AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ✎ PANIER N°6

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
☞ ÂGE : quatre-vingt-deux ans et encore toutes mes dents!
☞ STATUT : veuve et en couple avec sa machine à écrire.
☞ PROFESSION : vendeuse de rêve et amie de tous.
☞ BAFOUILLES : 576 ☞ PSEUDO : .
☞ AVATAR : maggie smith.
☞ CREDITS : Shiya(avatar).

MessageSujet: ✎ PANIER N°6   Lun 30 Jan - 12:12



Sirius & Willy
DESCRIPTION DU PANIER » Un joli panier en osier trouvé dans un vide grenier, avec deux lanières pour être plus facile à transporter. De taille normal, un très fin tissus blanc couvre le fond, recouvert de morceau de paille pour faire plus authentique.
CONTENU » Un petit plat de brocolis, une petite bouteille de vin pour accompagner un gratin aux légumes, quelques fruits divers, une petite nappe à carreaux rouges et une autre bouteille de vin (on ne sait jamais) ainsi que quelques livres pour se cultiver et passer une année moins conne que celle précédente. Au fond du panier se trouve quelques bougies et coupe de champagne si la journée s'allonge et se finit à la belle étoile, pour ça, rien de mieux qu'un dessert gourmand. Tous les plats sont faits maisons.
THÈME » Commençons par une balade au bord du parc de Dewsbury dans l'après-midi, faire connaissance en profitant du merveilleux temps. Pourquoi pas trempez les pieds dans l'eau pendant quelques minutes avant de remonter pour tirer une couverture et pique-niquer tranquillement. Après ça, si le feeling est au plus au point, la journée peux s'entamer sur une soirée avec bougies. Promesse que si vous êtes quelqu'un d'agréable avec qui elle peut passer du bon temps, elle sera prête à vous offrir un restaurant et quelques billets en échange de votre gratitude. PS: si possible, veuillez ramener des couverts.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: ✎ PANIER N°6   Lun 30 Jan - 18:47

So bad I'm gonna scream
Siry  

Tu étais assez fier de toi. Tu avais réussi à traîner l'un de tes garçons, à cette vente qui était pour une bonne cause. Eddie a tes côtés, vous regardiez les paniers. Attendant patiemment l'heure décisif. Ce n'était pas ton genre de participer à toutes ces événements, mais là c'était différent. Le but était beau et noble. Tout ce qui te correspondait et puis ce n'est pas comme si tu t'attendais à quelque chose. Contrairement à ce que vous aviez dit Ron, à tes yeux ce n'était pas un rencard. Et puis toute façon tu étais pris, même si le fait de le penser était encore nouveau pour toi. Tu n'étais plus sur le marché comme disaient les garçons. Un terme récent, mais tu ne t'y faisais toujours pas. Les paniers défilaient et tu regardas Eddie faire sa proposition. Assez fier de lui. T'espères juste qu'il passera un bon moment. Tu le vois s'écarter de toi. Te donnant une tape dans le dos, en signe de courage. Et puis tu finis par lever la main pour acheter un panier. Tu dois avouer qu'il a su t'intriguer. Un panier.. . un peu à ton image penses-tu.

Finissant par te rapprocher de l'endroit où tu dois aller pour récupérer ton panier et donc par la même occasion ta partenaire de la journée, soirée. Tu n'as pas d'attente, juste l'envie de passer un bon moment. Tu espères que la personne soit dans le même cas, mais vu ce qu'il contient. Tu penses être sur la même longueur d'ondes. Une silhouette blonde se dessine devant toi. Te raclant la gorge. Elle finit par se retourner. « Oh non… pincez-moi je rêve » dis-tu à voix haute. Tu n'as même pas réaliser ce que tu viens de dire. Clignant des yeux. Non, tu ne rêves pas. Ton pire cauchemar se trouve bien sous tes yeux. Non, il doit y avoir une erreur…

CODES ©️ LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: ✎ PANIER N°6   Mer 1 Fév - 21:23

So bad I'm gonna scream
Siry  

Jill et Esther lui en avait parlé, lui soufflant que c’était pour la bonne cause, qu’elle devait sortir de son train-train quotidien, que ce n’était pas comme ça qu’elle leur trouvera un nouveau prétendant au titre de beau-père. Un nouveau prétendant ? Willy ne trempait plus dans ces choses là, elle avait passé l’âge de se dire qu’elle pouvait encore commencer une nouvelle vie avec un autre homme. Et pourtant. Ouais, et pourtant. Elle était là. Dans le fond de la pièce, scrutant les quelques personnes qui pouvaient parier sur son panier. Elle ne s’était pas foulé, tout ce qu’elle avait eu à faire était de vider ses placards et tout foutre dans un panier. La blonde finit par quitter la pièce, laissa les prétendants à leur panier et quelques minutes plus tard, un fin stress monta. Et si c’était un petit jeune de vingt ans ? Qu’est-ce qu’elle irait foutre avec ça ? Et si c’était un vieux de soixante dix ans qui viendrait lui baver sur les jambes. La grande Bennet ne préférait pas y penser, se décidant simplement à prendre son panier et attendre dans un coin. Pour dire qu’elle s’animait tout de même pour la bonne cause, Willy s’était bien habillé. Elle avait sortit une de ces robes noirs élégantes, ses cheveux attachés en une queue de cheval assez haute, seul ses conserves pouvait gâcher son accoutrement. Mais marcher toute une journée avec des talons pareils ? Elle n’avait plus vingt ans.

