peu plus amoureux chaque jour. Pourtant tu t’éloignais de moi, tu devenais même insaisissable. Ce qui me taraudait le plus c’était cette histoire de mutation, le sujet était devenu tabou entre nous, on marchait sur des œufs, on n’abordait jamais un sujet qui peut se lier à ce sujet. Pour dire, on parlait de moins en moins nous deux. J’avais décidé de remédier à ce problème en venant t’apporter le petit déjeuner ce matin afin de mettre, de nouveau, les choses à plat. Mais la scène a au moins eu le mérite de me pétrifier sur place. Les larmes demeurent coincées dans mes yeux alors que la porte se referme sur Pryam. J’ai juste le temps de me cacher avant qu’il ne passe. Mais la colère me prend aux tripes alors que je viens abattre mes poings sur ta porte violemment. Elle finit par s’ouvrir et me laisse déverser cette hargne qui grandit en moi. J’ai envie de te secouer comme un prunier, pour passer ma rage contre quelqu’un, et puis tu le mérites bien. Maintenant je peux au moins dure que je sais ce que ressens James quand je lui ai révélé ma trahison. Ce cœur qui se disloque rien qu’au fait de t’avoir en face de moi. J’ai l’impression que tout mon être se disloque. Tu ne cherches même pas à te défendre car tu sais que ça risque probablement d’accentuer ma colère. « Tu veux que j’y crois pour que je change mon avis, nuance. » Je croise les bras mettant de la distance entre nous. Tu bousilles mon cœur consciemment. « Pourquoi ? » J’ai besoin de comprendre, je suis totalement perdu. As-tu si peu d’estime pour notre relation ?


   CODES ET AVATARS BY MAY
   


             

_________________


Darkness is your candle.
Nymphadora Tonks ☽ You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walklikeyou.forumactif.org/t254-fire-meet-gasoline
avatar
☞ ÂGE : 38 piges, proche de la quarantaine, mais toujours en forme et il compte bien casser les pieds de ses supérieurs encore un peu.
☞ STATUT : divorcé depuis deux ans de sa femme. Célibataire, amoureux de son meilleur ami, mais qui enchaine les relations d'un soir. C'est la vie.
☞ PROFESSION : lieutenant de police. son boulot est de s'assurer de la sécurité de ses concitoyens, mais également de faire en sorte que la justice soit bien rendue, quitte à mettre sa propre chair derrière les barreaux.
☞ BAFOUILLES : 205 ☞ PSEUDO : mary
☞ AVATAR : andrew cooper
☞ CREDITS : iron
☞ MULTI-COMPTES : ciaran o'malley, le crevettlover.

MessageSujet: Re: Tensions ( Matson #5) (Hot)   Sam 8 Avr - 20:51


   
           

             
Tensions

Il faut savoir aimer à la bonne distance. C'est comme avec un élastique : ni trop serré, c'est étouffant, ni trop distendu, parce qu'on finit par perdre le lien. Il faut trouver la bonne tension. Il est aussi nécessaire de démêler les fils qui nous relient au passé.
    Matson
La présence de Matthias le désarme tant il ne s’était pas préparé à cette éventualité. Une part de lui exècre l’idée de l’avoir blessé involontairement par cette scène qu’il semble avoir aperçue malgré lui. Pourtant, il ne peut pas s’empêcher de penser que c’est peut-être mieux, qu’ainsi, il prendra la décision de retourner auprès de James. N’est-ce pas ce qu’il désire ? alors, il ne nie pas les propos tenus par son meilleur ami. Il accepte l’idée d’être le salaud qui lui bousille le cœur, car c’est ce qu’il pense de lui-même. Il est prêt à recevoir sa colère, mais Matthias lui épargne. Judson entrevoit clairement que tout ceci ébranle l’homme qu’il aime, au point de rendre sa blessure difficile à évacuer. Cela lui compresse la poitrine avec violence et rend son regard plus brillant. Il n’est pas fier. « Je ne sais pas. » Il déclare faiblement en venant prendre d’autant plus de la distance en posant le sachet sur sa table à manger. « Tu n’étais pas supposé voir cela. Et officiellement, il me semble n’avoir aucun compte à te rendre, non ? » Il déclare dans une voix morne et hésitante. Il ne fait qu’énoncer certaines vérités, même si elles sont douloureuses. Il tente de faire passer la jalousie de Matthias comme illégitimes, mais il n’y a aucune arrogance dans ses propos. C’est juste cette triste vérité. « Je suis désolé. Je ne voulais pas te blesser. » Il admet en venant plonger son regard dans le sien. « J’avais juste besoin de me changer les idées. Et il était là. » Il ajoute sans détour en venant glisser sa main dans sa nuque. Sa nervosité est évidente, son regard troublé plonge dans les iris de l’élu de son cœur. Il ne dit mot, laisse Matthias décider de la suite. Il veut bien accepter sa colère si ça peut le soulager ou tout ce qu’il voudra. « Tu vois, je ne suis pas un bon gars. » Il déclare en haussant les épaules. En réalité, Judson se sent tout autant perdu dans cette situation. Il ne sait même pas quoi rajouter ce qu’il doit faire. Du moins, son cœur tient un tout autre discours.

