AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ✎ PANIER N°2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
☞ ÂGE : quatre-vingt-deux ans et encore toutes mes dents!
☞ STATUT : veuve et en couple avec sa machine à écrire.
☞ PROFESSION : vendeuse de rêve et amie de tous.
☞ BAFOUILLES : 576 ☞ PSEUDO : .
☞ AVATAR : maggie smith.
☞ CREDITS : Shiya(avatar).

MessageSujet: ✎ PANIER N°2   Lun 30 Jan - 11:42



Sam & Jules
DESCRIPTION DU PANIER » Panier blanc, avec un joli ruban rose qui rappelle les couleurs de son métier. Il contient toutefois quelque chose qui pourrait surprendre considérant sa personnalité relativement douce...
CONTENU » De petits casse-gueules multicolores (bonbons), ainsi qu'un fusil de plastique.
THÈME »De la peinture, des vêtements camouflages et des fusils. Une partie de Paintball est prévue !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: ✎ PANIER N°2   Ven 3 Fév - 22:29


Sam & Jules

Bang, I shot your with colors


La jeune femme s’était préparée ce matin-là un peu angoissée, s’apprêtant à vivre sa première expérience au paintball. Elle avait toujours voulu essayer cette activité, mais de son tempérament peureux, elle n’était jamais parvenue à s'y risquer. La levée de fonds organisée par la mairesse de Dewsbury fut ce qui l’avait finalement poussée à se lancer. Pourquoi ne pas choisir le paintball?, avait-elle pensé en écrivant son inscription. Sam n’avait jamais été du genre à se jeter dans ce genre de choses-là. Se « vendre » à un parfait inconnu n’était une chose qu’elle croyait faire un jour. Elle appréciait son petit monde avec ses amis et sa famille, et il lui arrivait rarement d’adopter un comportement extraverti. Alors pourquoi s’était-elle décidée à participer à cette levée de fond vous demandez-vous? Parce que sa mère avait perdu son combat contre cette maladie. Conséquemment, il s’agissait d’une cause qu’elle tenait à coeur. Elle ne pouvait tout simplement pas louper une chance d’apporter une aide à la cause, même si cela signifiait de s’éloigner de sa zone de confort.
Sam avait soumis son inscription sans jamais réellement envisager que quelqu’un l’achèterait. Toutefois, à sa grande surprise, un homme avait offert une généreuse mise. La jeune femme devait donc se préparer mentalement à enfiler ses équipements de guerre, à armer son fusil de peinture et à éveiller ses sens de chasseuse.
Le matin même, elle avait facetimé avec son copain pour célébrer la St-Valentin à distance, le temps d’un déjeuner. Elle s’était empressée de lui raconter la journée qui l’attendait devant elle. Étant lui-même soldat, il lui avait donné quelques conseils avec enthousiasme pour combattre l’ennemi. Évidemment, la conversation avait amusé la jeune femme, elle qui savait bien que le paintball était loin d’une situation de guerre. Néanmoins, cela l’avait rassurée; car même s’il s’agissait d’un jeu, Sam ne pouvait pas cacher qu’elle était angoissée. Ainsi, elle était partie vers le centre récréatif de Dewsbury où était offert les sessions de paintball. Elle ne connaissait pas trop l’homme avec qui elle allait passer la journée, mais elle espérait que celle-ci allait lui permettre de faire abstraction de son coeur infidèle qui oscillait entre deux hommes.  
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: ✎ PANIER N°2   Lun 6 Fév - 16:16