« Oh non… pincez-moi je rêve »
et elle se dit exactement la même chose lorsqu’elle tourna la tête. « Putain … » elle vient plaquer sa main contre sa bouche, face au blasphème qu’elle venait de dire, et regarda l’homme de la tête au pied. Vue sa réaction, il n’y avait aucun doute que c’était lui. Qu’il avait acheté son panier. Ses yeux roulèrent vers le ciel, coupant sa posture droite et élégante pour un relâchement des épaules totales et un long soufflement. « Vous portez le panier. » elle ne lui laissa pas le choix que de prendre le panier, puisqu’elle était déjà en route pour quitter la salle. Passez une journée avec lui ? Au moins, elle n’avait pas promis de soirée au bord du lac. Elle se dit qu’elle resterait une ou deux heures grand maximum avec cet énergumène avant de plier bagage et rentrer chez elle, sans mauvaise conscience puisqu’elle aurait remplit une part du marché. Puis, si Willy pouvait prendre ses bouteilles de vin pour plus tard … un gros bol d’air frais lui fit quelques peu du bien. Qu’un tout petit peu, car elle savait qu’à quelques mètres d’elle, ce tas d’os respirait le même air qu’elle. Et rien que pour ça, elle préférait avoir des branchies à la place des poumons. « Que ça soit bien clair, je ne resterai qu’avec vous pour deux heures grand maximum. Après ça, je reprend mon panier et je rentre chez moi. » qu’il l’écoute ou non, elle n’en avait rien à faire. Il pouvait même rentrer chez lui avec le panier ? Elle n’en avait réellement rien à foutre. « C’est vraiment pour la bonne cause … » qu’elle souffla. Ouais. Vraiment que pour la bonne cause.


CODES ©️ LITTLE WOLF.


Dernière édition par Willy Bennet le Mer 8 Fév - 14:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: ✎ PANIER N°6   Dim 5 Fév - 12:18

So bad I'm gonna scream
Siry  


Tu réceptionnes le panier de justesse. On croirait pas comme ça, mais elle a de la force. Le diable a toujours de la force. Tu saches aussi vite cette pensée. Soufflant un bon coup. Oui, ton pire cauchemar se trouve sous tes yeux, mais… y a-t-il vraiment besoin de mettre un mais ? Oui car, tu fais ça pour la bonne cause. La bonne cause. Lily. Et voilà tu te sens déjà un peu mieux. Penser à Lily dans un moment pareil, te permet de garder le contrôle. Le panier dans une main, tu suis cette diablesse. Tu aurais pu dire « folle », mais tu trouves que diablesse convient bien. Une main dans une poche, traînant la patte. Oui tu n'es pas enjoué de ce moment qui t'attend. Regrettant d'avoir participé. Toi qui pensais passer un bon moment … te voilà servi. « Que ça soit bien clair, je ne resterai qu’avec vous pour deux heures grand maximum. Après ça, je reprend mon panier et je rentre chez moi. » Et voilà qu'elle recommençait à faire sa scène. A croire qu'elle ne savait faire que ça. Se produire. « Nous sommes au moins d'accord sur un point... » dis-tu entre tes dents. Être en accord avec elle ? C'est bien quelque chose qui te surprend, mais soit. Ton regard se perdit sur la nature, qui était plus agréable que cette… Décidément tu n'avais pas de mots ou adjectifs pour la définir. Diablesse étant trop fort à ton goût, tu préférais en trouver un autre. Ce n'est pas ton genre de cataloguer les gens, mais là.. Elle le méritait amplement. Rien que sa voix t'agaçait déjà. « C’est vraiment pour la bonne cause … » Et vous voilà .. d'accord sur un autre point. Décidément plus rien ne va plus, dans ta tête c'était un vrai débat. Tu ne pouvais pas affirmer… déposant le panier sur le banc. Examinant vite fait ce qui s'y trouvait. « Écoutez vous n'êtes pas la seule dans cette situation qui aimerait être ailleurs… Saut que pour les deux heures à venir, nous allons devoir… » Tu avais réussi à capter son regard. Étranges sensation. « Nous allons devoir un minimum nous entendre… pour la bonne cause... » Tu avais l'impression de parler dans le vide. Comme si vous pouviez réellement vous entendre… elle était si … Grr ! Tes yeux se perdirent sur une bouteille. « On peut au moins essayer... » dis-tu en levant la bouteille. « Je vous demande pas de m'apprécier, juste de me tolérer. Puis il doit bien y avoir une personne que vous détestez plus que moi sur cette planète ? » Vu son caractère, tu es sûr qu'elle est plus douée pour se faire des ennemis que des amis. « Si cela peut vous rassurez, vous m'êtes autant charmante que mon adjudant… et croyez-moi c'était une horrible vermine. » Grimaçant légèrement. Tu ne sais pas si cela va détendre l'atmosphère, mais tu sens que le vin est bienvenu. Et c'est vrai que tu avais dû mal avec ton adjudant. A côté, elle est plus… agréable à regarder au moins. Un point pour elle, mais juste un.
CODES ©️ LITTLE WOLF.