   CODES ET AVATARS BY MAY
   


             

_________________
J'ai encore le goût de nos nuits blanches sur mes lèvres
Un canon sur la tempe, j'ai le coeur et l'âme en paix. Ton doigt sur la détente, fais de moi ce qu'il te plait. C'est violent, mais c'est tendre, presque animal, quand la trajectoire de la balle, épouse les formes de tes hanches.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walklikeyou.forumactif.org/t931-judson-tout-amour-durable-commence-par-de-reveuses-meditations
avatar
Matthias Nikelsen
La moustache égarée !
☞ ÂGE : 38 ans
☞ STATUT : En bordel, amoureux d'un homme qui n'est pas mon fiancé, et déhire le coeur de l'homme qui a partagé seize années de ma vie. L'erreur est humaine mais douloureuse.
☞ PROFESSION : Policier
☞ HABITATION : Dewsbury Moor

☞ BAFOUILLES : 3168 ☞ PSEUDO : Squirowl.
☞ AVATAR : Pedro Pascal
☞ CREDITS : squirowl
☞ MULTI-COMPTES : Andrea, le marié délaissé. Servane, la petite soeur pas si fragile que ça

MessageSujet: Re: Tensions ( Matson #5) (Hot)   Mer 12 Avr - 18:04


   
           

             
Tensions

Il faut savoir aimer à la bonne distance. C'est comme avec un élastique : ni trop serré, c'est étouffant, ni trop distendu, parce qu'on finit par perdre le lien. Il faut trouver la bonne tension. Il est aussi nécessaire de démêler les fils qui nous relient au passé.
    Matson
J’avais comme l’impression que mon monde continuait de s’écrouler tout autour de moi, et ce par uniquement ma faute. Ça ne s’arrêterait donc jamais ? Au final je vais finir par croire que je ne fais que du mal autour de moi. Et si c’est ce que tu cherches à me faire comprendre en faisant ce genre de connerie. Au final tu es le reflet de l’horreur que j’ai fait à James. Ce qui ne me fait que me rendre plus certain qu’il devait me détester au lieu de chercher à recoller les morceaux. Je ne suis même pas capable de te hurler dessus, je suis simplement consterné par toute cette histoire. Je n’ai pratiquement plus envie de me battre. Peut-être que je devrais tout laisser tomber, finalement. Finir seul ? C’est peut-être ce qui m’attends au bout, avec toutes mes conneries. Je fais vivre un enfer à un homme qui m’aime plus que tout, parce que je suis incapable d’être à sa hauteur. Et je m’engage dans une relation dont je ne sais même pas où je vais. Tu me plonges dans le flou, dont toi-même tu ne sais pas la réponse. « Depuis quand ? Depuis quand tu me caches cela ? » Je sens une pointe aigre de jalousie naître en moi. « Effectivement tu n’as pas de compte à me rendre, si ce n’est que je ne cesse de te prouver la sincérité de mes sentiments que tu balayes de tes conneries » Je croise les bras, me renfermant un peu plus. « Peut-être mais tu l’as fait, à croire qu’au final tu ne cherches à faire que ça. » J’évite soigneusement ton regard pour ne pas flancher. Au final, je ne peux m’en prendre qu’à moi-même. « Ce que je suis bien incapable de faire, hein ? » Ma voix se coince à la fin de ma phrase. Je laisse la question en suspend. « Je ne suis pas mieux non plus, même si personne ne veut l’admettre. » faut arrêter de me prendre pour un sain. Je finis par aller m’affaler sur une chaise, l’énergie me quittant. Je ne pourrais pas continuer à me battre si tu continuais à agir ainsi, en me laissant dans le flou quand à la sincérité de tes sentiments. Mon regard contient les larmes qui refusent de couler.