Sam & Jules

Bang, I shot your with colors


« Tu t'fou de m’gueule ? » affalé dans son canapé avec son bol de céréale posé sur son torse, il se permit de recracher l’intégralité de sa bouchée dans le reste de ses céréales. Il fixait de ses yeux noirs, totalement mauvais par la nouvelle que lui venait de lui annoncer son frère. « T’as intérêt à m’dire que c’est pas vrai sinon j’t’en colle une. » Caleb était là, devant lui. Il se marrait le gamin, il trouvait ça drôle. Il pouvait rire autant qu’il le voulait, Jules ne lèverait bien évidemment jamais la main sur cette petite tête de con, mais surtout parce que ce n’était pas pour lui qu’il avait acheté ce panier. Ce truc horrible qu’il avait déposé sur sa table basse avec un grand sourire. « Mais t’en fais pas, tu verras, je suis sur que tu vas bien t’amuser. » et deux secondes après, cet petit diable quitta l’appartement en vitesse. Jules était à deux doigts de se lever pour lui courir après et le choper par le col. Caleb venait d’acheter un panier pour ‘’la bonne cause’’ et lui avait refilé. Une journée paint-ball devrait te faire plaisir ; qu’il lui avait dit ce foutue gosse. Sauf que Jules ne voulait pas sortir. Non. Il aimait pas ça, il allait se retrouver avec une inconnue, sur un champ de bataille et devrait faire la conversation. Il détestait ce saleté de gosse. Demain, il prendrait ses affaires et dégagerait de son appartement. Dur ? Jules n’en avait rien à faire pour le moment, il était tout simplement énervé.
Il avait passé des heures à tourner en rond dans son appartement, jugeant d’un regard hautain le panier qui lui faisait face. Devait-il y aller ou rester ici ? La réponse était déjà écrite, le voilà debout devant une bonne femme qui lui demandait de remplir un formulaire. « Fait chier. » souffla t-il, alors qu’il chopa la feuille et le stylo tendue par la jeune femme et commença à remplir le tout. Nom, prénom, je m’engagea à ne pas blesser quelqu’un et bla, bla, bla. Il signa rapidement, jeta la feuille à la gueule de la blonde et enfonça ses deux mains dans ses poches. Oh que oui, il était mauvais le jeune Barnes. Il n’allait pas pouvoir passer sa matinée à fumer et regarder la télévision. Il allait devoir la passer avec une inconnue. Elle avait intérêt à être comme Pam, dans le cas contraire, il ne remettrait plus jamais les pieds ici et donnera une bonne leçon à son frère. On lui dit d’enfiler une combinaison. Et foutre un casque. L’énervement commençait à lui rendre les joues rouges et les yeux vifs comme l’éclair. Il avait besoin de se dépenser et finalement, le paint-ball n’était pas une si mauvaise idée. Un casque sous le bras et un autre dans la main, on lui signala que sa partenaire était enfin arrivé. Il suivit le doigt qui pointait directement à une blonde un peu … un peu blonde. Il avait des mots crues, mais elle ressemblait à Caitlin, chiante sur les bords à rester toujours dans le droit chemin et ne jamais salir ses souliers blancs. Et cette idée, l’idée qu’elle puisse être aussi horrible que Caitlin lui fit sourire. Caleb n’était pas un si horrible petit-frère que ça. Il avança vers elle, lui collant le casque contre le torse. Par contre, Caleb avait oublié une chose : être sociable, c’était pas dans ses cordes. « Jules. » il avait juste balancé son prénom comme ça, dans l’espoir qu’elle tilt que ce soit lui. Enfin, la personne avec qui il allait passer la journée. « T’emballe pas, c’est mon frère qu’à ach’ter l’panier à ma place. J’te l’dis, j’ai jamais voulu mett’e un pied ici. » il se mit une baffe mentalement pour la manière dont il parlait. Il n’articulait pas, il ne la regardait même pas dans les yeux à croire qu’il pouvait être intimidé par elle. La vérité, c’est qu’il était énervé. Et rejeter la faute sur quelqu’un d’externe, c’était du Jules tout craché.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: ✎ PANIER N°2   Mar 7 Fév - 22:33