Dernière édition par Sirius Flanigen le Jeu 9 Fév - 19:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: ✎ PANIER N°6   Mer 8 Fév - 15:10

So bad I'm gonna scream
Siry  


« Nous sommes au moins d'accord sur un point... » elle ne savait pas comment le prendre. D’ordinaire, un seul mot aléatoire sortant de sa bouche l’aurait énervé puisque visiblement, un seul regard pouvait la rendre folle de rage. Mais cette fois, il était ‘’d’accord’’ avec elle. Un point commun ? Elle frissonna à cette idée, se disant que non, ce ne pouvait pas être possible. Avoir quelques choses en communs avec cette chose hideuse lui donnerait des nausées. Pourtant, elle n’avait pas bu de vin depuis une semaine -sa nouvelle résolution, faire des semaines sans vins pour faire plaisir à ses gamines. Willy s’arrêta quelques pas plus tard, laissant échapper de ses lèvres qu’elle devait faire un effort seulement et seulement pour la bonne cause. Rester avec un fléau pareil n’était pas de tout repos, elle se devait de préparer ses petites fiches remplit de pic pour les lui balancer, avant de se souvenir des fiches bristols roses qu’elle avait faite sur ‘’comment répondre à un con’’. C’était pas donné à tous le monde d’avoir une aussi grande mémoire à son âge. « Écoutez vous n'êtes pas la seule dans cette situation qui aimerait être ailleurs… Saut que pour les deux heures à venir, nous allons devoir… » elle tourna le regard en sa direction. Allez papy, ravale ton dentier et finit ta phrase. « Nous allons devoir un minimum nous entendre… pour la bonne cause... » encore une fois, la bonne cause. A croire que tout tournait autour de cette simple chose, et seulement ça. Elle croisa les bras contre sa poitrine, l’examinant de haut en bas. C’est qu’il l’intéressait le vieux, c’est qu’il avait une voix calme et posé qui pour une fois, rendait affreusement doux à ses oreilles. Etranges sensations. « On peut au moins essayer... » la bouteille n’était pas une si mauvaise idée. Esther et Jill l’avait à moitié disputé pour cette bouteille et finalement, ouais finalement, elle allait leur servir à oublier ce moment de torture. « Je vous demande pas de m'apprécier, juste de me tolérer. Puis il doit bien y avoir une personne que vous détestez plus que moi sur cette planète ? » il marquait un point. Il y avait pas mal de personne qu’elle détestait. Mais au même stade que lui ? Bien évidemment, la réponse clignotait dans son crâne comme un panneau rouge où les scores d’un match de basket à la dernière seconde attirait tous les regards. Samuel, Richard, Bennet. Il y avait lui. Samuel avait la première place sur le top trois des personnes qu’elle détestait le plus au monde, elle souhaiterait même voir sa tête sur un pieu, pendant au milieu d’un tas de merde. Sincèrement, ce serai mentir si ce n’était pas son rêve le plus cher. Ensuite il y avait sa voisine, cette vieille mégère qui s’amuse à jeter ses déchets dans son jardin. Elle aura sa peau à elle aussi. Et en troisième place, l’homme mystérieux qui la fait passer pour une folle. C’est plus fort qu’elle, Willy n’arrive pas à contrôler toute la haine qui peux passer dans ses veines au moment où il frôle son bras ou ose planter ses yeux dans les siens. « Si cela peut vous rassurez, vous m'êtes autant charmante que mon adjudant… et croyez-moi c'était une horrible vermine. » elle ne pu s’empêcher de grimacer un sourire. Grimacer, parce qu’afficher un beau et tendre sourire serait la traduction d’un ’’ahah, comme vous êtes drôle, vous voulez voir sous ma robe ?’’ du moins à l’époque, c’était comme ça. Les temps changent et les sourires aussi ? « Passez-moi la bouteille. » elle s’approcha et lui pris la bouteille des mains. Elle s’y connaissait, et elle n’était pas certaine qu’un petit bourgeois de la sorte sache ouvrir une bouteille aussi facilement. Dans un temps record, il lui fallut moins d’une minute pour retirer le bouchon et remplit deux verres. Elle vient s’asseoir sur une partie du banc, laissant au milieu d’eux, le panier qui les séparaient. Ça serai trop demandé d’avoir un minimum de contact. Elle hésita un moment, puis vient trinquer dans le verre de son invité. « A la troisième place. » un doux sourire déchira son visage, prenant une gorgée de vin. Et avant qu’il n’ai le temps de demander pourquoi cette troisième places, elle lui donna la réponse sur un plateau d’argent. « Vous avez la chance d’obtenir la troisième places des personnes qui m’horripiles le plus. Je vous préviens, la première place est très difficiles à détrôner. La deuxième, si vous y mettez du votre, on peux s’arranger. » et elle pris une nouvelle gorgée de son vin. Elle était encore tendue, mais un peu moins sur les nerfs. L’effet du vin ou d’une conversation ? « Moi c’est Willy. » parce qu’après tout, elle connaissait pas son prénom. Ni son nom. Ni d’où il venait, s’il avait de la famille, marié, père de trente enfants ou catholiques et réticents aux plaisirs charnels. Elle l’aimait pas, juste parce qu’il avait la tête pour.
CODES ©️ LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: ✎ PANIER N°6   Jeu 9 Fév - 19:06