   CODES ET AVATARS BY MAY
   


             

_________________


Darkness is your candle.
Nymphadora Tonks ☽ You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walklikeyou.forumactif.org/t254-fire-meet-gasoline
avatar
☞ ÂGE : 38 piges, proche de la quarantaine, mais toujours en forme et il compte bien casser les pieds de ses supérieurs encore un peu.
☞ STATUT : divorcé depuis deux ans de sa femme. Célibataire, amoureux de son meilleur ami, mais qui enchaine les relations d'un soir. C'est la vie.
☞ PROFESSION : lieutenant de police. son boulot est de s'assurer de la sécurité de ses concitoyens, mais également de faire en sorte que la justice soit bien rendue, quitte à mettre sa propre chair derrière les barreaux.
☞ BAFOUILLES : 205 ☞ PSEUDO : mary
☞ AVATAR : andrew cooper
☞ CREDITS : iron
☞ MULTI-COMPTES : ciaran o'malley, le crevettlover.

MessageSujet: Re: Tensions ( Matson #5) (Hot)   Jeu 13 Avr - 22:20

Tensions

Il faut savoir aimer à la bonne distance. C'est comme avec un élastique : ni trop serré, c'est étouffant, ni trop distendu, parce qu'on finit par perdre le lien. Il faut trouver la bonne tension. Il est aussi nécessaire de démêler les fils qui nous relient au passé.
    Matson
La situation le plonge dans un mal être profond. Il n’est pas vraiment fier de ce qui est en train de se passer. Il n’a pas prémédité sa nuit de luxure avec Pryam, encore moins envisagé la venue de Matthias dans sa zone de confort. Il a la sensation d’être mis au pied du mur. Le poids qu’il ressent au sein de sa poitrine est conséquent, bien qu’il s’efforce de garder contenance. Il joue au dur, à l’inaccessible, se prépare à jouer au con, ce qu’il est indirectement, mais il s’en sent incapable lorsque son regard se plonge dans les iris sombres et tourmentés de son ami. Il ne peut rester insensibles face à ces prunelles habitées par une douleur muette qu’il connait. Cela lui coupe l’herbe sous le pied, le rend si fébrile qu’il se sent obligé de mettre de la distance. Il agit pour obtenir la colère du plus vieux, mais ce qu’il reçoit en retour, ce sont juste des paroles qui lui compriment la poitrine. « De ? Que je couche avec cet homme ? Il n’y a rien de sérieux entre nous. » Il déclare de cette voix morne, qui se veut désinvolte. Elle est hésitante tant il a du mal à garder la face, faire comme si de rien n’était. Il sent la colère croitre en Matthias. Ces propos se font plus tranchants et empreint de cette douleur qui anime ses sens. Judson s’efforce de rester serein, mais ces mots l’atteignent profondément et ébranlent cette carapace qu’il se force à avoir en face de Matthias. Il serre ses poings, inspire profondément pour contenir l’émoi que ces paroles lui infligent. « Si c’est ce que tu veux croire. » Il déclare dans une voix faible et morne, mais Matthias persiste à le troubler. « C’est compliqué en ce moment entre nous deux, tu le sais. » Il lâche en venant se faire un café. Il sent que Matthias va rester, alors il en prépare deux, puisqu’il sent parfaitement que Matthias ne partira pas avant d’avoir eu ce qu’il veut. « Tu ne peux pas à la fois être celui qui tourmente mon esprit et celui qui me permet de souffler. C’est impossible. » Il lâche pour lui faire comprendre qu’il est la raison essentielle de ces tourments. C’est parce qu’il avait besoin de le chasser de sa tête qu’il a bu, de façon trop conséquente et a eu envie de profiter d’une étreinte torride. Un échange luxuriant qu’il voudrait vivre avec lui, mais auquel il s’interdit par amitié pour cet homme, à qui il a promis de faire de son mieux pour repousser Matthias vers lui, mais cette idée se fait de plus en plus incertaine. Ce qui ne cesse de tirailler avec force et le questionner : et s’il était en train de manquer sa chance d’être avec lui, de vivre vraiment cet amour qui le ronge si profondément ? Il soupire profondément en revenant vers Matthias, les cafés en main. Il les dépose sur la table et murmure simplement. « C’est faux. Si je n’avais pas franchi cette limite, rien de ceci ne se passerait. Tu n’aurais jamais eu de confusion à notre sujet. » Il lâche avec mélancolie en venant plonger son regard dans son café. C’est ce qu’il pense, à moins d’avoir raté de nombreux détails à ce sujet. Ce qu’il doute terriblement.