Sam & Jules

Bang, I shot your with colors


Plus elle approchait du centre récréatif, plus l’angoisse gagnait du terrain en elle. Il était vraiment rare qu’elle s’adonnait à ce type d’activités, et encore moins avec un inconnu. La jeune femme avait toujours été plutôt entourée de son petit monde, sans jamais faire un pas en dehors de sa zone de confort. Peut-être si on voyageait quinze ans plus tôt, les choses auraient été différentes. Une pilule d’extasie, une attitude désinvolte et une forte envie de blesser quelqu’un l’auraient guidée dans son activité. Mais, la jeune femme n’était plus du tout l’adolescente rebelle qu’elle fut jadis. Plus réservée, plus calme et sage; c’était désormais le portrait que l’on pouvait dessiner d’elle, en complète discordance avec le passé. Regrettant une multitude de fois d’avoir participé à cette activité de charité, la jeune femme se rendit à reculons au centre récréatif. Si ça n’avait pas été du fait que sa propre mère était décédée du cancer du sein, la jeune femme aurait pris ses jambes à son cou et ne se serait jamais présentée. Fidèle à ses habitudes, elle préférait fuir les situations suscitant des émotions inhospitalières. Toutefois, une force surnaturelle la força à mettre un pied devant l’autre pour ne pas dévier du chemin qu’elle devait prendre cette journée-là, à son grand malheur. Lorsqu’elle arriva à l’accueil, un employé l’accueillit avec enthousiasme, l’invitant à le suivre au vestiaire où lui serait fourni l’équipement nécessaire pour le déroulement de l’activités. Non sans cacher son manque d’entrain, Sam suivit le jeune homme d’un pas nonchalant. La jeune femme enfila l’équipement tel qu’indiqué par l’employé. À sa grande surprise, les habits étaient beaucoup plus lourds qu’elle ne le pensait. Elle se demanda comment Ethan faisait pour supporter de tels équipements, d’autant plus que les siens devaient être d’un poids encore plus faramineux. Sans plus attendre, on lui indiqua que son partenaire était arrivé. Lorsqu’elle le vit, elle se força d’étirer un sourire pour paraître courtoise (et prétendre qu’elle avait réellement envie d’être ici). Si le paintball l’avait toujours en quelque sorte attirée, elle regrettait d’avoir décidé de tenter la chose dans de telles circonstances ô combien embarrassantes. L’homme avec qui elle allait passer la journée mit de l’huile sur le feu de son inconfort. Jules, de son prénom, ne semblait pas du tout enthousiaste à passer la journée avec Sam. « T’emballe pas, c’est mon frère qu’à ach’ter l’panier à ma place. J’te l’dis, j’ai jamais voulu mett’e un pied ici », lui lança-t-il comme s’il était tout droit sorti du Texas, d'une famille consanguine. Sam leva les yeux vers lui, se demandant s’il lui arrivait de sourire; dans le cas contraire, les rides prendraient plus de temps à obscurcirent son visage, heureusement pour lui! Prenant une grande respiration - sentant que cette journée allait devoir lui prendre plus que l’entièreté de la patience de l’univers -, la jeune femme s’efforça à afficher une moue dure. « Alors t’as qu’à pas faire ta mauviette, et ça va très bien se passer. », lui dit-elle en le coupant pour passer devant lui, prête à s’élancer sur le terrain. Définitivement, la jeune femme était motivée à se donner à fond. Son attitude de débile lui avait donné la détermination de faire de lui le joueur le plus coloré de la journée. 
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: ✎ PANIER N°2   Mer 8 Fév - 14:21