So bad I'm gonna scream
Siry  


Pour la bonne cause. Voilà ce que tu n'arrêtais pas de te dire. Ces quatre mots repassaient en boucle dans ta tête. L'idée de partir fut tentante, mais non, tu devais au moins tenir quelques heures. Pour la bonne cause… Lily… Apparemment ta compagne de la journée capitule, ton compromis semble l'intéresser. Espérons, parce que tu n'es pas d'humeur à la guerre. Pas aujourd'hui. Elle t'attrape la bouteille, tu lèves les yeux au ciel. Tes mains se crispent. Pour la bonne cause te répètes-tu. Dans deux heures tu seras chez toi, au chaud avec un bon livre. Ou alors tu seras dans un fossé, allez savoir, elle a l'air capable de tout. C'est ça qui t'effraies. Saisissant ton verre, tu t'apprêtes à boire une gorgée quand elle vient trinquer avec toi. Apparemment l'armistice est pour aujourd'hui. « A la troisième place. » Arquant un sourcil, tu ne comprends pas ces propos. Ce qui n'est pas nouveau, mais tu te retiens de le dire. Tu n'as pas envie de rallumer les flammes. « Vous avez la chance d’obtenir la troisième places des personnes qui m’horripiles le plus. Je vous préviens, la première place est très difficiles à détrôner. La deuxième, si vous y mettez du votre, on peux s’arranger. » Tu comprends un peu mieux. Buvant une gorgée, un bon vin, tu peux au moins lui reconnaître quel a bon goût, en matière de vin. Qu'on se rassure, tu t'arrêtes là. « Moi c’est Willy. » Tu ne savais pas si c'était dû à l'événement ou au vin, mais elle semblait se détendre. Un bon point, tu pouvais en faire pareil. « Sirius. » dis-tu en contemplant ce qui se trouvait devant toi. La vue n'était pas désagréable. « Je vous avoue que j'hésite à me sentir flatter de cette troisième place. » Tu fais semblant de réfléchir un instant. « Je ne pensais pas vous avoir autant marqué, mais soit j'accepte mon placement. Et par tout hasard, si je désire la seconde, il me reste à faire quoi ? » La première ne t'intéressait pas, la seconde non plus, mais tu tentais de détendre un peu plus l'atmosphère. Cherchant un peu dans ta mémoire. Histoire de savoir si tu avais un classement, rien te vient. « Ma femme me disait toujours que j'étais incapable de classer les gens. Et de les détester. » Pourtant tu y arrives bien avec elle, fin elle fait ressortir une part d'ombre en toi. De là à dire que tu la détestes.. bon sa présence te répugne autant que celle de ton adjudant.  « Bon alors dites-moi si je ne suis pas trop indiscret, qu'est-ce que ces gens ont bien pu vous faire ? Pour moi, je pense que c'est clair, mais les deux autres m'intriguent un peu... » Tu ne sais pas si c'est du classer confidentiel ou pas. Après tout, elle a l'air enclin à l'armistice, profitons. Tu ouvres doucement le panier. « Il y a vraiment des bonnes choses là dedans. C'était bien le seul panier qui me semblait intéressant. » Dis-tu en regardant les plats. Là pour le coup, tu es sincère, bon dommage que ça soit le sien…
CODES ©️ LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: ✎ PANIER N°6   Ven 10 Fév - 11:52