   CODES ET AVATARS BY MAY
   


             

_________________
J'ai encore le goût de nos nuits blanches sur mes lèvres
Un canon sur la tempe, j'ai le coeur et l'âme en paix. Ton doigt sur la détente, fais de moi ce qu'il te plait. C'est violent, mais c'est tendre, presque animal, quand la trajectoire de la balle, épouse les formes de tes hanches.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walklikeyou.forumactif.org/t931-judson-tout-amour-durable-commence-par-de-reveuses-meditations
avatar
Matthias Nikelsen
La moustache égarée !
☞ ÂGE : 38 ans
☞ STATUT : En bordel, amoureux d'un homme qui n'est pas mon fiancé, et déhire le coeur de l'homme qui a partagé seize années de ma vie. L'erreur est humaine mais douloureuse.
☞ PROFESSION : Policier
☞ HABITATION : Dewsbury Moor

☞ BAFOUILLES : 3168 ☞ PSEUDO : Squirowl.
☞ AVATAR : Pedro Pascal
☞ CREDITS : squirowl
☞ MULTI-COMPTES : Andrea, le marié délaissé. Servane, la petite soeur pas si fragile que ça

MessageSujet: Re: Tensions ( Matson #5) (Hot)   Ven 14 Avr - 17:01


   
           