Sam & Jules

Bang, I shot you with colors


« Alors t’as qu’à pas faire ta mauviette, et ça va très bien se passer. » il ne l’aimait pas. Mais alors pas du tout. Ses petits yeux suivirent cette chose blonde, se mouvant vers le terrain comme si rien ne pouvait frôler son existence. Pire : comme si la faucheuse n’avait aucun effet sur son corps, comme si elle était elle-même la faucheuse. Le fruit du démon. Un empire satanique prenait part sous sa peau certainement délicate comme un bambin, reflétant la parfaite innocence qui pourrait duper le plus bon et mauvais des hommes. Alors Jules, il la regardait. Il la regardait partir, cette personne qui venait tout juste de le traîner de mauviette. Caleb, je te hais ; pensa t-il, parce que Caleb il avait pas pu acheter le panier d’une femme charmante et élégante qui lui prendra pas autant la tête que ce truc là. Jules se mit en route à son tour, vers le terrain où on devait prendre l’arme et faire quelques essais avant. Il se posa à côté de la blonde, posant un regard désintéressé aux armes. S’il pouvait en prendre une pour tirer une balle dans sa petite tête de miss parfaite, il se sentirait bien mieux. Visiblement, sa compagne d’un jour et Caitlin en avait des points communs. Blonde et chiante. Manquait plus qu’elle se tape son frère et il irait jouer au loto. « Tu m’as pas dit ton prénom. » il pouvait rajouter malpolie à la liste. Jules essayait de faire un petit effort, un minime sur sa prononciation et un autre quant au fait de ne pas paraître désagréable ni trop con à ses yeux. Même s’il avait déjà prévue de mettre toute son énergie pour lui tirer trente balles en pleine tête. Une mauviette. Vraiment ? Il aller passer outre l’expression ringarde qu’elle venait d’employer -oh non, était-elle de ce genre à crier au blasphème si une injure quittait ses lèvres ?- mais ce qui le choquait le plus, l’énervait tellement, faisait bondir son cœur et sa cervelle de rage c’est sa façon de le regarder de haut. Ce regard hautain et sa petite voix de miss parfaite. Il se tourna pour voir qu’on lui tendais une de ces fusils avec le petite réservoir au dessus remplit de bille de couleurs différentes. Il voulait demander ‘’c’est quant qu’on tire sur des gens pour exploser les personnes qui traitent les autres de mauviettes ?’’ puis se dit que c’était trop long et que le mot ‘’mauviette’’ ne devrait jamais sortir de ses lèvres. Vraiment jamais. « T’en as déjà fait avant ? » juste pour savoir si elle était vraiment la fille du diable ou juste une gamine qui s’était trompé de panier.

AVENGEDINCHAINS

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: ✎ PANIER N°2   Ven 10 Fév - 11:06


Sam & Jules

Bang, I shot your with colors


Pour les besoins de la cause, Sam avait décidé de faire un trait sur son doux tempérament pour la journée. L’impolitesse et la lâcheté de l’homme avec lequel elle devait passer la journée l’avait frustrée, lui fournissant une motivation pour sortir la femme « alpha » en elle. Il n’était pas question qu’elle le laissât l’humilier, ni lui faire sentir comme une masse indésirable. La jeune femme qui, à l’habitude, était si douce et gentille n’avait plus envie d’adopter son tempérament habituel. Elle voulait le détruire. Il lui était rare de sentir tant de frustration envers quelqu’un (on ne l’appelait pas madame pacifique pour rien!), mais Jules lui suscitait une rage digne d’American Psycho. Elle était comme cette fille dans l’émission iZombie; elle peut sembler bien douce aux premiers abords, mais mettez-là vis-à-vis une tête prête à être mangée et elle se transforme en un vrai monstre.
La jeune femme marchait droite, ne retournant même pas sa tête pour s’assurer que Jules était toujours derrière elle. En fait, elle s’en balançait. Il pouvait bien être en train de s’étouffer derrière elle qu’elle n’agirait même pas. Ils arrivèrent devant l’armoire qui contenait l’équipement nécessaire pour s’armer. « Tu m’as pas dit ton prénom », lui dit son compagnon (si on peut l’appeler ainsi…). Elle ne se tourna même pas vers lui, trop fâchée par la façon dont il s’était introduit. « Sam », lâcha-t-elle en agrippant un fusil. Elle installa le réservoir de peinture (les tutoriels youtube lui donnaient l’air d’une vraie professionnelle!), passa la courroie autour de son cou et elle était fin prête pour le combat. Elle se tourna vers Jules, s’efforçant d’afficher un sourire. « T’en as déjà fait avant ? », lui demanda-t-il. Bon, ça y était: la question qui lui ferait perdre tout crédibilité. Elle qui avait gardé son attitude de femme forte serait forcée à descendre sa garde pour admettre n’être pas aussi douée qu’elle le prétendait. Et pourtant, elle avait tellement envie de lui éclater la tronche! Il figea un instant, priant son cerveau de trouver une façon de justifier son trop plein de confiance. Impulsivement, elle répondit : « Non, mais moi j’ai envie d’être ici. Alors contrairement à toi, je vais m’amuser. » La jeune femme ne lui donna même pas le temps de répliquer et s’éloigna pour rejoindre les autres joueurs sur le terrain. Elle essaya de se remémorer les conseils que lui avaient donnés son copain concernant les tactiques de jeu. Elle avait une crédibilité à conserver, des menaces à exécuter et une tête à éclater. Elle ne pouvait se permettre de ne pas gagner cette partie ou du moins, elle devait au moins infliger quelques douloureux bleus à ce très cher Jules.
 