So bad I'm gonna scream
Siry  


« Sirius. » elle ne daigna tourner le regard vers lui, Willy se contentait de regarder devant elle et siroter son doux verre de vin. Depuis le temps qu’elle n’avait pas trempé ses lèvres dans sa boisson favorite, elle se devait de se délecter de cette boisson qui lui donnait un plaisir quasi-charnel. Beau prénom, se risqua t-elle de dire mais se retient. Montrer de la sympathie ?Autant l’achever tout de suite. « Je vous avoue que j'hésite à me sentir flatter de cette troisième place. » allez donc, allez donc vous rouler dans l’herbe et rire de cette troisième place. Willy eu pendant un instant l’image dans la tête, cachant son léger dans le fond de son verre. « Je ne pensais pas vous avoir autant marqué, mais soit j'accepte mon placement. Et par tout hasard, si je désire la seconde, il me reste à faire quoi ? » marqué ? Il l’avait plus que marqué. Elle détestait les ascenseurs et surtout monter avec des petits vieux à la canne et la démarche fébrile. Et son visage. Oui, son visage. Il aurait pu apparaître dans ses pires cauchemars, tant sa tenue, sa démarche, ses paroles l’avaient marqués. Sirius, de son nouveau prénom, avait cette aura qui la poussait à crier, se tirer les cheveux et devenir totalement dingue. Il l’avait marqué pour lui faire ressentir toute ces horribles sensations de colère et autre. « Il ne vous resterait plus qu’à venir jeter vos poubelles dans mon jardin. Ou pire, vous voir arriver à la main d’une de mes filles. » elle se mit à rire, cracher ce rire si stupide face à ses paroles. Le tableau était inimaginable, impossible. Cette chose avec une de ses filles ? Elle balaya ses paroles d’un mouvement de tête, plaçant par la même occasion sa queue de cheval sur un côté de ses épaules. Elle se permit à le fixer. Le fixer avec un pétillement inconnu, un pétillement qui lui donne envie de lui arracher la tête et jouer à la balle au prisonnier avec le reste du parc. « Ma femme me disait toujours que j'étais incapable de classer les gens. Et de les détester. » c'est con ça. Parce que du coup, Willy elle se sentait différente à côté de lui. Ou alors, elle était tout à fait normale et c'était lui qui n'est pas normal. Mais ce n'est pas ce qui la marqua le plus. Elle remarqua surtout le fait qu'il avait dit "ma femme". Il était donc marié, très certainement depuis un long et long moment. Willy se sentait presque soulagé. Impossible de le voir arriver aux bras de Jill ou d'Esther. En même temps, qui voudrait d'un vieux con comme lui ? « Bon alors dites-moi si je ne suis pas trop indiscret, qu'est-ce que ces gens ont bien pu vous faire ? Pour moi, je pense que c'est clair, mais les deux autres m'intriguent un peu... » elle pris une longue gorgée. Samuel. Ah, Samuel. « Je crois savoir que ça ne vous regarde pas, Sirius. » Willy prononça son prénom comme on prononcerai celui d’un chien à consonance étrange, avec ce bruit pâteux et la langue lourde. « Mais ils méritent leurs places. Il la mérite totalement. » son ex-mari, même si officiellement elle était toujours marié avec cet inconnue quelques parts dans le monde ou six pieds sous terre, méritait cette place de gros con. Elle avait encore de le tuer lui aussi, d’arracher sa tête et l’accrocher en tant que trophée dans son salon. Ça pouvait donner un coup de booste à la décoration. « Il y a vraiment des bonnes choses là dedans. C'était bien le seul panier qui me semblait intéressant. » elle lui fit signe de la main qu’il pouvait se servir. Après tout, il l’avait acheté. Même si il l’avait acheté. Willy ne s’était pas cassée la tête à passer une journée derrière les fourneaux, sachant qu’elle déteste cuisiner pour qu’on laisse les plats pourrir au fond de ce panier. « Vous avez pensez aux couverts ? » bien sur que non, parce que monsieur est con ; il ne devait pas réfléchir souvent ou alors, seulement pour enseigner à ses élèves. Parce qu'il ressemblait à un vieux professeur d'histoire, ou de techno, le prof qu'on ne respecte pas, qu'on écoute pas. Il avait cette présence chiante et horripilante. « Vous êtes à la retraite ou vous exercez encore ? » parce qu'elle pouvait bien se foutre de sa gueule, elle n'en savait rien. Elle savait rien de sa vie, tout comme il ne savait rien de la sienne.
CODES ©️ LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: ✎ PANIER N°6   Mar 21 Fév - 18:15