             
Tensions

Il faut savoir aimer à la bonne distance. C'est comme avec un élastique : ni trop serré, c'est étouffant, ni trop distendu, parce qu'on finit par perdre le lien. Il faut trouver la bonne tension. Il est aussi nécessaire de démêler les fils qui nous relient au passé.
    Matson
Parfois il faut savoir se confronter à ce mur, et se le prendre en pleine face et souffrir un bon coup pour savoir ce qu’il en est. C’est un peu ce que j’ai décidé de faire. De mettre les choses au clair ces derniers temps, on ne peut pas dire que cela me réussisse franchement. Je dirais même que cela va de pire en pire, si un jour le pire a un summum, je suis preneur. J’ai l’impression que ma vie m’échappe, qu’elle se faufile alors que je tente de la retenir. Je ne peux que me laisser bousculer par celle-ci. Mais je me dois de te confronter, de savoir la vérité que tu caches bien profondément. Même si elle va me faire mal j’ai bien mérité de le savoir. Après tout je n’ai semé que de la douleur derrière moi depuis de longs mois, je ne peux m’en prendre qu’à moi même, le fait d’être lâche m’a plongé dans une situation inextricable. Je ne peux que m’en prendre à moi-même. Mais tout le monde semble vouloir m’éviter leur colère, alors que ce devrait être le contraire. Tes mots m’atteignent en plein cœur avec une rage évidente de me faire mal. « Encore mieux alors. T’as rien changé. » j’ai bien du mal à sortir cette phrase sans avoir les larmes qui monte aux yeux. Je me trouve bien idiot. J’ai tout envoyé en l’air pour tes beaux yeux, je ne peux plus revenir en arrière tandis que toi, tu continues simplement ta vie comme si rien n’avait changé. Ou en tout cas c’est l’impression que tu donnes. « Bordel Jud, je dois interpréter comment ton comportement alors ? dis-moi, merde à la fin ! » J’explose parce que je ne peux pas faire autrement, tu me piétines le cœur. Je secoue la tête, résigné. « Ah non, je n’avais pas remarqué tiens, tout semble rouler comme sur des roulettes. » Je grogne alors que je m’éloigne de toi pour ne plus sentir cette attraction qui me pousse vers toi. Vu que tu la refuses, je ne vois pas pourquoi je dois te l’accorder. Je chancelle à la révélation que tu me fais. Tu sembles baisser les bras, et ça m’attriste un peu plus. Je me demande même si tu veux te battre pour que l’on daigne enfin construire quelque chose ou non. Peut-être que je ne parviendrais jamais à te convaincre de la sincérité de mes sentiments et que je vivrais avec ce poids sur le cœur comme un regret amère. Je ne sais pas si je dois t’en vouloir ou non, si je devrais moi aussi baisser les bras, ce que je me refuse à faire sinon je risque de sombrer dans un état qui ne me ressemble pas. je pensais simplement avoir la force de me battre pour deux, mais tu sembles vouloir continuer à me mettre des bâtons dans les roues. Je reste à une bonne distance de toi, le problème maintenant c’est que ta proximité me rend plus que fébrile et que je deviens incapable de me retenir. « Tu n’en sais rien. Je n’en sais rien non plus. On ne peut plus changer ce que l’on a fait, et quand bien même peut-être que les choses auraient été pareilles. » Je ne suis pas aussi certain de la chose que toi. J’attrape mon café que j’avale d’un trait, me brûlant au passage la langue, mais je grimace simplement. « J’ai même plus envie de me battre. » je murmure avec lassitude et douleur.


   CODES ET AVATARS BY MAY
   


             

_________________


Darkness is your candle.
Nymphadora Tonks ☽ You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walklikeyou.forumactif.org/t254-fire-meet-gasoline
avatar
☞ ÂGE : 38 piges, proche de la quarantaine, mais toujours en forme et il compte bien casser les pieds de ses supérieurs encore un peu.
☞ STATUT : divorcé depuis deux ans de sa femme. Célibataire, amoureux de son meilleur ami, mais qui enchaine les relations d'un soir. C'est la vie.
☞ PROFESSION : lieutenant de police. son boulot est de s'assurer de la sécurité de ses concitoyens, mais également de faire en sorte que la justice soit bien rendue, quitte à mettre sa propre chair derrière les barreaux.
☞ BAFOUILLES : 205 ☞ PSEUDO : mary
☞ AVATAR : andrew cooper
☞ CREDITS : iron
☞ MULTI-COMPTES : ciaran o'malley, le crevettlover.