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: ✎ PANIER N°2   Sam 18 Fév - 22:42


Sam & Jules

Bang, I shot you with colors


Il avait dorénavant un prénom et une envie de l’étrangler de toute ses forces. Sam, son nom l’importait peu, puisqu’il lui suffisait d’avoir son prénom pour réduire son frère à néant en l’insultant de tous les noms et lui dire qu’à cause de lui, il avait fait la connaissance de Sam. Si on pouvait appeler ça une connaissance. Il ne saurait mettre les mots sur cette journée, il ne voulait pas en faire une de ses connaissances et après tout, que s’avait-il d’elle ? Rien du tout à part qu’elle avait ce pouvoir grandiose de réduire son calme à néant, écrasant toute dignité de self-control au passage. Seul la rage l’animait, la colère, l’animosité même pompait son sang vers son cœur, le faisant battre à un rythme effréné jusqu’à le booster d’adrénaline. Jules n’écoutait plus, Jules n’était plus. Il voulait juste arriver sur ce terrain et se défouler sur tout ce qui l’entourait. Plus un mot n’allait sortir de ses lèvres et il le savait très bien, combien de fois s’était-il retrouvé si énervé que sa voix ou les mots lui manquaient ? Un nombre illimité de fois où son père avait pu franchir les limites du raisonnables. Il ne dirait pas qu’il est aussi énervé que si son père aurait été dans le coin, mais il en était proche. A quelques pas seulement de s’écrouler au sol et péter une crise comme un enfant de six ans.
On lui fit signe de rentrer sur le terrain, tout comme Sam et les autres concurrents. Sam dans une équipe, lui dans l’autre. Tous se mirent en place, guidés par le chef d’équipe qui s’efforçait de lui donner des ordres sans un mot, bougeant simplement ses mains comme un imbécile. Ou un handicapé sourd et muet. Jules n’y comprenait rien et faut dire que ça lui passait au dessus. Tout ce qu’il voulait c’était se lever, sauter par-dessus la barrière contre laquelle il s’était adossé et tirer sur tout ce qui bouge. Un coup de sifflet marqua le coup d’envoie et comme un coureur sur le point de jouer son 500 mètres sur la ligne de départ aux J.O, Jules se leva, s’élança et commença à tirer. La rage avant la cervelle, Caleb l’aurait déjà rattrapé par le col en lui disant d’attendre un peu avant de se jeter dans al gueule du loup. Analyser avant de dépenser. Un élan d’ingéniosité piqua sa cervelle, et il fit comme son frère lui aurait dit, se planquant et relevant la tête de temps à autre. Vingt minutes plus tard, le match touchait à sa fin. Plus que Sam et Jules rôdait sur le terrain, se cherchant l’un et l’autre comme deux vulgaires prédateurs. Des pas lents, prudents prenait son corps en douce, lui soufflant d’agir avec intelligence et non stupidité et rapidité. Il l’aurait, il lui foutera une balle de couleur dans la gueule et pourrait repartir fière. Il garda cette pensée pendant plusieurs minutes jusqu’à ce qu’un coup derrière la tête se fasse ressentir. « Touché coulé. » il se retourna lentement, passant une main sur l’arrière de son casque et découvrit une peinture jaune peindre le bout de ses gants. Pétasse ; s’échappa d’entre ses deux lèvres, la fusillant d’un regard noir, sombre, tout ce dont personne n’aimerait recevoir. Il laissa tomber son arme au sol et se dirigea simplement vers la sortie, retirant gant et casque par la même occasion, les jetant au sol durant son trajet. Il voulait rentrer, retrouver Caleb et lui dire que ce n’est qu’un petit con, qu’il venait de l’humilier comme jamais. Jules voulait se défouler, frapper, mordre ou une autre connerie de ce genre. Il entendit quelqu’un l’appeler derrière. Il s’en foutait. Il voulait rentrer, s’enfermer dans sa chambre et ne plus jamais voir la lumière du jour jusqu’à sa mort. Seul la lumière blanche et celle de son salon seront ses lumières. Jules redonna la combinaison et signa un bout de papier idiot. Sam, Ô Sam, je te hais : pensait-il, marmonnait-il entre ses lèvres. Foutue panier, foutue journée, foutue Caleb, foutue de foutue. Sale égoïsme qui rongeait ses ongles, saleté d’essence qui rongeait sa fureur. Il se mouvait dans ses songes, mourait dans sa colère aveuglante. Saleté de foutue journée à la con.

AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: ✎ PANIER N°2   Sam 25 Fév - 16:29


Sam & Jules

Bang, I shot your with colors


La jeune infirmière tentait de comprendre pourquoi Jules était aussi… fâché? Elle ne lui avait pourtant rien fait lors de leurs salutations, si ce n’était que de lui sourire en le voyant s’approcher d’elle. Sa façon de lui parler avait réveillé en elle une motivation sans pareil. Elle entra ainsi sur le terrain de jeu, prête à affronter avec détermination l’ensemble de ses adversaires. Certes, elle avait intrinsèquement cet envie de gagner, mais ce qui la motivait réellement, c’était de tirer une balle droit au coeur de Jules. Elle se dépêcha donc d’aller se cacher derrière un gros tonneau placé près d’un arbre. Elle leva la tête une fois de temps en temps pour voir si quelqu’un arrivait dans sa direction. Sa position s’avérait plutôt efficace, car elle lui avait permis de toucher trois personnes. Ne désirant pas s’éterniser au même en droit, car elle ne voulait pas qu’on la traite de “camper”, elle décida de sortir de sa cachette pour trouver un autre endroit pour se terrer. Un peu à la James Bonds, elle s’aventura à travers le terrain, essayant à tout prix de ne pas se faire toucher. Alors qu’elle se trouvait cachée derrière un arbre, de la peinture bleue éclata juste à côté de sa tête, la faisant sursauter. Elle eut le temps de répliquer et de toucher la personne sur l’épaule. Elle afficha un sourire victorieux alors que l’autre personne manifestait son indignation. Ses yeux continuèrent à parcourir le terrain, toujours à la recherche de sa cible principale. Elle ne l’avait pas revu depuis le début de la partie et se disait bien qu’elle n’allait pas tarder à le croiser. Elle demeurait ainsi sur le qui-vive, faisant que de tous petits pas pour s’assurer de ne pas manquer le moindre mouvement autour d’elle. Elle était si près du but, elle ne pouvait donc pas se permettre la moindre erreur qui lui ferait perdre la partie.
Quelques minutes plus tard, tous les joueurs avaient été éliminés. Sauf elle et Jules qui déambulaient à travers le terrain, appréhendant le moment où ils tomberaient l’un sur l’autre. La jeune infirmière tenait son fusil bien en main, prête à tirer à tout moment. Ça ne lui prit pas beaucoup de temps avant d’apercevoir son dernier adversaire qui, à son grand bonheur, se trouvait dos à elle. À petits pas de souris, elle s’approcha de lui, étira son bras pour bien viser avec son fusil et appuya sur la gâchette. Elle s’éprit d’un grand sentiment de fierté, contente d’avoir eu ce qu’elle voulait. Elle s’attendait à échanger quelques paroles avec Jules, mais celui-ci ne perdit pas son temps et quitta rapidement le terrain, sans même lui adresser un mot. Lâchant un grand soupir, elle s’élança derrière lui. Elle voulait comprendre pourquoi toute cette haine, pourquoi cette journée lui suscitait tant de frustration. “Est-ce que t’es toujours comme ça ou tu t’es juste vraiment, vraiment levé du mauvais pied?”, se risqua-t-elle à lui demander d’un ton rempli de reproches.  
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: ✎ PANIER N°2   

Revenir en haut Aller en bas
 

✎ PANIER N°2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Hermy: Un vrai panier percé.
» panier de remorquage
» Argos, déprime et reste dans son panier(37)
» Panier de crabes ? Demandez à Azouz Begag!
» recette

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WALK LIKE YOU :: BAD CRAZY :: LES RPS ARCHIVES :: LA VENTE AUX ENCHÈRES-