So bad I'm gonna scream
Siry  


« Il ne vous resterait plus qu’à venir jeter vos poubelles dans mon jardin. Ou pire, vous voir arriver à la main d’une de mes filles. » Arquant légèrement ton sourcil. Décidément elle avait une vie des plus… étranges. Oui c'est le mot qui convient, cette femme ne t'intriguait pas, bien au contraire. Tu avais envie de la fuir plus qu'autre chose, mais tu étais là pour la bonne cause. Du coup, tu t'efforçais d'être cordiale, ce n'était que deux heures de ta vie.. rien de bien méchant. Et puis dans le fond, tu avais vu pire, bien pire et là au moins tu avais de quoi manger et boire. Ce qui n'était pas dérangeant, loin de là. « Rassurez-vous, loin de moi l'idée de venir chez vous et encore moins de déverser mes ordures sur votre pelouse. » Tu n'avais pas que ça à faire et puis allez chez elle.. plutôt mourir. Enfin c'était exagéré, mais te crever un œil. Oui, cette idée t'apparaît plus proportionnelle à la situation. Buvant ce vin, tu ne reconnaîtras pas à voix haute, qu'elle savait choisir son vin. Baisser ta garde devant l'ennemi et puis quoi encore ? C'était comme lui donner le bâton pour qu'elle te batte. Plutôt rêver, tu lui ferais pas ce plaisir. « Je crois savoir que ça ne vous regarde pas, Sirius. » Te voilà remis à ta place, au moins c'est clair, il y a des sujets qu'il faut éviter. Et t'as pas envie de réveiller à nouveau le dragon. « Mais ils méritent leurs places. Il la mérite totalement. » L'espace d'un instant, tu te permets de la contempler, tu peux voir un regard différemment… différent de celui qu'elle te lance. Tu rajouterais bien habituellement, mais vous vous êtes pas vus assez pour ça.. et tu espères que ça soit la seconde et dernière fois. T'as pas envie de souffrir de ces folies toute ta vie, il manquerait plus que ça. Tu ne relèveras pas ce qu'elle vient de dire, te contentant de lever ton verre, histoire d'approuver ces propos. Toi sage ? Comme toujours et puis vous êtes pas là pour batailler. C'est ce que tu lui as dit au début, alors tu vas te montrer sage et garder tes crocs à leur place. Techniquement ce n'est pas ton genre, de sortir les canines, c'était plutôt le genre de Lily. Un brin pacifiste, tu n'as pas de temps à perdre dans la haine et tout ce qui s'en suit. Tu ne dirais pas que tu la haïs, car le verbe est fort, mais tu ne la portes pas dans ton estime et encore moins dans ton cœur. Elle t'est juste .. insignifiante. Oui c'est le mot. Juste un bouton que tu dois supporter le temps qu'il s'efface. Deux heures ce n'est rien penses-tu en buvant à nouveau. « Vous avez pensez aux couverts ? » L'espace d'un instant, tu ne comprends pas ses propos, avant que ça tilte dans ton cerveau. Fouillant dans les poches intérieures de ta veste. « Vous avez de la chance. » dis-tu en lui tendant ces derniers.. bon ils ne viennent pas de chez toi. Tu es allé les acheter dans l'épicerie du coin avant de récupérer la propriétaire du panier, soit Willy. Vu qu'à présent tu connaissais son prénom, tu pouvais éviter de dire la cinglé, du moins à voix haute. Bon c'est clair que c'est toi qui doit faire le service. Lui tendant une assiette, tu prépares le petit repas. Tes papilles ont hâte de goûter tout ça. « Vous êtes à la retraite ou vous exercez encore ? » Le peu de chose que tu avais ingurgité ressort aussitôt de ta bouche. Et bien au final ce n'est pas si bon que cela. « Je vous demande pardon. » dis-tu en toussant, une main sur ton torse pour reprendre un rythme correcte. « Sachez que je suis toujours en fonction et que ce n'est pas demain que je prendrais ma retraite, la planète a encore besoin de moi ! » Pour qui se prenait-elle, toi à la retraite ? Et puis quoi encore. « Et vous, ça vous arrives d'être aimable ou cela m'est seulement attitré ? » Tu aurais bien dit folle, mais tu n'as pas envie qu'elle sorte de ses gongs. Tu t'attends à tout avec ce genre de spécimen. Tu resserres du vin car tu sens que les heures vont être longues. « Vous pensez que j'ai quel âge sérieusement ? » dis-tu à voix haute, regrettant déjà tes paroles…
CODES ©️ LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: ✎ PANIER N°6   Sam 4 Mar - 15:46