MessageSujet: Re: Tensions ( Matson #5) (Hot)   Ven 14 Avr - 23:38

Tensions

Il faut savoir aimer à la bonne distance. C'est comme avec un élastique : ni trop serré, c'est étouffant, ni trop distendu, parce qu'on finit par perdre le lien. Il faut trouver la bonne tension. Il est aussi nécessaire de démêler les fils qui nous relient au passé.
    Matson
Les paroles emplies de douleur de Matthias égratignent son cœur plus qu’il le laisse paraitre. Il s’efforce de rester stoïque, mais sa confiance naturelle s’effrite tandis que leur conversation se poursuit. Cela ne le laisse pas indifférent. Le semblant de loyauté qu’il a envers James l’empêche de se donner à cette idée de vivre une idylle en compagnie de cet être qu’il affection depuis tant d’années, au-delà de l’amitié qu’il aurait dû avoir. En conséquence, cela l’atteint directement lorsqu’il évoque qu’il continue sa vie malgré tout cela. « C’est faux. C’est juste arrivé, putain. » Il lâche dans une voix tiraillée sans aborder le fait qu’il aurait préféré tomber sur lui et finir dans ses draps que dans les siens compagnie de cet ami, bien qu’il l’apprécie. « Tu crois que la situation est facile pour moi ? » Il questionne avec cette voix chamboulée par les vives émotions qui l’éteignent. Il se rend compte qu’il l’a blessé, mais ce n’était pas dans ses intentions et les propos de Matthias, bien que légitimes lui compriment naturellement la poitrine. Seulement leur confrontation s’accentue et les propos se font plus offensants les uns que les autres. « Parce que tu crois que c’est simple pour moi ? J’ai détruit le bonheur d’un gars que je considérai comme mon frère ! » Il hurle malgré lui avec cette fébrilité dans la voix. Toutes ces émotions le chamboulent profondément. « Tu crois que c’est facile de l’accepter ? Alors que je n’arrive même pas à être totalement triste de ça, car… » je t’aime. Il l’aime bon sang. Il ne les prononce pas, mais ils sont sous-entendus, reflètent l’aveu qu’il a formulé cette nuit où leurs corps se sont emmêlés dans une symbiose totale. Sa conscience le travaille sans relâche, lui fait perdre la tête et le sombre dans des vices qu’il désirerait se préserver, mais qui l’empêche de virer fou. La situation lui échappe des doigts. Leur fébrilité est conséquente et explose tout sur leur passage. Aucun ne semble préserver l’autre d’une douleur latente, mais inévitable. Il essaye de remettre de la raison dans leur échange, mais lui-même est incapable d’en être si certain. Il ne dit mot à ses propos, mais ne peut rester insensible à son avis. Il serre ses doigts autour de sa tasse de café brûlante, mais l’émotion se peint dans son regard. « Je n’en ai pas envie. » Ses mots s’échappent de ses lèvres sans qu’il en prenne conscience. Il s’en veut de les prononcer, mais il ne peut pas accepter que Matthias éprouve cette douleur sans lui faire comprendre ce qui l’empêche de venir vers lui. Il est juste profondément troublé par l’idée d’avoir détruit le bonheur d’un ami, mais cela ne remet pas du tout en cause les sentiments qu’il a pu lui avouer. Il est complètement perdu dans ces émotions. Plus que jamais.

   CODES ET AVATARS BY MAY
   


             

_________________
J'ai encore le goût de nos nuits blanches sur mes lèvres
Un canon sur la tempe, j'ai le coeur et l'âme en paix. Ton doigt sur la détente, fais de moi ce qu'il te plait. C'est violent, mais c'est tendre, presque animal, quand la trajectoire de la balle, épouse les formes de tes hanches.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walklikeyou.forumactif.org/t931-judson-tout-amour-durable-commence-par-de-reveuses-meditations
avatar
Matthias Nikelsen
La moustache égarée !
☞ ÂGE : 38 ans
☞ STATUT : En bordel, amoureux d'un homme qui n'est pas mon fiancé, et déhire le coeur de l'homme qui a partagé seize années de ma vie. L'erreur est humaine mais douloureuse.
☞ PROFESSION : Policier
☞ HABITATION : Dewsbury Moor

☞ BAFOUILLES : 3168 ☞ PSEUDO : Squirowl.
☞ AVATAR : Pedro Pascal
☞ CREDITS : squirowl
☞ MULTI-COMPTES : Andrea, le marié délaissé. Servane, la petite soeur pas si fragile que ça

MessageSujet: Re: Tensions ( Matson #5) (Hot)   Mar 18 Avr - 21:23


   
           