So bad I'm gonna scream
Siry  

Une voix étrange mais extrêmement hilarante, lui tiens à peu près ce langage ’’ pourquoi ne pas profiter de ces deux heures avec cet étranger, pour apprendre à le connaître ? ‘’ venait-elle de penser ça ou son vin lui jouait un mauvais tour ? Un vif regard vers son verre, avant de comprendre qu’en effet, elle venait de se parler à elle-même. De conscience à conscience. Connaître l’énergumène à côté ? Ce vieux fou, tangible à lui donner des envies de meurtre ? Elle devait apprendre à le connaître avant de juger. Leur rencontre avait été misérable, voir affreuse pour sa conscience déjà bouleversé par un coup de vent, alors le connaître ? Ah. Qu’elle pouvait se trouver drôle parfois. Elle ne l’écoutait que d’une oreille, une oreille lointaine qui lui indiquait qu’elle n’en avait plus rien à foutre de ce qu’il pouvait dire. Elle se contenta de laisser papy lui servir son déjeuner, se forçant de garder cette phrase rien que pour elle. « Alors papy, on enlève pas son dentier avant de manger ? » sincèrement, elle se trouvait bien trop drôle parfois. Mais il devait certainement se dire la même chose, voir pire ? Elle et son tempérament tout feu tout flamme choquait parfois les petits vieux qui venaient chercher leur couche pour des fuites urinaires. Ils la regardaient avec deux billes rondes, la toisant de haut en bas quand elle leur demandait si c’était pour offrir ou s’ils ne préféraient pas une réduction sur des boîtes d’hémorroïdes. Willy voulu rentrer dans la tête de Sirius pour quelques secondes, voir ce qui ce cachait sous son calme et sa constante bonne allure. Des choses pas très catholique, elle en était sur.
Elle lui posa une simple question, retraité ou encore en fin de vie ? Alors qu’elle avait posé son verre de vin à côté d’elle et pris une fourchette de son plat préparé, elle interrogea son invité d’un regard. C’était si mauvais que ça ? « Je vous demande pardon. » elle allait répéter ses paroles dans le creux de son appareil auditif, mais il la coupa rapidement. « Sachez que je suis toujours en fonction et que ce n'est pas demain que je prendrais ma retraite, la planète a encore besoin de moi ! » elle leva les yeux au ciel. La planète à encore besoin de moi ; vole donc preux chevalier à ton devoir de sauver le monde, va à ton château secourir ta princesse ! Il se pensait important ? Si important pour dire une connerie pareil ? Il était quoi, capitaine du club de pétanque ? « Et vous, ça vous arrives d'être aimable ou cela m'est seulement attitré ? » elle tourna la tête vivement, l’assassinant d’un simple regard. C’est vrai ça, pourquoi tant de haine juste pour lui ? Elle pouvait être douce pourtant, gentille, aimable, la mai tendue vers le plus mal en point. Pourquoi lui. Lui Sirius, il avait ce quelques choses qui l’énervait. Cet aura qui lui donnait des envies d’arracher son cœur et lui balancer à la tête en lui criant que tout est de sa faute. « Si vous m'étiez moins con, je saurai me montrer plus agréable. » il n’était pas plus con que la moyenne, mais pas à ses yeux. Que voulez-vous, elle n’avait plus d’argument. « Vous pensez que j'ai quel âge sérieusement ? » elle plissa les yeux. Question difficile. Pour s’aider à y répondre, elle tendit son verre au petit vieux pour qu’il vienne à lui redonner une source de vin frais. « Soixante-cinq … soixante-dix ? » ce n’était qu’approximatif. Mais au vue de ses rides, de ses cheveux poivres et sel, cette tendance à se tenir droit sans arrêt relevait presque à des mimiques du moyen-âge. Sauf qu’elle se doutait qu’il ne pouvait pas avoir des siècles d’existences, quoique ça ne la choquerait pas. « Et vous travailler dans quoi, alors ? Pour que le monde ait tant besoin de vous, ce doit être un métier plutôt haut placé. » ou bien, il ne faisait que récurer de toilette publique. Elle se choqua elle-même, buvant de travers une gorgée de son vin, toussant la mort dans un sourire fébrile.
CODES ©️ LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: ✎ PANIER N°6   Jeu 16 Mar - 16:44