             
Tensions

Il faut savoir aimer à la bonne distance. C'est comme avec un élastique : ni trop serré, c'est étouffant, ni trop distendu, parce qu'on finit par perdre le lien. Il faut trouver la bonne tension. Il est aussi nécessaire de démêler les fils qui nous relient au passé.
    Matson
Je t’attaque vertement sous l’emprise de la douleur. Pourtant je n’avais pas de raisons de réagir ainsi. Tu vivais ta vie comme tu l’entendais après tout, je ne peux pas m’interposer dans tes relations, tu avais raisons on n’était même pas un couple. Je me sentais simplement bafouer dans ma virilité, ce n’était pas très agréable comme sensation. J’avais également l’impression de me battre pour toi dans le vent, de m’être bercé d’illusions, pourtant je n’y croyais toujours pas, je ne croyais pas que la déclaration que tu m’avais faite était une déclaration vide, dise sur un coup de tête. Ces mots résonnaient encore dans ma tête. « Juste arrivé ? vraiment ? Comme ça ? alors dès que tu vas voir un beau mec dans les parages ça sera toujours comme ça ? » Je rage de me sentir tellement impuissant, aussi peu important à tes yeux en apparence. C’était difficile de faire face à ça, et de se sentir tellement inutile. « Je n’ai pas dit ça, mais elle ne l’est pas pour moi et je commence à croire que tu te plais inconsciemment à me pourrir la vie. » Le ton de ma voix est déjà plus calme, même si les paroles sont tranchantes. Et la suite n’est pas mieux non plus. « Et moi j’ai détruit la vie d’un homme avec qui j’ai vécu six ans parce que je suis un lâche, incapable d’assumer ses actes et ses paroles. Alors ce n’est pas simple pour moi non plus. » Je soupire, et tente de me reprendre. Tes dernières paroles me chamboulent. Surtout celle qui sont laissées en suspend. Je ne pense pas que j’ai mal compris le sens de la fin de cette phrase. Cette petite dose d’espoir qui revient en moi est bienfaisante. Ça calme même la tempête qui déborde en moi. Ce ‘je t’aime’ silencieux était plus fort que mes doutes, je veux le croire. On a encore du chemin à faire avant de trouver un équilibre entre nous. On ferait encore des erreurs pour sûr. Pourtant je ne peux pas m’empêcher de commencer à laisser tomber tout ça, d’arrêter de m’épuiser à essayer de te retenir. Je me prépare même à partir, à sortir de cette pièce où l’atmosphère est plus que pesante. J’évite ton regard pendant quelques secondes, incapable de l’affronter. Alors que je commence à me lever je t’entends et je me stoppe soudainement, mon envie de partir soudainement dissipé. « Pourtant tu ne fais rien pour que je reste. » je laisse échapper, posément. Mais je ne me rapproche pas de toi car je ne sais pas vraiment quoi penser. Je suis tiraillé entre l’espoir et le déchirement de la désillusion. Mais je ne voulais pas faire le premier pas vers l’éclaircissement de la situation, c’était à toi de le faire, de faire cet effort. J’ai besoin de voir que toi aussi tu veux trouver une solution, que je ne suis pas le seul à me battre pour peut-être un bonheur possible entre nous.


   CODES ET AVATARS BY MAY
   


             

_________________


Darkness is your candle.
Nymphadora Tonks ☽ You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walklikeyou.forumactif.org/t254-fire-meet-gasoline
avatar
☞ ÂGE : 38 piges, proche de la quarantaine, mais toujours en forme et il compte bien casser les pieds de ses supérieurs encore un peu.
☞ STATUT : divorcé depuis deux ans de sa femme. Célibataire, amoureux de son meilleur ami, mais qui enchaine les relations d'un soir. C'est la vie.
☞ PROFESSION : lieutenant de police. son boulot est de s'assurer de la sécurité de ses concitoyens, mais également de faire en sorte que la justice soit bien rendue, quitte à mettre sa propre chair derrière les barreaux.
☞ BAFOUILLES : 205 ☞ PSEUDO : mary
☞ AVATAR : andrew cooper
☞ CREDITS : iron
☞ MULTI-COMPTES : ciaran o'malley, le crevettlover.