So bad I'm gonna scream
Siry  

Tu n'arrêtes pas de te répéter que c'est pour la bonne cause. Que ce rendez-vous est dans un bon intérêt… Oui, tu tentes de te convaincre que faire ami-ami avec l'autre cinglé, c'est pour ..  Buvant une nouvelle gorgée. Non clairement tu ne sais pas où tout ceci va mener mais pas loin. Elle n'est pas prêter à t'apprécier et étrangement tu ressens la même chose. Elle t’indiffère, elle t'énerve et c'est bien la première fois -du moins depuis l'armée- que tu ressens ça vis à vis de quelqu'un. Lily avait aussi le don de te faire sortir de tes gonds, mais c'était différent. Toute façon, tout te semblait différent avec elle. Enfin ce n'est pas le moment pour penser à ta chère Lily, tu sais qu'elle te dirait d'essayer. Essayer quoi ? D'apprendre à connaître cette femme qui ne fait que de te provoquer et d'être si .. chiante. Et encore tu emploies un mot bien gentil pour la décrire car vraiment tu pourrais dire pire. Tellement pire. Tu manques presque de t'étouffer par rapport à sa question. Elle te prend pour un homme de Neandertal ou bien ? Tu n'en sais rien, mais elle ne manque pas de toupet. Tu n'es dates pas de la préhistoire non plus. Ça doit être sa ménopause qui lui monte à la tête. Tu ne vois pas ce que ça pourrait être d'autre. Toi à la retraite et puis quoi encore ? Certes tu as des cheveux blancs, comme toute personne de ton âge. Tu ne cherches pas à les cacher, ils font partie de ce que tu es. Chaque rides te ramènent à un moment de ta vie. Vie dont tu es assez fier, tu ne changerais rien si on t'en donnait l'opportunité. Peut-être une chose, qu'elle soit prêt de toi, mais ce n'est guère possible… La maladie n'est pas quelque chose qu'on peut vaincre facilement …

Finissant par lui répondre, tout en profitant de son plat. Tu te demandes bien ce qui lui passe par la tête pour qu'elle ose te demander ça. Quoique tu n'aimerais pas savoir ce qui se trame dans sa tête. Trop de chose, tu risques de t'y perdre. « Si vous m'étiez moins con, je saurai me montrer plus agréable. » Levant les yeux au ciel, il fallait qu'elle est réponse à tout … à croire que ça l'amusait de te mettre en bouche. Préférant ne pas relever, il valait mieux, vu le spécimen… ça n'en finirait pas et adieu la trêve du jour. Tu te concentres sur ton assiette. Malgré tout ça, t'intrigue de savoir quel âge elle te donne… alors c'est plus fort que toi, il faut que tu lui demandes. « Soixante-cinq … soixante-dix ? »  Heureusement tu n'as rien dans la bouche … Ok donc elle n'a pas le compas dans l’œil. « Il faudrait sérieusement que vous consultez pour vos yeux car là … ou que tu revoyez vos définitions. » Tu sais que tu n'as pas tout jeune, mais bon de-là à faire l'âge qu'elle te donne … il ne faut pas pousser. « Je suis pratiquement sûr que nous avons à peine 5 ou 6 dans de différence, mais bon je vous accorde que la ménopause peut changer les humeurs d'une femme... » Oui c'est plus fort que toi, il fallait que tu la places. Tu t'en veux instantanément. Elle va remonter sur ses grands sabots et finit la « sympathie » mais bon elle t'accuse d'être vieux au point presque d'être sénile. Y a un moment faut arrêter les conneries. « Et vous travailler dans quoi, alors ? Pour que le monde ait tant besoin de vous, ce doit être un métier plutôt haut placé. » Enfin une question qui t'intéresse ! Au moins elle a retenu que le monde avait besoin de toi, mais tu constates l'ironie dans ses propos. « J'ai abandonné la marine depuis un moment pour me reconvertir en tant qu'océanographe ... » tu vois à son regard qu'elle analyse tes mots. « D'où le fait que le monde ou plutôt la planète a besoin de moi.. et non je ne vends pas. Si vous regardez mon nom sur internet vous verrez que je suis assez connu pour mes actions pour sauver la planète ! » Habituellement ce n'est pas ton genre de te vanter, mais là … là elle l'a cherché ! Et puis tu es fier de ton parcours, fier d'aider mère nature. « Vous savez ce que veux dire Océanographe ? » Arquant un sourcil, la fourchette à tes lèvres. Non, tu ne la prends pas pour une … mais bon on ne sait jamais. On ne peut pas dire que tu es un métier hyper connu, mais justement ça te plaît. « Et vous ? » Oui parce que bon dans le fond, tu es intrigué de savoir ce qu'elle peut bien faire. Fixant ce qui t'entoure. Tu te perds dans ce petit bleu, repensant à ce qui te passionne. Une idée surgit dans ta tête, tournant la tête et prenant de court ta partenaire. « Vous savez nager ? »
CODES ©️ LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: ✎ PANIER N°6   

Revenir en haut Aller en bas
 

✎ PANIER N°6

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Hermy: Un vrai panier percé.
» panier de remorquage
» Argos, déprime et reste dans son panier(37)
» Panier de crabes ? Demandez à Azouz Begag!
» recette

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WALK LIKE YOU :: BAD CRAZY :: LES RPS ARCHIVES :: LA VENTE AUX ENCHÈRES-