MessageSujet: Re: Tensions ( Matson #5) (Hot)   Mar 18 Avr - 23:11

Tensions

Il faut savoir aimer à la bonne distance. C'est comme avec un élastique : ni trop serré, c'est étouffant, ni trop distendu, parce qu'on finit par perdre le lien. Il faut trouver la bonne tension. Il est aussi nécessaire de démêler les fils qui nous relient au passé.
    Matson
« Arrête de faire semblant de ne pas comprendre. » Il lâche dans une voix tiraillée par le combat incessant que mène son esprit contre son cœur. Cela serait si simple s’il pouvait l’entendre énoncer ces faits, ces vérités comme si elles coulaient de sources. Seulement, il est loin de la réalité, de ce déchirement perpétuel qu’il ressent au sein de ma poitrine. « C’était juste le premier après… » toi. Il ne le dit pas, mais par ces mots, il cherche à lui faire comprendre que cette situation le travail tout autant que lui. Non, il ne couche pas avec le premier venu depuis qu’il a gouté à ses lèvres et son corps qui avive si fermement ses sens. Ses nuits sont chamboulées par le souvenir de ses lèvres, de ses doigts, de la chaleur de son corps contre le sien. Il rêve, fantasme sur ce corps qui le captive depuis tant d’années et devient une obsession depuis qu’il y a gouté. Non, rien n’est simple pour lui, car il a parfaitement conscience qu’il a détruit le bonheur d’un homme qu’il considérait comme un frère, qui ne pourra jamais lui pardonner. C’est un deuil qu’il doit faire comme d’accepter cette évidence qui lui lacère la poitrine avec violence. Cette conversation échappe de son contrôle. Sa fébrilité explose et il a beau glisser ses doigts derrière sa nuque, rien y fait. Les derniers mots de Matthias l’achèvent et ses sentiments ne peuvent pas se taire plus longtemps. Il est incapable de le laisser s’échapper de ses doigts, même s’il semble le vouloir. Son cœur ne peut supporter cette idée et surpasse toutes les bonnes résolutions qu’il cherche à prendre depuis des semaines pour ne pas totalement aboulir les espoirs de James. Son regard tiraillé se plonge dans celui de Matthias. Son cœur bat promptement dans sa poitrine alors que sa gorge lui semble sèche. Il désire avoir une preuve de ce qu’il avoue et Judson se sent mis au pied du mur. Sa respiration est vive. Il lutte pour ne pas agir de manière spontanée, de laisser ses sentiments prendre le contrôle de lui, mais cela est difficile. D’autant plus lorsqu’il sent dans la lueur de ses prunelles que cet homme en a besoin. Il serre ses doigts autour de sa tasse qu’il finit par abandonner tant il se sent fébrile. Il se mord la lèvre et finit par souffler dans une voix ferme et sombre. « Tu vas me rendre fou, tu sais ? » Il se lève simplement pour rompre la distance imposée par Matthias et dans un geste brusque s’impose à lui. Sa bouche retrouve la sienne tandis que son bras le colle fortement contre lui, son bassin. Il l’embrasse avec passion, fougue, cette même folie que ce soir où il lui a fait l’amour. Le contact l’enivre, l’électrice, tandis qu’il se montre plus vorace. Tout en lui implose sous l’effet de cette passion qui s’exprime à travers cette fougue. Matthias voulait une preuve : la voilà. Il se meurt d’amour pour lui derrière toute cette posture froide et austère. Il lui en veut indirectement de se laisser berner si facilement. Lui, qui est supposé tout savoir de lui. « Satisfait ? » Il murmure contre ses lèvres de manière autoritaire et virile pour obtenir son verdict. Il sait qu’il franchit cette barrière de nouveau.  

   CODES ET AVATARS BY MAY
   


             

_________________
J'ai encore le goût de nos nuits blanches sur mes lèvres
Un canon sur la tempe, j'ai le coeur et l'âme en paix. Ton doigt sur la détente, fais de moi ce qu'il te plait. C'est violent, mais c'est tendre, presque animal, quand la trajectoire de la balle, épouse les formes de tes hanches.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walklikeyou.forumactif.org/t931-judson-tout-amour-durable-commence-par-de-reveuses-meditations
 

Tensions ( Matson #5) (Hot)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Le sucre calme les tensions ... enfin il parait [PV]
» L'entraide peut parfois engendrer des tensions.
» systèmes de tensions qui vrille
» Les tensions sèment leurs graines [Pv Yoshi][TERMINÉ]
» Tensions entre Josh Mathews et Jeremy Borash?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WALK LIKE YOU :: DEWSBURY :: RAVENTHORPE :: YOUR HOME-